Autriche : le résultat de la présidentielle contesté par l'extrême droite

Le parti d'extrême droite FPÖ a déposé auprès de la Cour constitutionnelle d'Autriche un recours signé par son leader, Heinz-Christian Strache. En tête du premier tour, il s'est incliné de peu devant l'indépendant Alexander van der Bellen.
Si ces irrégularités sont confirmées par les experts juridiques (...), alors nous aurons une responsabilité vis-à-vis de la démocratie, avait déclaré samedi  Heinz-Christian Strache.
"Si ces irrégularités sont confirmées par les experts juridiques (...), alors nous aurons une responsabilité vis-à-vis de la démocratie", avait déclaré samedi Heinz-Christian Strache. (Crédits : REUTERS/Dominic Ebenbichler)

Certains Autrichiens ne se satisfont pas d'avoir élu de justesse un président vert. Le Parti autrichien de la liberté (FPÖ) conteste officiellement le résultat de l'élection présidentielle du 22 mai remportée de quelques dizaines de milliers de voix par l'indépendant Alexander van der Bellen aux dépens du candidat de la formation d'extrême droite, rapporte mercredi l'agence de presse APA. Un porte-parole de la Cour constitutionnelle a confirmé avoir reçu un recours signé du président du FPÖ, Heinz-Christian Strache.

Selon les résultats officiels annoncés près de vingt-quatre heures après la fin du scrutin, Van der Bellen l'a emporté avec 50,3% des voix et 31.000 voix d'avance seulement (sur près de 4,5 millions de suffrages exprimés) sur Norbert Hofer, le candidat d'extrême droite.

Le candidat d'extrême droite a reconnu sa défaite

Arrivé largement en tête du premier tour, le 24 avril, avec 35% des voix, Norbert Hofer avait reconnu sa défaite. Mais Heinz-Christian Strache a expliqué dans une interview diffusée samedi dernier par la radio Ö1 que le FPÖ contesterait très probablement le résultat de l'élection présidentielle en raison d'irrégularités.

"Si ces irrégularités sont confirmées par les experts juridiques (...), alors nous aurons une responsabilité vis-à-vis de la démocratie", avait alors expliqué Heinz-Christian Strache.

"Les votes par correspondance dans leur forme actuelle doivent être abolis", avait-il ajouté, estimant qu'ils ne répondaient pas aux critères de la Constitution sur le vote à bulletin secret.

Le parti donnera une conférence de presse en fin de matinée, à 11h. La date butoir pour le dépôt d'un recours était fixée à ce mercredi.

(avec Reuters)

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.