Qui a fait l'élection ?

Certains membres de la coalition qui a porté par deux fois Barack Obama au pouvoir ont déserté le camp de Hillary Clinton.

3 mn

Hillary Clinton a échoué à mobiliser assez les catégories sociologiques qui lui étaient a priori massivement favorables, comparé aux précédents scores de Barack Obama. Exemple avec les femmes, qui malgré les sorties sexistes du candidat Trump en campagne, l'ont largement préféré à la première femme qui se soit jamais présentée à une élection présidentielle. (Graphique réalisé par Statista)
Hillary Clinton a échoué à mobiliser assez les catégories sociologiques qui lui étaient a priori massivement favorables, comparé aux précédents scores de Barack Obama. Exemple avec les femmes, qui malgré les sorties sexistes du candidat Trump en campagne, l'ont largement préféré à la première femme qui se soit jamais présentée à une élection présidentielle. (Graphique réalisé par Statista) (Crédits : Statista*)

Comme pour la présidentielle de 2004, qui a finalement vu la victoire de George W. Bush, les instituts de sondage, donnant Hillary Clinton gagnante, se sont trompés. De même qu'une partie des médias, ils n'ont apparemment pas su prendre la mesure de la colère qui couve aux Etats-Unis. Trump a ainsi réussi à puiser dans le réservoir de voix apportées par une classe moyenne blanche inquiète de son déclassement économique et culturel, et plus que sceptique vis-à-vis de l'establishment politique, à Washington.

Elu par les femmes à 53% (contre 43% pour Clinton)

Si Donald Trump a été élu par les blancs (70% des électeurs) en général, il faut tout de même remarquer que 24% des jeunes latinos ont également voté pour lui, de même que 9% des jeunes noirs... Mais ce sont, comme attendu, surtout les hommes blancs, dont certains sont soupçonnés de refuser l'idée même d'une femme aux commandes, qui sont allés voter en masse pour Trump (63% contre 31% pour Clinton). Enfin, les femmes blanches, qui n'ont pourtant pas été épargnées dans la campagne par Donald Trump, l'ont également préféré (à 53%, contre 43 % pour Hillary Clinton). Seules les femmes blanches qui ont un diplôme universitaire, sur lesquelles le camp démocrate comptait beaucoup, puisqu'elles se prononcent en général en faveur des républicains mais semblaient avoir évolué ces derniers temps, ont préféré à 51% une femme démocrate. Certes, les démocrates ont réussi leur pari, mais cela n'a pas suffi, puisque 45% d'entre elles ont quand même voté pour Trump, de même que 62% des femmes sans diplôme universitaire...

Clinton n'a pas réussi à mobiliser autant qu'Obama

La victoire républicaine s'explique également par le fait que, côté démocrate, Hillary Clinton n'a pas réussi à mettre en place la coalition qui avait porté, à deux reprises, Barack Obama à la Maison-Blanche. Ainsi, si elle a bien remporté une large majorité du vote noir (88% contre 8% pour Trump), 93% de l'électorat afro-américain avait voté pour Obama il y a quatre ans. Même chose chez les jeunes, les moins de 30 ans représentant près de 20% de l'électorat. Obama avait obtenu 60% de leurs voix, Hillary Clinton n'en a emporté que 54%. Quant aux indépendants (31% de l'électorat cette année, contre 29% en 2012), ils se sont prononcés à 47% en faveur de Trump, contre 42% pour Hillary Clinton.

Enfin, on attendait beaucoup le vote latino, surtout après les sorties outrancières de Donald Trump à leur encontre. Certes, ils se sont mobilisés. Mais pas assez, manifestement, en particulier dans des Etats clés comme la Floride. Cet Etats indécis, qui pouvait basculer d'un côté ou de l'autre, s'est finalement positionné contre l'establishment et en faveur de Trump. L'électorat hispanique a bien préféré la démocrate, mais cela n'a pas suffi à contrebalancer le poids des autres électeurs de Floride, en majorité des blancs âgés. A l'échelle nationale, les électeurs hispaniques (11% de l'électorat) se sont prononcés en faveur de la démocrate (à 65%, mais c'est 6% de moins que pour Obama en 2012) et, en parallèle, Trump a réussi la prouesse de mobiliser 29% de cette catégorie, notamment des hispaniques évangélistes. Même chose dans d'autres Etats, la coalition démocrate a été trop faible. Ainsi, en Caroline du Nord, les afro-américains se sont largement prononcés en faveur de Hillary Clinton, mais pas assez pour contrer la forte mobilisation blanche en faveur de son adversaire.

Lysiane J. Baudu

(*) Graphique réalisé par Statista

___

> Suivez notre DIRECT : Trump 45e président des Etats-Unis
Retrouvez notre Dossier PRESIDENTIELLE AMERICAINE 2016

3 mn

Women for Future

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 1
à écrit le 10/11/2016 à 9:57
Signaler
Davos ?

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.