Allemagne : les Conservateurs tentent de s'imposer à la CDU

 |   |  553  mots
Les Conservateurs de la CDU semblent déterminés à imposer leurs positions à Angela Merkel.
Les Conservateurs de la CDU semblent déterminés à imposer leurs positions à Angela Merkel. (Crédits : FABRIZIO BENSCH)
Lors du Congrès de la CDU à Essen, le parti a adopté une position pour durcir l'accès à la double nationalité des enfants de parents étrangers. Un coup de force des Conservateurs qui est une mauvaise nouvelle pour Angela Merkel.

A peine réélue avec 89,5 % des voix mardi 6 décembre à la tête de la CDU lors du congrès du parti à Essen, Angela Merkel doit déjà faire face à sa première fronde sur sa droite. Une résolution des jeunes du parti, la Junge Union, a en effet été adoptée à 51,53 % des délégués et contre l'avis de la chancelière. Elle prévoit de réduire l'accès à la double nationalité des jeunes Allemands d'origine étrangère qui avait été élargie en 2014 dans le cadre d'un compromis avec les Sociaux-démocrates.

Retour en arrière

Depuis ce compromis, les enfants nés en Allemagne de parents étrangers n'ont plus besoin de choisir entre la nationalité allemande et leur nationalité d'origine, entre 18 et 23 ans, lorsqu'ils ont vécu huit ans de suite en Allemagne. Cette règle générale connaît des exceptions qui ne concernent pas la première communauté étrangère en Allemagne, la communauté turque. La proposition approuvée par le congrès de la CDU demande l'abrogation de ce compromis et le retour à « l'obligation du choix » (« Optionspflicht ») qui était la règle auparavant. Si cette recommandation était suivie, les jeunes d'origine turque devraient choisir à l'avenir entre leur nationalité allemande et leur nationalité turque.

Equilibre difficile à trouver pour Angela Merkel

Cette décision est très symbolique dans la mesure où le gouvernement de grande coalition ne reviendra pas sur le compromis difficile forgé en 2014 et où Angela Merkel a annoncé qu'elle n'en tiendrait pas compte pour sa campagne. Mais elle dénote l'existence au sein de la CDU d'une forte opposition interne à la position de la chancelière qui est celle de ne pas rouvrir les querelles liés à la nationalité et à l'intégration. C'est un élément particulièrement inquiétant dans la mesure où cette volonté conservatrice sur la question migratoire trouve un écho fort au sein de la CSU, la sœur bavaroise de la CDU, qui a adopté une ligne beaucoup plus conservatrice.

Dès lors, la chancelière va devoir trouver un équilibre délicat entre deux obligations : rester fidèle à son engagement d'intégration pour conserver sa place au centre avec une aile conservatrice de son parti qui se montre déterminée à « droitiser » la campagne, tout en ne s'opposant pas à cette dernière pour éviter l'exode des électeurs conservateurs vers l'AfD, le parti eurosceptique. Déjà, Verts et SPD ont utilisé la décision du congrès de la CDU pour lancer une offensive contre la dérive de la CDU.

Un tribun pour l'aile conservatrice

 Autre mauvaise nouvelle : cette aile conservatrice pourrait désormais se structurer et se trouver un chef dans la personne de Jens Spahn. Membre du directoire du parti, député depuis 2002 à 22 ans, un record outre-Rhin, il est aujourd'hui, à 37 ans, secrétaire d'Etat au ministère des Finances sous la responsabilité de Wolfgang Schäuble. Membre du gouvernement, il a cependant adopté des positions toujours très conservatrices en matière financière comme sociétale. Il avait été assez critique de la politique migratoire menée par la chancelière. Ce mercredi 7 décembre, il a soutenu la motion de la Junge Union, prenant clairement le contre-pied de la chancelière. A terme, l'homme pourrait incarner une alternative lors de l'après-Merkel.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :