À la conquête de l'UE : Macron mène la rébellion contre Weber, le "Spitzenkandidat" de Merkel

 |   |  849  mots
Manfred Weber (PPE) brigue le poste de président de la Commission européenne. [Ici au centre de la photo prise le 24 mai dernier, à Munich, pendant un meeting pour les européennes, aux côtés d'Angela Merkel, d'Annegret Kramp-Karrenbauer (présidente de la CDU), de Markus Soeder (gouverneur de Bavière), des Premiers ministres Andrej Plenkovic (Croatie), Boyko Borissov (Bulgarie), Krisjanis Karins (Lettonie), et de Joseph Daul (président du PPE).
Manfred Weber (PPE) brigue le poste de président de la Commission européenne. [Ici au centre de la photo prise le 24 mai dernier, à Munich, pendant un meeting pour les européennes, aux côtés d'Angela Merkel, d'Annegret Kramp-Karrenbauer (présidente de la CDU), de Markus Soeder (gouverneur de Bavière), des Premiers ministres Andrej Plenkovic (Croatie), Boyko Borissov (Bulgarie), Krisjanis Karins (Lettonie), et de Joseph Daul (président du PPE). (Crédits : Reuters)
ÉLECTIONS EUROPÉENNES, ACTE 2. Aujourd'hui débutent les tractations, combinaisons et jeux d'influence entre les formations politiques pour désigner les nouveaux dirigeants des institutions européennes, grandes manœuvres qui s'achèveront lors du sommet des 20 et 21 juin. Cinq institutions de l'UE vont changer de tête au cours des prochains mois (Parlement, Commission, Haut Représentant pour la diplomatie, BCE, Conseil). Grands vainqueurs des élections européennes, les Libéraux et les Verts contestent l'automaticité de la désignation du candidat du groupe le plus fort, le "spitzenkandidat". Et plusieurs dirigeants dont le président français vont les aider à saboter la candidature de Manfred Weber (PPE), "l'homme de Merkel au Parlement européen".

Les tractations pour désigner les nouveaux dirigeants des institutions européennes vont commencer mardi entre les chefs d'État et au Parlement européen, engagés dans une lutte de pouvoir à l'issue incertaine.

Le président du Conseil, le Polonais Donald Tusk, va lancer ces consultations au cours d'un sommet extraordinaire organisé pour tirer les leçons des élections européennes. Il aura moins d'un mois pour trouver un accord avec le Parlement avant le sommet des 20 et 21 juin.

"Games of Thrones va commencer pour désigner qui va obtenir telle fonction", a commenté dimanche soir un des prétendants à la présidence de la Commission européenne, le Néerlandais Frans Timmermans, chef de file des Socialistes. La référence est de mauvais augure, car la série télévisée est un récit de trahisons, de complots et de massacres dont le surprenant dénouement a déçu les fans. Les positions affichées avant le sommet pourraient lui donner raison.

Le "Spitzenkandidat" Weber brigue la tête de la Commission ...

La droite pro-européenne du Parti Populaire Européen (PPE) revendique la présidence de l'exécutif bruxellois pour son prétendant, le Bavarois Manfred Weber.

"Nous avons gagné les élections et ce sera le 'Spitzenkandidat' (chef de file, Ndlr) du PPE, Manfred Weber, (qui sera) président de la Commission", a soutenu dès dimanche soir Joseph Daul, le président du PPE, lors de la soirée électorale.

Le PPE va réunir ses instances et sept des huit chefs d'État et de gouvernement de la famille pour afficher son soutien à Weber, avant le sommet extraordinaire.

"Manfred Weber est en position de leader et nous l'aiderons à obtenir une majorité au Parlement européen", a annoncé lundi la présidente du parti conservateur allemand CDU, Annegret Kramp-Karrenbauer.

Lire aussi : Manfred Weber, "l'homme de Merkel" au parlement européen

... mais doit affronter une fronde menée par Macron

Mais le PPE est affaibli. Il a perdu 40 sièges, dont 29 abandonnés par la CDU-CSU, et le chancelier autrichien Sebastian Kurz a été renversé lundi. Suspendu par le parti, le huitième dirigeant, le Hongrois Viktor Orban, est pour sa part hostile à Manfred Weber.

Plusieurs dirigeants vont tenter de convaincre le PPE de renoncer à son candidat pour éviter une crise. Le Français Emmanuel Macron mène la rébellion, mais il est lui aussi sorti affaibli de l'élection européenne. "Macron a perdu son combat contre Marine Le Pen", n'ont pas manqué de souligner plusieurs responsables du PPE, interrogés par l'AFP.

Comment procède Macron pour composer une nouvelle majorité

Pour composer cette nouvelle majorité, Emmanuel Macron compte sur les soutiens des huit chefs d'Etat et de gouvernement de la famille libérale et il va chercher l'appui des cinq dirigeants socialistes.

Il a dîné lundi soir à Paris avec leur chef de file, le Premier ministre espagnol Pedro Sanchez, sorti vainqueur du scrutin. Madrid s'est dit prêt à former l'alliance entre les socialistes et les libéraux européens qu'appelle de ses voeux le président français.

Emmanuel Macron doit aussi s'entretenir avant le sommet européen avec Angela Merkel, qui a soutenu Manfred Weber pendant la campagne mais qui n'est pas favorable au système de "Spitzenkandidat".

Cinq institutions de l'UE vont changer de tête

Cinq institutions de l'UE vont changer de tête au cours des prochains mois: le Parlement début juillet, la Commission, le Haut Représentant pour la diplomatie et la Banque centrale européenne en novembre, le Conseil début décembre. Un mécano qui doit être un savant dosage entre grands et petits pays, Est et Ouest et parité homme/femme.

Pour le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian, "il faut aux deux postes [à la Commission et au Conseil, Ndlr] des personnalités qui aient de la force (...) et qui représentent aussi désormais la puissance européenne", des profils qui excluent Manfred Weber, qui n'a jamais exercé de fonction gouvernementale.

Les Libéraux et les Verts contestent aussi le "Spitzenkandidat"

Le Parlement européen se prépare lui aussi à la confrontation. Grands vainqueurs des élections européennes, les Libéraux et les Verts contestent l'automaticité de la désignation du candidat du groupe le plus fort. Mais ils ne veulent pas se faire imposer un candidat choisi par les dirigeants européens.

Le successeur du Luxembourgeois Jean-Claude Juncker à la présidence de la Commission européenne, qui était le "Spitzenkandidat" du PPE en 2014, devra obtenir la majorité absolue des suffrages du Parlement soit 376 voix. Or, pour cela, il lui faudra recueillir les suffrages des trois principales formations: PPE, socialistes et libéraux.

Ainsi, les chances de Frans Timmermans et de la candidate des libéraux, la Danoise Margrethe Vestager, sont nulles si le PPE maintient Manfred Weber, et réciproquement.

Lire aussi : Qui est Margrethe Vestager, la commissaire qui s'attaque aux multinationales ?

Lire aussi : Barnier, prochain président de la Commission?

Lire aussi : Manfred Weber, "l'homme de Merkel" au parlement européen

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 31/05/2019 à 13:12 :
L‘idée du Conseil Européen que le future candidat pour la présidence de la Commission Européenne doit avoir de l‘expérience comme chef de gouvernement d‘un pays-membre excluerait tout chef de l‘opposition de ne jamais pouvoir devenir chef du gouvernement, nouvelle conception de la démocratie.
a écrit le 29/05/2019 à 10:01 :
Et s'il y a vraiment deux mots qui s'accordent très mal ensemble les gars, ouvrez les yeux quand même hein c'est juste là exposé devant vous, c'est "Macron" et "rébellion".
Réponse de le 29/05/2019 à 10:57 :
C est pour cela qu un soutien du RN aurait de la gueule , attention seulement pour la désignation d un non allemand . Après chacun reprend ses billes et sa vie .
Réponse de le 29/05/2019 à 10:58 :
C est pour cela qu un soutien du RN aurait de la gueule , attention seulement pour la désignation d un non allemand . Après chacun reprend ses billes et sa vie .
Réponse de le 29/05/2019 à 11:30 :
"C est pour cela qu un soutien du RN aurait de la gueule"

Le RN à savoir ex-FN porte aussi bien cette appellation que Macron puisque parti oligarchique également, oligarchie moins riche certes mais oligarchie quand même.

Depuis que le FN est majoritaire au parlement européen il a fait quoi pour soutenir les français ? Rien il encaisse le blé tout en enterrant sa volonté de sortir de cette union des financiers.

Pourrait on enfin avancer intellectuellement en validant le fait démontré tous les jours que les partis politiques sont au mieux incompétents ? ça m'éviterait d'avoir à rabâcher sans cesse des poncifs, merci.
Réponse de le 29/05/2019 à 13:44 :
Citoyen la constance de vos écrits ne peut remettre en cause la vérité .
A Bruxelles c était le PPE le maître . Répéter que les minoritaires non rien fait est une vérité , mais qui découle du fait démocratique , s en servir pour faire du discrédit est ignominieux .
Vous méritez mieux que çà .
Réponse de le 31/05/2019 à 10:33 :
@ paysan qui dévoile son véritable visage mais je m'en doutais un peu hein... :-)

"Répéter que les minoritaires non rien fait est une vérité"

Juste avant de faire 25% en 2014 le FN disait que l'europe c'était le pire des maux, puis ils se sont installée au parlement européen, majoritaires et ont voté par exemple le secret des affaires ! :D Si rien que ça c'est pas déjà une preuve de leur compromission affichée...

Arrêtez de me répondre c'est bon je vous vois et c'est moche car mentir est une chose, pour ses intérêts, banale même, mais se mentir à soi est bien plus grave car c'est s'aliéner.

D'une pensée vous en faites une religion mon ami, faites enfin un pas en avant.
Réponse de le 31/05/2019 à 14:45 :
Dommage que tu veuilles clore la discussion .
a écrit le 29/05/2019 à 8:48 :
On nous avait pourtant dit que les élections européennes étaient primordiales pour la désignation des futurs dirigeants de l'UE et que voit les dirigeants des 28 qui se réunissent pour désigner! Preuve du pouvoir très limité de ce Parlement qui va seulement entériner mais qui n'a pas le pouvoir de décision. Encore un vote pour pas grand chose l'UE va continuer sur son rail néolibéral en ajoutant une couche de vert!
Quand à macron il fait du Macron comme d'habitude ça brasse dur mais du vent. Saura-t-il tirer des enseignement d'un nouvel échec après la deuxième place de LREM étoufé qu'il est par son ego.
a écrit le 29/05/2019 à 2:46 :
Le petits bras va se faire imposer par Frau Merkel le sieur Weber.
C'est l'Allemagne qui in fine decide.
a écrit le 28/05/2019 à 17:21 :
""Games of Thrones va commencer pour désigner qui va obtenir telle fonction", a commenté dimanche soir un des prétendants à la présidence de la Commission européenne, le Néerlandais Frans Timmermans"

Oh la vache je ne pensais pas que le niveau était tombé si bas quand même au sein desp oliticiens européens... -_-

Ben amusez vous bien hein !?
a écrit le 28/05/2019 à 14:08 :
Macron n’est que du vent; il ne mène rien du tout.
Il ne fait qu’alimenter la montée du populisme par son arrogance de petit technocrate.
Réponse de le 28/05/2019 à 16:17 :
pas certain en effet que ces attitudes soient propices à la négociations... mais il y a un coin possible pour reconfiguer les pouvoir en europe.....
a écrit le 28/05/2019 à 13:48 :
comme dit ma belle soeur allemande merkel peut la ramener macron a perdu il ferait bien de se taire les allemand n'aiment pas macron trop arrogant et c'est Manfred Weber le candidat pour les allemands
Réponse de le 28/05/2019 à 14:59 :
Ce n'est pas le candidat des Allemands mais du PPE, via la CDU CSU. Les autres allemands soutiennent d'autres candidatures via les autres partis.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :