Près d'un demi milliard de dollars, le dividende stratosphérique d'un dirigeant de fonds activiste

 |  | 425 mots
Lecture 2 min.
(Crédits : TCI fund)
Le milliardaire Christopher Hohn est à la tête du fonds spéculatif TCI qui prend régulièrement position sur les enjeux environnementaux ou les combats du mouvement Extinction Rebellion. Alors qu'il possède le fonds dans sa totalité - à l'origine de ce dividende exceptionnel -, il indique avoir réinvesti la majeure partie de ses gains.

Le patron du fonds spéculatif britannique TCI, Christopher Hohn, s'est attribué un dividende de près d'un demi milliard de dollars en 2020, soit une rémunération record au Royaume-Uni, profitant d'un bond des profits de sa société.

Le dirigeant, à la tête de The Children's Investment Fund (TCI), fonds qu'il détient à 100%, indique qu'il a réinvesti une grande partie de la somme, selon un document publié au registre du commerce en fin de semaine dernière.

Cette rémunération de 479 millions de dollars, pour l'exercice achevé fin mars, est la plus élevée jamais versée à un individu au Royaume-Uni, estime le quotidien The Guardian, qui révèle l'information lundi.

Elle correspond à 9.000 fois le salaire moyen dans le pays.

Dans le classements des grandes fortunes mondiales établies par le magazine Forbes, Christopher Hohn se classe 330ème, avec 5,9 milliards de dollars.

Un fonds activiste soucieux du combat d'Extinction Rebellion

M. Hohn bat le record de Denise Coates, la fondatrice du site de paris en ligne britannique Bet365, qui avait empoché en 2018 323 millions de livres de salaires et dividendes.

Le patron de TCI avait reçu 261 millions de dollars lors de l'exercice précédent, mais ses performances se sont nettement améliorées sur un an, si bien que le montant du dividende a décollé.

Le bénéfice avant impôt du fond est passé de 420 millions de dollars en 2018-2019 à 695 millions en 2019-2020.

Créé en 2003, TCI, qui gérait 30 milliards de dollars d'actifs en 2019, s'est fait connaître comme investisseur activiste en prenant des parts minoritaires dans de nombreuses entreprises avec l'idée de pouvoir en infléchir la stratégie.

Fin 2019, TCI avait menacé plusieurs multinationales dont il est actionnaire, comme Airbus, de faire obstruction aux conseils d'administration qui n'en feraient pas assez pour réduire leurs émissions de CO2.

Le fonds a son siège dans le très chic quartier de Mayfair à Londres mais la société qui le contrôle, qui appartient à M. Hohn, est elle enregistrée dans les îles Caïmans, un territoire britannique considéré comme un paradis fiscal dans la ligne de mire des autorités et associations anti-évasion fiscale et blanchiment.

Le dirigeant est l'un des mécènes les plus importants du Royaume-Uni. Il a versé quelque 386 millions de dollars à sa fondation en 2019 et cette année-là il avait même fait un don de 50.000 livres au mouvement écologiste Extinction Rebellion.

Lire aussi : Extinction Rebellion réussit une action de désinformation contre les médias

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/03/2021 à 13:27 :
Pendant que certain rament pour avoir une retraite décente, d'autres se gavent sans s’inquiéter de l'avenir! Les fonds de pensions sont votre avenir!
a écrit le 02/03/2021 à 8:44 :
De ceux qui peuvent encore sauver les milliardaires, ces derniers feraient mieux de réfléchir et de le suivre, mais bon on sait pas combien il en reste encore de vivants, personne n'a encore ouvert la porte des coffres forts sous terrain suisses dans lesquels ils se terrent.

Merci pour cet article.
a écrit le 01/03/2021 à 20:55 :
La royauté française de 1789 fait figure de saltimbanque à coté.
Les sommes n'ont plus de sens, pendant que le peuple anglais beigne dans une pauvreté absolue. Allez dans le nord du peuple, voir la situation des petites gens.
L'indécence à son comble, des gouvernements corrompus, ce grain galé protégé par Londres, sa fortune au Cayman.
Que le peuple anglais se soulève et prenne exemple sur la France de 1789.
a écrit le 01/03/2021 à 20:41 :
Un affairiste, planqué dans un paradis fiscal comme beaucoup de britanniques, qui a trouvé un bon filon.
Et une petite sponsorisation pour avoir des alliés "écolos" et masquer le fond !
a écrit le 01/03/2021 à 18:33 :
y avait un jeune russe y a qques annees qui avait aussi explose les compteurs avec son fonds
il avait des derives sur petrole ca avait explose
l'argent lui etait par la suite un peu monte a la tete, depuis on nen n'entnd plus parler
tiens, ca serait interesaant que piketty regarde qui est milliardaire 50 ans apres avoir ete declare milliardaire
ca reposerait le pb
ah ben non ca repose pas le pb pour des ideologues a la con deconnectes de la realite.........
a écrit le 01/03/2021 à 18:22 :
Un truc un peu à la Madoff ? Un Ponzie ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :