STX France : Montebourg pour une "nationalisation, peut-être temporaire"

 |   |  419  mots
« Les Italiens sont des Européens, donc nous pouvons quand même trouver des points de conciliation », a indiqué Arnaud Montebourg concernant le principal candidat à la reprise de STX France, Fincantieri.
« Les Italiens sont des Européens, donc nous pouvons quand même trouver des points de conciliation », a indiqué Arnaud Montebourg concernant le principal candidat à la reprise de STX France, Fincantieri. (Crédits : © Stephane Mahe / Reuters)
Arnaud Montebourg, a plaidé dimanche pour « la nationalisation, qui est peut-être temporaire, de STX » afin de « construire l'alliance en force » avec l'italien Fincantieri.

Le candidat à la primaire organisée par le PS Arnaud Montebourg, a plaidé dimanche pour « la nationalisation, qui est peut-être temporaire, de STX » afin de « construire l'alliance en force » avec l'italien Fincantieri. Interrogé sur le cas des chantiers navals de Saint-Nazaire (2.600 salariés), Arnaud Montebourg a répondu sur BFMTV que « l'Etat devrait construire l'alliance avec Fincantieri, les chantiers navals italiens ». « Les Italiens sont des Européens, donc nous pouvons quand même trouver des points de conciliation » mais « ce sont des concurrents, donc nous devons veiller à défendre nos intérêts », a-t-il observé.

 « Cela en vaut la peine »

« Je me suis prononcé en faveur de la montée au capital, jusqu'à la nationalisation, jusqu'à 51%, que ce soit par l'intermédiaire de l'agence des participations de l'Etat ou par l'intermédiaire de DCNS, qui est une entreprise publique », a-t-il déclaré. Et d'affirmer que « cela en vaut la peine » car « nous sommes leaders mondiaux dans la fabrication de navires de croisière, nous avons dix ans de carnet de commandes à Saint-Nazaire, des milliers d'emplois sont en cause ». « Et je demande au gouvernement de procéder à la nationalisation, qui est peut-être temporaire, de STX, de manière à construire l'alliance en force avec nos amis italiens de Fincantieri », a lancé celui qui n'avait pas eu gain de cause sur sa proposition de nationalisation temporaire en 2012 du site sidérurgique mosellan de Florange.

Cinq priorités

En déplacement mercredi à Saint-Nazaire, le secrétaire d'État à l'Industrie, Christophe Sirugue, a pour sa part exposé aux organisations syndicales les « cinq priorités » du gouvernement dans ce dossier: maintien de l'activité à Saint-Nazaire, sauvegarde du réseau de sous-traitance, absence de transfert de commandes sur des sites du constructeur naval italien, entrée au capital de l'industriel français DCNS et préservation de la propriété industrielle. Fincantieri est le seul candidat à avoir déposé une offre pour reprendre la filiale florissante du groupe sud-coréen STX Offshore and Shipbuliding, qui accumule pour sa part les difficultés financières. Le constructeur naval italien, basé à Trieste et comptant près de 19.000 employés, a été retenu pour engager des discussions de reprise de STX France par le tribunal de commerce du district central de Séoul, chargé d'examiner la procédure de redressement judiciaire du groupe sud-coréen.  Les syndicats de STX à Saint-Nazaire se sont dits jeudi peu rassurés, notamment sur l'emploi, par les garanties demandées par l'État à l'italien dans les négociations sur le rachat.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/01/2017 à 16:27 :
On devrait se faire rapprocher STX de Beneteau n°1 mondial de la plaisance et spécialiste du haut de gamme avec ses plus de 7000 employés et comme st Nazaire n'est pas bien loin de Croix de Vie: 86 km pour les synergies, de poids-lourd régional, Bénéteau deviendrait un poids-lourd national voire plus.
Et je suppose que les STX seraient fiers de rejoindre un groupe aussi prestigieux.
a écrit le 09/01/2017 à 12:43 :
L'européiste de service, ne veut pas fâcher ses maitres en annonçant que tout ne sera que temporaire!
a écrit le 09/01/2017 à 10:11 :
nous n'avons qu'"un seul repreneur c'est normal ,l'etat ,avec ses 33% de parts fait fuir les investisseurs (voir la magouille avec nissan quand l'etat a modifie le vote actionnaire)
et puis tout les mauvais elements edf , orange ,cea france ,scm n'engage pas à ce genre
de chose
a écrit le 09/01/2017 à 7:46 :
Montebourg et nationalisation dans la même phrase, je me disais que ça faisait longtemps.
a écrit le 08/01/2017 à 23:20 :
La France doit récupérer cette entreprise hautement stratégique par tous les moyens !
Du temps de De Gaulle elle n'aurait jamais été vendue à l'étranger ...
Pour nos intérêts militaires (porte-avion, ravitailleurs, etc ...) l' état doit nationaliser ou alors, compte tenus des importantes synergies entre les deux groupes, D.C.N.S doit se porter acquéreur.
Réponse de le 09/01/2017 à 10:23 :
Euh, Analyse9, STX France c'est la part civile des Chantiers de l'Atlantique. Ils font des paquebots. Je vous laisser déterminer la part de "stratégie" dans la conception de bateaux piscines pour Costa Croisières. Pour moi, en tous cas, ça ne fait pas plus sens que de nationaliser Renault.

Les navires militaires sont faits par DCNS, qui n'est aucune vendu à Fincantieri.
Réponse de le 09/01/2017 à 12:34 :
comme dit analyse9. ce qui rend ces chantiers unique, c'est la possibilité d'assemble des très grandes coques, type BPC , ou porte avion. Qui ne semblent pas être sur le point d’être commandés à court terme..
sinon, nationaliser, pour quoi au juste ??? et on achet à qui : STX est le seul autre actionnariat, et l’état a une clause de préemption de 100% du capital, semble t'il. donc : personne ne vendra 20% a l’état, parce que personne ne possède d'action, sauf STX. Et qui acceptera de reprendre 66% , pour devenir minoritaire dans la foulée ???
a écrit le 08/01/2017 à 18:54 :
Nationaliser pour quoi ? Pour permettre à des incompétents de rester en place et pour faire payer au contribuable les errances de la nomenclatura ? Que les copains des copains soient virés et apprennent à leur tour la dureté de la vraie vie !!!
Réponse de le 09/01/2017 à 11:15 :
Jusqu'à plus ample informé STX-France se porte bien, c'est son actionnaire sud-coréen qui est en défaut. Même en cas de nationalisation, il faudra SURTOUT que l'actuelle direction de STX-France reste en place et que l'état se garde bien d'intervenir dans sa gestion
a écrit le 08/01/2017 à 18:52 :
Le problème en France est la faiblesse de l'actionnariat. Où sont les fonds de pension français qui pourraient reprendre des grands groupes ? Résultat, comme pour Alstom hier (vendu à GE) les Chantiers de l'Atlantique n'ont pas d'autre choix que d'être vendus à un concurrent étranger.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :