Rare pays en croissance en 2020, la Chine sera-t-elle la nouvelle locomotive économique ?

 |  | 1659 mots
Lecture 9 min.
Relance de la consommation intérieure, autonomie technologique et accélération de la transition écologique figurent parmi les priorités fixés par le plan quinquennal dévoilé dernièrement par les autorités chinoises.
Relance de la consommation intérieure, autonomie technologique et accélération de la transition écologique figurent parmi les priorités fixés par le plan quinquennal dévoilé dernièrement par les autorités chinoises. (Crédits : Reuters)
Les bonnes performances économiques affichées récemment par la Chine en pleine pandémie de Covid-19 lui permettront-elles d'endosser le rôle de "locomotive" du monde d'après ? Le pays mise en tout cas sur de nouveaux relais de croissance pour continuer de peser sur la scène internationale.

Premier pays touché l'an dernier par le nouveau coronavirus, la Chine sera aussi la première grande économie à renouer avec la croissance sur l'année 2020, avec un PIB attendu à +1,9%, selon le FMI (tandis qu'il doit chuter à -8,7% en France, prévoit la Banque de France).

Mieux, malgré la pandémie, la Chine est parvenue à accroître sa part de marché dans le commerce mondial, et ce, à une vitesse inédite, selon une note de l'assureur-crédit Euler Hermes publiée le 19 octobre dernier. Toujours d'après l'étude, près 25% des exportations totales dans le monde proviennent désormais de l'Empire du Milieu, contre environ 20% avant la pandémie. Ces résultats sont-ils en train de positionner le géant asiatique en locomotive économique du monde d'après ?

Lire aussi : Chine: les exportations s'envolent, les importations font grise mine

La Chine, précise Euler, a en réalité profité de l'augmentation de la demande globale en matière de biens médicaux et d'équipements liés au télétravail, en pleine crise sanitaire.

Un rebond moins fort que pendant les années fastes

Rien que sur le troisième trimestre de cette année, le PIB chinois a bondi de 4,9%, au moment où la plupart des grandes économies demeuraient plombées par la pandémie.

« Les chiffres de la croissance du PIB en Chine au troisième trimestre sont légèrement inférieurs aux attentes, mais, de manière générale, ils montrent l'importance de la maîtrise de la propagation du virus comme moteur de la reprise », note Salman Ahmed, responsable mondial de la Macroéconomie chez Fidelity International dans un communiqué.

Selon Rajiv Biswas, du cabinet IHS Markit cité par l'AFP, l'économie chinoise va par ailleurs "continuer à prendre de la vigueur" ces prochains mois, portée notamment par la consommation intérieure et les fêtes de fin d'année, généralement propices aux exportations.

D'après le FMI enfin, la Chine retrouverait une croissance de plus de 8% en 2021, sans même connaître de récession...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/11/2020 à 11:54 :
Un article pour pas grand chose. Suffit de se demander à qui profite le crime.
a écrit le 08/11/2020 à 8:34 :
plus de 300% d'endettement du PIB !
a écrit le 07/11/2020 à 12:26 :
Elle possède un marché intérieur qui permettra de faire tampon quel que soit le problème!
a écrit le 07/11/2020 à 9:32 :
Comme quoi, un régime autoritaire et nationaliste n'est pas si mauvais que ça pour l'économie à long terme. Depuis 1968, la France a fait le choix de l'anti-racisme, on va bientôt mesurer les conséquences de cette si grande vertu.
Réponse de le 08/11/2020 à 12:56 :
Je ne comprends rien à votre propos. Que veux dire "la France a fait le choix de l'anti-racisme ?" Est-ce une politique économique, vu que vous parlez de l'économie chinoise juste avant ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :