Tuerie d'Orlando  : le pire attentat depuis le 11 septembre aux Etats-Unis

 |   |  859  mots
Le FBI a ouvert une enquête pour terrorisme
Le FBI a ouvert une enquête pour terrorisme (Crédits : © Kevin Kolczynski / Reuters)
Un Américain soupçonné de liens avec le groupe Etat islamique (EI) a tué dimanche au moins 50 personnes dans une boîte de nuit gay à Orlando, en Floride. C'est le deuxième attentat revendiqué par Daech aux Etats-Unis après la tuerie de San-Bernardino (Californie) le 2 décembre 2015

Un Américain soupçonné de liens avec le groupe Etat islamique (EI) a perpétré dimanche aux Etats-Unis le pire attentat "terroriste" depuis le 11-Septembre 2001, avec au moins 50 morts dans une boîte de nuit gay de Floride. Une dizaine d'heures après la fusillade la plus meurtrière de l'histoire de l'Amérique, le FBI, qui enquête pour "terrorisme", a identifié le tireur, tué par la police, sous le nom d'Omar Seddique Mateen.

Omar Mateen n'était pas une menace, selon les autorités

La police fédérale soupçonne fortement cet Américain d'origine afghane de 29 ans d'avoir prêté "allégeance" à l'EI dans un appel passé aux services d'urgence 911 quelques instants avant son terrible crime. Le FBI a aussi révélé avoir interrogé le jeune homme ces dernières années pour ses présumées "sympathies" islamistes mais que l'enquête n'avait jamais donné suite.

La première enquête s'est déroulée en 2013 à la suite de propos véhéments tenus par Omar Mateen devant des collègues témoignant de sa sympathie à l'égard des radicaux musulmans, a dit Ron Hopper, agent du FBI, lors d'une conférence de presse à Orlando.

La seconde a eu lieu en 2014, cette fois pour des liens présumés avec Moner Mohammad Abu-Salha, un Américain auteur d'un attentat suicide cette même année en Syrie. Le FBI a alors conclu que les contacts entre les deux hommes étaient minimes et qu'Omar Mateen "ne constituait pas une menace substantielle à cette époque", a dit Ron Hopper, ajoutant qu'aucune enquête ou surveillance n'était en cours au moment de l'attaque de dimanche. Le père du tireur, Mir Seddique, a assuré à la chaîne NBC que le massacre n'avait "rien à voir avec la religion".

Attaque revendiquée par Daech

Reste que, selon Amak, l'agence de presse liée aux jihadistes, c'est bien un "combattant de l'EI" qui est l'auteur de ce massacre dans un club gay d'Orlando, le Pulse, haut-lieu de la communauté LGBT (lesbiennes, gays, bisexuels et transgenres). C'est le deuxième attentat revendiqué par Daech aux Etats-Unis après la tuerie de San-Bernardino (Californie) le 2 décembre 2015.

La fusillade, couplée à une prise d'otages de plusieurs heures dans la nuit, a fait au moins 50 morts et 53 blessés. La tuerie s'est soldée par la mort du tireur abattu par les policiers d'élite du SWAT.

"Acte de terreur et de haine"

S'exprimant 12 heures après le carnage, le président Barack Obama a condamné "un acte de terreur et de haine" et s'est félicité que le FBI ait ouvert "une enquête pour terrorisme".

De son côté, Donald Trump, le candidat républicain qui espère succéder au président démocrate à la Maison Blanche, a remercié, dans un tweet, les personnes qui le "félicitent d'avoir eu raison sur le terrorisme islamique radical". "Mais je ne veux pas de félicitation, je veux de la vigilance et de la sévérité. Il nous faut être intelligents!", a lancé le milliardaire qui avait prôné l'interdiction d'entrée aux Etats-Unis pour tous les musulmans.

Sa concurrente démocrate, Hillary Clinton, a dénoncé un "acte tragique". Du côté des musulmans américains, qui comptent pour 1% de la population, le fondateur de la principale association (Cair), Nihad Awad, a condamné "un crime haineux". Il a dénoncé l'attentat "dans les termes les plus forts. Il viole nos principes en tant qu'Américains et que musulmans".

350 personnes présentes dans le club

A Orlando, une des plaques tournantes mondiales du tourisme, des témoins ont décrit des scènes d'horreur, de corps qui tombent et du sang partout dans ce club, le Pulse.

"Quelqu'un a commencé à tirer. Les gens se sont jetés au sol", a raconté l'un des clients de la discothèque, Ricardo Negron, sur SkyNews. "Il y a eu une courte pause dans les tirs et certains d'entre nous ont pu se lever et sortir en courant vers l'arrière" de l'établissement.

Ce témoin dit avoir entendu "des tirs continus" pendant probablement moins d'une minute.  Selon Reuters, il  y avait près de 350 personnes au Pulse juste avant le carnage.

Les violences par armes à feu sont quasi quotidiennes aux Etats-Unis. L'année 2016 en compte plus que de jours écoulés et elles ont fait plus de 5.800 morts depuis janvier, d'après le site Gunviolencearchive.org.

Une autre attaque évitée à la Gay Pride de Los Angeles

Une autre attaque visant la communauté homosexuelle a été évitée dimanche à Los Angeles où un homme équipé d'un arsenal d'explosifs et armes à feu a été arrêté, déclarant aux autorités qu'il avait prévu de "causer des dégâts" pendant la Gay Pride. James Howell, 20 ans, a expliqué à un agent de police pendant son arrestation qu'il voulait "causer des dégâts pendant la Gay Pride", a écrit la chef de police de Santa Monica Jacqueline Seabrooks sur Twitter. Elle a toutefois précisé qu'il n'y avait "pas de lien connu avec les événements" d'Orlando.



(Avec AFP et Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/06/2016 à 7:39 :
moi , j'aurait plustot ecrit : " le pire attentat , aux Etats Unis , depuis le 11 septembre " .
en effet , hormis tous les attentats en Afghanistan / Irak / Turquie et autres , il y a eu aussi la Norvege avec Anders Breivik et ses 77 morts .
a écrit le 13/06/2016 à 14:18 :
Daech trouvera toujours des paumés, des dingues à QI de poulet pour exécuter des attentats. Hélas, il va falloir faire avec pendant longtemps. Comment la police pourrait-t-elle
contrôler ces fous furieux ? Pour se faire plaisir, on a plus qu'a espérer que l'on arrête les chefs et qu'ils soient condamnés lourdement.
a écrit le 13/06/2016 à 11:47 :
A Orlando, un loup solitaire a fait un carnage ;

En France, des loups solitaires n'ont pas besoin d'entrer dans une fan zone pour perpétrer des dégâts considérables ;

Non seulement les forces de l'ordre n'y pourront absolument rien, mais aussi nombreuses elles compterons parmi les victimes.

Pour éviter le prévisible, il est devenu indispensable urgent d'abandonner et de fermer les fan zones, c'est le DEVOIR DE PRECAUTIONS qui doit prévaloir.
a écrit le 13/06/2016 à 11:18 :
Il est a craindre pour le musulman modere (est-ce un pleonasme ?) que sa vie va changer rapidement depuis ce facheux et tragique evenement.
Le vulgus americain ne voit guere plus loin que le bout de la lunette de son colt, automatique, fusil d'assaut, rayer la mention inutile.
On va y regarder a deux fois, rappelez vous les japonais residents en amerique, apres Pearl-Harbour.
a écrit le 13/06/2016 à 9:49 :
Je m'en veux beaucoup, car même si je suis bien entendu très triste pour les victimes et leurs familles, j'ai le drôle de sentiment de pas être surpris, voir d'habitude. Ce genre de tueries au USA est tellement fréquent.... On a bien sûr aucune leçon à donner en matière de terrorisme, mais je trouve quand même préférable, que ceux qui nous attaquent aient besoin d'un peu de logistique, plutôt que de simplement se réveiller un matin, aller au coin de la rue et acheter un fusil d'assaut comme nous on va chercher du pain (ou presque).
a écrit le 13/06/2016 à 8:49 :
On a l’impression que les événements arrivent a point nommé, de quoi se poser des questions sur les commanditaires! Et en plus, avec la publicité que l'on fait autour, c'est que l'on tient a nous terroriser!
a écrit le 13/06/2016 à 0:50 :
Sinon, pour faire allégeance à l'Etat du Vatican, il faut faire le 112 en France. Je précise pour rendre service...
a écrit le 13/06/2016 à 0:46 :
"Obama: "Orlando est une attaque contre tous les Américains"" J'ignore si ça restera dans les annales, mais je ne me sens pas trop américain, là...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :