Wolfgang Schäuble est-il aussi dangereux que Donald Trump ?

 |   |  532  mots
(Crédits : DR)
Et si Donald Trump disait la vérité ? Et qu'on en déduise que, parmi les dangers auxquels doit faire face l'Union européenne, le plus grand vienne bel et bien de l'intérieur, et d'Allemagne. Par Michel Santi, économiste.

Une fois de plus, Donald Trump n'a pas fait preuve de finesse en qualifiant les allemands de « mauvais, très mauvais », faisant référence au déficit commercial qu'entretiennent les Etats-Unis avec l'Allemagne. La relation entre ces deux pays est pourtant une des plus solides qui soit, s'étant encore resserrée ces huit dernières années à la faveur de l'excellente entente personnelle entre Merkel et Obama. L'ancien président américain était néanmoins réticent à stigmatiser ouvertement l'Allemagne, même si - lui, comme la majorité des politiques et des économistes de son pays - étaient parfaitement conscients des responsabilités allemandes dans la mièvre croissance européenne.

Partisan de l'intégration européenne et... artisan de sa désintégration ?

Car le plus grand danger auquel doit faire face l'Union européenne vient bel et bien de l'intérieur, et d'Allemagne. C'est en effet l'ayatollah de l'austérité, et gourou incontesté de la compétitivité, qui représente la menace la plus tangible et la plus immédiate pour la cohésion européenne, en la personne de Wolfgang Schäuble, le ministre allemand de l'Economie. Homme politique distingué et respectable, partisan de longue date de l'intégration européenne, ayant démontré un courage et une résilience admirables suite à l'attentat (en 1990) l'ayant condamné à la chaise roulante, Schäuble risque cependant aujourd'hui de provoquer une nouvelle période d'instabilité et de turbulences au sein de l'Union.

Oublieux des responsabilités des banques allemandes dans la crise

Sa position hégémonique au sein du gouvernement du pays le plus puissant d'Europe, son intransigeance actuelle vis-à-vis de la Grèce et son obstination à lui faire expier ses péchés, ses refus catégoriques d'alléger même légèrement le fardeau des nations européennes sinistrées, risquent fort de susciter dégoût et extrémisme auprès de certaines tranches de la population européenne. Il n'a effectivement de cesse de stigmatiser les erreurs grecques, se complaît inlassablement à prescrire davantage d'austérité et de privations, détournant les yeux de l'attitude irresponsable des établissements financiers allemands dans le déclenchement de la crise européenne. Ce faisant, Schäuble se rend coupable de malhonnêteté intellectuelle tant il est manifeste que ce sont les flux massifs de capitaux allemands à destination de l'Europe périphérique (ayant pour objectif de majorer les bénéfices de ses banques) qui ont, par la même occasion, largement contribué - jusqu'à 2007 - à enfler des bulles spéculatives dans certains pays, à décourager toute tentative d'amélioration de la compétitivité dans d'autres.

Loin d'être isolé dans son pays, Schäuble est soutenu par toute une cohorte de politiciens et d'économistes doctrinaires qui ne parviennent toutefois pas à expliquer en quoi l'austérité serait bien susceptible de ramener la compétitivité dans un pays comme la Grèce ? Alors, les propos - certes maladroits, mais fondés - de Trump auront-ils un effet quelconque sur les Allemands ? Peu probable, car ceux-ci sont très satisfaits de leurs excédents commerciaux envers les Etats-Unis et envers le reste des pays de l'Union européenne.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/05/2017 à 10:17 :
L'éternel couplet anti-allemand. A partir des éternels préjugés des journalistes français, qui sont à côté de la plaque (comme une bonne partie des politiciens qui vont dégager au mois de juin). En fait :
- L'Allemagne n'est pas contre la France, et contre l'Europe : elle est avec, par principe et parce que c'est son plus grand intérêt aussi.
- il n'y pas d'austérité en Europe : avoir un budget en équilibre comme le font les Allemands est juste de la bonne gestion. Avoir un budget toujours en déséquilibre comme le font les Français fini par dérégler l'économie : déficit extérieur, chômage, etc...
a écrit le 30/05/2017 à 9:21 :
Le titre de l'article est juste ridicule et souligne tout à la fois la faiblesse de Trump.
a écrit le 29/05/2017 à 21:17 :
Trump a eu l'effet qu'il voulait puisque les européens ,Allemagne en tete vont augmenter leur budget militaire .Il faudra regarder de pret ou vont aller le surplus de commande militaires de certains pays car c'est bien là l'objectif des americains qui paient trop cher et à juste raison pour l'Otan .De la meme maniere ,il a obtenu de la Chine que celle çi achete beaucoup plus americain et ferra de meme avec le Canada et le Mexique !Tout compte fait Trump est dans son role comme Reagan il y a 30 ans .Schauble ne demande que l'application des traités signés,La Grece doit 80 milliards d'€ à l'Allemagne et 40 milliards à la France ce qui fait 700 € par habitant et 2800 € pour un couple avec deux enfant ;Le cadeau que la France et l'Allemagne font à la Grece c'est d'emprunter à taux bas pour repreter à la Grece à taux bas ;La Grece profite des excellentes notes des 2 pays sur les marchés mais on alourdie notre dette !Effacer la dette des grecs ,et c'est le contribuable français qui paiera !Ca bien sur les journalistes n'en parleront pas mais ils sont contribuables eux aussi ,mais moins que les autres français grâce à leur ENORME NICHE FISCALE un scandale bien français ..
Réponse de le 29/05/2017 à 22:18 :
" ce qui fait 700 € par habitant", donc 8€ par mois et par habitant sur dix ans, c'est sûr que c'est une charge insupportable pour la France et l'Allemagne. Combien de fois cette somme est elle dépensée en achats inutiles? Plutôt que de sauver un peuple? Quelle vision!
Réponse de le 30/05/2017 à 7:08 :
@socrate: au-delà des chiffres, il y a le principe. Pourquoi devrais-je payer tes dettes ? Et dans le cas des Grecs, ils font encore plus fort en se disant qu'il faut que le contribuable européen continue à alimenter le tonneau des Danaïdes :-)
Réponse de le 30/05/2017 à 9:18 :
Il a été convenu a l'OTAN il y a de nombreux mois que les Européens devraient être à 2% en 2024. L' Allemagne n'a pas attendu Trump pour augmenter son budget e la défense, désormais supérieur au notre.

Rie n 'oblige les Americains à avoir un budget délirant de la Défense et ça n'a rien à voir avec l OTAN.

Quant aux négo avec les pays que vous évoquez, j'attends avec impatience le G20 pour voir à quel point Trump a réussi en 4 mois à isoler son pays.
Réponse de le 30/05/2017 à 9:36 :
savez combien rapporte a la France et a l’Allemagne ce refinancement de la dette grecque ?
la position de la france et de l'allemagne montre plutôt leur cupidité que leur idéologie
Réponse de le 31/05/2017 à 12:44 :
@jean: le sais-tu seulement ?
a écrit le 29/05/2017 à 21:09 :
Pour le moment la BCE fait open bar, mais les boissons peuvent manquer. Surtout s’il a des fêtards dans le groupe. C’est sur que le barman Schäuble est un peu rabat joie.
Le président Trum est tout de même un peu de mauvaise foi en reprochant aux Allemands de trop exporter et d’essayer de maintenir leurs comptes à l’équilibre. C’est un peu vouloir semer la zizanie, non ?
Après tout Schäuble ne fait qu’appliquer un peu trop rigoureusement des règles définies collectivement. Certes cette politique d’austérité est stérile et mène à une quasi récession généralisée, mais pour quelle raison ?

Le président Trump semble oublier quelle est l'origine de la crise des subprimes, qui a titrisé les crédits à l’aide des CDS et des CDO et quelles sont les agences de notation qui ont accordé de bonnes notes à des fonds composés d’actifs toxiques ? Agences auxquelles le G7 a demandé un peu plus de transparence…

Mais que sont ils allés faire dans cette galère ?
Les banquiers européens, entre autres, n'ont pas été très malins, mais au moins les Etats européens ont pu éviter le pire, vu le risque de faillites bancaires en cascade, ce qui explique (en partie) la nécessité de se serrer la ceinture.
Le problème c'est que depuis les banques américaines ont nettoyé leurs comptes, alors qu’en Europe nous sommes toujours dans le doute et à essayer de garder les placards fermés. Bâle 3 parait tout juste suffisant et certains jugent indispensable une consolidation du secteur bancaire. Il est aussi question de créer un fond de défaisance.
Beaucoup de banques européennes à risque systémique semblent avoir du mal à se débarrasser des créances douteuses et elles restent très exposées aux produits dérivés.
La DeutchBank notamment ne semble pas en bonne position, elle manque de fonds propres, d’autant plus qu’elle a écopé d’une amende de la part des USA, pour la crise des subprimes...

Ne parlons pas des banques Françaises, irréprochables bien sur.
On peut aussi comprendre que les Allemands ne veulent pas payer pour les autres, vu qu'ils ont déjà fait beaucoup de sacrifices pour la réunification et pour rendre leur économie compétitive.

Étant donné les risques qui pèsent sur l’Europe et potentiellement le monde, dans le cas d’un crack obligataire, mieux vaut rester rigoureux et solidaires.
a écrit le 29/05/2017 à 18:47 :
Schäuble nous protège au moins de cette folie d'un budget européen, dada des (dirigeants) français depuis les années 90...
Réponse de le 29/05/2017 à 19:12 :
Une "folie" tout aussi nécessaire que le budget national, qui permet par exemple qu'un département comme les Hauts-de-Seine ne croule pas sous l'argent pendant que son voisin la Seine-Saint-Denis irait à la banqueroute.
a écrit le 29/05/2017 à 16:33 :
Assez d'accord avec votre prose même si je crois que si la France avait la situation économique de l'Allemagne ce qui ferait de la France le pays le plus puissant d'Europe alors je pense que la France ferait pareille ou pire vu que vous donnez des leçons à tout le monde, et j'ajoute que bu comme vous traitez l'outre France je crois que bous ne pouvez pas donner de leçons à ce niveau.
a écrit le 29/05/2017 à 15:52 :
Pour poursuivre et documenter la politique européenne allemande, je recommande la lecture de "le hareng de Bismarck", de JL Mélenchon.
a écrit le 29/05/2017 à 14:30 :
Excellent, il est évident que Trump revêt des habits de clown pour dire la vérité et que si les dirigeants européens l'écoutaient l'europe ferait brusquement un bond en avant.

Mais comme vous dites, aucune chance en cette période économique de dictature néolibérale que l'intelligence économique aie son mot à dire.

L'europe est donc bel et bien condamnée et non pas par ses membres les plus fragiles mais par l’Allemagne incapable de respecter la solidarité entre pays européens, alors que pourtant n'hésitant pas à affirmer que si les grecs et autres doivent souffrir c'est pour le bien de tous.

"Acquérir de la puissance cela se paie cher, la puissance abêtit." Nietzsche
Réponse de le 29/05/2017 à 19:19 :
Alors heureusement que vous n´etes pas a la place de Schauble... je pense a Nietzsche en écrivant cela.
Je ne suis pas sur que vous comprendrez, mais enfin....
Réponse de le 29/05/2017 à 21:24 :
C'est quoi cette solidarité européenne !Une foutaise !Es ce qu'aux USA il y a solidarité entre états americains !Quand un état americains derape au niveau de ses finances,la FED lui prete à des conditions DRASTIQUES pire ou autant que le FMI !Et la solidarité en France entre departement region et commune !Vous voulez qu'on vous double les impots locaux parce que la ville à coté c'est fourvoyé dans la gabegie !Faut etre serrieux un peu .......
Réponse de le 30/05/2017 à 8:49 :
"Es ce qu'aux USA il y a solidarité entre états americains"

Parce que pour vous nous devons tout faire comme les américains ?

C'est ça que vous appelez penser sans rire ?

Par ailleurs l'europe est une union économique et les états unis sont un système fédéral.

Instruisez vous, merci.
Réponse de le 30/05/2017 à 11:34 :
"Es ce qu'aux USA il y a solidarité entre états américains !"

Le fonctionnement de l'europe n'a rien à voir avec celui des états unis fédéralistes.

Vous pouvez comparer si ça vous amuse des poêles avec des casseroles mais leur fonctionnement reste différent, avec l'un vous aurez du mal à cuire votre steak et avec l'autre à faire bouillir votre eau.

Vous aimez les états unis et le clamez haut et fort, c'est bien.
Réponse de le 30/05/2017 à 12:00 :
Je n'ai pas le droit de répondre à ce commentaire qui ne dit rien en fait ?
Réponse de le 31/05/2017 à 11:25 :
"Alors heureusement que vous n´etes pas a la place de Schauble... je pense a Nietzsche en écrivant cela."

Non en effet je ne comprends pas mais je suis persuadé que vous allez m'expliquer cela clairement bien entendu...

Adieu donc
a écrit le 29/05/2017 à 14:10 :
Vous n en avez jamais marre ?
C est comme d habitude du grand n importe quoi.
Réponse de le 29/05/2017 à 17:20 :
En quoi est-ce n'importe quoi ? Vous êtes aveuglé.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :