Gaz russe : pourquoi l’Europe est piégée

Plus que jamais, la crise diplomatique met au jour la dépendance extrême de l’Europe à ce combustible fossile en provenance de Russie, notamment pour alimenter l’Allemagne, l'Italie ou l’Autriche. Alors que la Commission européenne a exprimé hier son souhait de s’en défaire, la partie semble loin d’être gagnée. Car les capacités des autres fournisseurs restent limitées, et ne permettront pas de couper de si tôt les échanges avec Moscou. D’autant qu’une rupture d’approvisionnement pourrait, in fine, bénéficier au charbon, plutôt qu’accélérer la transition énergétique. Analyse.

6 mn

(Crédits : Agencja Gazeta)

C'est l'une des questions majeures que soulève l'offensive russe contre l'Ukraine. Car cette nouvelle guerre sur le continent européen met plus que jamais au jour la dépendance des Vingt-Sept à Moscou en matière d'énergie. Pour importer du pétrole et du charbon, entre autres, mais surtout pour s'approvisionner en gaz.

Impossible de s'en passer dans l'immédiat, affirmait même hier le PDG de TotalEnergies, Patrick Pouyanné. De fait, en dépit de la crise actuelle et malgré la multiplication des sanctions occidentales, la Russie continue aujourd'hui d'injecter via des pipelines ce combustible fossile à l'Europe, qui ne se presse pas pour arrêter ces échanges.

L'Europe engluée dans le gaz russe

Certes, Berlin a bien décidé, il y a trois jours, de geler le méga projet de gazoduc Nord Stream 2, qui devait permettre dès le mois de mars d'alimenter le Vieux continent en gaz russe, tout en contournant l'Ukraine par la Baltique. Mais si la décision a une forte portée symbolique, elle ne change en fait rien à la situation, puisque Nord Stream 2 n'a encore jamais acheminé d'énergie. Et son jumeau Nord Stream 1, opérationnel depuis 2012, continue lui de fonctionner.

Et pour cause, si les flux venaient à s'arrêter, « l'Europe en souffrirait, peut-être autant que la Russie », fait valoir Jacques Percebois, économiste et directeur du Centre de Recherche en Economie et Droit de l'Energie (CREDEN). Et notamment l'Allemagne, puisque Moscou lui fournit presque 60% de ses importations de gaz, avec quelque 50,2 milliards de mètres cubes reçus par Gazprom en 2021. Ce dernier approvisionne aussi l'Italie, la Turquie, la Bulgarie, la Serbie, le Danemark, la Finlande et la Pologne... Et l'Autriche, où ce chiffre grimpe même à 100%. La France, elle, reste moins exposée, mais la Russie représente tout de même 20% de ses importations en gaz.

Dans cette situation, « le plus raisonnable est de continuer d'en importer », estime Jacques Percebois. Par forcément pour assurer la sécurité d'approvisionnement sur le très court terme, puisque les réserves de l'Europe lui permettront de passer la fin de l'hiver. Mais la décision sera primordiale pour l'année 2023, étant donné que les stocks devront être reconstitués dès cet été. Un scénario d'embargo sur les hydrocarbures, comme celui imposé à l'Iran il y a dix ans, semble donc aujourd'hui peu probable, notamment dans un contexte de flambée des prix de l'énergie.

Lire aussi 8 mnUkraine : vers un embargo européen sur le gaz russe ?

Le gaz naturel liquéfié ne suffira pas

Et pourtant, depuis quelques jours, l'Union européenne affirme vouloir se libérer de cette dépendance.

« La Russie n'est plus un fournisseur fiable. Nous devons couper le cordon de la dépendance énergétique avec [...] et développer une stratégie qui nous rend complètement indépendants du gaz russe », a indiqué la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, à l'issue du sommet qui a réuni en urgence les dirigeants européens jeudi.

Et ce, en misant non pas sur un autre combustible, mais en s'appuyant sur le gaz naturel liquéfié (GNL), qui représente près de 20% des importations de gaz en Europe tous pays d'origine confondus (contre 80% pour les gazoducs). « Nous avons les terminaux et les gazoducs qui permettent de stocker et d'acheminer le GNL partout en Europe », a ainsi poursuivi Ursula von der Leyen. Acheminé par voie maritime plutôt que par des pipelines, le GNL, très populaire depuis quelques années, peut en effet, sur le papier tout du moins, provenir de partout dans le monde.

Mais selon Jacques Percebois, cette solution s'avère irréaliste à court-moyen terme. « Nous ne trouverons pas suffisamment de gaz en dehors de la Russie pour remplacer ce que nous consommons aujourd'hui. C'est impossible, à la fois au niveau des capacités des usines de liquéfaction, mais aussi pour l'approvisionnement logistique des terminaux méthaniers [qui servent à regazéifier, ndlr]. L'Allemagne, par exemple, n'en a pas. Et là où il y en a, ils ne sont pas nécessairement disponibles. Nous nous heurterions à des goulots d'étranglements », fait-il valoir.

Le 1er février dernier, le Qataren réponse à la demande pressante de Joe Biden d'aider l'Europe, avait ainsi expliqué qu'il ne pourrait pas compenser à lui tout seul un volume d'approvisionnement qui se compte en dizaines de milliards de mètres cubes de gaz.

Lire aussi 3 mnSi la Russie coupe le gaz, le Qatar ne pourra pas sauver l'Europe à lui tout seul

D'autant que l'acheminement par voie maritime pose lui aussi problème. Car, en ce moment, le monde manque de navires méthaniers. En effet, la situation de pénurie chronique dans le fret maritime bride depuis 2020 la reprise du commerce mondial, avec un manque de navires porte-conteneurs, voire même de conteneurs.

Un frein à la transition énergétique

Dans ces conditions, un autre moyen consisterait à diminuer les besoins en gaz de l'Europe, plutôt que de simplement changer de fournisseurs. En électrifiant les chauffages des logements par exemple, à l'heure où le secteur du bâtiment concentre près de 2/5ème de la consommation totale de gaz sur le Vieux continent. Ou en décarbonant la production d'électricité, toujours largement obtenue, dans de nombreux pays, à base de combustibles fossiles.

A cet égard, la transition énergétique, déjà entamée pour des raisons écologiques, a permis d'engager un mouvement en ce sens. Et pourtant, la part du gaz russe dans la consommation des pays de l'Union européenne n'a pas tant baissé que cela, puisqu'elle atteint 19% aujourd'hui, contre 23 % il y a dix ans, selon les chiffres d'Eurogas.

Surtout, la crise actuelle risque de ne pas profiter à cette transition. Cela pourrait même être l'inverse, affirme Jacques Percebois. « Si un pays qui utilisait jusqu'alors du gaz pour produire son électricité, comme l'Allemagne, doit s'en passer à cause de la flambée des prix ou d'une rupture d'approvisionnement, celui-ci risque de se tourner vers le charbon », souligne-t-il.

Ainsi, alors même que Berlin a récemment avancé à 2030 sa promesse de sortie du charbon, le combustible fossile le plus polluant de tous, « il est possible que les événements actuels retardent l'échéance », fait valoir le chercheur. Ce qui risquerait de compromettre les objectifs climatiques du pays, censé atteindre la neutralité carbone dès 2045.

Lire aussi 5 mnAprès le nucléaire en 2022, l'Allemagne veut sortir du charbon huit ans plus tôt que prévu (en 2030)

6 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 15
à écrit le 01/04/2022 à 17:40
Signaler
Nos politique ont voulu sanctionner la Russie en pensant que ceux çi reculeraient immédiatement, ce n'est pas le cas et de ce fait notre économie plonge. Les sanctions on se les prend sur la figure

à écrit le 28/02/2022 à 11:26
Signaler
parce que les anciens premier ministres allemand et français sont dans les boards des sociétés russes !

à écrit le 27/02/2022 à 18:10
Signaler
Pendant la guerre d'Algérie nous avions bien continué à acheter du gaz à ce pays... Le commerce n'est pas la guerre...

à écrit le 27/02/2022 à 18:03
Signaler
Si tout le monde se chauffe en électrique à la place du gaz (radiateurs et ballon d'eau chaude, ou PAC), il faut que l'électricité n'ait pas besoin de gaz pour se fabriquer, sinon le serpent se mord la queue (aïe ! :-) ). L'éolien ça varie, j'avais l...

à écrit le 26/02/2022 à 17:14
Signaler
Le Gaz va devenir une denrée rare. Proposition: manger un maximum de flageolets (français, c'est bon pour notre filière), les flageolets russes étant sous embargo; Des sachets seront distribués à tous, en vue d'être collectés. Ce gaz naturel est 1...

le 27/02/2022 à 12:03
Signaler
Y a aussi l'option de la startup nation de macron : Ramasser les bouses de vaches, les faire secher, puis les bruler dans le poele a bois. Europe, back au moyen age.

à écrit le 26/02/2022 à 14:22
Signaler
Il faut geler les ambitions écologiques pour un temps et laisser chaque pays faire avec ses moyens pour produire son énergie. Dans le même temps poursuivre la transition énergétique vers les énergies renouvelables (dont le nucléaire) et la sobriété....

le 26/02/2022 à 15:10
Signaler
Le nucléaire ne sera renouvelable que lorsque vous aurez inventé le BIOuranium.

à écrit le 26/02/2022 à 13:30
Signaler
chacun d'entre nous peut faire un petit geste solidaire et diminuer le chauffage de nos maisons

le 26/02/2022 à 15:50
Signaler
Et si on tombe malade, il faut alors payer les soins, les médecins, peut être l’hôpital, et au pire, les pompes funèbres et la place au cimetière …… car contrairement à ce que certains croient, rien n’est gratuit dans notre beau monde !!

le 27/02/2022 à 18:00
Signaler
Oui, mais ça n'ira pas très loin, y a divers usages du gaz, le plus efficace serait de laisser tomber le gaz mais le kWh électrique est trois fois le prix du kWh gaz, les pompes à chaleur doivent avoir >300% de rendement sinon la facture annuelle va ...

à écrit le 26/02/2022 à 11:54
Signaler
il y a quand meme une autre solution : moins consommer ! Je sais c est pas populaire mais moins chauffer, des maisons moins grande (ou ne chauffer qu une piece comme quand j etais enfant) Si EELV etaient coherent c est ce qu ils diraient mais c est...

le 27/02/2022 à 7:57
Signaler
moins chauffer et en effet une solution tres simple et qui a un effet direct. soyons solidaire et baissons notre thermostat !

à écrit le 26/02/2022 à 10:50
Signaler
On peut remercier et demander des comptes à nos politiciens passées ainsi qu à nos industriels de nous avoir rendus si dépendant pour alimenter leur stocks options etc… Chirac Sarko hollande au pilori !!

à écrit le 26/02/2022 à 9:00
Signaler
Politiciens marionnettes installées par les financiers et donc incapables de gérer ce type de crise autrement que par l'argent, il est évident que Poutine qui lui est un personnage souverain et fort a tout à y gagner même si je ne pensais pas du tout...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.