Présidentielle 2017 : pour qui votent les entrepreneurs ?

 |   |  578  mots
Les entrepreneurs comptent voter à 32% pour Emmanuel Macron, à 27% pour François Fillon, à 16% pour Marine Le Pen, à 12% pour Jean-Luc Mélenchon et à 7% pour Benoît Hamon.
Les entrepreneurs comptent voter à 32% pour Emmanuel Macron, à 27% pour François Fillon, à 16% pour Marine Le Pen, à 12% pour Jean-Luc Mélenchon et à 7% pour Benoît Hamon. (Crédits : CHARLES PLATIAU)
Un sondage réalisé par l’institut OpinionWay pour la startup juridique Legalstart indique que les entrepreneurs plébiscitent Emmanuel Macron (32% d’intentions de vote) et François Fillon (27%) davantage que le reste des Français. En revanche, le revenu universel de Benoît Hamon et la hausse de la TVA promise par François Fillon sont massivement rejetés.

Alors que les sondages se suivent et se ressemblent - avec Marine Le Pen et Emmanuel Macron au coude-à-coude pour la première place, François Fillon en embuscade autour de 20%, puis Jean-Luc Mélenchon autour de 15% et Benoît Hamon autour des 10% -, les entrepreneurs font entendre une autre musique.

Interrogés par l'institut OpinionWay pour le compte de la startup juridique Legalstart, sur la base d'un échantillon de 1.018 entrepreneurs et dirigeants d'entreprise issu des 50.000 personnes inscrites sur la plateforme Legalstart.fr, les entrepreneurs s'intéressent davantage au programme économique des candidats. Cela se traduit par un changement de hiérarchie dans le trio de tête : Emmanuel Macron, perçu comme le candidat le plus favorable à l'entrepreneuriat, récolte 32% des intentions de vote, devant François Fillon (27%), qui pâtit moins du Penelopegate et des polémiques auprès de cette catégorie de population. En troisième position, Marine Le Pen est largement distancée, à 16%. Elle bat tout de même Jean-Luc Mélenchon (12%) et Benoît Hamon (7%).

Les "petits" candidats se partagent les miettes : 3% pour Nicolas Dupont-Aignan, 2% pour François Asselineau, 1% pour Jean Lassalle et rien du tout pour Nathalie Arthaud, Jacques Cheminade et Philippe Poutou.

Macron plus populaire chez les jeunes entrepreneurs, Fillon chez les retraités

Dans le détail, Emmanuel Macron arrive en tête auprès de toutes les catégories d'âge, notamment chez les moins de 35 ans, où il récolte 37% d'intentions de vote. Mais chez les entrepreneurs seniors, c'est François Fillon qui rafle la mise, avec 44% auprès des 65 ans et plus, contre 29% pour son rival d'En Marche!.

Jean-Luc Mélenchon, lui, se distingue auprès des femmes entrepreneures, qui le créditent de 16% d'intentions de vote, contre 11% pour les hommes. Tous les autres candidats séduisent quasiment autant d'hommes que de femmes.

Quant à la sûreté du choix, un critère primordial, 85% des personnes interrogées sont "certaines" (66%) ou quasi-sûres (19%) de glisser le même bulletin dans l'urne le 22 avril.

Le revenu universel et l'augmentation de la TVA massivement rejetés

Sur le fond, les entrepreneurs sont sensibles à deux mesures phares portées, malgré des différences notables, par Emmanuel Macron et François Fillon. La première est la mise en place d'un régime de retraite universel indépendant du statut (salarié, indépendant ou fonctionnaire), souhaitée par 82% des entrepreneurs. La deuxième est la réforme de l'Impôt sur la fortune (ISF), pour le transformer en outil d'investissement dans les entreprises (75% y sont favorables).

L'écart entre Emmanuel Macron et François Fillon chez les entrepreneurs s'explique en partie par le rejet massif d'une des mesures phares de ce dernier : l'augmentation de la TVA, rejetée par 70% d'entre eux. Sa volonté de supprimer 500.000 postes de fonctionnaires en cinq ans divise beaucoup : 50% sont contre, 47% la soutiennent.

Les idées situées les plus à gauche et les plus à droite sont les plus mal reçues. Le revenu universel de Benoît Hamon (PS) n'est soutenu que par 26% des entrepreneurs, contre 70% qui y sont opposés, dont 51% très fermement. La taxe sur les robots, toujours proposée par Benoît Hamon, récolte un résultat mitigé : 51% sont contre, 44% pour, 5% ne se prononcent pas.

Mais la mesure la plus impopulaire chez les entrepreneurs vient de Marine Le Pen : sa volonté de sortir de l'euro est rejetée par 74% des sondés, contre 21% de "plutôt" ou de "tout à fait" favorables.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/04/2017 à 14:02 :
"pour qui votent les entrepreneurs ?"

Ben ,comme d'habitude , quelle question :

Souvenir de 2012:

En recueillant 50% des voix lors du premier tour , le candidat-président plie le match chez les artisans commerçants et chefs d'entreprises. Il devance très largement son rival socialiste, François Hollande (16%) n'arrivant même qu'en troisième position derrière Marine Le Pen (18%) !
Visités, dragués, et chouchoutés pendant la campagne, les PME étaient au coeur du discours politique avant le premier tour. Moteurs de l'économie réelle, seuls créateurs d'emplois..., les entrepreneurs sont traditionnellement plutôt orientés à droite. "Nicolas Sarkozy y fait son meilleur score, toutes catégories sociales confondues, souligne Yves-Marie Cann, directeur d'étude Opinion de CSA. Un vote surtout lié à la famille politique. " Le président réalise d'ailleurs un score assez proche de celui de 2007 (51%). Idem pour François Hollande, dont le score est très proche de celui de Ségolène Royal (17%) en 2007.Autre enseignement: la montée en puissance du Front National chez les patrons. En 2007, Jean-Marie Le Pen, crédité de 7%, laissait alors la troisième place à François Bayrou (15%), ce dernier trouvant un écho certain auprès des patrons. Force est de constater que le rapport de force s'est inversé. Avec " Marine Le Pen à 18% en 2012.
a écrit le 06/04/2017 à 11:05 :
pour simplifier au vu des résultats des bilans précédent ... reste encore MELANCHON-----LE PEN
a écrit le 06/04/2017 à 6:50 :
Ce sondage démontre clairement que M.Fillon, à l'instar de sa génération, est davantage le candidat des retraités aisés, voire très aisés, que celui de l'emploi.
a écrit le 06/04/2017 à 6:47 :
L'augmentation de la TVA, outre qu'elle est injuste, pénalise autant les entreprises que les particuliers puisqu'elle les privera mécaniquement de remboursements de crédit de TVA lors de son entrée en vigueur et qu'en plus, cette hausse s'accompagnera de la suppression du crédit d'impôt compétitivité, avec en prime, une baisse de la consommation, donc de leur chiffre d'affaires, sauf (ce qu'elles ne peuvent pas compte tenu de la faiblesse de leurs charges) si elles ne la répercute pas sur leurs prix.
a écrit le 06/04/2017 à 5:33 :
Désolé MR POUTOU mr Besancenot a été attaché parlementaire de Mr Krivine au parlement européen 200/2001.Dommage que la presse ne se serve pad d'internet.....
a écrit le 05/04/2017 à 17:10 :
L'idée d'un revenu universel est aussi une bonne idée. Mais cela ne concerne pas les patrons. Cette idée doit être associée à la fiscalité énergétique. Qui serait capable de le comprendre? Hamon?
a écrit le 05/04/2017 à 17:00 :
Il faut augmenter la TVA en la rendant "sociale". Cela sauverait l'agriculture si on l'appliquait aux produits agricoles. Mais les Français seraient contre. Il faudrait aussi taxer l'énergie pour financer les charges sociales. Mais tout le monde est contre. Pourquoi? Si les patrons n'y comprennent rien, ou allons nous?
a écrit le 05/04/2017 à 15:38 :
L'augmentation de la TVA : condition sine qua non pour baisser les charges.
Réponse de le 06/04/2017 à 4:59 :
Poche droite, poche gauche...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :