Barroso chez Goldman Sachs : "représentant indécent", "scandaleux", "pantouflage"

 |   |  415  mots
Premier ministre du Portugal de 2002 à 2004, José Manuel Barroso a occupé la présidence de la Commission européenne de 2004 à 2014, période durant laquelle l'Europe et le monde ont été secoués par la grave crise financière de 2008.
Premier ministre du Portugal de 2002 à 2004, José Manuel Barroso a occupé la présidence de la Commission européenne de 2004 à 2014, période durant laquelle l'Europe et le monde ont été secoués par la grave crise financière de 2008. (Crédits : reuters.com)
Les eurodéputés français et membres du gouvernement se disent scandalisés par l'annonce de la banque américaine. Goldman Sachs a déclaré avoir engagé l'ancien président de la Commission européenne pour la conseiller, au moment où le secteur financier est secoué par les craintes autour du Brexit.

"Bras d'honneur", "conflit d'intérêt", "indécent": une pluie de critiques, venant même du gouvernement, s'est abattue samedi en France sur l'ex-président de la Commission européenne, José Manuel Barroso qui va rejoindre la banque d'affaires américaine Goldman Sachs.

"Desservir les citoyens, se servir chez Goldman Sachs: #Barroso, représentant indécent d'une vieille Europe que notre génération va changer", a twitté le secrétaire d'Etat français au Commerce extérieur, Matthias Fekl.

Comme le ministre socialiste, les eurodéputés PS français jugent "scandaleux" ce qu'ils qualifient de "nouveau pantouflage, qui ressemble fort à un conflit d'intérêt". "Nous exigeons une révision des règles pour empêcher de tels recrutements d'anciens Commissaires européens", écrivent-ils dans un communiqué.

La présidente du parti d'extrême droite Front national, Marine Le Pen, a estimé sur Twitter que la nouvelle n'avait "rien d'étonnant pour ceux qui savent que l'UE ne sert pas les peuples mais la grande finance".

Même indignation à Lisbonne, dans les rangs du parti socialiste au pouvoir et de ses alliés de la gauche radicale. "Cette nomination montre que l'élite européenne dont fait partie Barroso n'a aucune honte", a ainsi réagi Pedro Felipe Soares, chef de file parlementaire du Bloc de gauche.

Un des plus gros vendeurs de subprimes avant la crise de 2008

Premier ministre du Portugal de 2002 à 2004, José Manuel Barroso a occupé la présidence de la Commission européenne de 2004 à 2014, période durant laquelle l'Europe et le monde ont été secoués par la grave crise financière de 2008.

Goldman Sachs a annoncé vendredi l'avoir engagé pour la conseiller, au moment où le secteur financier est secoué par les craintes autour du Brexit. "Évidemment, je connais bien l'UE et relativement bien aussi le contexte britannique. Si mes conseils peuvent être utiles dans de pareilles circonstances, je suis prêt à aider", a-t-il commenté dans le Financial Times. José Manuel Barroso n'a enfreint aucune règle, puisqu'au delà de 18 mois après la fin de leur mandat, rien n'oblige les anciens membres de la Commission à rendre des comptes à cette institution.

Pour mémoire, la banque de Wall street est l'une de celles ayant vendu le plus de produits financiers complexes - les subprimes - à l'origine de la crise de 2008.

(avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/08/2016 à 9:50 :
Toute l'impunité de nos monarchies républicaines incarnée en un seul homme.
Ces types n'ont vraiment pas la moindre dignité, mais bon comme disent le yanke "take the money and run (enron)"...
a écrit le 08/08/2016 à 16:34 :
Mario Draghi de la gold.sax. à la bce, ce petit roublard de Barroso à la gold.sax., ben voila, la boucle est bouclée. Belle démonstration de dignité politique. Qu'il prenne sa retraite et parte se dorer la pilule ailleurs.
a écrit le 11/07/2016 à 15:48 :
Un peu paradoxal ces commentaires : d'habitude ça râle qu'on a des politiciens de métiers qui n'ont jamais rien connu d'autre et là ça râle que des politiciens puissent à un moment de leur vie travailler dans le privé ! Mais comme débouché pour un ancien dirigeant politique comme Barroso, ce poste paraît plus intuitif que maraîcher, acteur ou peintre en bâtiment... Ou alors ça veut dire qu'il faut n'élire que des gens en pré-retraite pour être sûr qu'ils ne retournent jamais travailler à quoi que ce soit après !!
Réponse de le 16/08/2016 à 9:58 :
Exactement, qu'il prenne sa (pré-)retraite et se fasse définitivement oublier. (les "employés" de brussell ne sont pas les plus à plaindre je crois et après dix ans ...) Cela nous couterait bien moins cher que les futures arrangements qu'il va nous concocter avec la goldman$ax.!
a écrit le 11/07/2016 à 13:28 :
Surpris que certains soient surpris... : vous ne les aviez pas déjà cernés..??
a écrit le 11/07/2016 à 12:08 :
M. José Manuel Barroso n'a enfreint aucune règle, on peut toujours dire que ce n'est pas très moral mais quelle hypocrisie de la part de tous ces politiques multi-cumulards donneurs de leçons ! ils seraient plus inspirés de balayer devant leur porte.
a écrit le 11/07/2016 à 9:59 :
Les politiciens français donneurs de leçons au reste du monde, et gardien de la morale, çà fait doucement rigoler, en Europe et ailleurs.
Mr Barroso n'est plus rien : il fait ce qu'il veut.
Goldman Sachs fabrique des horreurs financières que les banquiers européens, qui sont pourtant des génies ne principe, ont été assez naïfs pour acheter : après tout, ils n'ont que ce qu'ils méritent avec Bâle 3.
Réponse de le 11/07/2016 à 12:22 :
Entièrement d'accord.
Barroso est maintenant un homme libre. Qu'il fasse ce qu'il veut.
Quant aux politiques français donneurs de leçons, ils me laissent totalement indifférents. Ils ne savent vivre que fonds publics... Dans le privé, leur manque de résultat les aurait éjecté à coup sûr!
Réponse de le 11/07/2016 à 12:22 :
Entièrement d'accord.
Barroso est maintenant un homme libre. Qu'il fasse ce qu'il veut.
Quant aux politiques français donneurs de leçons, ils me laissent totalement indifférents. Ils ne savent vivre que fonds publics... Dans le privé, leur manque de résultat les aurait éjecté à coup sûr!
a écrit le 10/07/2016 à 18:34 :
Libre à lui Mr Barroso. Celui du gouvernement français qui se scandalise, le sinistre du commerce extérieur, est un Communiste du P.S comme Aubry, C Paul, Hidalgo, Hamon, Baumel, Filoche, Eckert, Emmanuelli.......et les nombreux autres : le P.S pèse 12% voir 10%, dont les deux tiers sont doctrinairement Communistes, et voteront tous pour l'Extreme Gauche Communiste, Mélenchon qui rassemblera quasiment toute la gauche qui voudra voter utile, et non pas pour celui ou celle qui sortira de la primaire : Mélenchon fera 21% et sera de toute évidence troisième au 1er tour dans 9 mois.
a écrit le 10/07/2016 à 15:13 :
Cette banque est sûrement responsabilite les la ruine de centaine d'américains.... Et elle a aussi une part importante de la crise de 2008.... Mr barroso est trouver une plaçe en or, mais la question est de savoir si cela n'est pas contre productif pour notre union, pour la GB,.... Maintenant il est claire que la finançe manipule et dirige notre monde.... Il me semble important de contrôler le travail de tous ses gens, du parlement européen, et des accords future sur le Tafta....
a écrit le 10/07/2016 à 14:28 :
La question est de savoir qui avait le plus d'intérêt a construire l'UE?! Car, pour l'instant, comme le "TAFTA" c'est les USA et ses multinationales! Et... on comprend mieux pourquoi cela ne fonctionne pas!
a écrit le 10/07/2016 à 10:02 :
Est-ce un problème ?
Il n'y a que les envieux (ou les aigris) qui crient au scandale.
Cordialement
Réponse de le 10/07/2016 à 18:03 :
oui, c'en est un....
et si vous ne le saisissez pas, cela en fait un deuxième ....

cordialement itou
a écrit le 10/07/2016 à 9:04 :
Et à part les pères la morale (enfin, pour tous sauf pour eux) des gauches française (et son allié objectif, le FN) et portugaise (c'est de bonne guerre) qui ont pour point commun d'être sur un siège éjectable, qu'en pense-t-on ailleurs ? Probablement pas grand chose puisque c'est un non-évènement. Barroso n'est plus président de la commission européenne ni premier ministre du Portugal, il fait donc bien ce qu'il veut. Quant à Goldman Sachs, cette banque est malheureusement incontournable pour un certain nombre d'opérations notamment de conseil, la seule chose qu'on puisse regretter est qu'il n'en existe pas de concurrent européen.
Réponse de le 10/07/2016 à 15:39 :
Belle moralité, le problème de GS est que nous n' avons pas une aux pouvoirs encore plus entremêlé avec les politiques qu'elle en Europe ?
Vous venez de signer que votre Europe est bien celle des Banques et non des Peuples !
a écrit le 10/07/2016 à 7:56 :
pour plus de transparence svp publier
le partimoine
et les revenus de m baroso
et ont comprendra que ce genre de personne se moque des populations
apres avoir ruine le Portugal et l'europe .
idem pour l'ancien chancelier allemand paye par gazpromm
Réponse de le 10/07/2016 à 12:37 :
Je suis d'accord, hélas Schauble et Merkel sont pire que l'ancien chancelier allemand ! Et côté Français on constate l'incroyable absence de tout dirigeant ayant une stature de chef d'Etat, et qui imposerait un autre rapport de forces, une réorganisation de l'UE.
Le Brexit est une occasion en or pour revenir à une UE plus petite, occidentale, réalisable, avec les pays qui partagent l'histoire de l'empire romain d'occident, car il faut une cohérence forte pour créer une puissance européenne intégrée.
Or nous ne partageons sûrement pas le fanatisme et l'histoire (très en dehors de l'empire romain) de la Pologne, Etats Baltes, Bulgarie, Roumanie etc ...
Revenons aux fondamentaux, au projet de De Gaulle, le seul fiable, excluant les anglo-saxons, de taille limitée, autour de la France et de l'Allemagne, très cohérent en culture historique.
a écrit le 10/07/2016 à 7:13 :
mais aussi l'ancien chancelier allemand qui lui est remunere par Gazprom
et un ancien ministre vert allemand
le menage doit etre pour tous
les magouilles cela suffit idem pour sarko et ses remuneration pour
des reunion d'entreprise.
a écrit le 09/07/2016 à 23:24 :
Voilà une preuve que les banquiers internationaux ont mis en place des gars à eux en politique. Il ne faut pas s’étonner si l’Europe va mal : ces banquiers ont enfilé l’habit de politicien pour nous maintenir dans l’oppression économique en faisant voter des lois qui favorisent le système bancaire et financier actuel à nos grands dépends !
Ces faux représentants de la population, comme Barroso, Pompidou à son époque, Giscard, ou plus près de nous Macron, ne sont pas les amis de nos républiques et de nos nations. De telles doubles personnalités sont nombreuses, comme chez nous presque tous nos leaders politiques actuels : aucun ne remet en cause le système des prêts avec crédits, seules sources de nos malheurs économiques : il manque simplement de l’argent libre (non emprunté) en circulation.
a écrit le 09/07/2016 à 21:52 :
Barroso n'est que l'arbre qui cache la forêt, et c'est depuis que les hommes d'affaires et politiciens copulent que l'économie souffre, ce qui est logique, tout pour eux et rien pour nous.

Et l'économie aujourd'hui elle est à l'agonie.
a écrit le 09/07/2016 à 20:19 :
Ce nouveau scandale n’est que l’illustration plus générale de la corruption et de la haute trahison de nombreux dirigeants européistes, non seulement par Goldman Sachs, mais aussi par d’autres institutions financières américaine comme le Fonds d’investissement Carlyle (dont le demi-frère de Nicolas Sarkozy – Olivier Sarkozy -, de double nationalité franco-américaine, est l’un des dirigeants).
[ Sources :
https://libertesinternets.wordpress.com/…/…/lempire-carlyle/ et https://fr.wikipedia.org/wiki/Olivier_Sarkozy ].

Ce qu’il faut bien comprendre, c’est que les dirigeants européistes ne bradent les intérêts les plus fondamentaux de leurs nations et de leurs peuples respectifs que moyennant des avantages financiers personnels considérables. Il ne s’agit, ni plus ni moins, que de haute trahison.

Pour les lecteurs qui suivent l’UPR, tout cela n’est pas une révélation, mais une simple et amère confirmation. Lors d’une conférence que tenait François ASSELINEAU à l’invitation de l’association « Banlieue Plus » à La Courneuve (93) le 14 mai 2014 (et qu' il n’avait pas donnée moyennant une rémunération de 100 000 dollars…), il avait déjà dénoncé cette situation révoltante en s’exclamant : « Sarkozy, Hollande.. c’est pareil, se sont des employés de Goldman Sachs…! ».
[ Source : https://www.youtube.com/watch?v=Ua9xn1St8rA ]
a écrit le 09/07/2016 à 20:13 :
Mais l'indécence,le scandale, le pantoufle sont répandus en France et en Europe au point de n'être que des banalités de la politique financière. Le discours au Bourget en 2010 n'était que du copié-collé de celui tenu à Davos en 2010 ; aucun des deux discoureurs n'a changé un iota à la financiarisation régnante. Pire : le traitement du cas cypriote est devenu la règle commune dans l'euro-groupe, l'Italie actuelle en sait bien quelque chose. Pourquoi donc Goldman Brothers a-t-il un tel poids déterminant, au dessus des Etats Occidentaux voire au delà ?
a écrit le 09/07/2016 à 19:58 :
Mais que font actuellement bien des conseillers de l’Élysée ou de Bercy sinon aller à la soupe chez les banquiers après avoir tissé leur réseau au gouvernement?
a écrit le 09/07/2016 à 19:58 :
En Union européenne les barbouzes ont pris le pouvoir. Braves gens trimez pour eux.
a écrit le 09/07/2016 à 19:28 :
oui les socialistes francais qui placent vite tous leurs copains a des places bien payees par le contribuables sont indignes et viennent donc donner des lecons de morale a tt le monde
marrant, mais personne n'hurle contre les recentes depenses futures validees par eckert en faveur de l'electorat de gauche, et qui feront un pas de plus pour la non atteinte des objectifs de reduction de deficit
ah, oui, j'oubliais, l'argent public n'est a personne ( sauf a la gauche) en france !
Réponse de le 09/07/2016 à 21:48 :
Mais enfin comment pouvez ne pas valider mon commentaire et laisser ce genre de commentaire non seulement complètement hors sujet mais en plus d'aucun intérêt svp ?

Je peux parler de la migration des pingouins du grand Nord si vous le voulez...
a écrit le 09/07/2016 à 17:45 :
décidément les socialisses français sont les pires de tours, pourquoi? il ne se passe pas deux jours sans que la presse nous annonce que un bon gros pistonné socialisse du gouvernement ou copains d'un de cela est nommé en toute impunité à un poste planqué où l'on gagne le jack pot chaque mois. (les rats quittent le navire). Alors ces voyous socialisses feraient bien d'être plus modestes.......
Réponse de le 09/07/2016 à 19:40 :
Faut arrêter les fixettes les mecs hein c'est pas bon pour l'analyse...
a écrit le 09/07/2016 à 17:36 :
L'arbre qui cache la foret, car comme le soulignait Emmanuel Todd chez Bourdin le 19/04/2013, c'est une pratique fort répandu en France.
Ceci met en doute alors l'impartialité des Politiques, car ils veulent tous leur "belle retraite", et sont donc prompt à agir en conséquence afin de bénéficier d'un "retour d’ascenseur".
A ce niveau, les noms ne s'oublient pas.
Cet pratique devrait être interdit par la loi pour éviter toute tentation (enfin si les lois étaient voté par les peuples)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :