Pour lutter contre l'inflation, un responsable de la BCE suggère de taxer les riches et les superprofits

Le chef économiste de la Banque centrale européenne, Philip Lane, évoque l'idée de taxer les hauts revenus ou les superprofits d'entreprises pour financer les aides aux plus démunis face à l'inflation. Une mesure qui permettrait d'éviter de creuser les déficits publics. Un sujet régulièrement évoqué ces dernières semaines, notamment en France. Plébiscité par la gauche, le gouvernement a promis d'en « reparler » lors du débat budgétaire.
Pour Philip Lane, soutenir « ceux qui sont dans le besoin en augmentant les impôts a moins d'effet sur l'inflation que si vous augmentez les déficits ».
Pour Philip Lane, soutenir « ceux qui sont dans le besoin en augmentant les impôts a moins d'effet sur l'inflation que si vous augmentez les déficits ». (Crédits : Gary He)

Taxer les plus riches est un sujet qui anime les débats dans un contexte de crise énergétique et d'inflation au sommet. Philip Lane, chef économiste de la Banque centrale européenne (BCE) a tranché. Pour lui, pour des raisons à la fois macroéconomiques et d'équité, « les gouvernements devraient soutenir les revenus et la consommation des ménages et des entreprises qui souffrent le plus », a-t-il déclaré dans une interview au quotidien autrichien "der Standard" publiée ce mardi 27 septembre.

« La grande question est de savoir si une partie de ce soutien doit être financée par des hausses d'impôts pour les mieux nantis. Cela pourrait prendre la forme d'une hausse des impôts sur les hauts revenus ou sur les industries et les entreprises qui sont très rentables malgré le choc énergétique », estime cet influent membre du conseil des gouverneurs de l'institut monétaire.

La BCE prône des aides ciblées des États afin de protéger les ménages de l'impact de l'inflation, comme l'a encore déclaré sa présidente Christine Lagarde devant le Parlement européen ce lundi. « Si vous soutenez ceux qui sont dans le besoin en augmentant les impôts, cela a moins d'effet sur l'inflation que si vous augmentez les déficits », justifie Philip Lane.

Lire aussiFace à l'envolée des prix, l'économiste Joseph Stiglitz pousse les Etats à taxer les superprofits

Discussions à venir en France

L'idée de taxer les plus aisés revient régulièrement sur la table ces dernières semaines en France. La coalition de gauche Nupes a fait la semaine dernière une proposition de loi pour taxer les « superprofits » de « grandes entreprises », « majoritairement multinationales », au chiffre d'affaires supérieur à 750 millions d'euros, tous secteurs confondus. Et de cibler par exemple le groupe pétrolier TotalEnergies, le groupe pharmaceutique Sanofi et l'armateur CMA CGM, dans des secteurs où ont été réalisés des « bénéfices exceptionnels, décorrélés de toute innovation, gain de productivité ou décision stratégique interne à l'entreprise ».

La « contribution », qui s'appliquerait jusqu'au 31 décembre 2025, toucherait les entreprises dont le résultat imposable supplémentaire est au moins 1,25 fois supérieur au résultat moyen des années 2017, 2018, 2019, avec un barème progressif de taxation de 20%, 25% ou 33% des « superprofits ».

Lire aussiTaxation des « superprofits » : la gauche veut relancer les débats au Parlement

La question a aussi été évoquée lors des échanges à Matignon. « Dans une économie de guerre, il faut dégager des recettes exceptionnelles », a plaidé Patrick Kanner au nom des sénateurs PS. « On en reparlera » lors du débat budgétaire, a promis le ministre des Relations avec le parlement, Franck Riester, lors d'un point presse.

Le gouvernement espagnol a lui déjà annoncer travailler sur un impôt temporaire et exceptionnel pour les 1% les plus riches de la population, afin de financer les mesures mises en place pour atténuer l'impact de l'envolée de l'inflation.

Lire aussiTaxe sur les superprofits : ce qu'elle pourrait rapporter au fisc

L'ONU plaide aussi pour des taxes

Le secrétaire général de l'ONU a appelé la semaine dernière les pays riches à taxer les profits du secteur des énergies fossiles pour les redistribuer aux pays victimes des impacts du changement climatique et aux populations touchées par l'inflation. Pour Antonio Guterres, les entreprises du secteur des énergies fossiles qui « se régalent » des profits gonflés par la guerre en Ukraine « devraient passer moins de temps à faire de la publicité pour éviter un désastre de communication et plus à éviter un désastre planétaire ».

Le secrétaire général avait déjà dénoncé il y a quelques semaines la « cupidité » des grandes entreprises pétrolières et gazières qui réalisent des profits « scandaleux » sur « le dos des plus pauvres » grâce à la crise énergétique provoquée par cette guerre, appelant les gouvernements à les taxer. Mais il n'avait alors pas évoqué la possibilité de redistribuer une partie de ces taxes aux pays en première ligne face aux impacts du réchauffement dont charbon, pétrole, et gaz sont les premiers responsables.

Cette question des « pertes et dommages » déjà causés par la multiplication des événements météo extrêmes est devenue un point crucial des négociations climat et devrait être un enjeu majeur de la conférence climat de l'ONU COP27, qui se tiendra en Egypte en novembre.

Lire aussiCrise de l'énergie : l'ONU exhorte l'UE à ne pas se tourner vers les énergies fossiles

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 24
à écrit le 28/09/2022 à 17:21
Signaler
Tous ces discours oublient un peu vite (ou font mine d'oublier) que les plus grosses fortunes sont hors d'atteinte de notre bien-aimée Direction Générale des Impôts: entre les mains d'émirs moyen-orientaux, de footballeurs talentueux ou de chanteu(r...

à écrit le 28/09/2022 à 8:14
Signaler
Les vrai riches, ce sont les spéculateurs financiers. Le seul moyen de réguler l'économie mondiale est d'instaurer enfin une taxe sur les transactions financières. C'est le seul produit qui n'est pas encore taxé et c'est totalement inéquitable : l'én...

le 28/09/2022 à 12:57
Signaler
avec ces dirigeants et leur mentalité il n'est pas étonnant que la gestion de l'europe soit un desastre

à écrit le 27/09/2022 à 22:08
Signaler
Il veut davantage de recettes ? Qu'il commence par relancer l'économie en levant les sanctions qui nous asphyxient et nous privent d'énergie jusqu'à nous menacer de coupures de courant cet hiver...

à écrit le 27/09/2022 à 19:18
Signaler
Enfin des idées originales sans arrière pensée. Ce responsable de la BCE a dû faire ses études à Cuba.

à écrit le 27/09/2022 à 18:50
Signaler
Et de l'autre côté, l'on a CMA CGM, l'entreprise maritime française, qui bénéficie d'un statut juridique fiscal exceptionnel. Selon les données publiques disponibles sur Internet, l’impôt sur le résultat du groupe marseillais se serait déjà élevé à s...

à écrit le 27/09/2022 à 17:23
Signaler
Cela peut être compréhensible par le fait que toute création monétaire atterrit dans les banques off-shore après avoir circuler un... "certain temps" ! ;-) Tant que l'on considérera la monnaie comme un "but" au lieu d'un simple "moyen" d'échange, il ...

le 27/09/2022 à 18:28
Signaler
Moi je m'en fous de l'argent. Je veux simplement beaucoup de moyens d'échange et un edroit calme où ils puissent faire des petits. Hi hi hi.

à écrit le 27/09/2022 à 17:18
Signaler
Cela peut être compréhensible par le fait que toute création monétaire atterrit dans les banques off-shore après avoir circuler un... "certain temps" ! ;-)

à écrit le 27/09/2022 à 14:07
Signaler
ce responsable BCE avec la reine Christine est peut etre responsable de cette inflation, Aforce de faire fonctionner la blanche à billets on a devalué l'EURO 0,96

le 27/09/2022 à 17:54
Signaler
Où est le problème si vous consommez des produits locaux facturés en euros? Si vous placez votre capital à l'étranger il faut accepter le risque de change...

à écrit le 27/09/2022 à 14:06
Signaler
Le paradigme actuel profite essentiellement à la génération d'après guerre au détriment des générations suivantes, d'où des sociétés de plus en plus sclérosées et une énergie croissante dépensée à préserver le status quo...

à écrit le 27/09/2022 à 13:42
Signaler
La NUPES a donc fini par noyauter la BCE? Les fonctionnaires européens vont-ils aussi payer bientôt des impôts? .

à écrit le 27/09/2022 à 13:21
Signaler
Je suppose que ces messieurs donneront une large partie de leurs indemnités pour contribuer à cette campagne "bien pensante". Qu'ils commencent à publier leur déclarations de revenus ou nous indiquent où on peut la retrouver

à écrit le 27/09/2022 à 12:45
Signaler
wow! Lenine le tolerant juste car de gauche ne renierait pas un tel ami!! Principe de gauche : seme le bazar, met les gens dans la mouise, puis accuse les autres, c'est ecrit chez le maitre a penser.......Vu son poste je pense qu'il est au courant q...

à écrit le 27/09/2022 à 12:23
Signaler
On pourrait commencer par augmenter le taux marginal d'imposition.

à écrit le 27/09/2022 à 12:22
Signaler
On pourrait commencer par augmenter le taux marginal d'imposition.

à écrit le 27/09/2022 à 12:21
Signaler
En ces temps de nécessité de restructuration de notre économie en situation de plein emploi, il serait temps de demander aux entreprises de faire leur part dans l'aide à la mutation indispensable pour s'adapter. L'Etat et les associations sont incapa...

à écrit le 27/09/2022 à 12:14
Signaler
Je suis d'avis que ce ponctionnaire de la BCE quitte son siège doré pour requérir l'approbation des citoyens de son pays pour taxer les GAFAM profitant d'une fiscalité dérisoire en Irlande... La BCE n'est pas une tribune politique et son discour...

à écrit le 27/09/2022 à 11:49
Signaler
Dans notre démocratie ou l'on prône l'EGALITE, notre systeme fiscal n'a plus aucun sens ,avec les primes ceci primes cela exonérées d'impots !!! mais toujours pour les mêmes . A quand revenu égal impôts égaux !!!!!! ce qui ferait baisser les taux...

à écrit le 27/09/2022 à 11:47
Signaler
Tant que l'on n'interdit pas les paradis fiscaux tout ceci n'est que du vent. Parce que taxer les revenus des riches tout en leur permettant de ne pas déclarer leurs revenus c'est un peu gros quand même non ? C'est ce qui se fait depuis toujours.

à écrit le 27/09/2022 à 11:26
Signaler
Vu l'aversion de Macron pour les impôts pesant sur les nantis, ce gouvernement ne brisera pas le cocon fiscal qu'il leur a construit. Au cas où leurs énergies ne se libèreraient plus !!!!

à écrit le 27/09/2022 à 11:18
Signaler
Mais depuis le temps que nous - les économistes e-o financiers hétérodoxes - le prêchons, il serait enfin temps de le comprendre hors des clivages de la politique politicienne!

à écrit le 27/09/2022 à 11:13
Signaler
Taxer les fonctionnaires de ces organisations internationales serait un bon début.. il serait intéressant de connaitre les salaires, avantages en natures et impôt, non de Philip Lane, -ce n’est pas personnel-, mais d’une personne lambda ayant les mêm...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.