Rencontre Trump-Juncker : une trêve dans les tensions commerciales

 |   |  794  mots
À en croire Donald Trump, « une nouvelle phase » commence dans la relation entre l'Europe et l'Amérique après l'accord qu'il a noué avec son homologue européen Jean-Claude Juncker.
À en croire Donald Trump, « une nouvelle phase » commence dans la relation entre l'Europe et l'Amérique après l'accord qu'il a noué avec son homologue européen Jean-Claude Juncker. (Crédits : Reuters)
Donald Trump et le chef de l'exécutif européen Jean-Claude Juncker se sont efforcés, le 25 juillet, de désamorcer la crise née des tarifs douaniers imposés par Washington, annonçant toute une série de mesures et de "concessions" portant sur l'agriculture, l'industrie et l'énergie. Les Européens ont obtenu l'essentiel : la suspension de toute nouvelle surtaxe, le temps de trouver un accord "pour parvenir à un zéro tarifs douaniers". La menace de taxer à 25% les importations d'automobiles européennes sur le sol américain est repoussée, selon une source européenne. En contrepartie, l'UE s'engage à accroître les importations de gaz et de soja américains.

Pour ce premier face-à-face, le chef de l'exécutif européen, reçu à la Maison Blanche le 25 juillet, espérait dissuader Donald Trump de taxer les importations automobiles ; une mesure qui pourrait être annoncée dès le mois d'août "au nom de la sécurité des États-Unis" et qui, de fait, inquiète beaucoup les Européens. L'Allemagne est particulièrement concernée par cette disposition car, là-bas, ce secteur clé emploi quelque 800.000 personnes. Mais c'est finalement sur l'acier qu'il a surtout convaincu le président américain de revoir sa position.

Toujours dans l'objectif de désamorcer une crise qui perdure depuis plusieurs mois, les deux hommes ont annoncé d'autres mesures, de court terme, sur l'agriculture, l'industrie et l'énergie. Voici les principales.

--

--

Vers un "zéro tarifs douaniers" dans les échanges industriels, hors automobile

Parlant d'un "grand jour" pour le libre-échange et évoquant une "nouvelle phase" dans les relations entre les États-Unis et l'UE, Donald Trump a mis en avant leur volonté commune d'aller à terme vers un "zéro tarifs douaniers" dans leurs échanges industriels, exception faite sur secteur automobile.

Le locataire de la Maison Blanche a en effet promis de "résoudre" la question des tarifs douaniers américains de 25% sur l'acier et de 10% sur l'aluminium européens. Ce sont précisément ces taxes, en application depuis le 1er juin, qui avaient mis le feu aux poudres en Washington et Bruxelles. Il n'a cependant pas précisé si cela signifiait que l'administration Trump allait surprendre, voire supprimer ces taxes.

De son côté, Jean-Claude Juncker n'a pas précisé lui non plus si les représailles européennes à ces taxes allaient aussi être levées.

En d'autres termes, les deux parties sont simplement tombés d'accord pour ne pas annoncer de nouvelles sanctions tant que leurs discussions sont réengagées. Néanmoins, devant les journalistes, ce dernier a estimé qu'il s'agit là d'une "concession majeure" de la part de Trump et plusieurs représentants de l'UE considèrent d'ailleurs l'accord obtenu sur ce point comme un succès important.

"C'est la première fois que les Américains acceptent de réévaluer la mesure qu'ils ont prise dans les secteurs de l'acier et de l'aluminium."

--

--

Selon une source européenne, concernant le secteur automobile, aucun nouveau tarif douanier ne sera imposé sur les importations de voitures européennes aux États-Unis. La Maison Blanche avait pourtant chargé, fin mai, son département au Commerce d'examiner la possibilité d'imposer des taxes supplémentaires allant jusqu'à 25% sur ce secteur stratégique de l'économie mondiale.

L'UE va acheter "beaucoup de soja"

D'autres mesures, plus de court terme, ont été annoncées lors de la conférence de presse post-rencontre. Sur l'agriculture, par exemple. L'Union européenne va commencer "presque immédiatement" à acheter "beaucoup de soja" aux producteurs américains, a déclaré le président républicain sans toutefois annoncer de volume.

La question du soja pourrait d'ailleurs susciter des frictions en Europe alors que 94% du soja planté aux États-Unis est génétiquement modifié pour résister aux désherbants, selon des données du ministère américain de l'agriculture, l'USDA. Il s'agira de commercialisation puisque la culture de soja génétiquement modifié est interdite en Europe. Le soja devra aussi avoir été au préalable homologué par l'UE.

L'UE importe actuellement beaucoup de soja des pays d'Amérique latine car depuis l'accord agricole de Blair House (accord bilatéral UE/USA de 1992), elle a renoncé à cultiver du soja.

Hausse des importations de gaz naturel liquéfié

Lors de ces pourparlers, L'UE s'est également engagée à augmenter ses importations de gaz naturel liquéfié en provenance des États-Unis. Le journal Les Echos ajoute également qu'elle a aussi accepté de discuter des normes réglementaires pour faciliter l'accès aux matériels médicaux américains sur le marché européens - des biens récemment visés par des mesures de rétorsion chinoises, comme le soja d'ailleurs et certains produits énergétiques.

Réformer de concert l'OMC

Enfin, les deux continents vont travailler de concert afin de réformer l'Organisation mondiale du commerce (OMC) pour "s'attaquer au problème de pratiques commerciales déloyales incluant le vol de la propriété intellectuelle, le transfert forcé de technologies, les subventions industrielles, les distorsions créées par les entreprises d'Etat et la surcapacité", a détaillé le président américain, des propos qui vise la Chine.

(avec AFP et Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/07/2018 à 20:02 :
Je lis les commentaires; indépendamment de leurs contenus que considère comme souvent pertinents, je m'étonne qu'on puisse aujourd'hui commenter des intentions aussi peu chiffrées, aussi floues, et qui tiennent d'abord pour Trump de la propagande à destination de son electorat; Quand on sait avec quelle vitesse il dit le contraire de ce quil vient de declarer, une sage prudence serait d'attendre .Une seule chose parait acquise, le fameux "couple"franco-allemand a du plomb dans l'aile dès que les intérêts de chacun divergent.
a écrit le 28/07/2018 à 8:09 :
Pas d'intérêt à importer du soja ogm américain, les usa veulent rentabiliser la perte des importations stoppé par les Chinois : la crise commerciale M Trump l'a voulu : maintenant il l'assume.
Le soja ogm est un perturbateur endocrinien, allérgène...
Si l'Europe fait ça : ça va les discréditer sur les actions de lutte (prévention santé) et protection des consommateurs européens
Réponse de le 28/07/2018 à 18:29 :
L' UE se fiche bien de votre santé et de la mienne, pensez glyphosate, pensez printemps voyons !
Réponse de le 29/07/2018 à 23:03 :
Le glysophate est cancérigène : pas normal que ce n'est pas interdit en France ( envisagé en 2022!! Monsieur Philippe peut mettre la vitesse à 30 km sur les toutes de France...)
Le Sri Lanka a interdit
Ce poison 2015!
a écrit le 28/07/2018 à 7:48 :
ce matin jus de soja, tartines de soja beurrée a la creme de soja.
A midi faux gigot au soja avec boisson soja sun.
merci juncker, heureusement le soja est versatile.
a écrit le 27/07/2018 à 22:39 :

Il serait intéressant de montrer comment l'accord commercial Trump - Juncker est totalement en faveur des États-Unis et totalement en défaveur de l'Europe, notamment de la France, car même Macron a dit qu'il n'était pas favorable à cet accord, c'est dire à quel point il doit être défavorable pour la France.

Ainsi, encore une fois, on constate que l'appartenance à l'UE n'est pas favorable aux économies de l'Europe et en particulier à celle de la France.

À comparer le triomphe de Trump et le scepticisme de Macron...

http://www.20min.ch/…/Apres-l-accord-avec-l-UE--Trump-crie-…

https://www.lematin.ch/…/macron-favorable-ac…/story/25067750
a écrit le 27/07/2018 à 21:49 :
« Nous venons d’ouvrir l’Europe pour vous, agriculteurs ! », a lancé le président républicain au cours de sa visite d’une ferme dans l’Iowa." https://www.lemonde.fr/…/accord-commercial-entre-washington… Article un peu creux, qui ne dit rien de concret sur l'accord. Mais si Trump dit vrai, l'Allemagne sort grande gagnante (puisque c'est elle qui exporte des berlines de luxe), et les pays de l'UE qui ont un fort secteur agricole sont les sacrifiés (France et Pologne en tête).
Et Macron de prétendre que c'est faux, que l'UE n'a pas la compétence de négocier la politique commerciale..

Donc Juncker, qui s'est déplacé pour rendre visite à Trump, a favorisé Merkel au détriment de l'agriculture française. Il a négocié tout seul dans son coin.. Le TAFTA ne passait pas, il ne lui restait plus qu'à tout décider tout seul, sous la seule surveillance de Merkel.
De ce fait même, l'U.E a éclaté.. Frexit, UPR vite ..

https://www.lemonde.fr/international/article/2018/07/27/accord-commercial-entre-washington-et-bruxelles-trump-exulte-macron-temporise_5336428_3210.html
a écrit le 27/07/2018 à 13:36 :
L'UE s'exécute devant Trump. et non le contraire.
Les opposants à Trump garantissaient un effondrement du PIB américain et des guerres (accessoirement on entend plus parler d'ISIS/DAESH et le terrorisme semble reculer en UE).
Avec Trump, les usines re-investissent en centaines de milliards aux US, leurs hauts fourneaux fonctionnent (ils ont tous fermés en France), et le chômage américain n'a jamais été aussi bas, toutes catégories confondues.
le secrétaire américain au Commerce: "La première obligation d’un pays est de protéger ses citoyens et ses moyens de subsistance. Or, depuis des années, les États-Unis se voient appliquer des tarifs, des règles et des normes discriminatoires et asymétriques. D’où l’action engagée pour y mettre fin. On peut appeler cela populisme, cela peut déplaire, mais c’est notre politique".
elle fonctionne, et très bien.
Trump est le plus grand président américain depuis Reagan. Il l'a même dépassé.
Réponse de le 27/07/2018 à 13:56 :
"Trump est le plus grand président américain depuis Reagan"

J'étais d'accord avec vous jusque là.

