Journal de campagne : Fillon se défend, Philippot bloqué à Sciences Po

 |  | 683 mots
Lecture 4 min.
François Fillon doit répondre aux attaques de son concurrent Alain Juppé.
François Fillon doit répondre aux attaques de son concurrent Alain Juppé. (Crédits : Statista*)
La Tribune publie son "journal de campagne" quotidien, reprenant les principaux faits et déclarations des candidats (et de leurs soutiens) à la présidentielle de 2017. Au menu ce mercredi : Fillon qui répond aux attaques dont il fait l'objet et Florian Philippot (FN) qui n'a pas pu assurer sa conférence à Sciences-Po Paris.

Relativement ménagé par les critiques concernant son programme jusqu'à dimanche dernier, François Fillon doit désormais assumer son score surprise (44 %) au premier tour de la primaire de la droite et du centre, et donc répondre aux attaques. Sur Europe 1 ce matin, il s'est beaucoup défendu. Sur ses propos de début 2009 tenus à l'endroit de Nathalie Kosciusko-Morizet lorsqu'il était Premier ministre - il lui aurait dit : « Tu ne seras pas ministre, car tu es enceinte » -, l'ancien Premier ministre a tenu à s'expliquer : « Elle était secrétaire d'Etat à l'époque (...). Nathalie Kosciusko-Morizet voulait absolument devenir ministre, un mois après avoir été nommée secrétaire d'Etat. Je lui ai dit qu'elle ne serait pas ministre. J'ai eu une formule maladroite à propos de sa grossesse. Je l'ai rappelée immédiatement pour m'en excuser », a précisé l'ancien Premier ministre de Nicolas Sarkozy.

L'attaque de Juppé sur l'IVG "inqualifiable"

Son concurrent Alain Juppé avait pour sa part indiqué mardi qu'il percevait une ambiguïté de la part de François Fillon sur la question de l'avortement. François Fillon a répondu : « dans mon livre je dis que l'IVG est un droit pour les femmes et que jamais personne ne reviendra la-dessus », a-t-il affirmé. Et de surenchérir : « oui, Alain Juppé, lorsqu'il se livre à cette attaque, se livre à une attaque basse (...) je trouve cela inqualifiable ». « Ça fait trente ans que je suis parlementaire, je n'ai jamais remis en cause l'IVG, j'ai au contraire voté tous les textes qui permettaient d'en faciliter l'accès aux femmes, y compris le dernier, proposé par un gouvernement de gauche », assure aussi l'ancien Premier ministre de Nicolas Sarkozy.  Enfin, accusé de représenter une droite catholique traditionaliste, François Fillon a contre-attaqué : « Catholique, oui, 'tradi', certainement pas, réac, certainement pas, conservateur, certainement pas », s'est-il défendu. « La preuve, c'est que je veux tout changer, c'est le contraire d'un conservateur ».

Florian Philippot privé de "grand oral" à Sciences-Po...

Le climat était très tendu ce mardi soir devant, et dans les locaux de Sciences-Po Paris. Alors qu'il était prévu que Florian Philipport, le vice-président du Front National, s'exprime deux heures durant au 27 rue Saint-Guillaume, son intervention a finalement été annulée. Des associations étudiantes ont en effet manifesté vigoureusement contre la venue du vice-président du FN, empêchant la tenue de la conférence.
Les organiseurs de cet événement, Sciences Po TV, la télé des élèves et La Péniche, le journal des étudiants de Sciences Po, ont regretté l'attitude des étudiants responsables du blocage de la conférence. « L'annulation de ce débat n'aura qu'une incidence : renforcer le discours anti-élite des militants et des élus du Front national, qui pourront donc répéter à l'envi que Sciences Po bâillonne la démocratie », ont-ils indiqué dans un communiqué. Florian Philippot n'a d'ailleurs pas tardé à surfer sur cette vague sur Twitter: « Des excités veulent empêcher ma venue à Sciences-Po et la démocratie », a -t-il indiqué, et de qualifier les étudiants qui l'ont privé de conférence de « fascistes ».

... et répond aux accusations d'escroquerie et de blanchiment au nom du FN

Toujours aussi actif sur la scène médiatique, le vice-président du FN est aussi allé répondre ce matin sur Europe 1 à l'ouverture d'une enquête pour escroquerie et blanchiment autour des dernières campagnes électorales du Front National. Les juges se demandent en effet s'il existe au FN un système de remboursements de frais de campagnes surévalués. « C'est toujours la même enquête qui a été étendue à d'autres élections », a répondu Florian Philippot. « Ces élections ont été validées, je le rappelle, par la commission nationale des comptes de campagne et du financement des partis politiques, c'est à dire par des magistrats spécialisés ». « Cela ressemble à un acharnement judiciaire pur et simple, à quelque mois d'une élection présidentielle », a aussi estimé l'euro-député.

Et aussi :

Emmanuel Macron, candidat déclaré à l'élection présidentielle publie aujourd'hui un livre-programme,  titré « Révolution » aux éditions XO.

*Un graphique de notre partenaire Statista

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/11/2016 à 19:19 :
"Emmanuel Macron, candidat déclaré à l'élection présidentielle publie aujourd'hui un livre-programme, titré « Révolution »"

C'est quoi déjà la fameuse phrase de Audiard ... ?
a écrit le 23/11/2016 à 16:39 :
La commission nationale des comptes de campagne et du financement des partis politiques n'a pas validé les comptes du FN.
Elle a demandé un redressement de 2.18 millions sur la campagne départementale de 2015 et demandé à la justice d'enquêter, ce qui s'ajoute aux demandes de renvoi en procès par le parquet de Paris pour les campagnes 2012 (présidentielle et législatives).

La CNCCFP n'a qu'un pouvoir d'enquête très limité. Elle doit déférer au parquet et demander le concours d'officiers de police judiciaire pour mener des enquêtes plus poussées et tout ce qui ressort des infractions supplémentaires de fraude, d'escroquerie, d'abus de bien social est jugé par la justice ordinaire.

On est dans le même cas de figure que pour Bygmalion, un avis de redressement (ou même de conformité) ne signifie pas une impunité pour les irrégularités qui pourraient être découvertes ultérieurement.

Par analogie, si l'administration fiscale vous inflige un redressement pour une déclaration de revenu minorée, cela ne vous met pas à l'abri de poursuites judiciaires supplémentaires si l'origine de votre fortune est criminelle.
a écrit le 23/11/2016 à 16:00 :
Il est clair que je ne voterais pas pour le catholique Fillon en 2017 mais bien contre lui, a bon entendeur !
a écrit le 23/11/2016 à 15:59 :
Il est clair que je ne voterais pas pour le catholique Fillon en 2017 mais bien contre lui, a bon entendeur !
Réponse de le 23/11/2016 à 20:35 :
Vous rendez-vous compte que vous faites de la discrimination religieuse?
Auriez-vous posté le même commentaire s'agissant d'un candidat musulman ou juif?
a écrit le 23/11/2016 à 15:17 :
Ils sont F O U S ... !
Cela fait 40 ans que c'est la crise, j'arrive à la retraite, on paye, on paye toujours plus dans tous les domaines pour avoir toujours moins, social, santé, départ retardé à la retraite... Toujours les mêmes qui se serrent la ceinture, j'étais à droite mais je vais aller à gauche ou chez Marine.
Le ménage n'est pas fait là ou il devrait être fait Messieurs Fillon et Juppé.
Ras le bol de cette droite !
Un citoyen révolté !
a écrit le 23/11/2016 à 15:16 :
Eux présidents Bruxelles continuera sereinement le lessivage des classes moyennes.
Quant à science po les futures élites défendent leur futur gagne caviar ...normal !
a écrit le 23/11/2016 à 14:33 :
L'ordre ancien Mitterand-Chirac est de nouveau à l'oeuvre avec Juppé. C'est pourtant le moins apte à organiser l'ordre nouveau qui s'impose partout dans les faits.
a écrit le 23/11/2016 à 14:27 :
" Sciences Po bâillonne la démocratie " ....... il y en a plein dans ce pays de groupes ou d'individus , donneurs de leçons de démocratie mais qui versent dans le totalitarisme et l'interdiction a la moindre occasion : une nature qui reprend le dessus !
a écrit le 23/11/2016 à 14:26 :
Et une question sur la destruction programmée de la Sécu par ces deux loustics, il n'y a pas un journaliste pour leur demander des explications ?
A commencer par un audit de la Sécu. et les salaires des dirigeants. On pourrait faire également la même chose pour les caisses de retraites.
a écrit le 23/11/2016 à 14:24 :
Moi je ne dis qu'une seul chose, M. Fillon, ne touché pas a ma famille ça pourrait être très dangereux pour vous !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :