Comment Marine Le Pen a imposé sa présence à la marche

Le RN profite de la confusion ambiante pour se présenter comme un bouclier des Français juifs, tout en étant ostracisé par la classe politique. Un entre-deux qui lui convient parfaitement
Jules Pecnard
Marine Le Pen et Jordan Bardella, en juin à l’université d’été du RN à Beaucaire (Gard).
Marine Le Pen et Jordan Bardella, en juin à l’université d’été du RN à Beaucaire (Gard). (Crédits : @ ALEXANDRE BRÉ/HANS LUCAS)

C'est où exactement, « au milieu des Français » ? Au Rassemblement national (RN), Marine Le Pen et ses lieutenants martèlent cette expression, aux contours brumeux, pour qualifier la place qu'ils occuperont aujourd'hui dans la marche contre l'antisémitisme organisée à Paris. « Chacun ira où il veut, selon l'ordre d'arrivée dans le cortège », nous expliquait l'avant-veille un poids lourd du parti, tout en reconnaissant que les choses étaient flottantes. D'après Renaud Labaye, secrétaire général du groupe à l'Assemblée nationale, plus de la moitié des 88 députés RN seront présents.

L'un des plus en vue s'interroge : s'ils ne restent qu'entre eux, isolés des autres participants, l'image sera mauvaise. « En même temps, être avec l'élite actuelle, qui a une responsabilité dans la montée de l'islamisme, ce n'est pas top non plus », ajoute le même. Cela tombe bien, les co-organisateurs de l'événement - le président du Sénat, Gérard Larcher, et son homologue du Palais-Bourbon, Yaël Braun-Pivet - ont prévenu qu'ils ne défileraient « pas à côté » des représentants du parti à la flamme. Va pour le milieu, donc.

Pour Marine Le Pen, l'essentiel est d'y être. Par conviction, sans doute, mais aussi par calcul. Dans sa perspective de conquête du pouvoir, chaque cliquet de normalisation du RN est bon à prendre. Le combat contre l'antisémitisme est l'un des principaux ressorts de ce processus, aux faux airs de retournement de l'histoire. Avec l'attaque sanglante du Hamas perpétrée en Israël, ses conséquences sur le débat public national et les positions propalestiniennes radicales de Jean-Luc Mélenchon, d'autres voyants se mettent au vert. Proscrits de la manifestation d'hommage à Mireille Knoll en 2018, des dignitaires du parti populiste ont pu se rendre sans heurts - mais sans Marine Le Pen - à la marche organisée le 10 octobre, place du Trocadéro, par le Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif). Une première étape.

Lire aussiAu RN, Jordan Bardella et Marine Le Pen ne sont pas sur la même ligne internationale

Il y a une semaine, la machine a failli s'enrayer. C'est Jordan Bardella qui a introduit le grain de sable. Interrogé sur Jean-Marie Le Pen, condamné plusieurs fois pour avoir qualifié les chambres à gaz de la Shoah de « détail de l'Histoire », le président du RN fustige les propos terribles du Menhir, mais lorsqu'on lui demande si ce dernier est antisémite, il répond : « Je ne le crois pas. »

Dans l'immédiat, au parti, ils sont peu à prendre la mesure du potentiel dévastateur de cette phrase. Au moment où elle est prononcée, le président délégué du groupe RN à l'Assemblée nationale, Jean-Philippe Tanguy, est à la salle de sport. Tandis qu'il court sur un tapis, son patron trébuche sur un autre. L'oreille branchée sur BFMTV, le député de la Somme entend que la chaîne commence à disséquer la prestation de Bardella.

Dès le lundi, la garde rapprochée de Marine Le Pen identifie le problème. « Péché de jeunesse », grince un proche. « Ça illustre le manque d'épaisseur de Jordan, son manque de recul historique, d'années de bouteille... Comme il n'a que 28 ans, il n'a pas réalisé la charge émotionnelle monumentale du sujet, qu'on doit toujours aborder en rejetant d'abord les propos de Jean-Marie Le Pen. Marine a l'habitude, elle sait que c'est de la nitroglycérine. Là, ça ne fait pas très pro. » Les premiers dégâts ne tardent pas à se faire voir. La question revient invariablement à tous les intervenants RN sur les plateaux : et d'après vous, Le Pen est-il antisémite ? La nasse se resserre. Comment mettre à distance le cofondateur du Front national pour ses diatribes pénalement réprouvées sans renier l'homme qui, aux yeux des adhérents, a été un lanceur d'alerte sur les périls de l'immigration de masse ? « Jean-Marie Le Pen est à la fois celui qui a fait le plus grand bien et le pire mal au camp national », résume un député RN.

Sans accabler son poulain, Marine Le Pen lui fait comprendre qu'à l'avenir il faudra être irréprochable. Les européennes de juin se profilent, il ne s'agirait pas de voir l'impressionnante dynamique du parti - dont la tête de liste est donnée à 29 % dans notre sondage Ipsos - ployer sous ce vieux dossier. À la réunion de groupe du mardi à l'Assemblée nationale, la députée du Pas-de-Calais donne le change. « Alors que La France insoumise récupère le mistigri de la diabolisation, on cherche à nous rediaboliser », tonne-t-elle en substance.

Lire aussiPrêt russe du RN : existe-t-il un « Quoi qu'il en coûte » de Marine Le Pen en faveur de Vladimir Poutine ?

Quelques heures plus tard, à 17 h 30, Le Figaro publie l'appel de Yaël Braun-Pivet et Gérard Larcher. Marine Le Pen, alors dans son bureau du Palais-Bourbon avec Renaud Labaye, sait reconnaître une opportunité politique. Vingt minutes plus tard, elle écrit ce message sobre sur la boucle interne des parlementaires : « Bien sûr nous y serons. » Le lendemain, la fille de Jean-Marie Le Pen sort la lance à incendie. Elle invoque calmement l'âge de son père - 95 ans - et leur rupture violente de 2015, qui s'est faite justement à la suite d'une énième sortie du Menhir à caractère antisémite. « Il y a des sujets sur lesquels on ne peut laisser naître aucune ambiguïté », assène l'élue du Pas-de-Calais sur RTL. Comme souvent, la chance lui sourit : la direction de LFI laisse entendre qu'elle ne participera pas à la marche, tandis que sur X Jean-Luc Mélenchon en fait le rendez-vous des « amis du soutien inconditionnel au massacre » des Palestiniens.

Marine Le Pen se veut confiante. Elle voit bien qu'à la Nupes et en Macronie la confusion règne. Faut-il l'empêcher de venir dimanche ? Est-ce même envisageable ? Le porte-parole du gouvernement Olivier Véran préempte le créneau gauche en affirmant, mercredi, que le RN n'a pas sa place à la marche. « J'ai un travail qui ne me permet pas de regarder cette logorrhée. Les Français sont trop politiques pour ne pas voir les grosses ficelles de cette opération de diversion », réagit Marine Le Pen auprès de La Tribune Dimanche. « C'est le cadeau suprême, s'esclaffe une de ses éminences grises. Il faut que le RN conserve sa dimension antisystème. Pouvoir défiler tout en étant ostracisé, c'est génial ! » Philippe Olivier, beau-frère et conseiller de Marine Le Pen, y voit même la fin annoncée d'un tabou, d'un interdit moral que se posaient encore jusqu'à maintenant des électeurs modérés. À voir. Un autre proche observe les choses plus simplement : le Rassemblement national termine mieux sa semaine qu'il ne l'a entamée. « Et vous verrez, tout le monde se battra pour avoir Marine en photo... »

Il y a des sujets sur lesquels on ne peut laisser naître aucune ambiguïté

Marine Le Pen

Jules Pecnard

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 14
à écrit le 12/11/2023 à 14:12
Signaler
Hélas, l'offre politique est très limitée...nous avons laRem ( que je ne voterai plus), la LR ( peu audible sur les sujets qui nous intéressent = Europe, déclassement économique, immigration), les LFI = nouveau parti qui me donne envie de gerber tant...

à écrit le 12/11/2023 à 11:22
Signaler
L'ADN des partis d'extrême droite est d'arriver masqué. le RN ex FN n'échappe pas à la règle, ses fondamentaux sont intangibles qui n'apporteront que désillusions , désunion, ruine. Le Nationalisme, c'est la guerre et la pire de toute la guerre...

le 12/11/2023 à 19:49
Signaler
Attention il faut toujours utiliser le mot juste pour qualifier une personne ou un parti: Pourquoi le RN n'est pas d'extrême-droite? Parce que l'extrême-droite ne joue pas le jeu électoral et n'en accepte pas les résultats, rejette la démocratie, ...

le 12/11/2023 à 20:50
Signaler
Merci à vous de rappeler à tous que Macron est bien d'extrême droite. Après avoir mit le feu dans la rue pendant plus de 10 ans vous confirmez l'évidence que tout les citoyens refusent de voir...

le 13/11/2023 à 7:25
Signaler
Mais réveillez vous, après Hollande et Macron la France est déjà dans la désillusion, la désunion et en constant déclin économique....vous vivez sur quelle planète ???

le 13/11/2023 à 14:05
Signaler
@Jean Paul B. L’extrême droite refuse le verdict des urnes et choisit la violence pour accéder au pouvoir... mais seulement lorsque cela est nécessaire. L'histoire nous a montré que quand l’extrême droite peut accéder au pouvoir par les urnes elle...

à écrit le 12/11/2023 à 10:13
Signaler
Je retourne ma veste toujours du bon côté, c’est l’axiome des politiques.

à écrit le 12/11/2023 à 8:53
Signaler
Très malin de sa part. Ce n'est pas au gouvernement de décider de sa présence ou non mais aux associations qui n'auront pas oublié des propos et actes anti-juifs des membres du RN, sans àvoir à remonter jusqu'au patriarche plus récemment le vice-prés...

à écrit le 12/11/2023 à 8:48
Signaler
Très malin de sa part, ce n'est pas au gouvernement de décider de sa présence ou non mais aux associations qui n'auront pas oublié des propos et actes anti-juifs des membres du RN (notamment l'ex numéro 2)

à écrit le 12/11/2023 à 8:45
Signaler
Il est vrai que la présence de "la successeure" de l'homme au "détail de l'histoire" est étonnante, mais c'est la caractéristique des hommes-femmes politiques: se renier tous les matins avec le même aplomb.

le 12/11/2023 à 11:50
Signaler
"se renier " pas du tout il s'adapte à l'air du temps , aux circonstances mais ne perdez pas de vue que "chasser le naturel il revient au galop "

à écrit le 12/11/2023 à 8:38
Signaler
Tout est fait pour que le RN soit électoralement confortablement installé. L'extrême droite c'est comme le dumping social et fiscal en UE, une obligation.

le 12/11/2023 à 20:47
Signaler
Vu le trou magistral fait par 10 ans de l'extrémisme macron je doute que le rn soit installé confortablement aux commandes en 2027...

le 13/11/2023 à 8:04
Signaler
Le RN a aidé par deux fois l'élection de Macron puisque les gens ont voté pour lui par défaut, sans le RN il ne serait jamais passé et deux fois de suite. Assumez les gars svp, merci.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.