Télétravail : la règle des 3 jours minimum par semaine prolongée

Elisabeth Borne, la ministre du Travail a réunit les partenaires sociaux : "la situation sanitaire nécessite la poursuite des mesures". Pendant deux semaines encore, il faudra donc dans les entreprises appliquer la règle du télétravail au moins 3 jours minimum par semaine quand ce sera possible. Une annonce qui fait grincer.

3 mn

Elisabeth Borne devait prolonger de 15 jours l'obligation de teletravailler
Elisabeth Borne devait prolonger de 15 jours l'obligation de teletravailler (Crédits : SARAH MEYSSONNIER)

Eviter la propagation du Covid, et essayer au plus vite d'en finir avec le pic Omicron. Telle est la position du gouvernement, alors que ce mardi 18 janvier, plus de 460.000 contaminations - un record - étaient recensées les dernières 24 heures.

Et ce sont aussi les arguments qu'Elisabeth Borne, la ministre du Travail, a présentés aux partenaires sociaux qu'elle a réunis ce mercredi. Et de les avertir :
"Nous envisageons de prolonger trois jours de télétravail au minimum par semaine, pour les postes qui le permettent."

Entrée en vigueur depuis le 3 janvier, cette règle devait à l'origine durer 3 semaines. Mais alors que la situation sanitaire est loin d'être stabilisée, le conseil de défense sanitaire qui se tient ce jeudi matin devrait la prolonger au moins quinze jours.

Lire aussi 4 mnLe pass vaccinal entrera en vigueur lundi et "la plupart des restrictions sanitaires pourront être levées en février" (Castex)

Le patronat, vent debout

Cette annonce n'a pas manqué de faire réagir le patronat, qui apprécie guère l'injonction du gouvernement en matière de télétravail. Les représentants des chefs d'entreprises font valoir leur sens de la responsabilité face à ce virus, et n'apprécient pas que le gouvernement leur impose le travail à distance.

Selon eux, il y a peu de contaminations en entreprise, et le télétravail génère des effets néfastes sur l'organisation, ainsi que sur l'ambiance dans leurs sociétés, en générant une fracture sociale entre ceux qui peuvent effectuer leurs tâches à distance - les cols blancs- et les autres - les cols bleus - obligés d'être sur site.

"Nous sommes tous usés par cette situation, nous aurions préféré une simple incitation", a ainsi déploré François Asselin, le président de la CPME. Au cours de la réunion, un membre du Medef, plus virulent, s'est même étonné que l'on arrête tout pour "une grosse grippe". De quoi agacer vivement la ministre.

A LIRE AUSSI | Télétravail : ces sanctions (presque) impossibles à appliquer pour le gouvernement

Pour le patronat, la menace de se voir verbaliser pour non respect de la règle n'est pas passée. A l'origine, l'exécutif avait annoncé, pour les entreprises, 1.000 euros d'amende pour chaque salarié qui pourrait télétravail et qui ne le ferait pas. Et ce dans la limite de 50.000 euros par entreprise.

Face à la bronca patronale, l'exécutif a finalement retenu, dans le texte du pass vaccinal, la proposition des sénateurs qui ramène à 500 euros le montant de la sanction.

Il n'empêche, cette possibilité d'être condamnés - même si dans les faits, l'exécution est toute relative et difficilement applicable - a jeté un froid chez les patrons, qui ne décolèrent pas.

Des syndicats de salariés frileux

Du côté des représentants de salariés, l'annonce de la prolongation du télétravail obligatoire a été plus mesurée, mais aussi plus résignée. Pas question de remettre en cause la règle.

Les syndicats s'inquiètent cependant de l'isolement, de la détresse psychologique que peut susciter le télétravail chez certains salariés. Eux aussi militent pour un retour au plus vite au bureau.

Dans ce contexte, Elisabeth Borne a tenté de rassurer ses interlocuteurs. Consciente des difficultés que pose le travail à distance, elle a assuré qu'il s'agissait surtout "de donner un dernier coup de collier", avant de pouvoir ensuite "rebasculer sur une recommandation et non plus une obligation".

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 9
à écrit le 21/01/2022 à 10:16
Signaler
Comme d habitude le logiciel du cerveau français est inadapté. On est le seul pays de Europe.-jusqu à présent - ou son patronat est vent debout contre le télétravail même pour des raisons sanitaires … vieux réflexes paternalistes et de petits chefs ....

à écrit le 21/01/2022 à 9:10
Signaler
C'est une règle ou une obligation, car la on s'aventure sur le terrain de la loi. Donc certes le dirigeant pourrait être accusé de mettre en danger la vie d'autrui, et encore cela reste à prouver car il existe un remède et qu'il appartient au salarié...

à écrit le 20/01/2022 à 17:15
Signaler
Donc à chaque rhume en hiver comme Omicron en ce moment ,il y aura 3 jours de télétravail pour certain si je comprends bien.En même temps si l'on reprend les propos du patron de Pfizer il y a trois jours ,cela devrait être à vie maintenant cette his...

le 20/01/2022 à 23:14
Signaler
Votre raccourci est d une malhonnête intellectuelle … 125000 morts en moins de 2 ans ça compte pas ?… dites cela aux familles concernée…

le 21/01/2022 à 8:49
Signaler
"Votre raccourci est d une malhonnête intellectuelle " Une nouvelle fois ,tu évoques le Delta et moi Omicron ,qui est le plus malhonnête ?, désolé mon gars."125000 morts en moins de 2 ans" oui et alors, nous sommes 67 millions d'habitants ,dans ce...

à écrit le 20/01/2022 à 13:41
Signaler
Ce gouvernement se ridiculise de plus en plus au fur et à mesure que le temps passe. Vite, changeons-en !

à écrit le 20/01/2022 à 13:27
Signaler
Non merci, les mesures d'exception doivent cesser. Arrêtez de nous tuer à petit feu parce que vous avez peur d'un risque pénal dévoyé que vous avez laissé mettre en place. Un peu de courage : changer le droit et faites votre travail

le 20/01/2022 à 23:17
Signaler
Comment expliquez vous que tous les gouvernements européens font à peu près la c même chose en la c matière… auriez vous seul raison et tous les autres torts ? Quelle vanité de votre part …

le 21/01/2022 à 6:15
Signaler
@Gars : justement, rien que ça devrait interpeller et interroger ! L'humanité entière n'a jamais été fichue de se mettre d'accord sur quoi que ce soit, et là, tous les gouvernements de la planète, au même moment, font et disent la même chose, à que...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.