Trump essaie d'humilier ses alliés européens avant le sommet de l'OTAN

 |   |  932  mots
Donald Trump, accompagné de son épouse Mélania, à son arrivée hier soir à Bruxelles à bord de son avion présidentiel Air FOrce One.
Donald Trump, accompagné de son épouse Mélania, à son arrivée hier soir à Bruxelles à bord de son avion présidentiel Air FOrce One. (Crédits : Reuters)
Le président américain est fermement décidé à profiter du sommet pour mettre la pression sur ses alliés afin qu'ils augmentent leurs dépenses militaires. Pour autant, il devrait très probablement réaffirmer le principe de solidarité entre alliés (l'article 5 du traité de l'Alliance atlantique). Mais le conditionnel reste de rigueur, après le torpillage du G7 par Donald Trump le mois dernier.

En novembre 2016, lorsqu'il était candidat à la présidentielle, le futur président américain avait déclaré que l'Organisation du traité de l'Atlantique Nord (Otan) coûtait trop cher aux Etats-Unis (ils paient plus des deux tiers des dépenses militaires) et avait proposé de faire contribuer davantage les alliés européens au financement de leur défense... faute de quoi ils devraient se débrouiller seuls! Cette menace totalement inédite avait surpris et indigné ses alliés européens.

Lire aussi : Theresa May veut que Trump clarifie au plus vite ses intentions sur l'Otan

Le président américain avait même déclaré que l'Otan était "obsolète". En mars 2017, au lendemain d'une rencontre avec Angela Merkel, le président américain avait poussé le bouchon plus loin, fustigeant l'Allemagne qui "doit d'énormes sommes d'argent" à l'Otan et aux Etats-Unis lesquels lui "fournissent une défense très puissante et très coûteuse".

Mais en avril 2017, il revenait en partie sur ses déclarations - à propos de l'obsolescence de l'Otan - devant le secrétaire général de l'organisation, Jens Stoltenberg, lors d'une conférence de presse à la Maison-Blanche "

"J'ai dit que c'était obsolète. Ce n'est plus obsolète."

L'homme, spécialiste des revirements qui déstabilisent ses adversaires, a relancé hier ses attaques contre ses alliés, y allant d'un tweet depuis son avion présidentiel qui l'emmenait à Bruxelles, message qui a tout d'une volonté d'humiliation publique puisqu'il y traite les Européens de mauvais payeurs.

 En français :

"L'Union européenne empêche nos agriculteurs, nos travailleurs et nos entreprises de faire des affaires en Europe (déficit commercial de 151 milliards de dollars américains), et ils veulent ensuite que nous les défendions avec joie par l'intermédiaire de l'OTAN et que nous payions gentiment pour cela. Ça ne marche pas comme ça !"

Trump veut obliger les Européens à respecter leurs engagements

L'objectif du président américain est de mettre à profit ce sommet pour faire une nouvelle fois pression sur les alliés afin qu'ils augmentent leurs dépenses militaires, selon l'explication mardi d'un représentant de l'administration américaine.

Lequel représentant a ajouté que Donald Trump devrait cependant affirmer lors du sommet de l'Otan le soutien des Etats-Unis à l'article 5 du traité de l'Alliance atlantique, selon lequel une attaque menée contre un de ses membres est considérée comme une attaque dirigée contre tous les alliés. Le conditionnel souligné ici indique bien qu'il s'agira donc d'une négociation sous haute tension.

Après le torpillage du G7 par Donald Trump, tout est possible

De fait, un mois après la volte-face américaine au G7, encore dans toutes les mémoires, le sommet annuel de l'Otan s'ouvre mercredi à Bruxelles dans un climat de nervosité et d'incertitudes alimenté par les critiques répétées de Donald Trump contre ses alliés de l'Alliance atlantique, alors que Washington réclame un meilleur "partage du fardeau" de la sécurité.

Lire aussi : Le G7 vire au fiasco avec un tweet de Trump qui torpille l'accord final

Budget militaire à 2% du PIB : les bons et les mauvais élèves

Pour autant, les 29 membres de l'Otan se sont engagés en 2014 à porter leurs dépenses militaires à 2% du PIB d'ici 2024. Or, selon des chiffres publiés mardi par l'Otan, en 2017 seuls 4 pays respectent leurs engagements : les Etats-Unis (qui ont versé 3,57% de leur PIB), le Royaume-Uni, l'Estonie, la Grèce et la Pologne ont atteint les 2% du PIB en matière d'effort de défense. Quatre autres - Lituanie, Lettonie, Pologne et Roumanie -les respecteront pour la fin de l'année, a assuré mardi Jens Stoltenberg, secrétaire général de l'Alliance.

Mais ce déséquilibre mécontente grandement Donald Trump, qui considère notamment anormal que les dépenses de défense de l'Allemagne, première économie européenne, ne représentent que 1,24% de son PIB.

Lire aussi : Loi de programmation militaire : les députés approuvent la hausse du budget de la défense

Hier mardi, peu avant son arrivée à Bruxelles, Donald Trump, depuis son avion Air Force One, avait ainsi tweeté :

"De nombreux pays de l'Otan, que nous sommes censés défendre, sont non seulement loin de leur engagement actuel de 2% (ce qui est faible), mais ont aussi failli depuis de nombreuses années à effectuer leurs paiements. Vont-ils rembourser les Etats-Unis ?", a dit .

Selon le représentant de l'administration américaine, l'attitude de Trump lors du sommet dépendra de la manière "dont se déroulera la matinée" de mercredi avec les premières rencontres entre le président américain et les autres dirigeants de l'Otan.

"Des pays devraient évoquer leur volonté de faire davantage", a-t-il estimé.

Aux Etats-Unis, les républicains un peu inquiets pour la suite

A Washington, de nombreux membres du Congrès, dont des sénateurs républicains, ont cherché à rassurer sur l'engagement des Etats-Unis auprès de leurs alliés historiques.

"J'espère que les bons signaux sont envoyés à l'Otan. J'espère que rien de similaire à ce qu'il s'est passé au G7 ne va se produire", a dit le républicain Bob Corker, qui siège à la commission sénatoriale des relations internationales.

(avec Reuters et AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/07/2018 à 8:57 :
L'Allemagne fait partie de l'europe mais n'est pas l'europe, alors oui la finance européenne en a fait le centre de ses nuisances mais il y a 27 pays au sei nde l'UE.

Or Trump s'attaque essentiellement aux allemands, il faut être aveugle pour ne pas le voir et de bien mauvaise foi pour ne pas en parler hein, alors au lieu de jouer une solidarité qui n'existe pas car dirigeants politiques et économiques ont sacrifié l'unité populaire européenne au consortium financier européen, on ferait mieux de se demander qu'est-ce qui cloche chez les allemands.

Comme d’habitude tandis que le sage montre l'horizon du doigt, les imbéciles regardent le doigt.
a écrit le 12/07/2018 à 18:15 :
Trump pratique la politique internationale comme des " deals " commerciaux. Il met la pression sur ses obligés de l'alliance atlantique, pour que le budget Otan atteigne 2 % du PIB, en fixant l'objectif prochain à 4% . A défaut il menace de retirer ses troupes : en Allemagne notamment, ses 35.000 militaires US, dont la base de Ramstein et ses drones d'attaque au Moyen Orient. Il critique d'autant plus l'Allemagne qu'elle accepte le passage du gazoduc russe North Stream 2 qui marginalisera le gaz de schiste américain.
a écrit le 11/07/2018 à 17:36 :
On a rien à foutre !
nous defendre de quoi ? contre qui ? Ce sont des depenses inutiles dans des jouets tellement couteux qu'on en construit au compte goutte ! Et ils appel ça de l'industrie !
14 rafales par an, quelques fregates, des sous marins qui sillonnent à un fric fou les mers pour quoi faire ?
Pour nous defendre des crocodiles ? ça marche regardez on est pas envahi par les crocodiles ! C'est un mafia, ils servent à rien les miloufs!
a écrit le 11/07/2018 à 16:54 :
Trump n'a pas besoin d'humilier les européennes , ils le font très bien tous seul en ne prenant aucune décision tranchée et stratégique pour eux même.
Le monde va se divisé entre les US, la Russie, la chine et l'inde. il y a aura en plus
l'europe qui sera la variable d’ajustement et une zone de guerre commercialement .
l’Afrique avec ses ressources à prendre et les pays arabes et leurs zones de guerre où on va vendre et tester le matériel militaire.
a écrit le 11/07/2018 à 13:27 :
D'un côté, tout le passif que DoDo met en avant, est dû aux usa, qui a torpillé toutes les initiatives d'européanisation, d'industrialisation en europe de l'armement à plus grande échelle, de renforcement de l'organisation politique pour gérer la stratégie militaire ? C'est bien les usa, dont Bush en dernier, pour que les usa gardent un pied en Europe et avoir des clients pour son industrie.

D'un autre coté avec nous, les alliances occidentales représente plus de la moité des ressources budgétaire et scientifique de la planète, ont à la prédominance globale, ont est du temps de Rome quand elle dominait tout, ce qui menace comme la russie, n'a pas les moyen de faire mieux que quelques incursions en risquant une destruction complète, en fait les usa pourrait réduire leur budget de 30% que le niveau d'efficacité serait toujours le même...

De toute façon, dodo dit que les usa paye trop pour l'otan, facilité de langage grossière, les frais de l'otan sont répartie de manière égalitaire, tous payent le budget comme prévu, même l'otan dirigé par un américain l'a dit et écrit sur le site...
Ce qu'il reproche, c'est le %, à part la france et l'angleterre aucun pays d'europe n'a de vrais armées, pays neutres, défensifs, trop petits pour que leur budget serve à faire quelque chose d'utile, mais surtout si l'europe n'avait pas du faire face à la crise économique venue des usa, le % serait plus élevé, en fait moi je veux que les usa, remboursent tous les emplois détruits et l'argent qu'ils va falloir réinvestir de manière plus massif pour faire les modernisation plus couteuses, qu'on a pas pu faire à cause d'eux !
a écrit le 11/07/2018 à 13:07 :
Il se fout bien des dits alliés, dont la puissance, sans l'Amérique, est celle de souris face aux chats. Il a les armes, l'argent, et la puissance économique derrière pour assurer son budget.Son objectif n'est pas de dépenser moins en armes, mais de faire dépenser plus ses alliés pour les rendre dépendants économiquement de l'Amérique, du moins à court terme, et c'est ce qui compte pour lui. Make it simple stupid.
a écrit le 11/07/2018 à 12:16 :
le conseiller économique du Donald - Larry Kudlow - affirmait il y a quelques jours que le déficit public baisse rapidement. alors que les chiffres officiels montrent une hausse de près de 25% sur les 8 premiers mois de l'exercice (WSJ, 06/2018). et il espérait que la FED allait augmenter les taux très doucement. pas très rassurant ce discours.
on pouvait lire hier dans le WSJ que la réforme fiscale US n'apporterait probablement pas les bénéfices escomptés. la politique de baisse d'impôt va être un échec comme au Kansas ?
sur CNBC il y a un article disant que les américains n'utilisent pas assez leur actif net immobilier pour emprunter et consommer. nos camarades anglo-saxons comptent toujours autant sur l'effet de richesse et le gonflement de la valeur des actifs. pas rassurant non plus.
a écrit le 11/07/2018 à 11:33 :
la politique c est comme l amitie ca un cout personne ne veut payer pour les autres ,je comprend la position de l amerique,? C EST LA MEME CHOSE POUR LES TAXATIONS DOUNIERE IL DEFENDENT LEURS BINES? LES EUROPEENS ET LES CHINOIS SONT TROP ABITUER A LA BELLE VIE .CHAQU UN DES DROITS ET DES DEVOIRS ? TOUS SE PAYE DANS LA VIE C EST LA LOIE DU MARCHE???MILLE HOMMES QUI NE GRAIGNENT PAS POU LEURS VIE SONT PLUS REDOUTABLE QUE DIX MILLE QUI GRAIGNENT POUR LEURS FORTUNE///DENI DIDEROT///
Réponse de le 11/07/2018 à 16:25 :
En parlant de coût, payez vous des cours de français !
a écrit le 11/07/2018 à 11:15 :
L'OTAN c'est planétaire ? Si les USA dépensent pour des régions du monde qui ne nous "concernent" pas, n'est-ce pas pour ça qu'ils dépensent 4% de leur PIB (voire soutenir leur industrie par ricochet) ? La part UE de l'OTAN, ça fait quelle fraction (%) ? Sûr que si la règle c'est 2% (comme les 3% de déficit), chacun doit respecter ses engagements, ou les dénoncer à la Trump. :-)
Réponse de le 11/07/2018 à 13:25 :
"Si les USA dépensent pour des régions du monde qui ne nous "concernent" pas"

En 2017, les the U.S.A. ont représenté 51.1% du P.I.B.combiné des pays membres de l'O.T.A.N. et 71.7% des dépenses combinées de ce même O.T.A.N.

Et sous-entendre que la Suéde, la Finlande, la Pologne ou les états Baltes sont "des régions du monde qui ne nous concernent pas" me semble trés, trés bizarre.
Réponse de le 11/07/2018 à 15:28 :
@curiale L'OTAN c'est américain, on ne va quand même pas payer pour leur armée ...
a écrit le 11/07/2018 à 11:07 :
Dans la mesure ou les USA claque la porte de l’ONU , je ne vois pas pourquoi les Européens doivent diviser les frais de maintien d’un système d’union commune ?

la base c’est l’ONU , non ?

Réponse de le 11/07/2018 à 13:36 :
Où avez vous vu qu'ils ont claqué la porte de L'O.N.U. ? ils se sont juste retirés des instances qu'il jugaient trop partisanes. Aux derniéres nouvelles, l'extraordinaire Nikki Haley est toujours leur ambassadrice à l'O.N.U. me semble t'il.

"la base c’est l’ONU , non ?" avez-vous vu quelque part une force permanente de l'O.N.U.. faire réguliérement des manoeuvres pour empécher une invasion d'un pays Européen par la Russie?

Est-ce qu'il vous a échappé que la Russie fait partie de l O.N.U. et que ce pourrait être, disons, un problème, si cette force existait ?

Imaginez une agence de l'O.N.U. luttant contre les violences sexuelles faites aux femmes avec Harvey Weinstein parmi ses membres: est-ce que ce serait aussi "la base" pour vous?
Réponse de le 11/07/2018 à 14:01 :
tout n’est pas blanc ou tout noir ...

le vatican «  aussi » à son siège «  permanent »

la Russie est une puissance mondiale , tout comme les USA.

pourquoi la Russie envahirait les «  autres pays » ? elle a assez à faire avec son «  territoire »... tout comme les USA

Longtemps les USA ont joué les gendarmes du monde , maintenant qu’ils ont atteint «  leurs objectifs » ils montrent leur «  vrai face »

elle est ou cette image qu’ils véhiculaient et qui faisait «  rêver » le monde entier sur leur valeur de liberté et de démocratie ?

donc dans ce monde la liberté et la démocratie se «  paye » aussi ?

les valeurs doivent être payantes ?

pour le scandale de l’ex-producteur de Hollywood :
je ne suis pas directeur de publication de Gala...😃
a écrit le 11/07/2018 à 11:07 :
Humilier vous dites ? Rien ne blesse autant que la vérité! Et l'on comprend pourquoi les européens achètent systématiquement du matériel militaire américain. Pour se sentir quittes, à bon compte, du "service" rendu ?
a écrit le 11/07/2018 à 10:57 :
J'ai l'impression que l'Europe est plus considéré par les USA comme alignée que comme alliée.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :