Royaume-Uni : nouvelles grèves dans les hôpitaux et dans les transports

Le Royaume-Uni fait face à de nouvelles grèves ce jeudi. Elles touchent les hôpitaux, où des milliers de médecins spécialistes arrêtent de travailler pour la première fois en dix ans, mais aussi les gares, où des conducteurs de train débrayent à nouveau en pleine période de vacances. Les salariés réclament toujours de meilleurs salaires et n'ont pas été convaincus par les propositions d'augmentation du gouvernement, qui a pourtant averti qu'il ne négocierait plus.
Après les infirmières, les ambulanciers et les internes, c'est au tour des médecins les plus expérimentés de cesser le travail dans les hôpitaux anglais.
Après les infirmières, les ambulanciers et les internes, c'est au tour des médecins les plus expérimentés de cesser le travail dans les hôpitaux anglais. (Crédits : Reuters)

Nouvelle journée de grève au Royaume-Uni ce jeudi 20 juillet. Elles s'enchaînent depuis des mois dans tous les secteurs, aussi bien de la santé, des transports, de l'éducation, la poste... Les salariés demandent des augmentations de salaire, dans un pays où l'inflation - bien qu'en baisse - reste la plus élevée du G7 (+7,9% en juin), entraînant une grave crise du coût de la vie.

Les médecins expérimentés entrent en grève

Après les infirmières, les ambulanciers et les « junior doctors » - l'équivalent des internes -, c'est au tour des « consultants », les médecins les plus expérimentés, de cesser le travail dans les hôpitaux anglais. Ils ont commencé ce jeudi à 7h00 (6h00 GMT) une grève de 48 heures. Les dentistes hospitaliers se sont aussi joints au mouvement.

Lire aussiRoyaume-Uni : la grève des internes met le système de santé sous pression

Le service de santé public du pays, le NHS, est à bout de souffle. Après des années de cure d'austérité et la pandémie de Covid-19, l'accès aux soins est de plus en plus compliqué. Selon une enquête de la BBC publiée mercredi, des enfants doivent attendre jusqu'à 18 mois pour des traitements dentaires nécessitant une anesthésie, y compris des extractions de dent.

La grève de cinq jours, jusqu'à mardi dernier, des « junior doctors » a entraîné le report de plus de 100.000 rendez-vous. Celle des spécialistes pourrait causer encore plus de perturbations, a prévenu le NHS.

En huit mois de grèves, plus de 600.000 rendez-vous médicaux ont été affectés au total, selon Stephen Powis, médecin en chef du NHS. « Il devient de plus en plus difficile de remettre les services sur les rails après chaque grève », a-t-il déploré.

Lire aussiRoyaume-Uni : un rapport alerte sur l'état « sérieusement inquiétant » du système de santé

Les transports touchés, en pleine période de vacances

Des conducteurs de train du syndicat RMT, qui ont multiplié les grèves depuis un an, débrayent également, alors que démarrent les vacances scolaires. Les services ferroviaires ont prévenu que ce jeudi, puis le 22 et le 29 juillet il y aurait « peu ou pas de service à travers une large partie du réseau ». Le syndicat Aslef a, lui, entamé une grève le 17 juillet, qui devrait se terminer samedi.

« Ces grèves s'inscrivent dans une campagne qui a commencé il y a plus d'un an », a souligné Mick Lynch, le secrétaire général du RMT, sur Sky News. Elles perturbent les trains « du sud-ouest de l'Angleterre jusqu'à l'Écosse », a-t-il précisé. Et d'ajouter : « Nous sommes vraiment en difficulté. Il faut que les gens aient des salaires décents ».

Les augmentations du gouvernement ne convainquent pas

Le gouvernement a bien tenté de calmer la fronde en annonçant la semaine dernière des augmentations de salaire pour les fonctionnaires. Notamment de 6,5% pour les enseignants, 7% pour la police, 6% pour certains médecins hospitaliers et 5% pour les militaires. Le Premier ministre conservateur, Rishi Sunak, a alors exhorté les syndicats de la fonction publique à cesser les grèves et à accepter cette ultime offre d'augmentation.

« Il n'y aura plus d'autres discussions salariales. Nous ne négocierons pas de nouveau » et « aucune grève ne changera notre décision », a-t-il averti.

Pour le moment, seuls les syndicats d'enseignants ont annoncé qu'ils suspendaient leurs grèves à venir. Le Premier ministre a néanmoins échoué à convaincre dans le secteur de la santé. Pour le syndicat BMA (British Medical Association), la proposition faite aux médecins spécialistes correspond en réalité à une baisse de salaire en termes réels, déplorant une « occasion manquée ».

Par ailleurs, les syndicats ont remporté la semaine dernière une victoire judiciaire, après avoir contesté une loi autorisant le recours à des intérimaires pour remplacer des salariés grévistes. La Haute Cour de Londres a donné raison à plus de dix syndicats qui estimaient que cette loi « affaiblissait le droit de grève ».

(Avec AFP)

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 5
à écrit le 20/07/2023 à 19:32
Signaler
Ils ont encore du personnel pour faire grève, eux, tandis que nous on laisse les pathologies s'aggraver par manque de bras. Hippocrate doit se retourner dans sa tombe.

à écrit le 20/07/2023 à 15:04
Signaler
Amusant de se souvenir que l'un des arguments de Boris Johnson en faveur du Brexit était de financer la NHS plutôt que de participer au budget de l'Union Européenne...

le 20/07/2023 à 18:16
Signaler
Le Royaume-Uni n'était pas le plus gros contributeur au budget européen : le pays bénéficiait depuis 1984 d'un rabais. Et il recevait d'importantes aides européennes. Au final, nos voisins ne déboursaient que 0,23% de leurs revenus pour l'Europe. «I ...

à écrit le 20/07/2023 à 13:35
Signaler
Eh ben et dire qu en France on fustige nos » cheminots « c est des anges à côté !! La cgt devrait aller faire un stage en Gb!

à écrit le 20/07/2023 à 13:35
Signaler
Eh ben et dire qu en France on fustige nos » cheminots « c est des anges à côté !! La cgt devrait aller faire un stage en Gb!

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.