Ukraine  : un haut responsable ministériel limogé après des soupçons de détournement de fonds

Un haut responsable ministériel ukrainien, soupçonné de détournement de fonds, a été limogé dimanche, tandis qu'un audit interne a été lancé au ministère de la Défense après des révélations de presse sur un présumé contrat signé à un prix gonflé. Dans le même temps, l'Ukraine ne cesse de réclamer des chars à ses partenaires et a déploré samedi « l'indécision » des Occidentaux sur les livraisons de chars lourds au moment où les Russes sont à l'offensive.
Des informations de presse dans les médias nationaux accusent le ministère ukrainien de la Défense d'avoir signé un contrat à un prix surévalué sur les produits alimentaires destinés à ses soldats.
Des informations de presse dans les médias nationaux accusent le ministère ukrainien de la Défense d'avoir signé un contrat à un prix surévalué sur les produits alimentaires destinés à ses soldats. (Crédits : CLODAGH KILCOYNE)

Mauvais timing. Les annonces d'un limogeage d'un haut responsable ministériel ukrainien, soupçonné de détournement de fonds et le lancement d'un audit interne au ministère de la Défense après des révélations de presse sur un présumé contrat signé à un prix gonflé révélés sont tombées au moment où le pays déplore « l'indécision » des Occidentaux sur les livraisons de chars lourds.

Lire aussiLivraisons de chars : l'Ukraine reproche aux Occidentaux leur « indécision »

Samedi, le Bureau national ukrainien de lutte contre la corruption (NABU) avait interpellé Vasyl Lozynkiï, ministre adjoint du Développement des communautés, des territoires et des infrastructures de l'Ukraine, pour des soupçons de détournements de fonds.

En poste depuis mai 2020, le responsable « a reçu 400.000 dollars pour faciliter la conclusion de contrats d'achat d'équipements et de générateurs à des prix gonflés », avait indiqué le NABU dans un communiqué.

Des informations qui nuisent « aux intérêts de la défense pendant une période spéciale »

Dans une autre affaire de corruption présumée, le ministère ukrainien de la Défense a ordonné dimanche le lancement « d'un audit interne » et la tenue lundi d'une « réunion d'urgence » autour du ministre de la Défense, Oleksiï Reznikov, pour faire toute la lumière sur d'éventuels contrats gonflés par le ministère.

Samedi, des informations de presse dans les médias nationaux avaient accusé le ministère ukrainien d'avoir signé un contrat à un prix surévalué sur les produits alimentaires destinés à ses soldats.

Selon le site d'information ZN.UA., le contrat signé en question, pour 2023, serait de 13 milliards de hryvnias, soit un peu plus de 350 millions de dollars au taux actuel, avec des prix établis « deux à trois plus élevés » que les tarifs actuels en vigueur pour les produits alimentaires de base.

« En cas de détection de violations dans les activités des fonctionnaires du ministère de la Défense, ils seront responsables conformément à la loi en vigueur », a déclaré le ministère ukrainien dans un communiqué. « Le ministère achète les produits pertinents conformément à la procédure établie par la loi », a souligné le ministère ukrainien de la Défense, jugeant « fausses » et « trompeuses » les informations sorties dans la presse. « Celles-ci sont diffusées avec l'intention de manipuler de façon délibérée » et « nuisent aux intérêts de la défense pendant une période spéciale », a-t-il fustigé, rappelant encore que « des contrôles sont effectués » sur les contrats signés.

La France n'exclut pas de livrer des chars Leclerc

Quoi qu'il en soit, à l'heure où l'Ukraine réclame des chars à ses partenaires, ces soupçons font mauvais effet. Dimanche, lors d'une conférence de presse au côté du chancelier Olaf Scholz, Emmanuel Macron a souligné que « la France » n'excluait pas de livrer des chars de combat lourds Leclerc à l'Ukraine pour la soutenir dans sa guerre contre la Russie.

« Pour ce qui est des Leclerc, j'ai demandé au ministre des Armées d'y travailler. Rien n'est exclu et cela s'apprécie en effet collectivement », a déclaré le président français, tandis que le chancelier allemand, interrogé sur les Leopard, a déclaré que « la manière dont nous avons agi par le passé est toujours étroitement coordonnée avec nos amis et alliés et nous continuerons à agir en fonction de la situation concrète ».

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 2
à écrit le 23/01/2023 à 11:49
Signaler
Bonjour, Est oui l'honnêteté est difficile a trouver dans ce monde , aussi chez les hommes politiques... Pour les char d'assaut, l'Ukraine peux demander au état unis d'Amérique, la bas , ils y a beaucoup du M1 abram, ensuite les usa ons des armes a...

à écrit le 23/01/2023 à 9:53
Signaler
On ne retrouve le patriotisme Ukrainien que chez les "sans-dent", les autres font parti des opportunistes, un peu beaucoup comme en France ! ;-)

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.