Royaume-Uni : un taux de chômage à 3,9%, au plus bas depuis 1975

Le taux de chômage au Royaume-Uni a reculé à 3,9% lors des trois mois achevés à fin janvier, au plus bas depuis début 1975, tandis que le pouvoir d'achat des ménages s'est encore renforcé, a annoncé ce mardi 19 mars l'Office des statistiques nationales (ONS). Pour autant, la croissance reste atone à quelques jours de la date officielle du Brexit.
(Crédits : Reuters)

Malgré les incertitudes liées au Brexit, le marché de l'emploi au Royaume-Uni reste dynamique, selon les chiffres de l'Office national de la statistique publiés ce mardi. Outre-Manche, les créations d'emplois ont atteint leur rythme le plus élevé depuis trois ans sur les trois mois à fin janvier, le marché du travail semblant échapper à la tendance au ralentissement de l'économie. Le nombre de personnes occupant un emploi a augmenté de 222.000 et le taux de chômage a diminué à 3,9%, son plus bas niveau depuis janvier 1975.

Cette baisse du taux de chômage constitue une surprise pour les économistes qui s'attendait à un chiffre stable, 4%, selon un consensus établi par Bloomberg.

L'ONS explique cette performance du marché du travail par le nombre croissant de femmes occupant un emploi, du fait notamment du report de leur âge de départ à la retraite. Dans le même temps, l'emploi à temps partiel est en plein essor et concerne davantage les femmes que les hommes.

--

chômage, Grande-Bretagne

[Crédits : Office for National Statistics]

--

Les salaires encore en nette hausse

Les salaires ont par ailleurs encore nettement progressé de 3,4% sur un an, soit bien plus que l'inflation, alors que le consensus attendait une progression de 3,2%. Sur le seul mois de janvier, il a augmenté de 3,7% sur un an.

Selon l'ONS, les salaires sont tirés vers le haut par le nombre record d'emplois vacants, à 863.000 à fin janvier. Les entreprise sont ainsi contraintes de proposer des rémunérations plus attractives compte tenu des difficultés à recruter.

Accélération de la croissance en janvier, mais elle reste atone en tendance

Le PIB a augmenté de 0,5% en janvier, le pourcentage le plus élevé depuis décembre 2016, après une contraction de 0,4% en décembre mais tendanciellement, la croissance reste atone. Sur une période de trois mois à fin janvier, la croissance n'est que de 0,2% comme au dernier trimestre de 2018.

Le secteur des services, qui représente 80% environ de l'économie privée, a connu une croissance de 0,3% en janvier après une contraction de 0,2% en décembre et affiche une progression de 0,5% sur une période de trois mois. La production manufacturière a augmenté pour la première fois en sept mois en janvier, de 0,8%, mais elle fléchit de 0,7% sur une période de trois mois.

Par ailleurs, le déficit commercial marchand a été en janvier le plus élevé depuis juin 2017, à 13,084 milliards de livres. Les exportations ont fléchi de 0,7% sur trois mois, tandis que les importations ont augmenté de 2,0% en volume.

Quid des investissements des entreprises ?

Ce solide marché de l'emploi défie le contexte morose pour les entreprises qui hésitent à investir compte tenu des incertitudes du Brexit, au moment où la Première ministre Theresa May s'apprête à demander un report du Brexit compte tenu de la difficultés à faire voter au Parlement son accord négocié avec Bruxelles.

Les chambres de commerce britanniques (BCC) s'attendent notamment à une baisse de 1% cette année de l'investissement des entreprises, ce qui serait la pire performance depuis la crise financière.

(avec AFP et Reuters)

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 21
à écrit le 20/03/2019 à 8:10
Signaler
Quelle impudence décidément, ces Britanniques ! Oser avoir un taux de chômage aussi bas, c'est pratiquement une insulte à l'Union Européenne... Bon, toute médaille a son revers, mais la situation n'est pas aussi noire qu'on veut nous le faire croire ...

le 20/03/2019 à 9:54
Signaler
Juste pour vous tenir au courant de l'actualité, le Brexit n'a pas eu lieu.

à écrit le 19/03/2019 à 19:46
Signaler
Des nouvelles du Brexit ..? Le taux d' emploi atteint 76,1 % en janvier soit son pus haut historique! Le taux de chômage est à 3,9 % soit son plus bas historique depuis 1975! Les salaires hors ..bonus ont progressé de 3,4 % sur...

le 20/03/2019 à 7:57
Signaler
Jusqu'à preuve du contraire le RU est toujours dans l'UE. Ensuite on peut trouver d'autres pays de l'UE avec des taux à peu près semblable: Pays-Bas, Autriche, Luxembourg, Danemark... Ce n'est pas l'UE qui créé des difficultés à la France, c'est la...

le 20/03/2019 à 9:55
Signaler
Comme quoi l'appartenance à l'UE ne pénalise pas l'économie britannique; Sa sortie, si.

à écrit le 19/03/2019 à 19:17
Signaler
C'est bien, reste à voir ce que sont les emplois créés. Précaires, mal payés ?

à écrit le 19/03/2019 à 16:39
Signaler
L'UE de Bruxelles critiquera, bientôt, la GB pour son égoïsme a ne pas vouloir partager son taux de chômage!

à écrit le 19/03/2019 à 15:30
Signaler
Merci beaucoup pour cet article qui confirme ce que je dis ici depuis la préparation du référendum sur le brexit. UN pays qui retrouve sa souveraineté se doit de s'occuper un peu mieux de ses citoyens et de s'appuyer pour eux afin de se relancer ...

à écrit le 19/03/2019 à 15:11
Signaler
le UK préfère l'emploi peu qualifié à l'investissement. d'ou un taux d'investissement des entreprises bien inférieur à celui de la France et une productivité bien plus faible (Eurostat ; OCDE ; ONS). comme l'écrivait le Financial Times en janvier 2...

à écrit le 19/03/2019 à 14:34
Signaler
Ca fait 1 année qu'on nous raconte la fin du monde avec effondrement BREXIT et comme finalement c'est une bonne croissance/emploi ça redevient Européen hahahaha franchement quelle rigolade ! Bon ils vont vite retourner à la niche comme il n'y aura pa...

à écrit le 19/03/2019 à 14:04
Signaler
Une bien belle esbroufe : chômage faible mais combien de personnes en contrats " Zero hours ", 3 à 4 millions de personnes qui sont bloquées par un contrat ou ils ne travaillent et ne sont payées des fois que quelques heures par mois suivant la décis...

le 19/03/2019 à 16:14
Signaler
yup, c'est bien le revers de la médaille.

le 19/03/2019 à 23:41
Signaler
Vous avez tout à fait raison, et ce phénomène est vérifiable via le taux de pauvreté. Pensez donc, avec ses prétendus 3,9% de chômage UK a un taux de pauvreté de 15,9%, contre 13,6% chez nous. Il y a bien entendu les effets d'un système moins redistr...

à écrit le 19/03/2019 à 12:35
Signaler
Le Royaume Uni adhère à l'UE en 1973, et 45 ans après il a un chômage à 3,9%. Une belle démonstration que le pays s'en sortait parfaitement dans l'UE. Maintenant on va regarder quel scénario de sortie va se concrétiser, et surtout l'évolution du taux...

le 19/03/2019 à 14:05
Signaler
La population active au Royaume Uni est de l'ordre de 30,2 millions, pour une population totale d'environ 60 millions. La comparaison aux chiffres français : 27,6 millions de population active et 62 millions de population totale, montre que proporti...

à écrit le 19/03/2019 à 12:27
Signaler
Bravo les Anglais et malgré le Brexit. Heureusement il y a encore les Anglais qui donne du travail à de milliers de français. Au lieu de critiquer sans arrêt, la France devrait regarder ce que les Anglais font juste, mais la jalousie est plus fort...

le 19/03/2019 à 19:10
Signaler
"malgré le Brexit" à venir, c'est pas encore gagné, sais pas ce qui les retient. Espérons qu'ils n'annulent pas le vote des citoyens britanniques (tirage à la courte paille).

à écrit le 19/03/2019 à 12:14
Signaler
Moins d'investissement, plus d'emploi, les britanniques nous surprennent encore. Leur comédie politique avec un brexit à renégocier obligatoirement avec le délai supplémentaire nécessaire, obtenu par un écart de 4/620 voix est un chef d'oeuvre de sus...

à écrit le 19/03/2019 à 11:34
Signaler
Qu' est-ce qu' on s' amuse de voir les tenanciers de l' UE obligés de convenir que la livre a sauvé l' Angleterre quand chaque français a pris 56 000 euros de perte sur une génération dans cette étude du Centre de politique europée...

le 19/03/2019 à 13:34
Signaler
Ce n'est pas la livre qui a sauvé l'Angleterre, c'est une politique ultra-libérale (le chomage la bas, c'est indemnisation fixe et dérisoire, un point c 'est tout, même pas niveau RSA). Alors, oui, le cadre européen permet d'un côté une politique ult...

le 19/03/2019 à 19:14
Signaler
@Fake News Dur de reconnaitre que l' UE a ruiné les pays intra ZE a l' exception de l' Allemagne ...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.