Rishi Sunak prépare les Britanniques au retour à une politique d'austérité budgétaire

Le Premier ministre britannique veut assainir la situation financière du pays, ce qui passerait, selon la presse d'outre Manche, par des mesures permettant une économie de 57 milliards d'euros sous la forme de hausses d'impôts et de baisses des dépenses publiques.
Rishi Sunak, le Premier ministre, et son chancelier de l'Echiquier, Jeremy Hunt.
Rishi Sunak, le Premier ministre, et son chancelier de l'Echiquier, Jeremy Hunt. (Crédits : Reuters)

« Il y a des décisions difficiles à prendre » mais « nous allons être justes sur la manière dont nous allons les aborder », a promis samedi Rishi Sunak, le Premier ministre britannique, dans un entretien accordé au quotidien The Times, dix jours après son arrivée à Downing Street après la démission de Liz Truss.

Le gouvernement doit dévoiler le 17 novembre ses arbitrages budgétaires, au moment où le Royaume-Uni subit de plein fouet une inflation record et des inquiétudes financières provoquées par le précédent gouvernement conservateur de Liz Truss.

Selon plusieurs médias britanniques, le Premier ministre et son chancelier de l'Echiquier Jeremy Hunt envisagent jusqu'à 50 milliards de livres (57 milliards d'euros) de hausses d'impôts et de baisses de dépenses pour rassurer sur la stabilité à long terme des finances publiques, laissant augurer un retour de l'austérité.

« Le gouvernement ne peut pas tout faire »

Mais il a prévenu que « le gouvernement ne peut pas tout faire » et qu'il devra choisir les priorités. Sinon « cela veut dire emprunter de l'argent, ce qui entraîne à la fin, comme nous l'avons vu, une forte inflation, une perte de crédibilité et des taux d'intérêts qui grimpent », a-t-il défendu.

« Je pense que l'inflation est l'ennemi numéro », a encore affirmé Rishi Sunak, promettant de s'attaquer au problème, alors que la Banque d'Angleterre a encore fortement augmenté ses taux cette semaine pour tenter d'endiguer la hausse des prix, qui a atteint un pic de 10,9% en octobre dans le pays. Les Britanniques subissent de plein fouet les hausses de prix mais aussi celle des taux d'intérêt qui renchérit le coût des crédits immobiliers.

De nombreux mouvements de grève

Le pays connaît de nombreux mouvements de grève ces derniers mois pour des hausses de salaire et une manifestation est prévue samedi à Londres pour protester contre cette crise du coût de la vie et pour réclamer des élections générales, au moment où les conservateurs au pouvoir depuis 12 ans sont à la peine dans les sondages face à l'opposition travailliste.

« Ma mission est de reconquérir la confiance des Britanniques » en « agissant sur les questions qui préoccupent les gens », a affirmé le Premier ministre. « Je suis quelqu'un en qui ils peuvent avoir confiance pour comprendre l'économie », a-t-il insisté, dans une pique à peine voilée à sa prédécesseure, restée moins de 50 jours à Downing Street.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 14
à écrit le 06/11/2022 à 9:32
Signaler
Rishi Sunak :« Le gouvernement ne peut pas tout faire » Jospin : « l’État ne peut pas tout » Macron : «Il ne faut pas tout attendre de l’État»

à écrit le 05/11/2022 à 22:12
Signaler
Plus s'est gros et grotesque, plus ça passe! Cet ancien analyste de Goldman Sachs ferait bien d'expliquer aux ignares comment l'austérité - de 2009 à 2019 - a conduit les politiques monétaires non conventionnelles des principales banques centrales de...

le 06/11/2022 à 18:36
Signaler
Pour que il y ait vrai ruissellement il n'y a pas de raccourcis: il faut qu'en bas ça étudie et ça travaille sinon ça ne mérite pas de ruisselement

le 06/11/2022 à 19:53
Signaler
Adieu bce ce que vous dites est faux , si vous observez bien la grille de répartition de la richesse d'une entreprise vous constaterez que les productifs sont les moins bien servis contrairement aux fonctionnels qui captent le plus gros de la riches...

le 06/11/2022 à 20:03
Signaler
En effet et je viens de le découvrir tardivement les grandes entreprises après avoir sous-traité massivement externalisent sans vergogne une partie de leurs services auprès de prestataires à qui elles imposent des cahiers des charges intenables avec ...

à écrit le 05/11/2022 à 18:06
Signaler
alors que le pays est déjà très mal en point suite à la crise de 2008 et la forte austérité qui a suivi. salaires après inflation qui ont stagné durant la décennie 2010 alors qu'il y a eu une bonne progression chez nous (OCDE), taux de pauvreté de ...

le 05/11/2022 à 20:52
Signaler
Ainsi parlait macronsoutha.. le déni, la fake news, la propagande et le prosélytisme.. heureux les simples d'esprit.

à écrit le 05/11/2022 à 16:31
Signaler
Bonjour, Ils faut dire que dans une période de récession économique, le mieux est de rentrée dans une reduction des dépenses... Reste qu'ils est souhaitable pour se pays de favoriser tous les échanges économique avec les pays amis ..

à écrit le 05/11/2022 à 15:45
Signaler
C'est même pas seulement de l'austérité qu'il faut maintenant, c'est du malthusianisme. En fait, tout le contraire du keynésianisme, qui n'est plus du tout adapté aux problèmes du 21ème siècle

le 05/11/2022 à 18:49
Signaler
Oui, il faut changer de logiciel, et ne plus aider les feineants à surconsommer et polluer avec l'argent public. Moins de redistribution, principe du pollueur-payeur appliqué sans moderation à tous jusqu'à rendre prohibitif certains importations et t...

à écrit le 05/11/2022 à 14:27
Signaler
Tout l'argent que la GB donnait à l'UE, c'était combien ? Il ne part plus maintenant. Ça doit aider un peu. S'ils paient un peu plus d'impôts, les riches le sentiront dans leur comptabilité ? Ça va les faire fuir (en Australie ? :-) ) ?

le 06/11/2022 à 20:09
Signaler
La GB en recevait également de l'UE !!!

le 06/11/2022 à 23:20
Signaler
Vous n avez pas les bonnes infos : l argent que la Gb donnait on lui restituait sous une autre forme … à cause de Tatcher et son «  i Walt m’y monay back » maintenant 4 pays compensent : Allemagne, France, Italie et pays bas ….

le 06/11/2022 à 23:21
Signaler
Vous n avez pas les bonnes infos : l argent que la Gb donnait on lui restituait sous une autre forme …donc elle ne gagne rien de ce côté là du Brexit à cause de Tatcher et son «  i Walt m’y monay back » maintenant 4 pays compensent : Allemagne, Fr...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.