Mis sous pression par Pékin, Trump menace la Chine de 100 milliards de taxes en plus

 |   |  960  mots
(Crédits : Kevin Lamarque)
Engagé dans une lutte sans merci contre son déficit commercial, le président américain riposte aux mesures de rétorsion commerciales annoncées par Pékin, au risque de renforcer un conflit à l'issue incertaine et qui agite les marchés mondiaux. Soja, automobile, aéronautique... en cherchant à frapper le plus durement possible les régions qui ont voté en faveur de Trump, la Chine cherche manifestement à mettre le maximum de pression sur le 45e président des Etats-Unis.

Donald Trump a frappé fort jeudi en menaçant d'imposer 100 milliards de dollars de nouvelles taxes douanières sur les importations chinoises en riposte aux mesures de rétorsion annoncées par Pékin, au risque de renforcer un conflit commercial à l'issue incertaine.

"J'ai demandé au ministère du Commerce d'examiner si 100 milliards de dollars supplémentaires de tarifs douaniers seraient adaptés en application de l'article 301 (sur la propriété intellectuelle) et, dans ce cas, d'identifier les produits sur lesquels ils pourraient être imposés", a indiqué le président américain dans un communiqué.

Même s'il a clairement décidé de faire monter la pression d'un cran en répondant du tac au tac à Pékin, il ne s'agit pour l'instant que de menaces.

Inquiétude des investisseurs et des marchés

Le représentant américain au commerce (USTR) Robert Lighthizer a pris soin de noter dans un communiqué que, comme les mesures de rétorsion commerciale annoncées le 3 avril par les Etats-Unis qui ont provoqué l'ire et la menace de riposte de Pékin cette semaine, elles n'entreraient en vigueur qu'à l'issue d'un processus de consultation publique.

Pour autant, la perspective d'un conflit commercial en bonne et due forme inquiète les investisseurs et les cours de Bourse en ont pâti ces dernières semaines.

"Le président Trump propose une réponse appropriée à la récente menace de la Chine d'imposer de nouveaux tarifs douaniers. Après une enquête détaillée, l'USTR a trouvé des preuves irréfutables que les actions déraisonnables de la Chine menaçaient l'économie américaine", a-t-il poursuivi.

L'USTR dénonce une nouvelle fois des pratiques chinoises qui relèvent, selon les Américains, du pillage de la propriété intellectuelle des entreprises américaines qui veulent ou font affaire en Chine.

La Chine cible les régions qui ont voté en faveur de Trump

"Les économies dans le monde entier --y compris l'économie chinoise-- profiteraient de l'application en Chine de politiques qui récompenseraient réellement le dur labeur et l'innovation plutôt que de poursuivre ses politiques qui distordent le secteur vital de la haute technologie", a ajouté l'USTR dans son communiqué.

L'USTR poursuit :

"Malheureusement, la Chine a choisi de répondre par des menaces d'imposer des taxes injustifiées sur des milliards de dollars d'exportations américaines, y compris nos produits agricoles. Ces mesures feraient sans aucun doute encore plus de mal aux travailleurs, agriculteurs et entreprises américains."

En réponse à la publication mardi par l'administration Trump d'une liste provisoire de produits importés de Chine susceptibles d'être soumis à de nouveaux droits de douane, Pékin a répliqué avec une liste visant des produits américains plus stratégiques dont le soja, l'automobile et l'aéronautique pour un montant équivalant aux premières mesures annoncées mardi par Washington: 50 milliards de dollars.

Pékin a pris soin d'établir sa liste de futurs produits à taxer pour frapper le plus durement possible des régions qui ont voté en faveur de Donald Trump, selon les experts. Une manière d'exercer un maximum de pression sur le milliardaire, qui assure qu'il briguera un second mandat.

Protestation de la Chine auprès de l'OMC

La Chine a aussi effectué jeudi auprès de l'Organisation mondiale du commerce (OMC) une démarche officielle concernant la première série de taxes douanières prévue par M. Trump.

Dans le texte chinois, publié par l'OMC, la délégation chinoise auprès de l'organisation demande "des consultations" avec Washington "concernant les taxes (et) mesures" que M. Trump projette d'appliquer "à certains produits dans divers secteurs dont la construction mécanique, l'électronique, etc, en provenance de Chine".

Une "demande de consultations" est le premier pas vers une plainte formelle devant de l'organe de règlement des conflits de l'OMC.

Lutte sans merci de Trump contre le déficit commercial américain

Donald Trump s'est lancé dans une lutte sans merci contre le déficit commercial des Etats-Unis qu'il voit comme le signe de la faiblesse de ses prédécesseurs qui ont laissé le reste du monde tirer profit des Etats-Unis.

La Chine est particulièrement dans le collimateur. Le déficit commercial américain (375,2 milliards de dollars en 2017) Pékin a poussé M. Trump à demander aux responsables chinois de "réduire, immédiatement, ce déficit de 100 milliards de dollars".

Les derniers chiffres américains publiés jeudi montrent que depuis le début de l'année, le déficit sur le négoce de biens a encore augmenté de plus de 20%.

"Nous ne sommes pas dans une guerre commerciale avec la Chine, cette guerre a été perdue il y a de nombreuses années par des personnes stupides ou incompétentes, des personnes représentant les Etats-Unis", a déclaré M. Trump.

Détermination de la Chine qui refuse qu'on la "mette à genoux"

Côté chinois, la rhétorique n'est pas moins guerrière.

"Toute tentative de mettre la Chine à genoux par la menace et l'intimidation sont vouées à l'échec", a averti lors d'un point presse un porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Geng Shuang.

Le ministre des Affaires étrangères chinois, en visite à Moscou jeudi, en a appelé à la mobilisation internationale contre Washington, alors que M. Trump a ouvert plusieurs fronts dans sa quête "d'un meilleur deal".

"La communauté internationale doit s'opposer dans son ensemble à de telles actions unilatérales et violations des règles, défendre dans son ensemble la croissance de l'économie mondiale et aider ceux qui pensent que tout leur est permis à retrouver le bon sens", a déclaré Wang Yi lors d'une conférence de presse.

(avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/04/2018 à 15:52 :
@ Philémon,

le peuple Allemand n'y est pour rien, le gouvernement allemand par contre si, lui il y est pour quelque chose.
Les reformes Agenda 2010 de Schröder surtout.
Le vrai responsable en fait est probablement l'axe franco-allemand qui a conçu et imposé les traités tels qu'ils sont et qui avantagent surtout l'Allemagne et la France.
La situation actuelle de certains pays, surtout du sud, était prévisible, probablement aussi voulue. Que la France en soit victime elle même ne l'était pas.
Le grand avantage de l'Allemagne ce sont surtout sa position géographique et la taille de son marché intérieur, ajoutez a ceci le chauvinisme, voire nationalisme latent et vous aurez fait le tour.
Il est vrai que l'Euro a été introduit par nécessité politique.
L'essentiel serait de modifier les accords et d'avoir un budget pour la zone Euro afin d'arriver à une convergence des économies de la zone Euro.
a écrit le 08/04/2018 à 10:42 :
La question est de savoir si trump va aussi s'attaquer au déficite vis-à-vis de l'allemagne. Et ce malgré ses origines bavaroise.
a écrit le 07/04/2018 à 13:10 :
@ Philémon,
- - il est vrai que les Allemands sont plus riche que les français en moyenne, néanmoins il y a plus de pauvre en Allemagne qu'en France, la distribution de la riche étant plus équitable en France qu'en Allemagne. - Que les Allemands vivent en-dessous de leurs moyens c'est vrai et c'est là qu'est le problème.
S'il est vrai que l'on ne doit pas vivre au dessus de ses moyens, il est tout aussi vrai que l'on ne doit pas obliger un pays,la Grèce en l’occurrence, à vivre en dessous de ses besoins. - C'est exactement ce que l'Allemagne a fait.
La Grèce a été avant la crise le 5eme plus grand importateur d'armement du monde entre autres de sous marins allemand, ceci avec des crédits de banques allemandes. Que ne feraient pas pour l'excédent? -
Le nombre de suicide en Grèce a doublé depuis la crise et la mortalité enfantine est au plus haut d'Europe. Il n'y a pas que la France, qui, à la limite, pourrait y arriver, il faut considérer ce qui se passe dans les autres pays aussi. - Extrait du journal italien « Il fatto quotidiano » Migranti, l’anno scorso (2017) 285mila italiani hanno cercato fortuna all’estero.
D'ici à ce que, grâce à l'excédent allemand, on nous remette un Mussolini il n'y a pas des kilométrés.
Réponse de le 07/04/2018 à 18:37 :
@ 5 à 12

Votre commentaire est fort intéressant. Vous amenez des éléments et une perspective nouvelle à cette discussion. Vous avez mis aussi le doigt sur les situations grecque et italienne qui sont dramatique et intenable même à moyen terme... Mais la faute revient à mon avis à l'édification brouillonne et improvisée de l'UE et de la Zone Euro tout en ayant l'idée ingénieuse d'habiter la maison et d'agrandir la famille tout en construisant.

Mais de mon point de vue de non-européen, peut-on reprocher au peuple Allemand d'être efficace sur le plan industriel et excessivement prudent sur leurs dépenses courantes sachant que l'environnement européen est très fragile sur le plan politique ?
a écrit le 07/04/2018 à 6:45 :
@ johnmckagan, -
- Un excédent commercial permanent n'est pas acceptable.
Sur ce point Trump a raison.
Par contre, les sanctions ne doivent être qu'un moyen provisoire pour arriver à faire cesser les excédents commerciaux (Mittel zum Zweck)
Essayer de combattre les excédents chroniques et énormes comme ceux de l'Allemagne et de la Chine reviendrait à se laisser imposer un Modus Vivendi par d'autres.
Essayez de faire accepter à des Français des salaires et conditions de travail comme en Chine ou en Inde. Même le modèle allemand n'est pas applicable en France, il y a plus de pauvres en Allemagne qu'en France et les Français ont le droit de choisir leur modèle social sans avoir à se plier au Diktat allemand ou chinois pour éviter les déficits.
Il faut un accord au niveau mondial qui limite dans le temps et le volume les déséquilibres entre pays. Un accord qui rendrait les excédents moins intéressants et même sans intérêts.
L'excédent permanent par lequel l'Allemagne exporte son chômage nous rappelle le « Lebensraum » que Hitler voulait prendre à ses voisins. La loi du plus fort.
Voyez ce que l'Allemagne a fait à la Grèce et pas seulement pendant la guerre!
Réponse de le 07/04/2018 à 11:49 :
« Même le modèle allemand n'est pas applicable en France, il y a plus de pauvres en Allemagne qu'en France et les Français ont le droit de choisir leur modèle social » Vrai et Faux.

Je suis d’accord pour dire que le modèle allemand est incompatible avec les Français, mais il est faux de dire qu’il y a plus de pauvres en Allemagne... les Français semblent moins pauvres mais sont beaucoup plus endettés que les Allemands.

Regardez les dettes à la consommation et de l’immobilier entre la France et l’Allemagne, les niveaux de taxes et d’impôts, le poids de la dette publique, le taux de chômage, etc. La vérité c’est que les Allemands vivent en-dessous de leurs moyens et les Français font le contraire.
Réponse de le 07/04/2018 à 13:10 :
Les américains ont délocalisé eux-même leur production en Chine et personne ne les a forcé à le faire. Ce n'est pas des chinois ou des allemands qui ont délocalisé les usines, ce sont des américains.
Accuser les allemands et les chinois ne va donc pas ramener les usines aux usa.
a écrit le 06/04/2018 à 21:24 :
les US veulent s'en prendre aux voitures importées en leur appliquant plus strictement les normes, d'après le WSJ ("US looks to protect domestic car makers from foreign competition", Wall Street Journal, 06/04/2018).
Réponse de le 07/04/2018 à 12:41 :
J'ai cru voir il y a peu que Trump voulait relâcher les normes automobiles, trop strictes (& ambitieuses) donc pénalisant les constructeurs. Normes strictes dehors, lâches localement ?
a écrit le 06/04/2018 à 20:19 :
J'espère acheter prochainement ..., du Made In USA , à la place de la pacotille chinoise bon marché...qui au final est couteuse ...;-)
Réponse de le 06/04/2018 à 20:40 :
Oui, je suis d'accord avec vous... le produit chinois parait moins cher au premier abord... mais bien plus onéreux au final... parce que vous devez le remplacé beaucoup plus souvent... la qualité n'y est pas et toujours pas ! Quoi que l'on en dise, acheter chinois, il faut être riche au bout du compte !
Réponse de le 07/04/2018 à 11:09 :
Je vois , il y a les gentils américains d'un côté et les méchants chinois de l'autre. Il va peut-être falloir prendre un peu de recul.
a écrit le 06/04/2018 à 19:48 :
@ Frank,
- Ce qui parait utopique aujourd'hui peut par nécessité devenir réalité demain.
L’erreur a été de ne pas prévoir un garde fous contre les déséquilibres des balances commerciales et éviter ainsi les excédents de certains pays et les déficits d'autres pays désavantagés par des facteurs naturels ou par une situation exceptionnellement difficile.
Le libre échange illimité n'est possible qu'entre pays égaux.
a écrit le 06/04/2018 à 19:10 :
Trump s'imaginait que faire plier la Chine allait être aussi facile que faire plier la petite Corée du Sud sous protection militaire américaine.
Mais la vérité c'est que les USA vivent nettement au-dessus de leurs moyens, contrairement aux chinois. Les profiteurs ce sont les USA qui ont racketté l'étranger à coup d'amendes colossales, mais maintenant l'Europe ne se laisse plus faire.
Laissons les américains et les chinois se battre entre eux, il y a moyen de profiter de la situation.
Réponse de le 07/04/2018 à 11:02 :
Commentaire pertinent.
a écrit le 06/04/2018 à 19:06 :
Trump déplore les transferts de technologies des USA vers la Chine et joue les victimes. Il se moque du monde car ces transferts résultent toujours d'accords commerciaux passés par des sociétés américaines librement consentantes, avec des sociétés chinoises. Et ce, en toute légalité. Trump nous prend pour des imbéciles.
Réponse de le 07/04/2018 à 12:43 :
il parle essentiellement à ses sympathisants, à ses électeurs, en vue des prochaines élections. Le reste ce sont des 'détails'.
a écrit le 06/04/2018 à 18:21 :
Les Etats-Unis cumulent une balance commerciales et une balance des paiements déficitaires. Un peu comme la France...
Réponse de le 07/04/2018 à 13:11 :
Sans doute encore pire.
a écrit le 06/04/2018 à 16:54 :
c'est sans doute utopique à ce jour, mais une taxe d'équilibrage des échanges commerciaux serait un garde-fou contre les distorsions. Voir l'Allemagne ou la Chine engranger chaque année des centaines de milliards de dollars d'excédent commercial, et dans le même temps, voir les USA ou la France creuser leur déficit commercial ne peut que mener au clash à moyen ou long terme.
Une taxe d'équilibrage consisterait à taxer les produits provenant d'un pays A dont la balance commerciale est excédentaire vis-à-vis d'un pays B. Et plus l'écart grandirait, plus le taux augmenterait.
Chaque pays serait donc en mesure de décider puis d'ajuster une taxe, en fonction du déficit commercial qu'il enregistre avec ses pays fournisseurs.
Réponse de le 06/04/2018 à 20:27 :
@ Frank !!

La gigantesque puissance chinoise a été créée de toute pièce grâce aux pays occidentaux, alors il serait malvenu de commencer à chipoter sur la volonté des chinois d'être moins hégémonique sur le plan commercial. Qui se plaint en France des touristes chinois, de leurs achats, de leurs ''BIG'' investissements, pas grand monde, je suppose.

Les grandes entreprises américaines ont très largement profité des ateliers à très très bas coûts en Chine et en profitent encore. Les Allemands ont fait le parie de conserver leurs industries et de concevoir et fabriquer de la qualité partout dans le monde... on devrait les pénaliser parce qu'ils ont été plus nationalistes et plus fiers que les Français paresseux et grincheux ?

Alors, favoriser les tire-au-flanc, les assistés, les médicamentés, et les assistés... non merci !
a écrit le 06/04/2018 à 16:26 :
Le blond peroxyde devrait se mefier.
La Chine a un pouvoir infiniment plus puissant que ce president de pacotille.
Les tresearies bond.
1300 milliards de $ en reserve.
De quoi mettre l'economie us a genoux.
Certes, ce n'est pas dans son interet, puisqu'a terme cela impacterait ses echanges de commerce.
Trump doit cesser de claironner.
Réponse de le 06/04/2018 à 19:39 :
Pourtant il a bien raison, les Chinois pillent la propriété intellectuelle de l 'occident. Les USA sans doute mais l'Europe aussi.
Réponse de le 06/04/2018 à 19:43 :
@ matins calmes

Je dois ici casser un mythe qui perdure en Europe depuis trop longtemps.

Les États-Unis n'utilisent à peu près pas le levier des revenus que sont les taxes et des impôts... contrairement à certains pays européens. :-)

Ils ont notamment la capacité d'enrayer complètement leurs dettes en seulement quelques années s'ils appliquaient une taxe de vente fédérale de 3% sur les biens et les services. Plusieurs états américains n'ont pas de taxes à la consommation ou une taxe inférieure à 4-6-8%... Imaginez !!!

De plus, les États-Unis ont, sinon la plus faible assiette fiscale, sûrement la plus étalée sur des revenus plusieurs fois supérieurs aux pays européens... et dont la France est une championne toutes catégories.

La Chine est bien consciente de cette ''particularité'' américaine... et ils suffiraient que la population américaine (et très nationaliste) décide de mettre la main à la poche pour la bonne cause. Et, ne pensez pas que les milliardaires n'y contribueraient pas... bien au contraire.
a écrit le 06/04/2018 à 16:23 :
Trump ne parle plus beaucoup de dumping, car son dossier est très mauvais: il est évident que les salaires chinois sont beaucoup plus faibles que les salaires américains. Comme le sont les salaires indiens ou africains. Les Chinois ne font pas du dumping, ils vendent à leur prix de revient, c'est tout.
a écrit le 06/04/2018 à 14:49 :
Trump met le doigt là où ça fait mal, tout ce qu'il dit est vrai cette ruée vers le dumping chinois de la plupart des propriétaires d'outil de production était suicidaire, sauf pour les riches leur permettant bien entendu de devenir encore plus riche mais du coup nous nous retrouvons avec des croissances économiques qui ne profitent plus qu'à eux paralysant toute l'économie mondiale au final, sans parler du conservatisme mortifère que cette inertie exacerbe.

Non ce n'est pas du protectionnisme c'est un rééquilibrage sain que devrait demander d'ailleurs également l'europe si elle avait un minimum de puissance politique, ce dont hélas elle est dépourvue la condamnant par son incapacité à réagir à soutenir le dumping social chinois.

Hé oui c'est pas Trump le méchant dans l'histoire, la Chine a énormément gagné financièrement et technologiquement grâce au mode de fonctionnement dictatorial que tous les autres pays lui ont laissé appliquer il est normal qu'on lui demande de véritables contreparties.
Réponse de le 06/04/2018 à 15:33 :
Depuis toujours les américains sont gentils au monde il pouvaient faire ce que veulent même la guerre pour détruire les autres...
Réponse de le 06/04/2018 à 16:03 :
Oui la Chine fait du dumping social
Mais expliquez en quoi dans l'armement ou dans les amendes records contre des entreprises européennes où encore la manipulation du dollars et son utilisation judiciaire pour abattre des concurrents les USA sont différents de la Chine ?
Et je parle mrme pas de l 'obligation des entreprises de l 'UE qui sont espionnées à ciel ouvert par leurs concurrentes americaines grâce à l 'obligation qu'elles ont pour faire des affaires aux US de laisser des boîtes d'audit US vérifier leurs données.
Réponse de le 09/04/2018 à 14:38 :
"Depuis toujours les américains sont gentils au monde il pouvaient faire ce que veulent même la guerre pour détruire les autres... "

Alors dites nous en quoi le fait qu'ils soient gentils ou méchants apporte quoi que ce soit à la vérité ?

Vous feriez mieux de vous concentrer sur la réalité et nos vos croyances, ce sera bien mieux pour discuter économie, merci.

"Mais expliquez en quoi dans l'armement ou dans les amendes records contre des entreprises européennes où encore la manipulation du dollars et son utilisation judiciaire pour abattre des concurrents les USA sont différents de la Chine ?"

Je ne comprends rien, merci de vous vous exprimer plus clairement je vous prie. On parle de bien et de mal ou on parle d'économie là ? Hé ho !?

"Et je parle mrme pas de l 'obligation des entreprises de l 'UE qui sont espionnées à ciel ouvert par leurs concurrentes americaines grâce à l 'obligation qu'elles ont pour faire des affaires aux US de laisser des boîtes d'audit US vérifier leurs données. "

Notez quand même qu'un américain gagne 10 fois plus qu'un chinois, du coup ce dumping social imposé par les chinois et pas qu'aux américains, au monde entier doit cesser.

Et si le dumping social européen pouvait se taire ce ne serait pas du luxe, mais ne rêvons pas notre europe étant bien trop pitoyable pour cela.
a écrit le 06/04/2018 à 14:39 :
Trump est voué aux gémonies par les tenants obsessionnels de la "mondialisation", qui est en réalité de trouver l'endroit sur la planète où ils peuvent faire fabriquer leurs produits pour le coûts le plus bas possible. Je ne sais pas si Trump veut faire rapatrier une partie de la production vers les USA, mais il y a un logique dans son action, pouvons nous durablement tous délocaliser ?
a écrit le 06/04/2018 à 13:16 :
Soyons réaliste. Il est bien évident que l'on ne peut pas accepter des excédents permanents et énormes surtout comme ceux de l'Allemagne et de la Chine. Les excédents de l'Allemagne provoquent le chômage et l'exode des jeunes dans les pays déficitaires, ceux-ci se désindustrialisent, entre autres la France et l'Italie. Beaucoup de jeunes, souvent hautement qualifiés, quittent le vieux continent pour aller renforcer les économies Outre-Atlantique et Australie. Le dumping social compétitif, préconisé par l'Allemagne pour les pays déficitaires, n'est pas la solution, ces pays ne peuvent gagner cette compétition, étant défavorisés par des facteurs naturels et immuables dont ils ne sont pas responsable. Ces excédents chroniques et énormes causent des dommages irréversibles à l'UE. - Les voix du monde: Le nombre des expatriés est de plus en plus nombreux : 2,5 - millions de Français vivent hors de la France. La moitié des expatriés sont en Europe. - 24 ORE Italia : 2017 Oltre 250mila italiani emigrano all’estero, quasi quanti nel Dopoguerra
Réponse de le 06/04/2018 à 16:11 :
Et tous ces expats font plus pour le rayonnement de leur pays et son commerce exterieur (et oui, expat moi-meme, j'aime bien continuer a consommer français de temps en temps!) que nos braves grevistes compulsifs.
Réponse de le 06/04/2018 à 19:03 :
En fait vous changez de pseudo mais vous écrivez exactement la même chose.
Réponse de le 06/04/2018 à 23:45 :
La France n'est qu'en 5 eme place en nombre d'expatriés, bien loin derrière la GB, l'Allemagne, l'Italie et même le Canada.

https://www.justlanded.fr/francais/Common/Footer/Expatries/Combien-d-expats-sont-ils

Et c'est bien dommage car les expatriés créent une diaspora et ramènent de bonne pratiques de l’étranger.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :