Possible reprise des négociations sur l'Aléna cette semaine

 |   |  384  mots
(Crédits : Yuri Gripas)
Les discussions en vue de renégocier le traité de libre-échange nord-américain (Aléna) pourraient reprendre cette semaine à Washington, selon des sources concordantes lundi.

La prochaine ronde de discussions pourrait démarrer "le 8 avril" (dimanche), a indiqué une source à Washington. Et l'administration Trump pourrait, au préalable, accueillir les négociateurs mexicains et canadiens "cette semaine" dans la capitale fédérale "pour tenter de résoudre les points contentieux restants", selon des sources de marché.

Un porte-parole du ministère mexicain de l'Economie, Edgar Trujillo, a confirmé à l'AFP que le ministre Ildefonso Guajardo devait "en principe" rencontrer le représentant américain au Commerce (USTR) Robert Lighthizer mercredi à Washington.

Mais cet entretien fait selon lui partie du processus habituel des négociations en cours, au même titre qu'une rencontre vendredi à Toronto entre M. Guajardo et la ministre des Affaires étrangères canadienne Chrystia Freeland.

"Cela fait partie du dialogue permanent entre les trois ministres", a affirmé M. Trujillo en soulignant n'avoir pas encore de confirmation sur la date du prochain round officiel de renégociation de l'Aléna.

Selon Karl Haeling, analyste chez LBBW US, "le marché a effacé un tiers de ses pertes lundi après des informations (de Bloomberg, ndlr) selon lesquelles Washington poussait à un accord de principe avec ses partenaires de l'Aléna en vue du Sommet des Amériques qui se tiendra au Pérou les 13 et 14 avril".

Un "désastre" pour Trump

Qualifié de "désastre" par Donald Trump, l'Aléna, en vigueur depuis 1994, est en cours de renégociation depuis août 2017. Une septième session de tractations s'était déroulée fin février au Mexique sans avancée concrète. Plusieurs sujets épineux demeurent en suspens en particulier les "règles d'origine" dans l'industrie automobile.

L'accord actuel spécifie qu'au moins 62,5% des composants d'un véhicule doivent être fabriqués dans l'un des trois pays signataires de l'Aléna pour que celui-ci soit exonéré de droits de douane.

Les États-Unis veulent faire passer ce pourcentage à 85%, et que 50% des pièces soient d'origine américaine, une proposition que rejettent le Mexique et le Canada.

L'administration Trump accuse l'Aléna d'avoir détruit l'emploi aux États-Unis. Elle le juge notamment responsable des délocalisations des constructeurs automobiles américains vers le Mexique où le coût salarial est moins élevé. Elle dénonce aussi l'important déficit commercial des marchandises avec Mexico (71,05 milliards de dollars en 2017).

(avec l'AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/04/2018 à 8:40 :
Puisqu'on ne peut pas commenter certains sujets, sauf les soldats néolibéraux qui commencent à manquer de substance forcément pour insulter trump, qui se rendent compte, une énième fois, qu'ils se sont trompés, soyez honnête avec nous et avec vous-même, fermez les commentaires hein.

LE fonctionnement démocratique ne fait pas de mal vous savez.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :