Russie : hausse des prix "limitée", malgré l'embargo contre la Turquie

 |   |  493  mots
Dans son allocution télévisée, Dimitri Medvedev a ajouté que la quantité de produits turcs importés par la Russie était peu importante, raison pour laquelle l'impact de ces sanctions sur l'économie serait limité.
Dans son allocution télévisée, Dimitri Medvedev a ajouté que la quantité de produits turcs importés par la Russie était "peu importante", raison pour laquelle l'impact de ces sanctions sur l'économie serait "limité". (Crédits : Reuters)
Après la destruction d'un chasseur-bombardier russe par l'armée turque le 24 novembre, la Russie avait annoncé une série de mesures économiques visant à sanctionner Ankara. Mais les conséquences sur l'économie russe devraient être limitées, assure le Premier ministre Dimitri Medvedev.

Les mesures de rétorsion économiques contre la Turquie prises après le crash d'un chasseur-bombardier abattu par l'armée turque coûteront de 0,2 à 0,5 point d'inflation à l'économie russe.

"Nous avons estimé ce que cela peut représenter. Selon les experts, cela représentera de 0,2 à 0,5% d'inflation, ce n'est pas beaucoup", a déclaré le Premier ministre russe, Dimitri Medvedev, qui s'exprimait à la télévision russe.

Par ailleurs, le Premier ministre a précisé espérer que l'inflation pour l'année 2016 ne dépasse pas 6,4%. Pour rappel, l'inflation moyenne sur un an en Russie dépasse les 15% pour l'année 2015, suite notamment aux sanctions de l'Union européenne.

Un embargo limité aux fruits et légumes... pour l'instant

Dans son allocution télévisée, Dimitri Medvedev a ajouté que la quantité de produits turcs importés par la Russie était "peu importante", raison pour laquelle l'impact de ces sanctions sur l'économie serait "limité".

Pour l'instant, l'embargo que la Russie compte imposer à la Turquie sera limité aux fruits et légumes, les autorités russes voulant éviter de renforcer l'inflation alors que celle-ci a atteint 15% en novembre, très au-delà des objectifs du gouvernement.

| Lire Syrie: Damas va expédier 700.000 tonnes d'agrumes en Russie

Dimitri Medvedev a promis que l'Etat russe surveillerait de près les fournisseurs de produits alimentaires, l'embargo étant "toujours une bonne excuse pour augmenter les prix".

"L'embargo ne rentrera en vigueur que le 1er janvier. Si les prix augmentent d'ici là, ça sera seulement en raison d'une entente sur les prix", a-t-il ajouté.

Moscou impose déjà un embargo sur les produits agricoles et alimentaires des pays qui la sanctionnent en raison de son rôle dans la crise ukrainienne, notamment l'Union européenne. Cette mesure, en plus de la chute du rouble, a déjà conduit à une envolée des prix alimentaires.

Conséquences sur la croissance en Turquie

Lundi, la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (Berd) avait estimé que l'impact des sanctions russes sur sa propre économie devrait rester "limité", sauf si ses exportations d'énergie venaient à être affectées.

| Lire aussi Moscou et Ankara suspendent le projet de gazoduc Turkish Stream

La croissance turque pourrait en revanche être amputée de 0,7 point en 2016, un impact "non négligeable mais pas majeur pour le PIB de la Turquie" selon la Berd.

Lundi, le vice-premier ministre turc chargé de l'économie, Mehmet Simsek, a par ailleurs affirmé que les mesures de rétorsion économiques prises par Moscou pourraient "dans le pire des scénarios" coûter 9 milliards de dollars (8,3 milliards d'euros) à l'économie turque.

La Turquie et la Russie traversent une crise diplomatique majeure depuis la destruction du bombardier russe le 24 novembre. Furieux, Moscou a pris nombre de mesures de rétorsion contre Ankara, couvrant un large spectre allant de restrictions commerciales aux interdictions d'embauches de travailleurs turcs ou au rétablissement du régime des visas pour les Turcs.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/12/2015 à 21:16 :
Cà coûte cher sur tous les plans les dictateurs tels Poutine, Erdogan, Bachar etc On râle avec Hollande mais les comptes catastrophiques de la France s'améliorent malgré tout depuis qu'il est au pouvoir et alors que çà n'avait rien d'évident du tout à régler.
Réponse de le 10/12/2015 à 4:21 :
Pardon ! Les comptes de la France s'améliorent depuis l'election de Hollande ! Il faut mieux lire cela qu'etre aveugle mais c'est limite.
a écrit le 09/12/2015 à 18:01 :
PIB russe en récession, revenus du pétrole et du gaz en berne, inflation galopante,fuite des investissements, fuite des capitaux,réserve en chute libre, a part cela tout va bien chez poutine ?
A qui poutine veut-il faire croire cela ?
Réponse de le 09/12/2015 à 18:59 :
En France tous va bien. L'economie et forte et a de bonne base.
A qui Holland veut-il faire croire cela?.
Mensonge pour mensonge
Réponse de le 10/12/2015 à 11:15 :
Pour votre info Mr: la récession n.'est plus d'actualité. Arrêtez de gober tout ce qu'on vous raconte !
Réponse de le 10/12/2015 à 11:52 :
Une récession qui en rappelle d'autres : Brésil, Afrique du Sud, Arabie Saoudite, et pour l'inflation renseignez vous sur la situation brillante du Brésil et de sa présidente corrompue...
J'ai un secret : il y a une crise économique mondiale qui affecte particulièrement les BRICS et notamment ceux qui comptent sur les matières premières.
Maintenant si vous voulez expliquer que les embargos ne sont pas pour les coupeurs de tête institutionnels wahhabites, mais bien fait pour Poutine, on ne parle plus d'économie.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :