Russie : Wagner se rebelle et se dirige vers Moscou, Poutine dénonce un « coup de poignard »

Entrés en rébellion contre le commandement de l'armée russe, les mercenaires de Wagner et leur chef Evguéni Prigojine ont pris à Rostov le QG des forces russes pour les opérations en Ukraine. « C'est un coup de poignard dans le dos de notre pays et de notre peuple », a réagi ce matin Vladimir Poutine dans une allocution, évoquant le risque de « guerre civile ». Les hommes de Prigojine semblent désormais se diriger vers Moscou.
Evguéni Prigojine et ses hommes contrôlent la ville de Rostov.
Evguéni Prigojine et ses hommes contrôlent la ville de Rostov. (Crédits : YULIA MOROZOVA)

( Mis à jour à 20h30 )

Le chef du groupe paramilitaire Wagner Evguéni Prigojine est entré en rébellion ce samedi contre le Kremlin et jure d'aller « jusqu'au bout » pour abattre le commandement militaire russe, qu'il accuse d'avoir bombardé et tué ses mercenaires. « Nous détruirons tout ce qui sera mis sur notre route », a affirmé Evguéni Prigojine dans un message audio sur Telegram, ce qui laisse à penser qu'il pourrait tenter de prendre le contrôle d'autres villes russes.

Lire aussiPour ou contre : faut-il encore durcir les sanctions contre la Russie ? (Sylvie Matelly face à Cyrille Bret)

Pour l'instant, le chef de Wagner a affirmé tenir le quartier général de l'armée russe à Rostov, centre névralgique des opérations en Ukraine, et contrôler plusieurs sites militaires, après avoir fait franchir la frontière russe à ses hommes, jusqu'ici postés en Ukraine. « Nous sommes au QG, il est 07H30 du matin », a déclaré à l'aube Evguéni Prigojine dans une vidéo sur Telegram. « Les sites militaires de Rostov sont sous contrôle, y compris l'aérodrome ».

Dans la journée de samedi, des hommes de Wagner ont pénétré dans la région de Lipetsk à 400 kilomètres au sud de Moscou. Dans la capitale, la tension est palpable alors que des forces de sécurité ont été déployées. Le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov a toutefois précisé que Vladimir Poutine travaillait encore au Kremlin.

Le maire de Moscou a néanmoins appelé les habitants à limiter les déplacements en ville, en reconnaissait que la situation était « difficile » et en décrétant lundi un jour chômé. La région russe de Kalouga, dont la capitale régionale est à 180 km au sud de Moscou, a elle imposé des restrictions sur les déplacements face à la rébellion.

Wagner appelle les Russe à le rejoindre

« Le comité des commandements du groupe Wagner a décidé que ceux qui ont la responsabilité militaire du pays doivent être stoppés », a lancé le patron de Wagner dans un message audio, en appelant à ne pas opposer de « résistance » à ses troupes. Il dit disposer de « 25.000 combattants » et appelle d'autres Russes à les « rejoindre ».

« Nous sommes 25.000 et nous allons déterminer pourquoi le chaos règne dans le pays (...) Nos réserves stratégiques, ce sont toute l'armée et tout le pays », a poursuivi Evguéni Prigojine dans un message audio, disant vouloir « mettre fin au désordre ».

En réponse, Vladimir Poutine a dénoncé samedi dans une allocution à 7 heures du matin la « menace mortelle » et le risque de « guerre civile » que fait peser sur la Russie Evguéni Prigojine, sans jamais le nommer mais promettant de « punir » les « traîtres » qui le défient.

« Un coup de poignard », selon Vladimir Poutine

« C'est un coup de poignard dans le dos de notre pays et de notre peuple », a expliqué Vladimir Poutine dans une adresse à la nation. « Ce à quoi nous faisons face, ce n'est rien d'autre qu'une trahison. Une trahison provoquée par les ambitions démesurées et les intérêts personnels » de Prigojine, a-t-il insisté, reconnaissant que la situation était « difficile » à Rostov.

En réaction , le parquet général russe a ouvert une enquête pour « mutinerie armée » contre Wagner. Les autorités disent avoir renforcé les mesures de sécurité à Moscou où le « régime d'opération antiterroriste » vient d'être instauré. Le FSB (forces de sécurité) a lui exhorté les combattants de Wagner à arrêter leur chef.

En écho, l'influent général russe, Sergueï Sourovikine, a lancé un appel aux combattants de Wagner à cesser leur mutinerie. « Je (vous) demande de vous arrêter (...) avant qu'il ne soit trop tard, il faut obéir à la volonté et à l'ordre du président élu de la Russie », a-t-il dit dans une vidéo sur Telegram.

« Nous sommes des patriotes. Personne ne va se rendre à la demande du président, des services de sécurité ou de qui que ce soit », a rétorqué Prigojine qui s'en prend pour la première fois au maître du Kremlin.

Les dirigeants très attentifs côté ukrainien et occidental

« L'homme du Kremlin a évidemment très peur et se cache probablement quelque part. Je suis sûr qu'il n'est plus à Moscou », a déclaré Volodymyr Zelensky dans son allocution quotidienne. « Aujourd'hui, le monde a vu que les dirigeants russes n'ont aucun contrôle sur quoi que ce soit. Rien du tout. C'est un chaos total ».

Kiev voit dans cette rébellion « une fenêtre d'opportunité » pour l'Ukraine, selon la vice-ministre ukrainienne de la Défense, Ganna Maliar. La mutinerie du groupe Wagner révèle la faiblesse de la Russie, pays plongé dans « le mal et le chaos », a noté le président ukrainien Volodymyr Zelensky, ajoutant que l'Ukraine protégeait le reste de l'Europe.

Cette guerre ouverte expose l'armée russe et les mercenaires de Wagner, supplétifs indispensables à la guerre que mène Moscou en Ukraine. La mutinerie risque de laisser des traces côté russe, et pourrait influer sur le cours des combats si le camp russe se désunit.

Lire aussiUkraine : l'économie plombée mais pas coulée

A Washington, la Maison Blanche a dit suivre de près la situation. « Le Président suit la situation de près. Nous restons concentrés sur le soutien à l'Ukraine », a également indiqué l'Elysée dans un communiqué. A Londres, l'opposant russe en exil et homme d'affaires Mikhaïl Khodorkovski pousse les Occidentaux à soutenir Evguéni Prigojine pour combattre le régime de Vladimir Poutine. « Oui, même le diable il faudrait l'aider s'il décidait d'aller contre ce régime! », a-t-il souhaité sur Telegram. Les ministres des Affaires étrangères du G7 se sont également entretenus samedi pour « échanger leurs vues sur la situation en Russie ».

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 22
à écrit le 26/06/2023 à 8:53
Signaler
Un pétard mouillé cette affaire.

à écrit le 25/06/2023 à 2:44
Signaler
Pour l'occident force est de reconnaitre qu'elle a encore perdu. Non, le pouvoir de Poutine n'est pas remis en cause et le mercenaire a du s'exiler. Vive la grande Russie.

à écrit le 24/06/2023 à 21:35
Signaler
Ce soir c' est déjà fini, hélas pour l' occident et les gamelin de plateaux télé qui vont à nouveau éructer. Une nouvelle maskirovka russe?..

à écrit le 24/06/2023 à 21:31
Signaler
En ce moment, il semble que l'accord entre Prigojine et le Kremlin soit trouvé. Cependant, même si tous les côtés vont respecter cet accord, ce sera pas sans conséquences. Peut-être, cette situation servira une occasion pour sortir de la guerre avec ...

à écrit le 24/06/2023 à 18:58
Signaler
Depuis le temps que nos dirigeants occidentaux espéraient un coup d'Etat pour remplacer Poutine... Sauf que là, comme on pouvait le redouter, le sauveur est pire que l'original et on risque surtout de tomber de charybde en scylla avec le boucher de B...

le 24/06/2023 à 20:22
Signaler
Sauf que l'annonce que les milices Wagner rentrent finalement dans leur camp conduit à la situation suivante : que cela ait été voulu ou non, il y a donc eu un transfert de troupes de 20 000 à 25 000 hommes vers le nord. Sans que cela ait entraîné un...

à écrit le 24/06/2023 à 17:42
Signaler
Bonjour, intéressant se rebondissements... cela est toujours dangereux de trops favoriser ce type d'individus .. ( mercenaires) . Maintenant, je ne suis pas sur que Mr poutine risque de perdre le pouvoir sur la russie... ils y a bien longtemps ...

à écrit le 24/06/2023 à 14:43
Signaler
Il est difficile de dire quel sera le résultat. Du côté de rapport de forces, Prigojine n'a pas beaucoup de chances, mais il y a quelques facteurs de prendre en compte: a). S'il a des accords avec d'autres groupes d'élite/structures d'Etat ou régiona...

à écrit le 24/06/2023 à 14:07
Signaler
Les luttes intestines et la décomposition ont commencé. Il y a plein de califes qui voudraient être calife à la place du calife qui commence à vieillir et qui n'est probablement pas dans sa meilleure forme.

à écrit le 24/06/2023 à 13:40
Signaler
Tout ce qui empêche ou retarde la victoire de la Russie nous rapproche de l'usage de l'arme nucléaire par la Russie. C'est dramatique de refuser de le comprendre....

le 24/06/2023 à 22:51
Signaler
En l'occurence il faudrait qu'ils envoient une tête nucléaire sur Moscou...

à écrit le 24/06/2023 à 13:15
Signaler
Des primitifs ces russes... je plains les jeunes.

le 25/06/2023 à 2:46
Signaler
Pauvre mougeon qui a oublie son histoire de France et ses egouts.

à écrit le 24/06/2023 à 13:06
Signaler
?????? Curieuse situation!!!! Qui paie Prigojine pour favoriser un démantèlement de la Russie? Les Chinois?..Les Américains? Il y a des intérêts bien compris de part et d'autres. Taïwan...la Sibérie Orientale pour les uns et l'Ukraine et la Biélorus...

le 24/06/2023 à 13:35
Signaler
le reve de l'occident pour faire mains basse sur les richesses du sous sol russe

le 24/06/2023 à 15:41
Signaler
Approche intéressante. La "Russie" de Poutine, elle n'excède pas la limite que vous indiquez. L'intérêt de la Sibérie, c'est de continuer/développer les relations avec la Chine. Et comme c'est dans cette partie que les ressources sont installées (et ...

le 24/06/2023 à 17:06
Signaler
@PM j'ai toujours considéré qu'un pays de 145 millions d'habitants sur un territoire de 17 millions de km2 est intenable, ingouvernable. Trop grand et trop de peuples différents. La Russie est une Fédération trop disparate...qui va disparaître.

à écrit le 24/06/2023 à 12:19
Signaler
Peut on faire confiance à nos agences de presse ? Non!

le 25/06/2023 à 13:07
Signaler
La Pravda c'est mieux.

à écrit le 24/06/2023 à 12:12
Signaler
Ce n'est pas votre domaine d'actualité il y a tant à faire dans le monde en économie et finance ! Puis ça sent le fake à plein nez le truc vous ne devriez pas vous aventurer dans ces histoires que personne ne peut vérifier. C'est spectaculaire cela a...

le 24/06/2023 à 14:30
Signaler
@Dossier 51: Le problème des pro-russes est qu'ils vivent dans une bulle de propagande pro-russe totalement erronée et déconnectée de la situation réelle. Oui, la mutinerie est bien réelle. Elle n'est guère étonnante vu le conflit entre le ministère ...

le 24/06/2023 à 15:40
Signaler
Il existe un proverbe français parfaitement adapté à ce genre de cas: "Entre chiens et loups quand tombe la nuit."

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.