Cuba : Obama espère rouvrir une ambassade américaine début avril

 |   |  373  mots
L'ambassade américaine a été fermée en 1961 et est  devenue depuis le symbole des tensions entre l'île communiste et le grand pays capitaliste.
L'ambassade américaine a été fermée en 1961 et est devenue depuis le symbole des tensions entre l'île communiste et le grand pays capitaliste. (Crédits : Arderiu via Wikimedia Commons CC License by.)
Les États-Unis ne sont plus représentés sur l'île depuis 1961. Evoquant la réouverture d'une ambassade, le président américain souhaiterait que cette étape de la normalisation des relations avec l'île communiste soit atteinte avant le Sommet des Amériques organisé à Panama les 10 et 11 avril.

Barack Obama affiche son optimisme. Le président américain a déclaré lundi 2 mars au cours d'une interview accordée à l'agence Reuters avoir bon espoir de voir les États-Unis ouvrir une ambassade à Cuba avant le Sommet des Amériques organisé à Panama les 10 et 11 avril.

"J'espère que nous serons en mesure d'ouvrir une ambassade et qu'une partie du travail préparatoire aura été accompli", avant ce rendez-vous, a-t-il affirmé.

Une ère nouvelle

Fermée en 1961, l'ambassade américaine était devenue depuis le symbole des tensions entre l'île communiste et le grand pays capitaliste. Mais les temps ont changé. Le 17 décembre dernier, Barack Obama a annoncé que les États-Unis allaient prendre des mesures historiques pour normaliser leurs relations diplomatiques avec Cuba et tourner la "page d'une vision dépassée" de leur politique à l'égard du gouvernement de La Havane.

Depuis, deux cycles de discussions de "normalisation" ont permis de grandes avancées vers le rétablissement de liens officiels. La réouverture de l'ambassade est aux yeux de l'administration américaine une étape essentielle de ce processus.

Une "liste noire" en cause

Quant à Cuba, le gouvernement réclamait jusqu'à présent d'être retiré de la "liste noire" des pays accusés par les États-Unis de soutenir le terrorisme avant que la réouverture de cette ambassade soit acceptée. Mais lundi, pour la première fois, une responsable cubaine a déclaré que le pays consentirait à rétablir les liens avec les Etats-Unis dès lors que Washington annoncerait son intention de rayer Cuba de cette liste.

Des responsables américains affirment que l'administration Obama a quasiment terminé son évaluation de la place de Cuba sur la liste. Ce rapport doit ensuite être soumis au Congrès avant que le pays puisse en être retiré après une période d'attente de 45 jours.

Des temps inévitablement longs

Lundi, Barack Obama a toutefois également rappelé que, après une rupture de plus de 50 ans, le rétablissement de relations normales avec l'île prendrait forcément du temps.

"Il faut garder en mémoire que nous ne nous sommes jamais dit que des relations normales allaient être restaurées tout de suite. Il reste encore beaucoup de travail à accomplir."

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/03/2015 à 18:06 :
On s'en fout d'obama et de cuba.
Ce ne sont pas des gens qui achètent NOS produits.
a écrit le 04/03/2015 à 16:51 :
Justement je me disais qu'à la place des Cubains, jamais je n'accepterai une réouverture de l'ambassade US sans que les troupes US n'évacuent enfin Cuba (la pointe de Guntanamo). Vous êtes sûr Philippe D que le gouvernement cubain le demandait ? Toujours pas d'infos en France comme pour l'Ukraine. Les drapeaux sont toujours un peu baissés à Cuba, ils ne seront relevés qu'au départ de l'invasion. Je suis par contre vraiment écoeuré de la soumission totale de l'UE aux USA. Qu'est ce qui empêchait la France d'avoir de bonnes relations avec Cuba ? Un regret de l'empire colonial ?
a écrit le 04/03/2015 à 8:54 :
Vous en êtes aussi sûrs à The Tribune ? en tout cas pas la Maison Blanche. Une des conditions imposées par le gouvernement cubain c'est l'arrêt total de la base américaine et le retour de Guantanamo à Cuba. Vous avez déjà des certitudes là-dessus ?
Réponse de le 04/03/2015 à 22:00 :
Les titres de La Tribune ont toujours été des forts candidats au Bêtisier de Fin d'Année et, croyez-moi, ils s'en sortent pas mal.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :