Jusqu’à quel point Bayrou a-t-il troublé le MoDem ?

Après avoir déclaré ne pas vouloir participer au gouvernement pour cause de « désaccord de fond », François Bayrou a surpris ses troupes au cours d'un dîner en annonçant qu'il envisageait de quitter son poste de haut-commissaire au Plan.
François Bayrou
François Bayrou (Crédits : © Alain Apaydin/ABACAPRESS via Reuters)

Dans cette semaine folle, François Bayrou s'est posé beaucoup de questions. Y compris celle de rester haut-commissaire au Plan, fonction qu'Emmanuel Macron lui avait confiée en 2020. « J'envisage de quitter mon poste », glisse-t-il mercredi soir à ses troupes
MoDem, attablées chez Marc Fesneau, au ministère de l'Agriculture. L'ambiance au dîner est plus que pesante. Juste avant, sans prévenir personne, François Bayrou a appelé l'AFP pour dire qu'il ne participerait pas au gouvernement pour cause de « désaccord de fond ». Au sein de la majorité, une crise s'ouvre. L'explication de gravure est sévère entre François Bayrou et ses députés, qui n'apprécient pas, malgré toute l'affection qu'ils ont pour leur chef, d'être ainsi mis devant le fait accompli. « Je ne serai l'otage de personne » : dès le début des échanges, Marc Fesneau a mis les pieds dans le plat.

Lire aussiGabriel Attal sous pression avant son discours de politique générale

Ses proches ont tenté de le dissuader de demander l'Éducation

Depuis lundi et sa relaxe dans l'affaire des assistants du MoDem (le parquet a fait appel jeudi), qui a compris ce qui s'est passé dans la tête de François Bayrou ? La semaine précédente, quand la possibilité de sa nomination au ministère de l'Éducation a commencé à circuler, il s'est montré sans ambiguïté avec ses proches : jamais il ne serait ministre de Gabriel Attal. Et puis, tout a changé. Le centriste, qui a vu dès lundi le chef de l'État, est finalement prêt à revenir Rue de Grenelle, vingt-sept ans après avoir quitté le ministère. Ses proches tentent pourtant de l'en dissuader : « Tu as plus de coups à prendre que de lauriers. »

Mais François Bayrou est déterminé à sauver ce qui peut l'être après le passage calamiteux d'Amélie Oudéa-Castéra. Mardi, il appelle Xavier Darcos, qui a occupé ce ministère après lui, pour se renseigner sur quelques recteurs...

Attal estime qu'ils ne sont pas sur la même ligne

Mais le centriste ne parviendra pas à ses fins. Mercredi, l'entretien téléphonique qu'il a avec Gabriel Attal se passe mal. Le Premier ministre estime qu'ils ne sont pas sur la même ligne concernant les réformes à mener en matière éducative. Dans les plans qu'il a échafaudés ces dernières heures, le maire de Pau a également pensé à une autre option : un grand ministère de la Réforme de l'État et de la Simplification. Gabriel Attal lui explique que c'est techniquement impossible. François Bayrou se braque. Quand le Premier ministre en vient à évoquer le nom des élus MoDem qui pourraient devenir ministres délégués et compléter son gouvernement, il n'écoute plus vraiment. Il prépare son coup de sang...

Quelles en seront les conséquences au sein de la famille centriste ? Réunis jeudi en séminaire à Issy-les-Moulineaux (Hauts-de-Seine), les députés MoDem sont assez secoués par l'épisode. En l'absence du maire de Pau, les mots sont très durs. Patrick
Mignola, ancien président du groupe MoDem à l'Assemblée nationale, tente de calmer le jeu : « Sans Bayrou, qu'est-ce que vous êtes ? » Il soumet un texte qui fera office de communiqué de presse, où le MoDem réaffirme son « soutien et sa participation » à la majorité. François Bayrou l'aura au préalable validé. L'Élysée et Matignon auront aussi donné leur aval.

Mais le congrès du parti, les 27 et 28 mars, pourrait être un peu plus mouvementé que prévu. Il se tiendra à Blois, dans la circonscription de Marc Fesneau. C'était un choix de François Bayrou. « Y aura-t-il un seul candidat ou plusieurs ? La question peut se poser », considère un fin connaisseur du parti centriste. Aujourd'hui, personne n'imagine François Bayrou, déjà la tête en 2027, y renoncer.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 5
à écrit le 12/02/2024 à 9:34
Signaler
Bah, comme d'autres, ce personnage est complexe et dissimule bien son jeu... qui n'aboutit à pas grand chose. On retiendra de lui que c'est l'éternel indécis qui n'a pas réussi à amener le modem au pouvoir... bilan peu flatteur qui devrait remettre e...

à écrit le 11/02/2024 à 11:36
Signaler
Du théâtre.. et de la négociation relaxe judiciaire contre retrait du jeu politique peu à peu …reste plus que la relaxe de la Le Pen … et tout sera dit !!

le 11/02/2024 à 14:24
Signaler
et pourtant elle tourne la planete bayrou il suffit de regarder m macron son en meme temps c'est la planete qui tourne alors voyer comme un illusioniste change un pays et tout les bobo sont contemps pas les francais mais eu il y bien longtemps ...

à écrit le 11/02/2024 à 11:36
Signaler
Du théâtre.. et de la négociation relaxe judiciaire contre retrait du jeu politique peu à peu …

à écrit le 11/02/2024 à 9:33
Signaler
Bayrou n'a toujours été QUE motivé par l'élection présidentielle.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.