Une nouvelle affaire Snowden à la NSA ?

 |   |  372  mots
L'affaire est embarrassante pour la NSA, qui pour la deuxième fois en trois ans voit l'un de ses sous-traitants dérober des informations ultra-secrètes.
L'affaire est embarrassante pour la NSA, qui pour la deuxième fois en trois ans voit l'un de ses sous-traitants dérober des informations ultra-secrètes. (Crédits : HANDOUT)
Un employé de Booz Allen Hamilton, la même entreprise à laquelle était lié Edward Snowden, a été arrêté mercredi. Il est soupçonné de vol de données classées top secret alors qu'il travaillait pour une agence fédérale, qui pourrait être la NSA.

Le ministère de la Justice américain a annoncé mercredi l'arrestation d'un homme soupçonné d'avoir volé des données classées "top secret" alors qu'il travaillait pour une agence fédérale, identifiée comme la NSA par le New York Times.

Harold Thomas Martin III, employé par Booz Allen Hamilton, travaillait comme sous-traitant à l'agence de renseignement américaine, spécialisée dans l'espionnage des communications mondiales. Selon le journal new-yorkais, il est soupçonné d'avoir volé des codes informatiques ultra-secrets utilisés pour pirater des réseaux de gouvernements étrangers.

Deuxième vol de données en trois ans

"Lorsque nous avons appris l'arrestation de notre employé, nous avons immédiatement joint les autorités fédérales pour proposer notre totale coopération, et nous avons licencié" le sous-traitant, a confirmé mercredi dans un communiqué Craig Veith, vice-président de Booz Allen Hamilton.

L'affaire est embarrassante pour la NSA, qui pour la deuxième fois en trois ans voit l'un de ses sous-traitants dérober des informations ultra-secrètes. Edward Snowden, l'homme qui a révélé au grand public l'ampleur des programmes de surveillance de la NSA, était en effet également un sous-traitant de Booz Allen Hamilton.

"Pas de preuves qu'il ait trahi son pays"

Selon le New York Times, Harold Martin est "soupçonné d'avoir pris les 'codes source' très secrets développés par la NSA pour s'introduire dans les systèmes informatiques d'adversaires comme la Russie, la Chine, l'Iran et la Corée du Nord".

Les motivations du suspect ne sont pas encore établies: volonté de faire un geste à dimension politique, tentative d'espionnage au profit d'un acteur extérieur, ou autre. "Nous avons du mal à le cerner", a expliqué l'une des sources du quotidien.

Selon un communiqué des avocats de Harold Thomas Martin, cité par le quotidien, "il n'y a pas de preuves qu'il ait tenté de trahir son pays". Harold Thomas Martin est en effet poursuivi pour l'instant pour détention de matériels secrets et vol au détriment du gouvernement, a indiqué le ministère de la Justice américain. Il encourt respectivement un an et dix ans de prison pour ces faits, selon la même source.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/10/2016 à 13:40 :
Les Etats ne veulent pas assumer les écoutes, ils font donc faire ce travail par des sous-traitants privés... avec le risque qu'un employé du sous-traitant dérobe des informations sensibles pour différents buts: Moral-politique... financier.
Réponse de le 06/10/2016 à 21:45 :
Rien que le fait de sous traiter la sécurité du pays est un crime de haute trahison à mes yeux...

Alors ce genre d'affaire n'a rien de surprenant...
a écrit le 06/10/2016 à 11:40 :
Bonjour
Déjà de dire qu'il aurait volé des affaire s top secret bizarre ...... Pour moi peut être que cette homme en savais trop voilà tout .
Puis je ne comprend pas pourquoi on nous divulgue pas ces choses si secrètes on nous caches trop de chose pour le publié par contre il NY a pas de problèmes
!!!
J'aurais aimée savoir les choses qui on était volé soit disant top secret????
Je trouve cette histoire louche .
a écrit le 06/10/2016 à 11:05 :
D'un autre côté franchement, cette sous traitance à des sociétés privés dans le domaine du renseignement est ridicule, ça manque cruellement de sérieux tout cela.

Ne rigolons pas en France Vinci est la première entreprise d'écoutes téléphones au nom de l’État.

Quel est le but des gouvernants de faire sous traiter à des compagnies privés, d'abord intéressés par le profit donc, les écoutes téléphoniques et autres récoltes d'informations ?

Cela fait penser aux soldats mercenaires et armées privées qui comme on le voit en Syrie et en Libye, dès qu'ils n'ont plus de contrats avec l'armée américaine ou autre, vont se retrouver des milliers sans emploi, pas difficile pour qu'après une société comme DAESH puisse si facilement trouver des bras armés.

C'est là qu'est la réelle faiblesse des puissances occidentales, ça m'étonnerait qu'en Chine et en Russie, les états fassent sous traiter ce genre de domaines particulièrement sensibles convenons en.

L'oligarchie a pris une ampleur tellement démesurée au sein de nos institutions que tout comme l'économie qu’elle détruit, elle menace également directement les pays.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :