La chute spectaculaire du chômage, un atout pour le quasi-candidat Macron

En 2021, le nombre d'inscrits à Pôle emploi en catégorie A a chuté de près de 500.000 (-12%) par rapport à l'année 2020, selon les chiffres de la Dares. Ce plus bas niveau depuis 2012 s'explique notamment par le dynamisme de l'emploi des jeunes. Si ces données semblent être une bonne nouvelle pour l'exécutif en cette période de campagne électorale, la pénurie de main-d'œuvre dans certains secteurs, la question des salaires ou de l'emploi des seniors pourraient toutefois freiner la baisse de la courbe.

5 mn

Au total, pour les catégories A-B-C, le nombre de demandeurs d'emplois s'établit à 5,6 millions.
Au total, pour les catégories A-B-C, le nombre de demandeurs d'emplois s'établit à 5,6 millions. (Crédits : Reuters)

Sous le précédent quinquennat, certains rêvaient d'inverser la courbe. Emmanuel Macron l'a fait. En 2021, le nombre d'inscrits en catégorie A à Pôle emploi a baissé de près de 500.000 en un an. Une chute spectaculaire, qui permet à la France de retrouver les plus bas niveaux depuis 2012, avec un peu plus de 3,3 millions d'inscrits.

Le chef de l'Etat bénéficie, certes, d'un fort effet rattrapage, avec une reprise plus forte qu'anticipée après le trou d'air de 2020. Mais, il récolte en partie, les fruits de sa politique pendant la crise : le fameux quoiqu'il en coûte a permis de préserver les entreprises, qui aujourd'hui, ont les moyens de recruter.

A trois mois de l'élection présidentielle, ces bons résultats sont assurément un atout que le chef de l'Etat ne manquera de mettre en avant, s'il se présente pour un second mandat.

Une bonne nouvelle économique et politique

Sur le front de l'emploi, la dynamique a été positive tout au long de l'année dernière. Comme en témoigne le reflux enregistré dans les 3 grandes catégories de demandeurs d'emploi (en comptant B et C, qui prend en compte des personnes en recherche d'emploi, mais ayant une activité réduite). Au total, pour A-B-C, le nombre de demandeurs d'emplois s'établit à 5,6 millions.

Et c'est chez les jeunes que le recul est le plus marqué. Ainsi au quatrième trimestre, la baisse en catégorie A pour les actifs de moins de 25 ans atteint -8,5 % en métropole. Sur l'année, le nombre de chômeurs dans cette catégorie a chuté de près de 18%, soit 87.000 inscrits en moins.

Alors que le gouvernement a fait de l'emploi des jeunes sa priorité - avec le développement de l'apprentissage, la distribution de primes pour les employeurs qui recrutent un jeune, ou encore le lancement du contrat d'engagement jeunes - Emmanuel Macron y verra les résultats de sa politique.

Une tendance qui malgré les variants du Covid devrait se poursuivre

Ces chiffres viennent confirmer l'enquête menée par l'Apec, l'association pour l'emploi des cadres, publiée en début de semaine, et qui prévoit une année record pour 2022 : 67% des entreprises de plus de 250 salariés prévoient de recruter au premier trimestre au moins un cadre, soit 12 points de plus qu'un an plus tôt. Aussi, les niveaux d'avant-crise, déjà très bons, devraient être encore améliorés.

Après avoir enregistré 280.000 recrutements en 2019, "la dynamique positive des recrutements enclenchée l'an dernier devrait se poursuivre en 2022. Nous approchons du plein emploi pour les cadres", estime ainsi Gilles Gateau, le directeur général de l'organisme.

Du côté de Pôle emploi, même optimisme : le service public note une augmentation de 30% des annonces déposées sur son site ces derniers mois. Tous les secteurs ne sont pas logés à la même enseigne. Les recrutements sont nombreux dans la santé, l'action sociale, le transport, la logistique, l'informatique, les métiers liés au numérique et à la data, ceux liés à l'environnement ... En revanche, les annonces sont moins fournies dans l'automobile, la communication, et les médias.

Un effet sur les salaires

Il n'empêche, lors d'une conférence de presse, ce lundi 24 janvier, Geoffroy Roux de Bézieux, le président du Medef, assure ne pas avoir assisté à un tel phénomène depuis  30 ans : "il n'y a pas un jour sans que je ne croise un chef d'entreprise qui ne se plaint pas de problèmes de recrutement." De quoi freiner la croissance.

Mais aussi inverser le rapport de forces entre les employeurs et les salariés, pour les embauches mais aussi pour les salaires. Ainsi, selon l'Apec, 38% des cadres ont déjà refusé ces derniers mois, une offre d'emploi à cause d'un salaire insuffisant.

Si le patron des patrons assure que la plupart des entreprises vont relever les rémunérations cette année, reste à savoir où se situera le curseur. Selon le cabinet LHH, par exemple, il faut s'attendre à des hausses de 2,5% en moyenne. Soit un niveau inférieur à l'inflation.

Des plans pour le chômage de longue durée

Seule petite ombre au tableau : le nombre de demandeurs d'emploi inscrits depuis plus d'un an à Pôle emploi. Certes, il a également diminué, mais cette catégorie représente encore près d'un chômeur sur deux. Et, nombre d'entre eux sont des séniors, pour qui l'embellie a été moins importante par exemple au quatrième trimestre  -4,1% de baisse contre - 6,7% pour les 25-49 ans.

Aujourd'hui, en France, l'âge reste un facteur déterminant et handicapant pour retrouver un job. Pourtant, selon l'enquête de l'APEC, un quart des seniors est par exemple prêt à rogner sur le salaire pour être embauché. Pour ce public, le gouvernement a promis le déploiement de dispositifs spécifiques.

Idem, pour les jeunes très éloignés de l'insertion. L'exécutif mise sur le contrat d'engagement jeune, avec l'objectif d'accompagner dans ce cadre 100.000 jeunes en 2022. Et encore améliorer l'emploi chez les moins de 25 ans.

C'est pour assurer ces missions ciblées que Pôle emploi a d'ailleurs pu maintenir une partie des effectifs qui lui avaient été alloués pendant la crise alors même que le nombre de demandeurs d'emploi a chuté. Près de 3.400 postes ont ainsi été préservés cette année pour le service public de l'emploi.

5 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 25
à écrit le 18/02/2022 à 10:17
Signaler
Une embellie juste avant les présidentielles... comme par hasard. Je serais curieux de voir les (vrais) chiffres qui font mal: le taux d'emploi des séniors > 55 ans...

à écrit le 28/01/2022 à 15:41
Signaler
Bonjour, Derrière les chiffres il y a la vérité qui n'est pas celle qui apparait. OUI les formations bidon existent bel et bien. Cela permet à des organismes sous le statut loi 1901 de ne pas payer d'impôt pourtant dans un secteur très concurre...

à écrit le 27/01/2022 à 23:19
Signaler
à trois mois des élections !!! finalement le chômage baisse !!! mais la pauvreté augmente augmente augmente de même que les dividende de certains !!!! mensonge mensonge

à écrit le 27/01/2022 à 20:03
Signaler
Combien de chômeurs radiés de facto par les réformes Macro

à écrit le 27/01/2022 à 18:29
Signaler
Les annonces de Pole exploit sont toujours aussi fumeuses ;;; 1h de travail dans le mois suffit à faire disparaître LES chômeurs de la classe A ;;;; 1 formation de la plus totale vacuité suffit aussi à faire disparaître LES chômeurs de la classe A ;...

à écrit le 27/01/2022 à 15:41
Signaler
Grâce à la croissance de la dette…qui donc par ricochet créer des emplois mais pour combien de temps? nous vivons au dessus de nos moyens tout devient bulle (appartement et maison à prix d’or) cela les journaliste se gardent bien de le dire.

à écrit le 27/01/2022 à 12:53
Signaler
L'année passé le chomage a explosé a cause du covid, c'est normal que le chômage baisse avec le retour a la normale de la pandémie. Mais la situation n'en est pas meilleure.

à écrit le 27/01/2022 à 11:48
Signaler
ouais de la propagande des "journalistes" encore... la moitié de la Franceest a la rue et ça se permet d'éditer des bétises pareille... soumis du "roi"

à écrit le 27/01/2022 à 10:56
Signaler
Une formation de 3 mois pour explorer des pistes professionnelles correspondant à vos critères et aux compétences recherchées par les entreprises et clarifier vos souhaits et aspirations. Au résultat: "vous êtes pas plus bête que les autres, ...

à écrit le 27/01/2022 à 9:37
Signaler
Combien d'entrées en formation plus ou moins bidon (on y apprend rien) ? Combien d'entrées en contrat de professionnalisation pour décrocher "diplôme" de téléconseiller où les salaires sont payés par les OPCO ? Combien d'entrées en contrat d'appr...

à écrit le 27/01/2022 à 8:40
Signaler
Partout autour de moi des naufragés du travail meurtris par des salaires au raz des pâquerettes et des conditions de travail qui s'effondrent disant seulement:"Faut bien manger". Oui c'est vrai une véritable réussite en matière de travail ce quinquen...

à écrit le 27/01/2022 à 1:57
Signaler
Seuls les aveugles et les paralitiques croiront ce tour de passe-passe. micron l'illusionniste a de nombreux thuriferaires. Z

à écrit le 26/01/2022 à 23:01
Signaler
L'auteur de cet article a eu des difficultés pour faire des recherches et éviter de se couvrir de ridicule avec un tel titre ? Ou alors peut être qu'il tente d'être recruté pour la campagne ? Soyez sérieux la tribune et vérifiez les informations tron...

à écrit le 26/01/2022 à 22:42
Signaler
Le nombre de demandeurs d’emploi*** (A,B,C) est 5,7M de demandeurs d’emploi à Q4 2021 (dont 3,1M sans aucune activité) vs 5,4M (dont 3,3M sans aucune activité) à Q4 2019. Donc 300K de personnes (en 2 ans) en plus sont inscrites à pôle emploi avec un ...

à écrit le 26/01/2022 à 20:30
Signaler
Je sais que la présidentielle qui se déroulera dans 75 jours n’est à priori guère réjouissante mais je crois qu’il est intéressant d’imaginer dès maintenant ce qui se passera quand l’un des 3 favoris (Macron, Le Pen ou Pécresse) l’aura emporté. Si c’...

à écrit le 26/01/2022 à 20:00
Signaler
On se demande comment un président qui aurait dû être démis de ses fonctions et mis en prison notamment pour sa gestion du COVID, peut être autorisé à briguer un second mandat.

à écrit le 26/01/2022 à 19:24
Signaler
J'aimerais un compte rendu des récentes radiations notamment des seniors.

à écrit le 26/01/2022 à 18:11
Signaler
tout le monde sait que c'est un simple effet démographique avec le non remplacement des baby-boomers , on a eu la même chose sous la présidence de François Hollande, on peut être sérieux ?

à écrit le 26/01/2022 à 17:45
Signaler
Dire que le nombre de demandeurs d'emploi pourrait être nul en supprimant l'obligation de s'inscrire chez Paul Emploi pour percevoir des allocations ASSEDIC. A part ça tout va bien en France avec ses 20 millions de boomers en vacance-retraite e...

le 27/01/2022 à 11:27
Signaler
« En vacances-retraite ».C’est le cas de vos parents? Dans la vraie vie,c’est loin d’être la situation de tous les retraités.Quand à « boomers »,terme péjoratif,ça donne un aperçu de votre niveau.En attendant,bossez bien,il faut continuer à cotiser!

le 27/01/2022 à 13:02
Signaler
Il faut vraiment être a côté de la plaque pour lire de telles anneries... Petit rappel : La retraite n'est due qu'a la suite d'une cotisation qui a duré toute une vie et pour la très grande majorité des personnes qui touchent la retraite, cette ...

à écrit le 26/01/2022 à 16:59
Signaler
Ah ça y est la campagne est lancée.

à écrit le 26/01/2022 à 16:59
Signaler
Qui va le remercier pour ça ?, alors qu'il casse notre plus beau jouet franchouillard : on aime tellement se lamenter sur la casse sociale et se vautrer dans la mythologie Germinal/ L'assommoir qu'on nous met dans le crâne dès le primaire. Que vont ...

à écrit le 26/01/2022 à 16:56
Signaler
Vue la difficulté a travailler en cette période pandémique, une baisse ne peut être que virtuelle grâce aux chiffres obtenues! C'est une peu comme les chiffres que l'on nous sert sur la covid!

à écrit le 26/01/2022 à 15:52
Signaler
après le petit ralentissement traditionnel de décembre/janvier, ça redémarre très fort sur Apec, Cadremploi ou les sites de Regionsjob.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.