Macron face à l’automne des prétoires

Les procès à venir de François Bayrou, Éric Dupond-Moretti et Olivier Dussopt mettent à l'épreuve la stabilité politique et l'attachement personnel du président Emmanuel Macron.
Emmanuel Macron, François Bayrou et Olivier Dussopt à l’Élysée, en septembre.
Emmanuel Macron, François Bayrou et Olivier Dussopt à l’Élysée, en septembre. (Crédits : latribune.fr)

LE 3 OCTOBRE, EMMANUEL MACRON a très longuement déjeuné avec François Bayrou à l'Élysée. Même si les deux hommes sont en contact régulier, ce repas avait un goût particulier. Douze jours plus tard, le maire de Pau se retrouverait sur le banc des accusés. Le procès des assistants du MoDem au Parlement européen allait s'ouvrir au tribunal correctionnel de Paris pour cinq semaines.

Lire aussiBayrou, les blessures d'un procès

Cet automne, ce ne sera pas le seul. Deux ministres du gouvernement Borne vont également devoir se défendre. Du 6 au 17 novembre, Éric Dupond-Moretti est convoqué par la Cour de justice de la République pour « prise illégale d'intérêts ». Le garde des Sceaux est soupçonné d'avoir profité de sa fonction gouvernementale pour régler des comptes avec des magistrats avec lesquels il avait eu des différends quand il était avocat. Du 27 au 30 novembre, c'est Olivier Dussopt qui comparaîtra, lui, pour « favoritisme » devant le tribunal correctionnel de Paris. Le ministre du Travail se voit reprocher d'avoir favorisé, alors qu'il était député et maire d'Annonay (Ardèche), une société de traitement de l'eau dans la conclusion d'un marché public à la fin des années 2000.

Attachement affectif

Chacun de leur côté, les deux membres du gouvernement assurent que ces rendez-vous ne les détournent pas de leur mission. « Cette procédure ne m'a jamais interdit de travailler », déclarait le 15 octobre Éric Dupond-Moretti sur France Inter. Olivier Dussopt ne s'exprime pas publiquement sur ce qui l'attend. « Il est au travail, dit son entourage. Il se consacre à sa tâche. Il veut convaincre de sa bonne foi sur le dernier point qui reste en suspens [une procédure de marché public], comme il a convaincu le parquet sur les quatre autres points qui ont été classés. »

Cette conjonction calendaire n'arrange pas les affaires d'Emmanuel Macron. Dans l'opinion, cela peut faire mauvais effet. Politiquement, ces trois hommes pèsent dans son système. François Bayrou est son premier allié. Si le patron du MoDem était condamné et devait démissionner de la présidence de son parti, cela déstabiliserait la majorité. Éric Dupond-Moretti occupe la cinquième place du gouvernement et Olivier Dussopt la septième. S'ils étaient amenés à quitter leur poste, ce serait une difficulté. Le président a également un attachement affectif pour chacun d'eux.

Sous sa présidence, Emmanuel Macron a mis un terme à la jurisprudence Balladur selon laquelle un ministre mis en examen devait automatiquement quitter ses fonctions. Il a estimé qu'elle n'était plus adaptée à une époque où la judiciarisation était devenue parfois automatique et que la présomption d'innocence devait l'emporter. Cela l'amène aujourd'hui à devoir gérer un automne de procès. ■ L.V.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 6
à écrit le 22/10/2023 à 10:00
Signaler
L article à raison : la réforme des retraites va être associée à une magouille ayant pour objectif de pousser à la fin de la repartition pour la capitalisation .. grâce à Dussopt qui fait le lien . Pour rappel La commande publique oblige la mise en...

le 22/10/2023 à 16:13
Signaler
le point finale pour les retraite est le modele us et l'entreprise apres cession d'activite plus de pension verse ,donc cotisation obligatoire aux compagnie d'assurance

le 23/10/2023 à 10:10
Signaler
"grâce à Dussopt qui fait le lien ". Léo Roesch, jeune conseiller « chargé des retraites » auprès du ministre du Travail Olivier Dussopt depuis juin 2022, quitte son poste pour le privé, et pas n'importe lequel : le normalien rejoint l'assureur A...

à écrit le 22/10/2023 à 9:40
Signaler
Le problème est que nous avons une banalisation des mises en examen de nos dirigeants politiques, ensuite ne faut il pas des bonimenteurs pour tenir un système qui repose d'abord et avant tout sur du mensonge ? Quel être humain autre pourrait autant ...

le 22/10/2023 à 10:17
Signaler
@Dossier51. Parfaitement résumé 👏

le 22/10/2023 à 16:17
Signaler
dans le modele macron vous avez la 1ere ministre qui interpele ceux qui refuse son modele. elle les considere comme anti democratique puis 2 jours plus tard elle nous sort son 49.3 encore plus anti democratique

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.