Brexit : l'UE veut que Londres supporte les conséquences

Après une dernière réunion mardi avec le Premier ministre britannique David Cameron, les dirigeants européens se réuniront mercredi sans les Britanniques pour réfléchir à une nouvelle impulsion au projet européen après le coup de tonnerre de la victoire du Brexit.
La Grande-Bretagne quittera l'Union européenne mais nous ne tournerons pas le dos à l'Europe, a dit le chef du gouvernement britannique, qui quittera son poste au plus tard le 9 septembre.
"La Grande-Bretagne quittera l'Union européenne mais nous ne tournerons pas le dos à l'Europe", a dit le chef du gouvernement britannique, qui quittera son poste au plus tard le 9 septembre. (Crédits : PHIL NOBLE)

Les dirigeants européens réunis mardi à Bruxelles pour la première fois depuis la victoire du Leave, le 23 juin, au Royaume-Uni, ont pris acte du départ annoncé des Britanniques de l'Union européenne et affirmé que Londres devra supporter les conséquences, notamment économiques, de ce choix historique.

Aux dires des participants, l'émotion était palpable lors du dîner des Vingt-Huit, le dernier auquel participait David Cameron. "La Grande-Bretagne quittera l'Union européenne mais nous ne tournerons pas le dos à l'Europe", a dit le chef du gouvernement britannique, qui quittera son poste au plus tard le 9 septembre, laissant le soin à son successeur au 10, Downing Street d'activer l'article 50 du traité européen de Lisbonne, déclencheur du processus de négociations formelles.

L'initiateur du référendum a expliqué que son pays voulait trouver la meilleure forme de partenariat possible avec l'UE, jugeant toutefois impossible d'avoir "tous les bénéfices sans coûts", contrairement à ce qu'avaient laissé entendre les partisans de la sortie de l'Union.

Laisser du temps aux Britanniques ?

Le temps presse, insistent les Vingt-Sept même s'ils ne sont pas tous sur une même ligne quant à l'urgence d'activer l'article 50 et d'enclencher la procédure.

"Nous n'avons pas des mois à méditer sur l'ouverture des négociations de retrait du Royaume-Uni", a souligné Jean-Claude Juncker, le président de la Commission européenne tandis que la chancelière allemande Angela Merkel a dit n'envisager aucun retour en arrière de Londres sur sa décision.

"Nous devons tous regarder la réalité de cette situation. L'heure n'est pas à prendre nos désirs pour des réalités", a-t-elle dit.

Le Premier ministre néerlandais Mark Rutte, dont le pays assure la présidence semestrielle tournante de l'UE, a estimé lui qu'il fallait peut-être laisser du temps au Royaume-Uni pour qu'il se remette du choc de jeudi dernier. "L'Angleterre s'est effondrée politiquement, monétairement, constitutionnellement et économiquement. Il n'est pas raisonnable d'exiger d'eux qu'ils déclenchent l'article 50", a-t-il dit.

     | Lire Brexit : la démission de David Cameron laisse un système politique en lambeaux

D'après un autre responsable de l'UE, le président de la Banque centrale européenne (BCE) Mario Draghi partage l'avis d'économistes du secteur privé qui estiment globalement de 0,3% à 0,5% l'impact négatif du "Brexit" sur la croissance de la zone euro sur les trois prochaines années.

La libre circulation, point-clé des négociations

Alors que les dirigeants européens se réuniront mercredi sans les Britanniques pour réfléchir à une nouvelle impulsion au projet européen, François Hollande a pour sa part d'ores et déjà posé les conditions des futures relations entre l'UE et le Royaume-Uni.

La Grande-Bretagne, a-t-il prévenu, devra accepter les quatre libertés de circulation - des personnes, des capitaux, des biens et des services - si elle veut conserver l'accès au marché intérieur européen et le "passeport" pour ses banques. Pour le président français, le Royaume-Uni supportera l'essentiel des conséquences économiques négatives de la sortie de l'Union, que l'Europe peut éviter grâce à l'action de la Banque centrale européenne (BCE) et des Etats.

Même s'il ne mènera pas les négociations, David Cameron a affirmé lors du dîner avec les dirigeants des 27 autres Etat-membres que le Royaume-Uni et l'Union européenne devaient "avoir des relations économiques aussi rapprochées que possible et que la clé pour rester proche est vraiment d'étudier une réforme de la libre circulation des personnes", a appris l'AFP auprès de son entourage.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 28
à écrit le 30/06/2016 à 17:38
Signaler
Hallucinant, le comportement de David Cameron.. Les Anglais voulaient quitter l'union Européenne C'est leur droit Mais qu'ils assument les conséquences, économiques, politiques et sociales... Ils ne peuvent pas avoir que les avantages sans partag...

à écrit le 30/06/2016 à 15:59
Signaler
Certains veulent punir la GB dont le peuple souverain à dit non à cette Europe de bric et de broc et dirigée par des fonctionnaires, lamentable !!!!parions que d ' autre pays, si rien ne change, ferons la même démarche que la GB !!!!la France aux or...

à écrit le 30/06/2016 à 9:08
Signaler
Il n'y a rien a négocier, les traités sont prèts, ce sont les meme que pour la Norvège ou la Suisse qui payent pour avoir accès au marché européen, la GB doit préparer son carnet de chèque !

à écrit le 29/06/2016 à 16:38
Signaler
Quel baratineur ce David Cameron.. Il veut le beurre, l'argent du beurre et la crémaillère! Ils sont paris de l'union Européenne Qu'ils supportent les conséquences économiques, politiques et sociales...

le 30/06/2016 à 0:01
Signaler
La seule vraie position fasse a cette situation est de l'ignorer. Les textes sont clairs : sans article 50, rien ne change. Donc tant qu'il n'y a pas d'article 50, on ignore, et on continue comme si de rien n'était. les britons sont toujours en Europ...

le 30/06/2016 à 10:07
Signaler
YES? LES ANGLAIS SONT RUINE EST PREFERENT PARTIR POUR NE PAS SUBIR CE QUE FAIS SUBIR LEUROPE A LA GRECE ?MAIS IL VAS FALLOIR QUAND MEME REGLE QUELQUES PROBLEMES PECUNIERS AVANT DE QUITEZ DEFINITIVEMENT L EUROPE? N EANMOINS ON LES REMERCIES POUR AVOIR...

à écrit le 29/06/2016 à 15:44
Signaler
Monsieur Cameron a organisé un référendum en prenant clairement parti. Les Anglais ont fait leur choix et il doit être respecté Monsieur Cameron doit assumer sa défaite, mais il refuse de payer ! Cédera t-il aux pression des "Lobbys" et des ...

à écrit le 29/06/2016 à 15:08
Signaler
Le bluff des hommes politiques européens fait de la peine. Les anglais, tout comme les pays nordiques, refusent intelligemment la domination de l'oligarchie anti-démocratique européenne, et ils s'en sortent vainqueurs - économiquement. Après, le l...

le 29/06/2016 à 23:17
Signaler
La Norvège n'est pas dans l'UE mais paie 500 millions pour avoir accès au marché commun. Autant dire que la GB devra payer l'équivalent de sa participation actuelle a l'UE mais sans le droit de vote. En plus, la GB devra accepter la libre circula...

à écrit le 29/06/2016 à 13:57
Signaler
C'est en 1968 que le conservateur Enoch Powell avertissait les britanniques que la politique d'immigration forcenée à laquelle commençait à se livrer le pays pour tenter de gonfler son PIB était d'un extrême danger. Il avait été alors contraint de dé...

à écrit le 29/06/2016 à 13:07
Signaler
Bonjour, Bien content que la GB quitte (enfin)l'Europe. Malgré tous les avantages que l'Europe leur a laissés. Il ne sont même pas content( Sic : Le vote pour le Brexit) Messieurs les Anglais, vous avez voulu partir et bien partez rapidement, nous...

à écrit le 29/06/2016 à 11:12
Signaler
UK va se tourner vers le grand marché du Commonwealth et, fidèle à sa tradition, va se protéger des envahissements règlementaires et migratoires venant de l'Europe continentale. UK reste un pays démocratique et bénéficie des termes d'échange de la S...

le 29/06/2016 à 12:32
Signaler
Le Commonwealth n'est plus aussi fort qu'au temps des deux guerres mondiales. Aujourd'hui, le Commonwealth est surtout "sentimental"; les pays se sont émancipés et ne dépendent plus de Londres. Le R-U a joué un jeu dangereux avec le referendum, il ri...

le 29/06/2016 à 12:36
Signaler
Aaaah le fameux argument à côté de la plaque des populistes: "yaka se tourner vers le commonwealth, la Chine, le Canada etc"...ce que vous ne comprennez pas, c'est que la GB se tournait DEJA vers ces pays, avec qui elle a un commerce florissant. Et N...

le 29/06/2016 à 20:27
Signaler
Sacré Damien... Le Ru ne va pas renoncer à 50% de son commerce avec l'Ue car l'Ue ne peut pas renoncer elle même à ces 50% sans tomber dans une récession style 29. Et un peu d'Histoire vous aurait appris que le Ru était déjà la première place financi...

le 29/06/2016 à 20:29
Signaler
Rectification : je répondais à "clairvoyant" en fait. Désolé pour Damien ^^

le 29/06/2016 à 23:20
Signaler
La Commonwealth n'existe plus que sur le papier. Les frontières du Canada et de l’Australie ne sont pas plus ouvertes pour la GB que pour l'UE.

le 29/06/2016 à 23:36
Signaler
Sacré ATLEE. ! La GB ne compte que pour 3% des exportations de l'UE., autant dire quantité négligable alors que la GB fait plus de 50% de son commerce avec l'UE. Devinez qui a le plus a perdre ?

à écrit le 29/06/2016 à 10:25
Signaler
C'est quand on est dans l'UE que l'on s'habitue au chantage, non pas quand on redevient souverain!

à écrit le 29/06/2016 à 10:19
Signaler
L'évaporation des 2000 Mds de $ des places boursières équilibrera les multiples créations monétaires. C'est une bonne chose pour l'économie réelle.

à écrit le 29/06/2016 à 10:12
Signaler
Les dirigeants européens réunis mardi à Bruxelles pour la première fois depuis la victoire du Leave, le 23 juin, au Royaume-Uni, ont pris acte du départ annoncé des Britanniques de l'Union européenne et affirmé que Londres devra supporter les conséqu...

à écrit le 29/06/2016 à 10:05
Signaler
Il ne manquerait plus que l'UE paie pour le Brexit. La perfide Albion frappera-t-elle encore ??

à écrit le 29/06/2016 à 9:30
Signaler
Les tories ont supprimé tous les minimaux salariaux, les "locaux" ne veulent plus de nombreux emplois mal payés, difficiles, et cela a "aspiré" des immigrés de toute l'Europe. Et c'est la faute de l'Europe ? Le libéralisme britanique ne fonctionne...

le 29/06/2016 à 10:33
Signaler
Les directives s'appliquaient aussi a la G.B. et étaient transposé obligatoirement dans la loi sous peine de sanction , il y a toujours la main de la commission de Bruxelles en arrière plan! Pour tout les pays de l'UE c'est pareil!

le 29/06/2016 à 11:13
Signaler
Il serait HORS DE QUESTION que l'Europe assume les choix unilatéraux des Britanniques ! Ils veulent la liberté d'exporter mais le droit de restreindre les importations, ils veulent la liberté de voyager pour eux, mais la restriction de circulation d...

à écrit le 29/06/2016 à 9:22
Signaler
Les anglais vont divorcer OK, mais combien va nous coûter la pension alimentaire? Ils vont être dégagés de toutes obligations contractuelles avec les fonctionnaires bruxellois plus de normes , la fiscalité qu’il souhaite appliquer en bref la libert...

le 29/06/2016 à 11:22
Signaler
Sauf que la demande de divorce vient des Anglais, donc le coût doit être assumé par eux ! A la base, ils se dégagent de toute obligation... mais en parallèle, ils dégagent l'UE de toute obligation vis-à-vis d'eux ! On fait table rase des accords li...

à écrit le 29/06/2016 à 9:09
Signaler
Tout ces discours creux des princes de la tromperie ne sont pas d'une grande aide pour savoir ce qu'il va se passer. "Wait and see" semble être bien plus raisonnable et on se doute que les anglais seront traités avec beaucoup moins de mépris voir...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.