Tarif d'électricité : UFC-Que Choisir saisit le Conseil d'État pour annuler la hausse de 6%

 |   |  515  mots
(Crédits : Regis Duvignau)
L'association de défense des consommateurs (CLCV) et l'UFC-Que Choisir vont saisir le Conseil d'État pour faire annuler la hausse de presque 6% du tarif réglementé de l'électricité qui entrera en vigueur samedi 1er juin, a indiqué, ce vendredi 31 mai, un responsable de la CLCV.

L'association de défense des consommateurs (CLCV) a tancé, ce vendredi 31 mai, le gouvernement quant à la hausse de près de 6 % du tarif réglementé de l'électricité, qui entrera en vigueur samedi 1er juin. Aussi, l'organisme, en partenariat avec UFC-Que Choisir, a décidé de saisir le Conseil d'État pour faire annuler cette augmentation. "On va saisir le Conseil d'État, la juridiction compétente, d'ici à peu près quinze jours pour tenter fermement de faire annuler cette hausse" du tarif, a affirmé François Carlier, délégué général de la CLCV sur RTL.

Selon ce dernier, une moitié de renchérissement de la tarification correspond "à l'évolution des coûts d'EDF telle qu'estimée par la CRE", mais le reste de la hausse vise simplement à soutenir les fournisseurs d'électricité alternatifs afin que "la concurrence (sur ce marché) reste compétitive" et survive. "Cela fait une bonne dizaine d'années que le marché a été libéralisé, le fait qu'on soit obligés d'augmenter le tarif (réglementé) pour que la concurrence vive, c'est assez incroyable" et "ça paraît difficilement acceptable", a-t-il dénoncé, rappelant qu'une telle hausse pourrait se traduire par un surcoût d'une centaine d'euros par an pour une famille se chauffant à l'électricité.

L'augmentation au 1er juin pourrait être suivie d'une autre

La proposition de hausse de la CRE "pose des problèmes en droit", et en la suivant, le gouvernement "fait une faute", a insisté le secrétaire général de la CLCV, rappelant que l'Autorité de la concurrence a également contesté la hausse du tarif réglementé, signe de "fragilités juridiques". Dans un communiqué mi-juin, la CLCV avait déjà dénoncé "une hausse techniquement infondée et juridiquement contestable", "déconnectée des coûts réels" d'EDF. La recommandation de la CRE d'une hausse des tarifs réglementés de 5,9% avait "vocation" à s'appliquer dès le 1er mars, mais le gouvernement, confronté à la contestation des "gilets jaunes", avait indiqué qu'il ne la suivrait pas en période hivernale.

Lire aussi : Prix de l'électricité : une hausse de 85 euros par an par foyer en juin

L'augmentation au 1er juin pourrait être suivie d'une autre, en août, liée aux coûts de transport de l'électricité, et que le président de la CRE, Jean-François Carenco, avait indiqué mi-mai vouloir "limiter à 1%". Les tarifs réglementés de l'électricité, appliqués par EDF à environ 25 millions de foyers et fixés selon un calcul complexe reflétant notamment l'évolution du prix du marché de gros, vont progresser comme prévu de 5,9% TTC en moyenne au 1er juin, selon une décision publiée jeudi au Journal officiel. Celle-ci entérine une proposition de la Commission de régulation de l'énergie (CRE).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/06/2019 à 18:19 :
Pour augmenter : il faudrait
justifier
1) par des chiffres
2) les ventilations d’activités
3) toutes les dépenses
4) les gains
A quoi ça sert les chèques énergies si il y a une augmentation de 6% !! Sur le budget des familles ?
De la «  moquerie des ménages » à grande échelle.
Cette association a raison à 100%
Peut être que l’Etat ( cour des comptes )devrait contrôler tous les comptes de l’EDF.
a écrit le 01/06/2019 à 9:00 :
On joue sur les prix, on les bloque, puis s'en suit un phénomène de rattrapage entrainant gronde sociale.. cessons de jouer!
a écrit le 31/05/2019 à 18:12 :
Merci les écolos ! Vive la concurrence et la liberté des prix !
a écrit le 31/05/2019 à 15:21 :
Le fournisseur d'électricité alternatif ne devrait exister que s'il produit un minimum d'électricité.Ce qui n'est pas le cas de plusieurs d'entre eux,sinon c'est ce qu'on appelle ,un parasite.
a écrit le 31/05/2019 à 13:34 :
Je ne comprends pas, en Espagne cela baisse, ici s'augmente.
a écrit le 31/05/2019 à 13:20 :
Je ne vois pas pourquoi ça râle sur le prix de la facture. Sachant que se prix ne reflète pas les coûts réels d'EDF (en cash flow négatifs). Il suffit de voir la dette accumulée d'EDF. Même avec cette hausse de 6%, le prix reste un prix "soviétique". Complètement déconnecté de la réalité économique et des coûts réels de production. Surtout si l'on veux inclure les futures dépenses sur les déchets et le démantèlement.
a écrit le 31/05/2019 à 12:29 :
Une hausse tout à fait légitime, un hiver très doux et pour une fois pas de psychose médiatique au grand froid Français, il y a donc un manque à gagner énorme pour l'état et Edf cette année 2018/2019, c'est un rattrapage normal pour compenser l'attente de rentré d'argent n'ayant pas eu lieu.
Réponse de le 31/05/2019 à 13:17 :
Exactement!EDF est comme une centrale nucléaire,une énorme machine efficace mais très difficile a stopper et a redémarrer.Qu'il fasse beau ou froid,les centrales sont en permanence en marche,donc les frais de fonctionnement d'EDF stables.Et puis les chiffres sont trompeurs:malgré cette hausse,les français bénéficient encore de l'électricité la moins chère d'europe,malgré les presssions de Bruxelles(Macron ne s'est pas laissé faire).
Réponse de le 31/05/2019 à 13:36 :
Il me semble que nous devons payer pour notre utilisation d'énergie, et non pas pour combler le déficit de l'État. D'autres recettes sont là pour ça.
a écrit le 31/05/2019 à 12:09 :
Listes des taxes sur l'électricité et taux en vigueur en 2018

On distingue 4 différentes taxes :
Toutes les taxes payées par le consommateur, il ne faut pas s'étonner que la facture explose. Conseil, allez voir sur le site EDF pour le détail.

CSPE : la Contribution au Service Public de l'Électricité ;
TCFE : les Taxes sur la Consommation Finale d'Électricité, prélevées par les communes et les départements ;
CTA : la Contribution Tarifaire d'Acheminement ;
et la TVA.
a écrit le 31/05/2019 à 11:47 :
Augmenter les tarifs pour laisser marger en continu les distributeurs "alternatifs".

La concurrence libre et non faussée en version française.
a écrit le 31/05/2019 à 11:26 :
Areva en déperdition, Coût de démantèlement astronomique des centrales nucléaires, agents EDF à faible productivité avec des avantages privilèges scandaleux ne paye pas leur consommation électrique, comité d'entreprise aux dépenses royales digne de la monarchie pétrolière du moyen orient... ne cherchez pas l'erreur encore un scandale d'entreprise publique...
a écrit le 31/05/2019 à 11:09 :
L'état devrait supprimer les taxes sur l’électricité, en particulier celles concernant
le financement d'autres énergies. Les consommateurs payent pour la réduction d'impôts d'autres utilisateurs. Tout le monde ne peut pas profiter de ces nouvelles énergies,
et il faut aussi les moyens pour les financer.
a écrit le 31/05/2019 à 11:01 :
Jepréfère une entreprise bien gérée comme EDF plutot qu'une entreprise a la dérive qui couterait bien plus cher aux français.Le pouvoir d'achat a augmenté de 0.9% au premier trimestre,ce qui est bien suffisant pour couvrir les quelque 7 euros mensuels que representent cette hausseLa prochaine hausse du mois d'Aout devrait etre plus modérée ,ce qui est une bonne nouvelle.
Réponse de le 31/05/2019 à 11:29 :
Quelques euros mensuels de plus pour des familles que l'on appauvrit sont indispensables (par exemple pour certains, sept euros deviennent un festin) .A ce petit jeu de l'augmentation de tous les services et le non rendu que l'on en attend aura un effet contraire pour l'économie. Pour exemple, l'augmentation de la CSG a était une vraie calamité pour la rentabilité de certaines entreprises, leurs chiffres d'affaires ont été catastrophiques. L''augmentation des carburants produira certainement le même effet. Il ne faut donc pas se réjouir et applaudir l'augmentation car elle cache bien de choses inavouables.
a écrit le 31/05/2019 à 10:40 :
Contre les dérives néolibérales de l'oligarchie, la justice affamée et déformée par celle-ci est la dernière solution. Mais que peut faire une justice en lambeaux face à une oligarchie toute puissante au sein de la dictature du consortium financier européen ?

J'ai l'impression que certaines institutions mondiales tiennent de mieux en mieux la route peut-être que l'on peut s'y rattacher, voilà ma foi qui serait un virage progressiste car humaniste vers une mondialisation véritablement heureuse et non paupérisante et esclavagiste.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :