Ralentissement de la croissance économique chinoise en vue

 |   |  298  mots
Les analystes anticipent un ralentissement de la croissance chinoise en 2018
Les analystes anticipent un ralentissement de la croissance chinoise en 2018 (Crédits : China Daily CDIC)
Des experts sondés par l’AFP anticipent un ralentissement de la croissance chinoise à 6,7% au premier trimestre 2018.

Selon les analystes consultés par l'AFP, la campagne que mène Pékin contre l'endettement et les risques financiers pèse sur la croissance, et cette situation pourrait être accentuée par le risque d'une guerre commerciale avec les Etats-Unis.

C'est pourquoi, après avoir affiché 6,8% au quatrième trimestre 2017, ils anticipent un ralentissement à 6,7%.

Malgré une production industrielle et des ventes au détail en hausse en janvier et février, la lutte contre la dette chinoise publique et privée a freiné le développement du crédit.

Immobilier et infrastructures les plus touchés

Ces efforts pour limiter l'endettement du secteur financier  et lutter contre la "finance de l'ombre" (qui désigne les instruments de crédit peu régulés en-dehors des banques), plus concertés et plus importants qu'anticipéselon les experts de Fitch Ratings, portent atteinte au financement de l'économie dans son ensemble. Mais c'est le secteur de l'immobilier et  les investissements dans les infrastructures, les deux principaux piliers du PIB, qui en souffrent le plus.

Menaces de guerre commerciale avec les Etats-Unis

Dans le même temps, Donald Trump menace de taxer les importations chinoises à hauteur de 150 milliards de dollars, des mesures contre lesquelles le régime chinois a promis des représailles. Ces droits de douane ne sont pas encore appliqués mais Fitch Rating évalue que leur impact pourrait abaisser le PIB des deux pays de deux points en l'espace de deux ans.

Sur l'année, les experts anticipent la même croissance que celle que s'est prudemment fixée Pékin, soit 6,5% en lieu et place des 6,9% enregistrés en 2017.

Les statistiques officielles seront dévoilées mardi 17 avril. Le gouvernement chinois, par la voix du gouverneur de la banque centrale, annonce qu'elles seront « encore meilleures qu'attendu ». 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/04/2018 à 9:23 :
c est evident ! vu la politique protectionniste menee par les etats-unis ; a moins qu' une nouvelle reforme soit pronee par les chinois
a écrit le 17/04/2018 à 9:20 :
c est evident ! vu la politique protectionniste menee par les etats-unis ; a moins qu' une nouvelle reforme soit pronee par les chinois
a écrit le 16/04/2018 à 12:53 :
Le problème semble plus dans la dette que dans la croissance, certes les deux sont liés.

La Chine, contrairement à l'Europe et aux USA, a toujours quelques marges de croissance sur son marché intérieur, même s’ils sont déjà en surcapacités au niveau des infrastructures, de l’immobilier et d’une partie de leur industrie.

La guerre économique déclenchée par le Président Trump en fermant les frontières vient ajouter de l’instabilité. La situation devrait donc empirer, au moins cela pourrait obliger la Chine à stabiliser son modèle économique, à se reformer et à mieux réglementer ses organismes financiers, etc… (https://www.challenges.fr/monde/dette-chinoise-le-chef-de-la-banque-centrale-du-pays-extremement-inquiet_516384)

Par comparaison, on a d’un côté la Chine qui est dans une phase expansionniste au niveau mondial (avec la route de la soie, l’exportation, etc…) et de l’autre les USA qui actuellement se renferment sur leur marché intérieur, ce qui ne les empêche pas d’accroitre leurs déficits. Avec un endettement de 20000 milliards (110% du PIB - déficit = 4 % du PIB). Aux USA la dette va encore croitre suite à la baisse des impôts, baisse dont l’impact sera tout aussi cumulatif que les dépenses prévues, d’après les projections du Congressional Budget Office (https://www.cbo.gov/system/files/115th-congress-2017-2018/reports/53651-outlook.pdf).

Les politiques sont divergentes, mais toutes deux fondées sur un endettement excessif. La Chine serait entre 210% et 250% du PIB.
A noter que les investissements dans la « route de la soie » atteindraient 1000 Milliards de $, autant que leurs avoirs dans la dette américaine.
Une fois dépassé le cycle actuel de croissance et des taux bas on imagine la catastrophe qui s’annonce. Scénario le pire, si la Chine et les USA perdent leur crédibilité, une baisse du Yuan et du Dollar risquent de déstabiliser des économies mondiales qui disposent de peu de marges de manœuvre pour encaisser une nouvelle crise.

L’UE valeur refuge ?
Le risque d’une future crise devrait inciter les pays de l’UE à anticiper et en confortant leur union à redonner confiance au marché. La confiance nécessite des preuves, ce qui remet à l’ordre du jour les besoins de renforcement de l’eurozone et de passer à l’étape d’après, celle de la mutualisation partielle et de la création d’un Fond Monétaire Européen. La mise en place d’une gouvernance promet d’être compliquée, mais au moins peut on commencer par un noyau dur. Libre aux pays les plus imprégnés par le nationalisme de tenter leur chance seuls face à la Chine, aux USA et à la Russie.

Côté dettes, je n’ai rien trouvé sur le cas Chinois, mais une analyse du risque parmi d’autres : http://la-chronique-agora.com/piege-dette-etats-unis/

L’exception Russe, avec un endettement de moins de 15 % du PIB, à mettre en rapport avec les infrastructures et les services. A noter que c’est surtout leur manque de dépenses publiques et leurs ressources naturelles qui leur permettent ce taux exemplaire et qu’ils ont autant été touchés par la crise de 2008 que d’autres pays.

Le Japon par contre bat depuis longtemps tous les records d’endettement et sans quasiment aucune perspective de croissance, comme quoi d’autres phénomènes sont à prendre en compte dont celui de détenir sa propre dette. Il est vrai que dans leur contexte persistant de déflation ils peuvent aussi utiliser le subterfuge de la monétisation en faisant racheter leur dette par la banque nationale.
On peut se référer aux articles de spécialistes économiques, tel Gabriel François : https://globalix.fr/content/l%E2%80%99architecture-de-l%E2%80%99euro-en-question

Intéressant de comparer les évolutions économiques depuis 1945 sur le site : http://perspective.usherbrooke.ca/bilan/servlet/BMTendanceStatPays?codeTheme=2&codeStat=NE.CON.GOVT.CD&codePays=CHN&optionsPeriodes=Aucune&codeTheme2=2&codeStat2=NE.CON.GOVT.CD&codePays2=FRA&optionsDetPeriodes=avecNomP
a écrit le 16/04/2018 à 8:13 :
"Le gouvernement chinois, par la voix du gouverneur de la banque centrale, annonce qu'elles seront « encore meilleures qu'attendu »"

UN coup de gomme par ci une rature par là et les chiffres seront "meilleurs" c'est sûr mais bon à quel prix...

Les actionnaires milliardaires du monde se sont rués sur cette dictature et l'ont conforté, du coup nous avons une puissance économique majeur qui n'a absolument rien de démocratique et avec laquelle pourtant nos riches se compromettent jusqu'à la nausée.
a écrit le 15/04/2018 à 21:02 :
Un ralentissement de la croissance de 6.8% à 6.7%.
On peut s'attendre à une crise humanitaire sans précédent.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :