L'arrêt du pétrole et du gaz russe "pourrait faire plonger l'Allemagne dans la pire crise depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale" (BASF)

L'Allemagne pourrait connaître sa pire crise économique depuis près de 80 ans en cas d'arrêt ou de perturbations sur le long terme des importations de gaz et de pétrole russes, a déclaré le directeur général du groupe allemand BASF, l'un des plus grands consommateurs d'électricité du pays.

4 mn

(Crédits : DADO RUVIC)

L'Allemagne est prise au piège. Alors que Vladimir Poutine a annoncé que les exportations de gaz russe au pays de l'Union européenne seraient payées en roubles et non plus en euros comme c'est le cas jusqu'ici, l'Allemagne tremble. Dépendante de la Russie qui représentait 55% de ses importations de gaz avant la guerre en Ukraine et autour de 40% aujourd'hui, l'Allemagne pourrait connaître sa pire crise économique depuis près de 80 ans en cas d'arrêt ou de perturbations sur le long terme des importations de gaz et de pétrole russes, a déclaré Martin Brudermüller, le directeur général du groupe allemand BASF, l'un des plus grands consommateurs d'électricité du pays. Au niveau de l'UE, la Russie représentait 40% des importations de gaz avant le début de la guerre.

Lire aussi 6 mnGaz russe : pourquoi l'Europe est piégée

"Cela pourrait plonger l'économie allemande dans sa plus grande crise depuis la fin de la Deuxième Guerre mondiale", a-t-il expliqué au journal FAZ, ajoutant que cela constituait également une menace existentielle pour les PME allemandes. Martin Brudermüller a rejeté les appels à interdire les importations, estimant qu'une telle initiative serait irresponsable.

Le gaz chauffe 50% des logements allemands

BASF, qui est le plus grand groupe chimique au monde, a prévenu mercredi qu'il devrait arrêter sa production si les approvisionnements en gaz naturel devaient tomber à moins de la moitié de ses besoins. Par ailleurs, le gaz est déterminant pour le pays puisqu'il chauffe 50% des logements et représente 26,7% de la consommation primaire d'énergie. Le recours à cette énergie devrait même augmenter, dans le cadre de la transition énergétique, pour remplacer le nucléaire et le charbon en tant qu'appoint des renouvelables.

Plus tôt dans la journée, l'Allemagne et la France ont déclaré se préparer à un éventuel arrêt des importations de gaz russe, ont indiqué jeudi les gouvernements des deux pays.

"Il peut y avoir une situation dans laquelle demain (...) il n'y aura plus de gaz russe" et "c'est à nous de préparer ces scénarios là et nous les préparons", a déclaré à Berlin le ministre français de l'Économie et des Finances Bruno Le Maire lors d'une conférence de presse avec le ministre allemand de l'Economie Robert Habeck.

Berlin et Paris ont dans le même temps réitéré leur refus de payer en roubles les livraisons de gaz russe, comme demandé par Vladimir Poutine.

Contrats en euros ou en dollars

 Il est écrit dans les contrats que les paiements se font en euros et parfois en dollars", a expliqué le chancelier allemand Olaf Scholz lors d'une conférence de presse distincte également organisée jeudi à Berlin.

"J'ai dit clairement au président russe que cela resterait ainsi" et "les entreprises veulent pouvoir payer en euros et le feront", a-t-il ajouté.

"Les contrats prévoient une monnaie dans laquelle ils sont exécutés et donc les contrats doivent être exécutés dans la monnaie prévue", a martelé de son côté Bruno Le Maire. "Les contrats sont les contrats", a-t-il ajouté.

Les fonds seront "transférés comme d'habitude sur la Gazprom Bank, qui n'est pas frappée de sanctions", et se chargera de la conversion en roubles, a détaillé Berlin.

Lire aussi 5 mnPoutine facture le gaz russe en roubles : les coupures menacent l'Europe

Lire aussi 13 mnPétrole : "La Russie ne doit pas trop se faire d'illusion sur la possibilité de remplacer ses exportations vers l'Europe par la Chine et l'Inde"

Lire aussi 6 mnPétrole et gaz : l'Iran, une alternative à la Russie pour les Européens ? Pas si simple

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 21
à écrit le 02/04/2022 à 12:14
Signaler
Bonjour, Bon. Ils y a bien longtemps que nous parlons de souveraineté et de diversifier les approvisionnements énergétique.. Le piège américains s'est refermée sur la plus grande puissance de notre union ... Maintenant, la transition énergétique e...

à écrit le 02/04/2022 à 10:11
Signaler
Malgré la guerre entre Ukraine et la Russie, le bizness continue et même... entre les deux pays. C’est un chiffre livré par le patron de Naftogaz, la compagnie nationale, l’équivalent de GDF en Ukraine. Naftogaz assure le chauffage de 12 millions de ...

à écrit le 02/04/2022 à 9:34
Signaler
"C’est en effet grâce au charbon et à I.G. Farben que la rhétorique de Hitler put se transformer immédiatement en un redoutable dispositif de guerre." Un extrait d'un très vieil article du monde diplomatique concernant ce qu'ils appellent BASF de nos...

à écrit le 01/04/2022 à 15:11
Signaler
J'espere juste que Macron qui court derriere l'Allemagne comme un ado derriere une fille qui le fait courrir ne va pas au nom de la solidarité donner une partie de notre gaz à l'Allemagne. quand on voit la solidarité Allemande ( EPR, A400m, F35, Scaf...

à écrit le 01/04/2022 à 11:47
Signaler
POSITION ambiguë du gouvernement allemand : achat d'avions aux USA et vouloir CONTINUER à être alimenté en GAZ russe. UNMÖGLICH La proximité géographique et les investissements allemands auraient du ETRE mis dans la balance : Angela MERKEL s...

à écrit le 01/04/2022 à 11:37
Signaler
On va enfin si le business l'emporte ou non sur la morale

à écrit le 01/04/2022 à 11:31
Signaler
l'UE monte sur ces ergots mais les pieds restent dans la bouse. On arrête tout et on se retourne vers qui? la grande majorité des producteurs de gaz ne sont que des pays non démocratiques avec à leur tête des corrompus et des dictateurs. M Poutine co...

à écrit le 01/04/2022 à 9:42
Signaler
Soucieux de leur fin de carrière, certains politiciens font des choix de non sens en mettant sciemment en danger leur nation. Militairement parlant, on appelle cela des traitres ou de la haute trahison. Politiquement, et bizarrement, il n'y a aucune ...

à écrit le 01/04/2022 à 9:26
Signaler
Quand on s'occupe des intérêts d'un pays étranger avant les intérêts de son propre pays, c'est un risque que l'on a choisi d'assumer. Pour "l'honneur", n'est-ce pas...

à écrit le 01/04/2022 à 9:03
Signaler
L'Allemagne a abandonné le nucléaire et fait beaucoup de vent avec ses éoliennes. Elle a beaucoup misé sur la Russie , pays dirigé par un parano instable. Espérons que cette crise va réveiller l'UE. La première décision à prendre , c'est de permettre...

à écrit le 01/04/2022 à 9:00
Signaler
Nos zélites politiques, financières et économiques ont oublié un bon vieux précepte: on ne met pas tous ses oeufs dans le même panier. Sous prétexte de mondialisation, on a oublié de diversifier les sources de matières premières et d'énergie. Mainten...

à écrit le 01/04/2022 à 8:53
Signaler
Premier point: L'UE sanctionne la Russie et ensuite se plaint que la Russie la sanctionne à son tour. Où est la logique? Second point: Qu'est-ce qui empêche l'UE de payer ses achats d'énergie en roubles? Troisième point: Est-ce Biden qui l'en emp...

le 01/04/2022 à 10:04
Signaler
@ Jean Paul B. Tout à fait d'accord. Il est désolant de constater une telle bêtise de nos soi-disant zélites. Mais ce n'est pas grave, c'est encore le peuple qui va en prendre plein la gueule. Il est étonnant que tous les articles, y compris dans u...

à écrit le 01/04/2022 à 8:12
Signaler
Ce gaz et ce pétrole sont russes et Poutine a bien raison de demander à être payé en russe et ne pas faire la claque à l'impérialisme yankee du Dollar/UE.

à écrit le 01/04/2022 à 7:29
Signaler
Nous ne sommes pas touché en France , cool ! C'est vrai que nous avons "le quoi qu'il en coûte" du cabinet McKinsey ..L'Allemagne à beaucoup de chance bientôt plus de chauffage ,plus d'industries ,que du bohneur pour la transition énergétique des éc...

à écrit le 01/04/2022 à 7:22
Signaler
Le prix de gros de l'électricité va exploser, et comme il parait qu'edf a d'jà prévendu sa production... Les 120 terawatts de larenh ça va être une broutille. Soit edf coule soit on va avoir des factures de tarés. Notre système est mauvais mais surto...

à écrit le 01/04/2022 à 3:10
Signaler
Le non-respect des contrats par la Russie, est-ce un motif suffisant pour exclure Poutine de l'OMC ?

à écrit le 31/03/2022 à 23:55
Signaler
Merkel est bien où elle est en ce moment, à n'en pas douter.

à écrit le 31/03/2022 à 22:28
Signaler
Quand se declare ennemi de son contractant, le contrat ne tiens plus, fournir des armes et voter pour l’exclusion du système monétaire, la Russie a parfaitement raison, monsieur Poutine est en son droit .

à écrit le 31/03/2022 à 22:28
Signaler
"BASF, l'un des plus grands consommateurs d'électricité du pays" l'électricité est faite avec du charbon, et des éoliennes, pas avec du gaz ? Ça aidera l'Allemagne à se décarboner plus rapidement. Chauffage électrique dans les habitations, c'est l'av...

le 01/04/2022 à 7:50
Signaler
Surtout avec du charbon et quand les éoliennes ne fonctionnent pas soit 70% du temps on consomme du gaz et oui les centrales à gaz cela existe aussi....

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.