Reagan c'est justement l'initiateur du TINA, il n'y a pas d'alternative il faut que l'argent soit le maitre de tout, or Trump est en train justement, par les mesures dont vous parlez, et par un retour du politique plus que jamais, de réindustrialiser le pays desserrant progressivement les griffes de la finance qui s'attaquait aux états unis comme elle a anéanti l'UE.

Reagan c'est la délocalisation de masse en Chine, c'est la baisse du budget.

Un bon président américain, Reagan, j'aurais tout lu ici...

"La déferlante néolibérale des années 1980" https://www.monde-diplomatique.fr/publications/manuel_d_histoire_critique/a53288
Réponse de le 27/07/2018 à 15:51 :
@citoyen.
... depuis George Washington si vous voulez.
(Reagan n'est pas le sujet ici mais ses successeurs: Bush Sr/Jr, Clinton puis Obama avec les résultats que l'on sait).
a écrit le 27/07/2018 à 12:25 :
Désolé, Monsieur Junker, mais je ne veux pas bouffer, par personne interposée, du soja au glyphosate, pour sauver l'industrie allemande.
a écrit le 26/07/2018 à 16:52 :
JUncker est allé défendre l'oligarchie européenne devant Trump allant proposer de nous vendre aux américains avec un peu de chance. JE prends en tout cas ! Achetez nous svp et sortez nous de cet enfer financier européen svp !

"L'AFFAIRE JUNCKER : Un Scandale Au Coeur De L'Europe" https://www.youtube.com/watch?v=bpYVco9IdYk

Bientôt vous prendrez n'importe quel responsable européen, vous taperez "affaire" juste devant sur votre moteur de recherche préféré et vous aurez de quoi lire !

On va nous faire passer l'évadeur fiscal pour un héros maintenant alors qu'il a du vendre un peu plus l'UE... Vite un frexit.
a écrit le 26/07/2018 à 15:24 :
"L'Union européenne va commencer "presque immédiatement" à acheter "beaucoup de soja" aux producteurs américains, a déclaré le président républicain sans toutefois annoncer de volume."

Il fallait bien se douter qu'en envoyant un gars aussi compromis que Juncker là bas on allait y perdre...

Vite un frexit.
Réponse de le 26/07/2018 à 16:51 :
Je suis rarement en accord avec vos commentaires mais concernant l'inamovible M. Juncker élu par les magouilles politiciennes des chefs d'état et de gouvernements et non pour des valeurs à défendre l'Europe, on ne pouvait que se faire rouler dans la farine (du soja) par M. Trump qui a bien analysé le ridicule ex magouilleur fiscal du Luxembourg mandaté par les responsables de nos pays dont M. Macron lui aussi une grande déception plus dans le discours que dans l'efficacité à défendre l'Union. . Par contre pour le frexit nous serons toujours en contradiction.
Réponse de le 26/07/2018 à 18:16 :
Si je peux me permettre l'UE n'est pas qualifiée pour acheter du soja, ce sont les acteurs privés qui le font. Donc cette promesse est du vent et en plus l'achat de soja américain a déjà commencé il y a quelques mois..
Et je vais un peu détailler: la Chine s'est mise à acheter du soja brésilien suite à la guerre commerciale ce qui a fait chuter le cours du soja américain qui pour les européens est devenu le soja le moins cher !
Réponse de le 27/07/2018 à 10:47 :
Ouais enfin si les prêcheurs néolibéraux pouvaient tous bavarder en dehors de mes commentaires cela ne serait pas du luxe.

Merci.
a écrit le 26/07/2018 à 13:16 :
Trump déclare la fin de la guerre commerciale parce-que l'UE va acheter ... du soja! Et le tout encore une fois sans engagement chiffré ! Trump s'est déjà fait avoir par la Chine de cette façon là. Cerise sur le gâteau, Trump veut maintenant s'allier à l'UE contre la Chine puisque c'est bien ce pays qui est visé. Comme je l'avais annoncé, les USA n'ont pas les moyens de lutter contre l'UE et la Chine simultanément, Trump a donc perdu énormément de temps et a laissé aux chinois le temps de s'organiser. L'UE a fait planer la menace d'une alliance avec la Chine et les USA sont donc obligé de plier et d'abandonner le bras de fer avec l'UE pour suivre l'UE dans son sillage. Trump est une bénédiction, il a cassé le statut de vassal de l'UE et en montrant les limites de la puissance américaine va être obligé de traiter l'UE d'égal à égal.
Réponse de le 26/07/2018 à 16:59 :
Je ne vois pas à la lecture de cet article la fin d'une Europe accrochée aux US ou/et à la Chine et indépendante. Bien au contraire L'Europe est comme toujours entrain de voyager entre Pékin et Washington car elle n'a pas de politique économique au niveau de notre continent.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :