Fincantieri, le repreneur de STX France qui fait peur aux croisiéristes et à DCNS

Le groupe naval italien a été le seul à déposer une offre de reprise pour les chantiers de Saint-Nazaire. Il inquiète les croisiéristes et DCNS, soucieux de ne pas voir un rival construire des navires de guerre en France.
Michel Cabirol
Saint-Nazaire a pour lui d'être le seul endroit ou presque où l'on peut construire de très gros paquebots, a récemment confirmé à l'Assemblée nationale le président du groupement des industries de construction et activités navales (GICAN), Patrick Boissier.
"Saint-Nazaire a pour lui d'être le seul endroit ou presque où l'on peut construire de très gros paquebots", a récemment confirmé à l'Assemblée nationale le président du groupement des industries de construction et activités navales (GICAN), Patrick Boissier. (Crédits : © Stephane Mahe / Reuters)

C'est finalement Fincantieri qui devrait s'offrir STX France. Le groupe naval italien a été le seul à déposer une offre de reprise pour les chantiers de Saint-Nazaire (Loire-Atlantique) auprès d'un tribunal de Corée du Sud, selon Reuters. Un porte-parole de ce tribunal sud-coréen chargé du dossier a déclaré mardi matin qu'une seule offre avait été déposée, sans préciser l'identité du candidat. "Seul un candidat a déposé son offre dans le délai imparti", a déclaré à l'AFP le juge Choi Ung-Young, qui fait office de porte-parole du tribunal de commerce du district central de Séoul.

Un porte-parole de STX Offshore and Shipbuilding a indiqué que la justice annoncerait le 3 janvier si cette offre est acceptée. "Si le prix proposé est trop bas, l'offre sera refusée et un nouvel appel d'offre sera lancé", a déclaré le porte-parole.

A l'origine, quatre repreneurs potentiels avaient manifesté leur intérêt pour la reprise de tout ou partie de STX Offshore & Shipbuilding, groupe sud-coréen en redressement judiciaire et propriétaire à 66% des chantiers de Saint-Nazaire. Deux offres européennes pour le constructeur de paquebots de croisière et de navires de guerre étaient attribuées à l'italien Fincantieri et à un consortium conduit par le néerlandais Damen, auxquels devait s'associer dans les deux cas le constructeur naval militaire français DCNS.

Fincantieri, le chantier qui inquiète les croisiéristes...

Fincantieri, qui a affiché 4,1 milliards d'euros de chiffre d'affaires environ en 2015 (dont deux milliards générés par les bateaux de croisière) était très intéressé par STX Saint-Nazaire. Pourquoi ? Car il rêvait d'égaler Meyer Werft, qui construit des très grands bateaux de 700.000 tonnes grâce au chantier de Turku en Finlande racheté à STX en 2014. Ce qui n'est pas encore le cas de Fincantieri. Mais avec le chantier français, l'italien va y parvenir si son offre est acceptée. "Saint-Nazaire a pour lui d'être le seul endroit ou presque où l'on peut construire de très gros paquebots", a récemment confirmé à l'Assemblée nationale le président du groupement des industries de construction et activités navales (GICAN), Patrick Boissier.

La reprise de STX Saint-Nazaire par Fincantieri va toutefois inquiéter les croisiéristes, qui ne voient pas d'un bon œil une concentration de ce secteur autour de deux chantiers navals. Car jusqu'ici les croisiéristes maîtrisaient les prix des navires face à des chantiers navals prêts à rogner sur leurs marges (2% à 3% en moyenne) pour obtenir des commandes. Face à un duopole composé de Fincantieri et de Meyer Werft, dans la construction des très grands bateaux de croisière, ils ne pourraient plus peser autant sur les prix. D'où vraisemblablement l'intérêt de deux croisiéristes - MSC Croisières et Royal Caribbean Cruises - de soutenir le chantier naval néerlandais Damen dans la mise aux enchères de STX.

... Et DCNS

Enfin, si Fincantieri met finalement la main sur les chantiers de Saint-Nazaire, DCNS devra obtenir des garanties du chantier italien, qui réalise 33% de son chiffre d'affaires dans le militaire. Car le chantier naval italien pourrait avoir envie de fabriquer des navires de guerre à partir de la France. "Dans le cas où l'acheteur de STX ferait partie de nos concurrents dans le domaine naval militaire, il faudrait éviter de recommencer les guerres à propos de l'export des bâtiments militaires", a d'ailleurs expliqué début décembre Hervé Guillou devant les députés de la commission de la défense.

Selon le PDG de DCNS, Fincantieri a pris une place très importante dans le secteur de la construction militaire après d'énormes efforts de restructuration et de productivité. Le groupe naval italien est d'ailleurs coté en Bourse. "Très faible en ce qui concerne les sous-marins, pour la construction desquels il dépend d'un transfert technologique, il dispose en revanche d'une gamme très étendue de bâtiments de surface", a rappelé Hervé Guillou. C'est d'ailleurs contre lui que DCNS a perdu un mégacontrat au Qatar.

Vers un partenariat DCNS/Fincantieri?

Actuellement DCNS et STX ont passé des accords commerciaux destinés à répondre le cas échéant aux besoins souverains de la France pour la construction de bâtiments de grande taille de type porte-hélicoptères (BPC), porte-avions et pétroliers ravitailleurs. Ces partenariats permettraient également de répondre "aux besoins d'export à partir de la France pour les partenaires stratégiques de la France" pour des navires de plus de 11-12.000 tonnes, avait précisé le PDG de DCNS, Hervé Guillou avant le salon Euronaval en octobre dernier. Enfin, DCNS veut empêcher STX de développer une activité de construction de petits bâtiments militaires, explique-t-on à La Tribune. Notamment sur des navires de plus petite taille.

"Il faut pouvoir construire de gros navires pour la France, mais aussi pour l'export, ce qui fait intrinsèquement partie du business model d'une société cyclique, a précisé Hervé Guillou. Cela suppose un accord pérenne, qui fait aujourd'hui défaut, sur la disponibilité de cette capacité de conception et de construction : il n'existe pour l'heure que des accords commerciaux".

C'est pour cela que DCNS pourrait s'associer à Fincantieri "pour assumer la modeste part de l'activité que représentera la gouvernance du marché militaire ou du marché de souveraineté"., a assuré le PDG de DCNS. Mais comme l'a souvent répété Hervé Guillou ces dernières semaines, "DCNS n'a pas vocation à devenir l'actionnaire majoritaire de STX, car cela supposerait que nous connaissions le marché de la croisière".

Michel Cabirol

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 34
à écrit le 01/01/2017 à 20:43
Signaler
Il faut imposer DCNS comme unique actionnaire de STX St Nazaire. Le management, les négociateurs commerciaux, toutes les structures PROPRES à STX St Nazaire, sont en place. IL S AGIT D Actionnariat

à écrit le 30/12/2016 à 11:29
Signaler
Voilà ce pays Déclassé au Glorieux Président, " mon Ennemie c'est la Finance " qui a tenu sa Toute Première Promesse Phare, d'Idéologie Communiste : repoussé les investisseurs et les capitaux : passé du rang de 1er pays d'accueil des investissements...

le 01/01/2017 à 21:43
Signaler
Avec une classe politique nule d'une extreme à l'autre, et l'instabilité de LA FISCALITE, ce pays doit abandonner défintivement sa souveraineté à ses cinq voisins + Nice et Menton à Monaco.

le 01/01/2017 à 21:44
Signaler
Avec une classe politique nule d'une extreme à l'autre, et l'instabilité de LA FISCALITE, ce pays doit abandonner défintivement sa souveraineté à ses cinq voisins + Nice et Menton à Monaco.

à écrit le 30/12/2016 à 11:13
Signaler
Voilà ce pays Déclassé au Glorieux Président, " mon Ennemie c'est la Finance " qui a tenu sa Toute Première Promesse Phare, d'Idéologie Communiste : repoussé les investisseurs et les capitaux : passé du rang de 1er pays d'accueil des investissements...

à écrit le 29/12/2016 à 21:13
Signaler
Vu le prix de vente il n' y a vraiment pas de quoi se cailler le sang ,le capitaine pédalo devrait nous trancher cela vite fait bien fait....quitte à en faire uniquement un chantier naval militaire , vu la situation mondiale le marché est porteur .

le 30/12/2016 à 12:15
Signaler
Tout a fait, surtout avec les déclarations des politiques, vont vite effrayer le groupe italien, et hop ce sera une nationalisation ! du coup quand on voit comment sont gérées les entreprises étatiques, clap de fin au plus tard 2027-2028 ! il n'y a v...

à écrit le 29/12/2016 à 11:57
Signaler
A CLIQUET. La reponse a votre question est simple : L'etat francais detient des participations, c'est tout. Quant on fait un business de cette envergure, il est bon d'en etre le seul decideur. Ce n'est pas le cas dans la situation presente.

à écrit le 29/12/2016 à 11:23
Signaler
Ainsi l'Assemblée Nationale ,pour s'informer sur la Construction Navale Civile va chercher ses sources chez le président du GICAN !Serait -il donc si compétent sur ce sujet puisque l'organisme qu'il dirige est d'émanation militaire et ne compte pas S...

à écrit le 29/12/2016 à 11:14
Signaler
En somme, la France se prépare à liquider à des concurrents une entreprise en pleine forme ...comme Alstom ! Je ne crois pas à une quelconque "théorie du complot" certes, mais les apparences sont troublantes ...

à écrit le 29/12/2016 à 10:29
Signaler
C'est quand même curieux qu'un seul repreneur se soit manifesté. 14 bateaux bateaux en commande, 10 ans de plan de charge et apparemment personne (ou presque) ne saute sur l'occasion ? Cette entreprise est-elle réellement rentable ? Le gouvernement f...

le 30/12/2016 à 12:24
Signaler
A vu des déclarations de nos politiques, c'est peut être tout simplement a cause de la participation de l’état, qui a effrayé les autres repreneurs ! C'est vrai l’état italien est actionnaire du groupe, mais celui ci génère du bénéfice depuis 2008, ...

à écrit le 29/12/2016 à 8:54
Signaler
Une bien mauvaise nouvelle pour les ex chantiers de l Atlantique... Ses clients, parfois même italiens (MSC) fuyaient Fincantieri dont la réputation en termes de croisiériste est plutôt mauvaise (pb de tenue de délai et de qualité). Que vont ils fair...

le 29/12/2016 à 11:20
Signaler
Sources SVP ? on ne devient pas leader mondial des navires de croisières par hasard, c'est tout de même curieux que les plus grands croisiéristes ont fait et continue de faire appel a Fincantieri pour leurs navires de croisieres ? surtout avec la rép...

le 29/12/2016 à 14:51
Signaler
Blablabla. Comme vous portez bien votre pseudo. Forza italia ! A ce rythme, on verra bientôt écrit que Fiat fait de bonnes bagnoles. Me font mourir de rire, ces Italiens.

le 30/12/2016 à 12:46
Signaler
C'est vrai qu'ils ont mauvaise réputation !!! ils doivent tout de même livrer 106 navires d'ici 2021 (cf ouestfrance), quelle mauvaise réputation !!! J'ai aussi lu que STX par l’intermédiaire de son PDG, va devoir faire appel à d'autres chantiers po...

le 30/12/2016 à 15:54
Signaler
Désolé, moi, mes sources, ce ne sont pas Ouest France (Whaouhhh, la référence en presse économique) ni Wiki, où tout le monde peut écrire n'importe quoi. Je travaille dans le secteur en question donc mes sources, elles sont fiables..... mais c'est sû...

le 30/12/2016 à 20:39
Signaler
"contrairement à STX qui ne fait que des paquebots." ah bon...et le BPC dixmude (2010), il a été construit ou alors ?? et vous travaillez dans ce secteur ?... Vous maintenez certes, mais les faits sont têtus, 8 croisiéristes dont la compagnie de luxe...

le 31/12/2016 à 8:43
Signaler
Sérieusement, renseignez vous un peu avant de faire un copier coller débile du dernier prospectus financier de Ficantieri... quand aux 2 BPC, c'était surtout pour occuper STX, sans boulot à ce moment là

à écrit le 29/12/2016 à 8:06
Signaler
Ils ont de la chance d'avoir des milliers de gogo qui veulent passer leur vacances dans des centres commerciaux flottants

à écrit le 28/12/2016 à 18:51
Signaler
Ou sont les capitalistes français? Dans la finance?

le 28/12/2016 à 23:10
Signaler
Les capitalistes et financiers français ont été éloignés de France par une législation dissuasive.

le 28/12/2016 à 23:33
Signaler
Ils sont en train d'acheter les fleurons nationaux italiens, on ne peut pas être partout !!!

à écrit le 28/12/2016 à 16:36
Signaler
Attention a Fincantieri ce groupe est Italo-Chinois.Gare a l'évasion des savoirs faire et de la techno Française!

le 28/12/2016 à 18:30
Signaler
Bizarre que l'on n'est pas invoqué l'"évasion de savoir faire" a propos des Airbus,hélicoptères...etc construits en Chine.A noter que les Américains n'ont pas eu les craintes de DCNS,puisque Fincantieri a 3 chantiers aux USA et est fournisseur offici...

le 28/12/2016 à 23:17
Signaler
De dire des bêtises !!! Fincantieri est italien, il y a effectivement un accord de coopération avec un chantier chinois pour une fabricationdestiné au marché locale et asiatique, et le savoir faire... hum hum pardon mais fincantieri est quand le lea...

le 29/12/2016 à 10:08
Signaler
Il faut arrêter de dire des bêtises, Fincantieri est détenu par la cdc italienne à plus 71% Alors, concernant les chinois, Damen le chouchou des syndicats et de la presse, possède lui aussi des chantiers en Chine ! et vous croyez qu'il font quoi la ...

le 29/12/2016 à 11:24
Signaler
Oups, vous avez vexé une pleureuse italienne.... toujours pas digéré Bulgari, Parmalat, BNL, le luxe italien en général ? Le pb de Fincantieri n'est pas d'être italien, mais d'être le principal concurrent de STX. Et quand on rachète son principal con...

le 29/12/2016 à 18:21
Signaler
Alors il ne fallait vendre le chantier en 2006, en l’occurrence pour le coup c'est vous qui été en train de pleurnicher.... Demain vous allez aussi pleunicher pour Alstom énergie, qui pour moi était tout aussi stratégique que Saint-Nazaire ! A qu...

le 31/12/2016 à 8:48
Signaler
Pour une fois d'accord avec vous, Alstom n'aurait pas dû vendre. Ni ses bateaux et encore moins son énergie. Mais si Alstom avait une stratégie depuis l'Alcatel Alstom de Pierre Suard, ça se serait vu.......

à écrit le 28/12/2016 à 13:48
Signaler
L'état comme pour Alstom doit trouver une solution pour que le groupe soit contrôlé par des capitaux français. Dans le cas contraire, il y aura des licenciements, le groupe italien étant sur le même créneau. Les politiques n'ont toujours pas assimilé...

le 28/12/2016 à 23:26
Signaler
Alstom ???... a part faire des trains ils ne font plus rien, tout ce qui était intéressant, nous l'avons vendu aux américains ! Plusieurs fois l’état a sauver le chantier de Saint-Nazaire, et bien-sur que fincantieri est sur le même créneau, ce qui ...

à écrit le 28/12/2016 à 11:42
Signaler
Est-ce l'occasion pour Fincantieri et DCNS de mettre en place un Airbus de la mer ? En tout cas, le domaine stratégique militaire laisse un droit de veto au gouvernement français... encore faut-il que ce dernier veuille l'exercer !?!!

à écrit le 28/12/2016 à 10:22
Signaler
Finlandais ou Italien, très bon pour une grande Europe industrielle tout ça !

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.