Législatives 2017 : La République en Marche présente ses premiers candidats, sans Valls

 |   |  325  mots
Les promesses de renouvellement, de parité réelle, de probité, de pluralisme politique et de cohérence sont ainsi tenues, a assuré Richard Ferrand.
Les promesses de renouvellement, de parité réelle, de probité, de pluralisme politique et de cohérence sont ainsi tenues, a assuré Richard Ferrand. (Crédits : Reuters/Charles Platiau)
Absent de la première liste de 428 candidats présentée jeudi par Richard Ferrand, secrétaire général de La République en Marche, Manuel Valls bénéficiera néanmoins d'une absence de concurrent LREM dans sa circonscription. La parité est en outre respectée et 93% des candidats sont actuellement en activité professionnelle.

Le mouvement d'Emmanuel Macron a présenté jeudi 428 premières investitures pour les élections législatives des 11 et 18 juin, dont la moitié de femmes, et 52% de personnes issues de la société civile. Le secrétaire général d'En Marche, Richard Ferrand, a précisé que le mouvement ne présenterait pas de candidat contre Manuel Valls dans la circonscription de l'ancien Premier ministre, même si celui-ci excède le critère de trois mandats parlementaires pour être investi par le parti d'Emmanuel Macron.

Il a ajouté lors d'une conférence de presse que 93% des candidats étaient aujourd'hui en activité professionnelle. L'âge moyen des candidats est de 46 ans, a-t-il précisé.

"Nous avons l'objectif de bâtir une majorité de changement et donc d'obtenir pour le groupe parlementaire La République en marche une majorité absolue à l'Assemblée nationale", a dit Richard Ferrand.

24 députés PS sortants investis

Le processus de sélection a été "d'une rigueur, d'une objectivité et d'une impartialité sans précédent sous la Ve République" et ces investitures signent "le retour définitif des citoyens au cœur de notre vie politique", a-t-il ajouté.

Selon lui, "19.000 dossiers de candidatures ont été déposés (...) sans compte l'afflux de quelques milliers ces derniers jours", ce qui s'est traduit par un "travail de titan" de "plus de 250 heures en trois mois", avec notamment "plus de 1.700 entretiens téléphoniques ou physiques".

Les promesses de renouvellement, de parité réelle, de probité, de pluralisme politique et de cohérence sont ainsi tenues, a assuré Richard Ferrand. Selon les critères du mouvement, peut-être, mais force est de constater que quelque 150 circonscriptions restent dépourvues de candidats, en attendant de probables rassemblements avec des députés sortants. En outre, parmi les 428 candidats communiqués aujourd'hui, 24 candidats sont déjà à l'Assemblée nationales (tous PS).

(Avec Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/05/2017 à 10:09 :
On nous disait que Bayrou ne voulait rien et soudainement, voilà que Bayrou se fâche parce qu'on ne lui donne pas assez ! Pourrait-on savoir quelles ont été les tractations réelles entre Macron, Bayrou et probablement d'autres de tous bords ? Une fois de plus, je ne suis pas choqué, car je sais que chacun défend ses propres intérêts. Ce qui me parait bizarre, c'est justement que Bayrou et d'autres nous fassent croire qu'ils sont de bons samaritains :-)
a écrit le 12/05/2017 à 7:35 :
pas de poste de ministre pour bayrou et valls
les traite de toujours.
qui ne font pas le travail pour le pays
mais pour leur petite magouilles( avion d'etat gratos pour voyage prive)
a écrit le 11/05/2017 à 21:13 :
Vraiment pas
a écrit le 11/05/2017 à 21:02 :
Je viens de lire en diagonale les investitures d'EM pour les législatives.

J'ai la sordide impression qu'il ne veut rien renouveler du tout puisque Macron ne présente pas de candidats dans des circo clés tenues par des ténors de LR ou du PS (El Khomri, Lemaire, Valls, Touraine, Gilles Boyer,...) . Il les épargne, en d'autres termes, il les laisse se faire élire.

De plus, on apprend que Bayrou vient de se faire cocufier...

Cette manière de faire de la politique est gerbante. J'ai gerbé la présidentielle, je sens que je vais repartir pour autre c hose sur les législatives, je vais voter UPR.
a écrit le 11/05/2017 à 19:51 :
Bon allez, pas de candidats LREM dans la circonscription de Manuel VALLS. Entre copains, il y a des choses qui ne se font pas, tout de même... La grande désillusion se précise !
a écrit le 11/05/2017 à 19:47 :
Manque cent investitures, celles des marchandages politiciens. Macron veut ratisser large
et faire comprendre à ceux qui vont le rejoindre qu'ils n'auront d'autres choix que de s'écraser. Tu votes mes textes ou tu dégages. Une conception bien particulière de la démocratie. On peut espérer que la droite (dont on dit qu'elle est la plus bête du monde)
ne va pas mordre à l’Hameçon.
a écrit le 11/05/2017 à 19:24 :
pas assez de candidats issus de la diversité,la liste du ps sera plus équilibrée
a écrit le 11/05/2017 à 18:22 :
La tartufferie En Marche....et ce n'est qu'un début.. ..
a écrit le 11/05/2017 à 17:44 :
Tout le monde veut une entrée à la cour du nouveau monarque, mais je suis un peu sceptique sur la compétence générale des candidats. Personnellement, j'essaie toujours d'aller chez un garagiste ou un boulanger qui au lieu de m'enfumer travaille de manière professionnelle. Je crois que ça pas pas être triste dans les prochains mois :-)
Réponse de le 11/05/2017 à 18:12 :
sur la compétence générale des candidats, je trouve que nous avons suffisamment d'expérience de l'enfumage par les professionnels de la politique pour tenter des idées neuves.
Réponse de le 13/05/2017 à 9:23 :
@Kassian: reste à savoir si les idées seront neuves, car pour l'instant, il semblerait que ce soit la continuité du programme Hollande (qui a échoué) avec un grand nombre de socialistes qui deviennent soudainement macronistes, et avec en prime Bayrou qui sera je n'en doute pas le cancer du nouveau gouvernement :-)
a écrit le 11/05/2017 à 16:51 :
"La République en Marche, Manuel Valls bénéficiera néanmoins d'une absence de concurrent LREM dans sa circonscription."

Le premier signe de compromission de ce "nouveau" parti ne s'est pas fait attendre, c'est le moins que l'on puisse dire.
Réponse de le 11/05/2017 à 20:56 :
d'autres bénéficient aussi de la même mansuétude de la part d'En Marche, en particulier l'excellente Myriam El Khomri, dont on peut même se demander si elle ne se succédera pas à elle même au ministère du travail. La réforme du marché du travail annoncée par Macron n'est jamais qu'une loi El Khomri 2.0 qui reprend principalement les points écartés de la 1è loi El Khomri.
Réponse de le 12/05/2017 à 10:36 :
"d'autres bénéficient aussi de la même mansuétude de la part d'En Marche"

D'autres tuent aussi cela veut dire que nous devons tous tuer ?

Votre argument rincé que vous me répétez sans cesse devient indigeste.

Ben vous voyez burno, finalement vous les aimez bien les socialistes hien.

Un conseil à vos amis, si vous en avez, pour votre anniversaire qu'ils vous achètent une boussole parce que vous êtes pour et contre tout le monde à la fois ce qui fait que je ne lis jamais vos commentaires alors que pourtant non seulement vous lisez sans arrêt les miens, ce qui n'est pas un problème mais bien souvent vous ne pouvez pas vous empêcher de venir exprimer vos raisonnements incohérents dessous.

Débattre avec vous n'a aucun intérêt étant donné que vous êtes seulement là pour marteler vos vérités altérées. Si je veux discuter avec une machine mon pc et un bon logiciel feraient largement l'affaire.

Merci.
a écrit le 11/05/2017 à 16:49 :
En Marche a quand même fait le (bon) choix de favoriser en sous-main la réélection de Valls même sans investiture en bonne et due forme. L'investiture du PS serait pour lui un boulet, il vaut mieux qu'il se présente sans étiquette.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :