Allemagne : Wolfgang Schäuble ne sera plus ministre des Finances

 |   |  314  mots
Wolfgang Schäuble, un fidèle de la chancelière Angela Merkel même s'ils n'étaient pas toujours d'accord, faisait l'objet de pressions amicales mais croissantes depuis plusieurs jours pour quitter son poste dans le futur gouvernement.
Wolfgang Schäuble, un fidèle de la chancelière Angela Merkel même s'ils n'étaient pas toujours d'accord, faisait l'objet de pressions amicales mais croissantes depuis plusieurs jours pour quitter son poste dans le futur gouvernement. (Crédits : Axel Schmidt)
Âgé de 75 ans, Wolfgang Schäuble, qui tenait d'une main de fer son portefeuille, entend désormais prendre la présidence de la chambre des députés allemands, suite aux élections législatives de dimanche.

Wolfgang Schäuble s'apprête à quitter ses fonctions de ministre allemand des Finances pour prendre la présidence de la chambre des députés après huit ans en poste, a annoncé mercredi son parti conservateur, l'Union démocrate-chrétienne d'Angela Merkel. Âgé de 75 ans, Wolfgang Schäuble, qui tenait d'une main de fer le ministère des Finances, entend désormais prendre la présidence de la chambre des députés allemands, suite aux élections législatives de dimanche.

"Nous allons proposer Wolfgang Schäuble" pour cette fonction et "nous nous réjouissons qu'il se soit dit prêt à se porter candidat", a indiqué dans un communiqué le chef du groupe parlementaire des conservateurs allemands (CDU/CSU), Volker Kauder. Il confirmait des informations qui avaient filtré auparavant de sources proches de sa formation.

Wolfgang Schäuble, un fidèle de la chancelière Angela Merkel même s'ils n'étaient pas toujours d'accord, faisait l'objet de pressions amicales mais croissantes depuis plusieurs jours pour quitter son poste dans le futur gouvernement, dont la formation s'annonce particulièrement complexe entre les conservateurs, les libéraux du FDP et les écologistes.

Chantre de la rigueur budgétaire

Les Libéraux n'ont en effet pas fait mystère de leur ambition de s'occuper des Finances. En laissant la place libre, Wolfgang Schäuble va faciliter la tâche d'Angela Merkel.

Gage dans l'opinion allemande de sérieux budgétaire, cette figure politique est souvent perçue ailleurs en Europe comme emblématique de l'orthodoxie et du manque de flexibilité de Berlin en matière de finances publiques. Il avait notamment prôné une sortie de la Grèce de la zone euro au pic de la crise de financement que traversait le pays en 2015. C'est la chancelière qui avait finalement décidé de ne pas suivre son ministre dans cette voie.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/09/2017 à 7:43 :
Personnelement je ne le regretterai pas, trop centré sur les finances et nationaliste par surcroit.
Dommage, il aurait pu rentrer dans l'histoire de l'Èurope comme un des grands Européen.
Réponse de le 30/09/2017 à 9:21 :
Le ministre des Finances qui est centré sur les finances prouve simplement qu'en bon allemand, il fait son boulot. Et Schaüble, qui est l'un des artisans du sauvetage, réussi quoiqu'on en dise, EST un grand européen.
Réponse de le 01/10/2017 à 9:35 :
Le ministre des Finances qui est centré sur les finances prouve simplement qu'en bon allemand, il fait son boulot. Et Schaüble, qui est l'un des artisans du sauvetage, réussi quoiqu'on en dise, de la Grèce, EST un grand européen.
a écrit le 28/09/2017 à 19:14 :
"Les Libéraux n'ont en effet pas fait mystère de leur ambition de s'occuper des Finances".

Tiens,c'est rare.
a écrit le 28/09/2017 à 13:37 :
Faut-il rappeler aussi, à ceux qui défendent l'idée qu'une large majorité des allemands approuve la politique ortholibérale de M. Schaüble, les chiffres suivants : 41% de participation aux élections et 33% de voies pour Mme Merkel. L'extrême droite dépassant les 10 % et l'extrême gauche à peine en-dessous de 10%. Et enfin, rappelons qu'en Allemagne 12,5 millions de personnes vivent en dessous du seuil de pauvreté, chiffre en hausse constante depuis 2006 et donc bien avant la soi disant crise migratoire dont certains utilisent comme argument erroné pour justifier la percée de l'extrême droite. Les migrants profitent à une économie allemande qui peine à satisfaire ses besoins de main d'oeuvre peu qualifiée auprès du vivier national. Ceci expliquant aussi la position de Mme Merkel, loin d'être finalement une position humaniste, mais plutôt très pragmatique.
Réponse de le 30/09/2017 à 9:26 :
Participation aux élections de dimanche dernier : 76,2%, en hausse de près de 5 points par rapport à 2013.
a écrit le 28/09/2017 à 13:06 :
Une bonne nouvelle pour la Grèce, une bonne nouvelle pour l'Europe, que de voir partir l'instigateur de l'ortholibéralisme. A voir par qui il sera remplacé pour faire face aux défis sociaux que traverse l'Allemagne - n'en déplaisent à certains ces défis sont très grands, et par extension l'Europe.
a écrit le 28/09/2017 à 9:16 :
"Nous allons proposer Wolfgang Schäuble" pour cette fonction et "nous nous réjouissons qu'il se soit dit prêt à se porter candidat","

C'est là que l'on comprend bien toutes les pressions amicales certainement en effet qu'il a eu pour dégager. Parce que le pire c'est qu'il voulait rempiler !

Pour une fois pas sûr qu'un comptable néolibéral à sa place sera pire, difficile de faire pire côté mentalité, Schauble avait ces vieux relents de dirigisme sectaire d'un autre temps, enfin autre temps, ça y est les fascistes accèdent de nouveau au pouvoir en allemagne...

Merci M. Schauble
Réponse de le 28/09/2017 à 11:01 :
Ce n'est sûrement pas à cause de la politique économique et budgétaire de Schaüble que l'AfD a eu le résultat que l'on sait. Cette politique est très largement approuvée par les allemands. Mais à cause de l'ouverture des frontières sans limites aux réfugiés décidée par Merkel.
Réponse de le 28/09/2017 à 12:34 :
@citoyen blasé : « difficile de faire pire côté mentalité » ! Un ministre de la République se doit de défendre les intérêts de son pays. Je sais, l’objectif des collectivistes, c’est de faire du populisme pour instaurer la dictature et nous avons suffisamment d’exemples pour nous le prouver :-)
Réponse de le 28/09/2017 à 13:11 :
"Ce n'est sûrement pas à cause de la politique économique et budgétaire de Schaüble que l'AfD a eu le résultat que l'on sait"

Vous niez donc que la pauvreté serait la cause des montées d'extrême droite ?

"Mais à cause de l'ouverture des frontières sans limites aux réfugiés décidée par Merkel"

Donc les migrants sont des gens qui ont de l'argent ???

"Islamophobie ou prolophobie ?" https://www.monde-diplomatique.fr/2015/02/BREVILLE/52625

Quand vous voudrez ouvrir les yeux lisez ce remarquable article, la peur est liée d'abord et avant tout à la condition sociale et non à la couleur de la peau mais qui bien souvent est signe de condition sociale pauvre du fait du racisme permanent lié à notre vieille europe au sale héritage colonialiste.

"Un ministre de la République se doit de défendre les intérêts de son pays"

Je suis en effet sûr que pour lui, préserver les riches au détriment des pauvres c'est protéger les intérêts de son pays qui pour lui n'est incarné que par son oligarchie, serviteur un jour serviteur toujours.

"Je sais, l’objectif des collectivistes, c’est de faire du populisme pour instaurer la dictature et nous avons suffisamment d’exemples pour nous le prouver"

Ok et toujours aucune cure de désintox en vue donc, je le déplore... Même pas la peine que je le signale tiens.
Réponse de le 28/09/2017 à 14:22 :
@citoyen :
"Vous niez donc que la pauvreté serait la cause des montées d'extrême droite ?" Oui. C'est l'inquiétude face à des bouleversements incontrôlés et l'humiliation qui sont la cause de la montée de l'extrême droite
"Donc les migrants sont des gens qui ont de l'argent ???". Non, mais les migrants sont principalement des personnes de confession musulmane dont les pratiques, valeurs, us et coutumes sont à 180° de celles des allemands. Et l'arrivée de ces migrants, massive, provoque une crainte identitaire bien plus qu' économique.
Réponse de le 29/09/2017 à 11:07 :
Je suis désolé mais la peur des étrangers non seulement m'est complètement inconnue et en plus n'a aucun lien avec la vérité et donc n'a aucun intérêt pour l'analyse, c'est une énième peur largement dont le thème est largement étudiée par Nietzsche qui lie nos actes les plus mesquins à la peur, or reporter tous les problèmes sur une certaine population c'est particulièrement mesquin d'autant qu'en plus les chiffres montrent que dans la réalité l'immigration apporte de la richesse et l'allemagne en plus en a besoin, vous leur conseillez quoi de forcer les ménages à faire des enfants ?

De les subventionner à faire des gosses voyant le résultat que ça donne en france avec des salariés de la reproduction du coup ?

Quand de plus en plus de gens vous font peur c'est que le problème vient de vous peut-être non ?

Mais bon si un jour votre peur s'atténue un peu vous pourrez peut-être lire ce remarquable article, ardu j'en conviens parce que dense mais remarquable.
Réponse de le 30/09/2017 à 9:17 :
@citoyen : "Je suis désolé mais la peur des étrangers non seulement m'est complètement inconnue" Donc, si vous étiez allemand, vous ne voteriez pas AfD. Dont acte. What else ?
Réponse de le 02/10/2017 à 10:47 :
" Donc, si vous étiez allemand, vous ne voteriez pas AfD. Dont acte. What else ?"

Ben cela semble évident, vous en doutiez !?

La peur est un sentiment subjectif à souhait, s'y fier c'est s'aliéner.
a écrit le 28/09/2017 à 6:05 :
Bon débarras, il ne nous reste plus qu'à éliminer Jens Weidmann (Deutsche Bundesbank) pour que l'Europe éuropéenne se fasse.
L'Europe allemande on n'on veut pas.
a écrit le 27/09/2017 à 21:03 :
L'Allemagne doit beaucoup à Wilfgang Schaüble. Un très grand ministre, dont il faut souhaiter que le successeur poursuivra dans la droite ligne.
a écrit le 27/09/2017 à 18:54 :
Good Riddance, enough damage done to Europe.
The next to get rid of should be Jens Weidmann (Deutsche Bundesbank)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :