Taxe Gafa : Trump dénonce "la stupidité" d'Emmanuel Macron et menace le vin français

 |   |  1031  mots
(Crédits : STEPHANE MAHE)
Le locataire de la Maison blanche a de nouveau dénoncé sur Twitter la taxe Gafa adoptée par la France, qui vise à imposer les grandes entreprises du secteur numérique, notamment les géants du web américains. En représailles, Donald Trump menace d'infliger des taxes douanières supplémentaires au vin français.

Article publié le 27/07 à 9h48, mis à jour à 14h30 avec la réaction du président de l'interprofession des vins de Bourgogne.

Donald Trump est monté au créneau vendredi contre la France et sa taxe sur les géants américains du numérique en dénonçant "la stupidité" du président Emmanuel Macron et menaçant de rétorsions le vin français, un des produits d'exportation tricolores les plus emblématiques.

"La France vient d'imposer une taxe du numérique à nos grandes entreprises technologiques américaines. Si quelqu'un devait les taxer, cela devrait être leur pays d'origine, les Etats-Unis", a tweeté le président américain.

"Nous annoncerons bientôt une action réciproque substantielle après la stupidité de Macron. J'ai toujours dit que le vin américain était meilleur que le vin français!", a ajouté l'hôte de la Maison Blanche, qui ne boit pas d'alcool. "J'ai toujours préféré les vins américains aux vins français même si je ne bois pas de vin. J'aime leur aspect. Les vins américains sont super", a également déclaré vendredi le milliardaire républicain depuis le Bureau ovale.

"C'est toujours extrêmement dommageable pour nous d'être pris en otages. C'est un grand classique. Le marché américain est un marché important : pour la Bourgogne, c'est 25% de ses exportations. Ça représente à peu près 20 millions de bouteilles exportées chaque année", a réagit sur France Info, François Labet, président de l'interprofession des vins de Bourgogne et vigneron près de Dijon.

La Maison Blanche a annoncé dans la soirée que Donald Trump et Emmanuel Macron s'étaient parlés par téléphone pendant la journée, ajoutant qu'ils avaient évoqué la taxe française sur les géants du numérique, mais sans préciser si les vins français étaient au menu des discussions entre les deux dirigeants.

La France, pionnière en matière d'imposition des "Gafa"

L'Elysée a précisé samedi qu'Emmanuel Macron avait insisté, au cours de cet entretien, sur le fait que la taxation des Gafa était "un sujet d'intérêt commun" et pas seulement français, "sur lequel il faut continuer d'agir en vue d'obtenir un large accord international". Le sommet du G7, à Biarritz (sud-est de la France) du 24 au 26 août, sera "une occasion importante d'avancer" sur cette question, a ajouté la présidence, en précisant que l'entretien avait également porté sur l'Iran. Un peu plus tôt, le ministre de l'Economie Bruno Le Maire avait affirmé que "la France mettra(it) en oeuvre ses décisions nationales".

Le Parlement français avait définitivement adopté le 11 juillet l'instauration d'une taxe sur les géants du numérique, faisant de la France un pays pionnier en matière d'imposition des "Gafa" (acronyme désignant Google, Amazon, Facebook et Apple) et autres multinationales accusées d'évasion fiscale. L'administration Trump avait annoncé la veille de cette décision qu'elle lançait une enquête pour mesurer les effets d'une telle taxe sur les entreprises américaines.

Puis, lors du G7 en France il y a deux semaines, Paris et Washington avaient semblé réduire leur contentieux, les ministres des Finances évoquant alors des progrès vers un accord mondial sur la taxation du numérique. "La taxation universelle des activités digitales est un défi qui nous concerne tous. Nous souhaitons parvenir à un accord sur ce sujet dans le cadre du G7 et de l'OCDE", a souligné vendredi Bruno Le Maire.

"Outils politiques"

Cette décision unilatérale "démontre le peu d'engagement de la France dans les négociations en cours avec l'OCDE", a pourtant jugé vendredi depuis Washington un porte-parole de la Maison Blanche, Judd Deere. "L'administration Trump a toujours affirmé qu'elle ne resterait pas les bras croisés et ne tolérerait aucune discrimination à l'encontre des entreprises américaines", a-t-il mis en garde dans un communiqué.

Le représentant américain au commerce (USTR) a déjà lancé une enquête sur les effets éventuels de cette taxe, a-t-il rappelé. Et, l'administration Trump "examine de près tous les autres outils politiques", a-t-il souligné. Plus tôt, le principal conseiller économique de la Maison Blanche, Larry Kudlow, avait qualifié cette taxe de "très, très grosse erreur""Nous ne sommes pas contents que la France soit allée de l'avant avec cette sorte d'impôt sur le numérique", avait-il dit sur la chaîne CNBC.

La taxe Gafa crée une imposition des grandes entreprises du secteur non pas sur leur bénéfice, souvent consolidé dans des pays à très faible fiscalité comme l'Irlande, mais sur le chiffre d'affaires, en attendant une harmonisation des règles au niveau de l'OCDE. La taxe Gafa impose ces entreprises à hauteur de 3% du chiffre d'affaires réalisé en France notamment sur la publicité ciblée en ligne, la vente de données à des fins publicitaires et la mise en relation des internautes par les plateformes. Cette solution a vocation à n'être que temporaire dans l'attente d'un aboutissement de négociations internationales.

En juin, Donald Trump avait déjà laissé entendre qu'il pourrait infliger des taxes douanières supplémentaires au vin français. Mais il invoquait alors ces droits de douane supplémentaires pour corriger une concurrence jugée "déloyale". "La France taxe beaucoup le vin et nous taxons peu le vin français", avait alors dénoncé le président américain au cours d'un long entretien sur CNBC. Le vin français est réputé pour être "très bon", avait aussi commenté l'hôte de la Maison Blanche. Mais les viticulteurs américains se plaignent du fait qu'il entre sur le sol américain "pour rien". "Ce n'est pas juste, nous allons faire quelque chose pour ça", avait-il alors asséné.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/07/2019 à 11:44 :
Même taxé à 30%, cela ne changera rien.
Le vin français n'est bu aux USA que par la haute société, éduquée et à fort revenu.
Le prix peut doubler, cela ne changera pas leur consommation.
Cela pourrait même avoir l'effet contraire : par snobisme, boire un vin français hors de prix est signe de richesse. C'est ça la classe ;)
Et ça vaut pour tous les produits de luxe.
a écrit le 29/07/2019 à 17:44 :
La filière vitivinicole en otage comme si l'on pouvait se passé d'un liquide exquis! Peu crédible!
a écrit le 29/07/2019 à 17:40 :
Je pense au casse tête que ça dû être pour DT pour trouver quelque chose de français à taxer aux USA.
Taxer des voitures : non ; des ordinateurs ; non ; des téléphones portables ; non ; ; des microprocesseurs : non ; des robots : non ;
Il ne ne restait que les produits de luxe ou le vin.
a écrit le 29/07/2019 à 9:05 :
Le principe de la taxe GAFA (taxer un CA et non un bénéfice) est très discutable, son application risque d'en être cauchemardesque (les entreprises assujetties ont tous les moyens pour en déplacer l'assiette hors de France...). On sait déjà que cette loi d'exception (dont on peut imaginer qu'en plus elle risque d'être retoquée par le Conseil Constitutionnel pour rupture d'égalité entre entreprises ou par l'OMC) ne rapportera pas grand chose (600 millions), même ce montant risque d'être trop optimiste.
a écrit le 29/07/2019 à 7:01 :
Cultiver de la betterave pour en faire de l’éthanol, ce serait moins couteux et moins risqué, ou tout simplement cultiver pour manger... je ne vais pas plaindre cette filière. Certains vont rétorquer que tous les viticulteurs ne sont pas richissimes, certes comme beaucoup de français, mais ceux qui s'en sortent ont eu le courage de faire de la qualité et pour certains d'investir à l'étranger. Vous avez voulu la mondialisation, ben vous avez la mondialisation et ses risques, assumez, ne demandez pas d'aide aux citoyens (à l’État) qui ne vous ont rien demandé et qui ne vous doivent rien.
a écrit le 28/07/2019 à 16:41 :
Je remarque juste que les américains ont peur que cette décision fasse boule de neige.
Des taxes sur le vin? Pas grave !
a écrit le 27/07/2019 à 17:09 :
Franchement c'est surtout macron qui pose un pave dans la marre en taxant le GAFA, d'autre pays suivront et Trump l'a compris. Il s'en prend au vin, c'est dommage car il n'a pas du bien se renseigner. Les US doivent importer du vin, et la classe aisee, adore les vins francais (comme les vins italiens, espagnols, allemands....), alors il va les taxer. Bien. Une bouteille de Nuits Saint Georges aux US c'est 50 euros, elle passera a 55.... Ils veulent un pinot noir de Bourgogne et ils continueront a acheter. Et si c'est pas le cas, c'est pas un soucis, les caves francaises sont vides, y'a plus de vins a vendre de toute facon, si ce n'est les vins de cooperatives, qui se vendent malgre tout.....
a écrit le 27/07/2019 à 14:55 :
On va encore devoir éponger les excédents !
Il fait d'une pierre deux coup, Macron = homme stupide, france = exportateur de low tech (alimentaire) je peux meme taxer leur tech y'en a pas !
a écrit le 27/07/2019 à 14:16 :
Trump ne boit jamais de vin,et produit lui meme du vin aux USA,il a donc tout a y gagner.Il fallait s'attendre a un coup bas de la sorte.Macron doit rester ferme sur les GAFA.Moins d'exportations de vins français,c'est aussi plus de vin sur le marché français,a meilleur prix pour les gens modestes qui boivent souvent.
a écrit le 27/07/2019 à 13:58 :
Pas les automobiles ? Non ? C'est un levier vs les allemands. Chaque pays a son 'point faible'...
Si l'UE fait bloc sur ces impôts "locaux", il surtaxera les vins français, les autos allemandes, l'huile d'olive espagnole, la charcuterie italienne, etc ? On comprend pourquoi il déteste les blocs, c'est insaisissable.
Comme dit quelqu'un, in vino veritas.
Réponse de le 27/07/2019 à 14:33 :
mais les EU ont aussi leurs points faibles.

Il suffirait de surtaxer les produits agricoles US (Soja, Maïs, Blé, pour la plupart OGM) pour ennuyer très sérieusement les agriculteurs américains. Ils travaillent essentiellement pour exportation vers l'UE et sont en concurrence directe avec la Chine et l'Inde qui seront ravis de leur prendre des marchés.
a écrit le 27/07/2019 à 13:07 :
Il faut augmenter la taxe à 10%.Ce serait une bonne et juste réponse aux menaces .3%,c'est trop peu.
a écrit le 27/07/2019 à 12:39 :
Micron a pris le citron.
Il va se faire presser.
a écrit le 27/07/2019 à 12:34 :
Et bien, Trump, on peut dire qu’il n’a pas la reconnaissance du ventre! Quand on voit ce que l’equipe Macron a déjà filé à l’establishment américain... On peut dire que cette saillie, on ne l’avait pas vu venir! Alcatel, Alstom, Technip, Coface (dans les tuyaux), ... L’équipe Macron a quand même refilé à tour de bras! Bon, en même temps, le vin... Trump y va cool quand même. C’est pas dans les amis proche de l’Elysée. Donc la réponse est mesurée et correcte. Amis vignerons... Comme c’est triste...
Réponse de le 27/07/2019 à 15:00 :
IL voulait taxer la high tech francaise... il a pas trouvé !
Réponse de le 27/07/2019 à 16:59 :
entiérement d'accord avec vos propos.Mr Lemaire parle de souveraineté pour cette taxe ,que ne l'a t'il pas fait pour nos fleurons français vendu à l'encan.Il y a tjr un perdant ici les vignerons hier les agriculteurs avec le CETA
Réponse de le 28/07/2019 à 1:08 :
Arrêter de nous faire rire avec "nos fleurons Français". Un simple clic vous apprendra qui en sont les propriétaires depuis fort longtemps. Les Français ne soutiennent pas leurs entreprises avec leur épargne. D'autres s'en chargent. Ces boites que vous citez n'appartiennent pas à l'état Français. Macron n'y peut rien si leurs propriétaires les vendent. On attend toujours que vous veuillez bien vider vos livrets A pour les investir dans ces boites Françaises. Il faut prendre ses responsabilités.
a écrit le 27/07/2019 à 12:14 :
Pour M.Trump tout le monde est «  stupide » sauf lui.
Il est Dieu ou quoi ?
Ou un enfant Roi ?
a écrit le 27/07/2019 à 12:04 :
Trump au Macron c est pareil ils n’ont pas inventé l au chaude Macron contres lés pauvres et les retraitées trump contre les pauvres en général
a écrit le 27/07/2019 à 11:50 :
On verra si l'Europe est aussi solidaire pour nos défendre que pour défendre l'automobile allemande....
Réponse de le 28/07/2019 à 0:49 :
Vous pouvez rêver,il y a des chances que l'Ue enfin une bonne partie des pays européens par soucis de leurs liens avec l'Oncle Sam ne bouge pas d'un iota et le problème c'est qu'ils sont nombreux.
La taxe GAFA à l'échelle européenne on ne l'a verra surement jamais ou d'une version "adoucie".
a écrit le 27/07/2019 à 11:45 :
nos députés ont bien validé le. C E T A. . sans scrupule au détriment de nos agriculteurs! aux consommateurs de réagir maintenant
a écrit le 27/07/2019 à 11:32 :
Les erreurs de nos hurluberlus ne peuvent pas tout le temps être cachées par les médias de masse européens, il est évident que cette taxe est grotesque, d'un manque de finesse et de subtilité total, le manque d'imagination de notre classe dirigeante, puisque nos LREM ne sont que de simples laquais de l'oligarchie au final, est désespérant.

Ca va vite devenir hors de prix de paupériser un pays afin d'avoir un français deuxième plus riche au monde...
Réponse de le 27/07/2019 à 13:50 :
je suis MDR...

Vous ne connaissez pas votre sujet.
BA est devenu riche en boursicotant sur des valeurs françaises et par des jeux d'influences dans les comités d'administration. C'est un pur spéculateur.

Non seulement il doit tout à la France, mais c'est un traitre économique.

Il a cherché à se domicilier en Belgique pour échapper aux impôts et une grande partie du groupe Arnault y est localisé.

Il défiscalise à tout va via ses fondations et contrairement à ce que vous pensez, il a entrepris de délocaliser également les unité de production jusqu'ici françaises vers la Pologne, Madagascar ou l'Asie.
Je vous renvoie au césar 2017 du meilleur film documentaire.

Et pour terminer, c'est un "optimiseur" fiscal de premier ordre.


Ce qui est fascinant, c'est que si demain son empire partait en fumée, 99,9% de la population ne s'en rendrait pas compte.

Et on parle de la seconde fortune mondiale ! Ce type est l'achétype d'une société décadente où la frivolité et le bling bling des parvenus ont triomphé de l'utile et du nécessaire pour tous.
Réponse de le 28/07/2019 à 12:21 :
@ @ Alsalux

Ben non pas signalé du coup vu que vous répondiez en fait au troll qui me trollait alors que je pensais que c'était à moi.

Vous ne devriez pas donner autant d'importances aux commentaires des peines à penser.

"
a écrit le 27/07/2019 à 11:22 :
Donald si tu taxes le pinard, on taxe le coca ... The France at first ! ;o)))
Réponse de le 28/07/2019 à 1:11 :
Sauf que la fabrication du coca se fait en France. Il faut réfléchir avant de parler.
a écrit le 27/07/2019 à 11:19 :
Que de la gueule.... comme d'habitude.

C'est toujours un ravissement d'entendre le champion de l'unilatéralisme, qui crache en permanence sur toute forme d'engagement international (ONU, OMC) venir se plaindre de ce que la France serait peu engagée dans les discussions.

Pour se qui est des taxes, étant donné que le litre de pinard français peut se vendre, tiède, à 40 dollars la bouteille aux USA , ce ne seront pas quelques taxes de plus qui vont y changer grand chose.

Il n'y a pas de quoi s'affoler, il faut au contraire continuer à taxer les GAFA, et s’apprêter à en faire de même avec les produits agricoles US si l'autre se montrait trop agressif.
Dans moins de deux ans moumoute blonde aura été dégagé, alors que les GAFA sont encore là pour plusieurs décennies, voire plus
a écrit le 27/07/2019 à 10:53 :
On ne peut qu'être d'accord avec la stupidité, puisque c'est bien a cause de Macron l'européiste que l'on se retrouve dans une telle situation!
Réponse de le 27/07/2019 à 11:35 :
C'est l'UE qui devrait appliquer cette taxe et soutenir la France dans ce débat.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :