Sanctions occidentales contre la Russie : "l'économie russe sera fortement impactée" (Coface)

INTERVIEW- Dans un entretien à La Tribune, Bruno De Moura Fernandes, responsable de la recherche macroéconomique chez Coface, décrypte l'impact des sanctions occidentales contre la Russie sur l'économie russe mais aussi mondiale : inflation, banques, énergie, tensions sociales..., la guerre en Ukraine pourrait affecter durablement l'économie mondiale selon lui.
Grégoire Normand
Bruno de Moura Fernandes économiste chez Coface. Le spécialiste de l'assurance-crédit alerte sur les risques économiques et sociaux de cette guerre d'ampleur.
Bruno de Moura Fernandes économiste chez Coface. Le spécialiste de l'assurance-crédit alerte sur les risques économiques et sociaux de cette guerre d'ampleur. (Crédits : DR)

LA TRIBUNE- "La Russie est en train d'être débranchée progressivement du reste du monde, notamment sur le plan économique, et cela va avoir un impact extrêmement lourd", a affirmé le secrétaire d'Etat aux affaires européennes, Clément Beaune en début de semaine. Quel pourrait être l'impact global des sanctions décidées par les puissances occidentales ces derniers jours sur l'économie russe et l'économie mondiale ?

BRUNO DE MOURA DE FERNANDES- Il est difficile à ce stade de chiffrer l'impact global sur le produit intérieur brut (PIB) russe car les sanctions sont encore en train d'évoluer et prennent diverses formes mais l'économie russe sera fortement impactée. L'Europe, le Royaume-Uni, les Etats-Unis, le Japon ont décidé de bloquer les réserves de la Banque centrale russe. C'est l'une des mesures phares car elle réduit les possibilités de la banque centrale russe de limiter l'impact des sanctions sur l'économie russe.

Cette guerre aura également un impact sur l'économie mondiale. Certains pays ont annoncé qu'ils arrêteraient les exportations de certains biens, notamment technologiques vers la Russie. Ces pays étant importateurs de produits intermédiaires, leurs fournisseurs seront également affectés. Les chaînes de production étant mondiales, les effets se répercutent in fine dans un grand nombre de pays.

Enfin concernant les matières premières, nous voyons déjà un renchérissement des prix et donc du coût de production pour les entreprises. Les cours du gaz et de l'énergie en général ont augmenté. La hausse du prix des céréales affecte à la fois le consommateur et les éleveurs ou encore ceux qui font de la transformation. L'inflation en Europe s'accélère notamment en raison de la hausse des prix des matières premières. Cette hausse de l'inflation entraîne une baisse du pouvoir d'achat pour les consommateurs et une moindre consommation. Enfin, l'incertitude actuelle peut avoir des effets sur l'investissement. Chaque nouvelle sanction aura des répercussions sur l'activité alors même que pour l'instant, la Russie n'a pas encore annoncé de mesures de réciprocité.

Lire aussi 6 mnRussie : comment les sanctions occidentales vont frapper le quotidien des Russes

Le rouble s'est effondré ce lundi et la Banque centrale russe a augmenté son taux directeur de 10 points. La Banque centrale russe a-t-elle encore des munitions pour faire face à l'inflation galopante ? La Russie peut-elle compenser les dégâts infligés par ces mesures ?

La situation est très compliquée pour la Banque centrale russe. Elle dispose d'importantes réserves en devises étrangères de l'ordre de 640 milliards de dollars mais selon les estimations de l'Union européenne, près de la moitié de ces réserves sont à l'étranger et donc actuellement bloquées. Cela limite leurs utilisations. En outre, une grande partie des réserves repose sur l'or qui n'est pas très liquide et dont une vente massive risquerait de faire chuter le cours. Une interrogation concerne aussi l'appui de la Chine : Pékin va-t-il fournir des liquidités à la Russie ? La Banque centrale russe a deux options : la première constitue à relever les taux ce qu'elle a fait. La deuxième solution pourrait être de contrôler les capitaux mais cela peut affecter lourdement l'activité.

Lire aussi 3 mnEn Russie, les sanctions occidentales font monter les taux et plonger le rouble

L'exclusion du système de messagerie Swift de certaines banques russes a déjà plongé plusieurs établissements dans la faillite en Europe. Le système bancaire européen est-il grandement exposé en Russie ?

Certaines banques européennes pourraient pâtir de la situation car elles ont soit des filiales en local soit des expositions non négligeables. Mais le système européen est solide et à ce stade nous ne voyons pas le risque financier comme un des risques les plus importants pour l'Europe.

Lire aussi 8 mnUkraine : les pays occidentaux débranchent la Russie du réseau interbancaire Swift (l'arme nucléaire économique)

Sur le plan énergétique, l'Europe reste très dépendante du gaz russe. Cela ne pourrait-il pas limiter les conséquences des sanctions surtout que l'énergie bénéficie de certaines exemptions sur les sanctions ?

L'enjeu pour les Etats européens est de sanctionner efficacement la Russie sans se mettre trop en difficulté notamment sur les problématiques énergétiques. La Russie représente environ 50% des importations de gaz de l'Allemagne et de l'Italie. Il faut donc éviter une envolée des prix du gaz ou encore des problèmes d'approvisionnement. Toute la difficulté est de trouver un juste milieu sachant que la Russie devrait avoir intérêt à continuer d'exporter du gaz ou du pétrole pour enregistrer des entrées de devises.

Lire aussi 6 mnPétrole russe : pourquoi s'en passer sera une véritable gageure

Du côté européen, les milieux économiques et financiers s'inquiètent d'un prolongement et d'une possible intensification du conflit en Ukraine. Quelles pourraient être les répercussions d'une telle guerre à court terme sur l'économie européenne ? Face à toutes ces incertitudes, que peut faire la Banque centrale européenne (BCE) ?

Lors de la réunion du 10 mars prochain, la BCE fera face à un dilemme important. Faut-il remonter les taux et retirer le soutien monétaire afin de freiner une inflation accentuée par la hausse des prix des matières premières si les marchés sont extrêmement tendus et l'activité marque le pas ? Les marchés anticipent désormais une position attentiste de la BCE même s'il y a différents courants de pensée au sein des gouverneurs. La BCE pourrait décider de soutenir l'économie et de garantir une stabilité financière en maintenant un programme d'achats d'actifs et en ne remontant pas les taux rapidement. Il faudra rester attentif et observer comment évolue la situation dans les prochains jours.

Dans votre dernier baromètre dévoilé juste avant le déclenchement du conflit, vous évoquez un prolongement des perturbations sur les chaînes d'approvisionnement. Dans quelle mesure ce conflit risque-t-il d'amplifier ces difficultés en zone euro ?

Dans ce baromètre, nous tablions sur un prolongement pendant encore quelques mois des difficultés d'approvisionnement mais nous reconnaissions que ces difficultés avaient atteint un pic. Elles auraient dû diminuer progressivement pour se résorber d'ici à la fin de l'année dans la plupart des secteurs. Avec ce conflit, certains flux vers ou depuis la Russie vont être stoppés ou contrôlés. La Russie occupe une place stratégique mondiale dans la production de certains métaux comme le palladium, l'aluminium, le nickel ou encore le cuivre. On peut donc désormais s'attendre à plus de tensions sur ces métaux. De manière générale, cette situation va aggraver les difficultés sur les chaînes d'approvisionnement et avoir des répercussions négatives sur l'économie mondiale.

Lire aussi 4 mnDéjà avant la guerre en Ukraine, les entreprises françaises en proie à des difficultés d'approvisionnement

Dans le baromètre, vous rappelez également qu'il y a de vrais risques de tensions sociales dans le contexte de la pandémie. Comment ce conflit peut-il exacerber ces pressions sociales ?

La pandémie liée au Covid a exacerbé les pressions sociales en générant des inégalités et des frustrations. La hausse de l'inflation liée à la situation russo-ukrainienne va accentuer les tensions. Rappelons que la Russie et l'Ukraine sont des producteurs importants de céréales et que des fortes pressions sociales ont déjà eu lieu par exemple au Kenya ou au Malawi en raison de la hausse des prix de l'alimentation. Plus les prix de l'énergie et de l'alimentaire sont affectés, plus le risque des tensions sociales est important car cela entraîne mécaniquement une hausse de la pauvreté et des inégalités.

propos recueillis par Grégoire Normand

Grégoire Normand

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 23
à écrit le 01/03/2022 à 17:31
Signaler
Di Borgo ne s 'en laisse pas narrer, marrant ! Ukraine : "Nous sommes les petits télégraphistes des Américains" déclare Yves Pozzo di Borgo ! J' ajouterai celle de l' état profond us qui raffole de toutes les guerres et à l' origine de ttes...

à écrit le 01/03/2022 à 14:22
Signaler
Je reviens sur les propos de Bruno Le Maire que j'estime irresponsables. Pourquoi ? Parce que vouloir selon ses propres termes " l'effondrement économique de la Russie", c'est vouloir plonger tous les Russes dans la misère. Or tel ne peut en...

à écrit le 01/03/2022 à 14:11
Signaler
Nous n'avons pas à nous mêler de cette lutte fratricide entre Loubavitch et Ashkenaze ! La même qui causa les 2 guerres mondiales précédentes ! Les dirigeant goyim occidentaux sont des crétiins finis ! Ils executent le plan pour la guerre de Gog &...

à écrit le 01/03/2022 à 13:24
Signaler
F Asselineau : TOUT UN SYMBOLE Mon dernier entretien sur Sputnik avait pour titre : "« Tous les contre-pouvoirs ont disjoncté en France » s'alarme François Asselineau". Suite à la censure exercée par la Commission européenne, la vidéo correspond...

à écrit le 01/03/2022 à 13:07
Signaler
Poutine oblige l'Allemagne à repenser l'arrêt du nucléaire, La ministre des Affaires étrangères et ses collègues du Parti vert ont signalé qu'ils pourraient être ouverts à l'allongement de la durée de vie des centrales nucléaires, si cela réduisai...

à écrit le 01/03/2022 à 13:01
Signaler
Anne-Laure Bonnel : « Aujourd'hui, du côté où je me trouve (Donbass), les bombardements sont Ukrainiens. Depuis 2014 il y a 13 000 morts » Le gouvernement Ukrainien bombarde son peuple depuis 2014 ! Il est où, ex mosco..vici ?..!

à écrit le 01/03/2022 à 12:58
Signaler
L'économie européenne dépend pour 20% à un tiers de l'économie russe en approvisionnement comme en export. Energie, agriculture, industrie ; rechercher l'effondrement de l'économie russe, c'est précipiter la chute de l'économie européenne. Ces ge...

à écrit le 01/03/2022 à 12:48
Signaler
Je pense qu'il faut changer la manière de penser de l'état major Francais nous sommes en 2022 et non dans les années soixante avec le pacte de Varsovie . Tout à changer l'Ukraine est un pays souverain et nous avons le droit avec le réglement internat...

le 01/03/2022 à 13:13
Signaler
BJ est en soutien de l' UE. A travers ce nouvel exemple. L'idée d'un crédit social fait son chemin en Grande-Bretagne. Le contrôle des contenus sur internet est la principale pierre angulaire d'une stratégie de contrôle et de surveillance qu...

le 02/03/2022 à 1:42
Signaler
Eh bin.. on s'en gogne des demeurés dans ce pays..

à écrit le 01/03/2022 à 12:31
Signaler
Président polonais Andrzej Duda : "la Pologne n'enverra pas d'avions de combat en Ukraine. Cela signifierait une ingérence militaire dans ce conflit et une implication de L'OTAN. L'OTAN ne fait pas partie de ce conflit. Je ne veux pas faire partie de...

le 02/03/2022 à 1:47
Signaler
Faudrait savoir, hier il insultait les allemands qui ne voulaient et pouvaient pas envoyés d'armes et maintenant qu'ils sont ok lui dit non.. sont gâtés les ukrainiens avec des amis comme ça.. z'auront rien c'était de la com.

à écrit le 01/03/2022 à 11:16
Signaler
Celle de la France aussi , B.Lemaire s en charge .. faites le taire car en deux phrases ils a remis de l eau sur le feu et flinguer Engie en bourse !! Nos politiques parlent trop .. et ils ne s en rendent meme pas compte...

à écrit le 01/03/2022 à 10:39
Signaler
Certes, mais de là à aller jusqu'à affirmer comme le fait Bruno Le Maire, Ministre de l'Économie, des Finances et de la Relance de la France : «Nous allons provoquer l'effondrement de l'économie russe», il y a un pas qu'un journalisme sérieux se ...

le 01/03/2022 à 10:47
Signaler
BLM est un Young Leader au service du mondialisme porté par "Schwab du plan covid", pas la peine de creuser davantage. La vraie guerre est une guerre de l' information et se situe entre souverainisme et mondialisme, j' attends n' i...

à écrit le 01/03/2022 à 9:15
Signaler
EX KGB , parano , un seul homme décide de tout et déstabilise le monde . On peut espérer qu'il aura des comptes à rendre , qu'il ne sortira pas de ce conflit comme si rien ne s'était passé.

à écrit le 01/03/2022 à 9:09
Signaler
Les sanctions économiques, l'isolement culturel et sportif de la Russie sont un moyen aussi de faire prendre conscience au peuple Russe qu'il y a quelque part un gros problème, vu que la presse Russe est bâillonnée et qu'elle ne parle que d'une opér...

le 01/03/2022 à 9:40
Signaler
Déformé dans votre commentaire avec tant de zèle ne fait que rendre plus crédible les sources russes. Vous êtes victime consentante d'un profond lavage de cerveau. C'est bien Poutine qui a tenu pendant plus d'une heure à la télévision russe, à l'heur...

à écrit le 01/03/2022 à 8:51
Signaler
Aucune crainte ils vont s'adapter, par contre nous aurons des surprises de notre bord!

à écrit le 01/03/2022 à 8:26
Signaler
Oui on n'arrête pas de l'entendre mais plus on l'entend plus on voit que Poutine s'en tape et moins vos rabâchages sont audibles. 2conomisez vous les gars arrêtez de vous rincer de la sorte, merci.

le 01/03/2022 à 10:38
Signaler
Je ne suis pas sûr que Poutine s'en tape comme vous dites mais ce qui est sûr c'est que son entourage commence à ne pas s'en taper du tout.

le 01/03/2022 à 13:04
Signaler
Pas sûr que cela ne lui serve pas sachant que les oligarques russes sont de véritables durs et à ceux qui veulent que Poutine soit abattu vu qu'on entend les pires idioties qu'il soit en ce moment c'est délirant, visiblement faut faire pire que le co...

à écrit le 01/03/2022 à 8:05
Signaler
Effectivement, il semblait étrange de commercer avec une mafia depuis de longues années et d'accueillir leurs commanditaires sur la cote d'azur ....

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.