Pourparlers de paix à Malte sans la Russie mais avec l'Ukraine

Une troisième session de pourparlers soutenus par l'Ukraine pour mettre un terme à l'invasion russe débute samedi à Malte avec des représentants d'une cinquantaine de pays, en l'absence de la Russie.
Le plan de paix en dix points proposé par le président ukrainien Volodimir Zelensky prévoit le rétablissement de l'intégrité territoriale de l'Ukraine, le retrait des troupes russes, la protection de l'approvisionnement en nourriture et en énergie, la sécurité nucléaire et la libération de tous les prisonniers.
Le plan de paix en dix points proposé par le président ukrainien Volodimir Zelensky prévoit le rétablissement de l'intégrité territoriale de l'Ukraine, le retrait des troupes russes, la protection de l'approvisionnement en nourriture et en énergie, la sécurité nucléaire et la libération de tous les prisonniers. (Crédits : CARLOS OSORIO)

Des conseillers à la sécurité nationale d'environ 65 pays étaient réunis à Malte ce week-end afin de discuter du plan de paix pour l'Ukraine proposé par Volodimir Zelensky, sans la présence de la Russie. Il s'agit de la troisième réunion de ce type cette année, après celles de Djeddah et de Copenhague. Le plan de paix en dix points proposé par le président ukrainien Volodimir Zelensky prévoit le rétablissement de l'intégrité territoriale de l'Ukraine, le retrait des troupes russes, la protection de l'approvisionnement en nourriture et en énergie, la sécurité nucléaire et la libération de tous les prisonniers. Mais la Russie, qui a proclamé l'annexion des quatre régions ukrainiennes (Lougansk, Donetsk, Kherson et Zaporijjia en septembre 2022) et celle de la Crimée en 2014, a rejeté tout règlement qui impliquerait de céder ces territoires.

Des responsables ont déclaré qu'ils espéraient que la conférence, qui se tient à huis clos dans la salle de bal d'un hôtel maltais, déboucherait sur un accord en vue de l'organisation d'un sommet mondial pour la paix dans le courant de l'année. Les pourparlers permettront d'évaluer la capacité de Kyiv et de ses alliés occidentaux à obtenir un soutien continu et plus large, en particulier dans les pays du Sud, alors que le conflit entre Israël et le Hamas fait rage et détourne l'attention de la guerre en Ukraine.

Malte critiquée par la Russie

La semaine dernière, Moscou a critiqué Malte pour l'organisation de cet événement, le décrivant comme anti-russe et contre-productif. Le ministre maltais des Affaires étrangères Ian Borg a déclaré que Malte continuerait à soutenir les efforts visant à restaurer l'intégrité territoriale de l'Ukraine. « Bien qu'étant un pays neutre, nous ne pouvons pas ne pas condamner les injustices, les atrocités et les abus de pouvoir dans la région. Nous restons en première ligne pour condamner cette agression », a-t-il déclaré aux délégués.

Des conseillers diplomatiques d'une cinquantaine de pays ainsi que des institutions internationales devraient y participer, soit plus que les quelque 40 nations ayant pris part au sommet saoudien en août. Mais aucune liste officielle de délégués n'a été publiée, mais des responsables ont indiqué que des représentants de pays européens, sud-américains, arabes, africains et asiatiques étaient présents.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 2
à écrit le 28/10/2023 à 21:11
Signaler
"alors que le conflit entre Israël et le Hamas fait rage et détourne l'attention de la guerre en Ukraine." Déjà oublié les arméniens.

à écrit le 28/10/2023 à 19:16
Signaler
C'est intéressant de parler de paix sans la partie prenante essentielle qu'est la Russie ! Voilà qui va faire avancer les choses, assurément. Comme si la diplomatie ne servait à parler qu'avec nos amis...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.