Brexit : le Labour favorable à une union douanière avec l'UE

Le Parti travailliste britannique, dans l'opposition, est favorable à la conclusion d'une nouvelle union douanière avec l'Union européenne après la sortie du bloc européen, qui se calquerait sur le régime actuel, a déclaré dimanche son référent pour le Brexit, Keir Starmer.
(Crédits : PETER NICHOLLS)

Selon M. Starmer, cette position est partagée "unanimement" au sein du Labour et elle sera confirmée lundi dans un discours que doit prononcer le dirigeant du parti, Jeremy Corbyn.

"Le régime douanier actuel est inscrit dans le traité d'adhésion (à l'UE). Je pense donc que tout le monde reconnaît maintenant qu'il va falloir un nouveau traité. Il fera office d'union douanière", a-t-il expliqué sur la BBC. "Il va devoir y avoir un nouvel accord, mais fonctionnera-t-il comme l'union douanière actuelle? Oui, c'est l'intention", a-t-il précisé.

"Il s'agit en fait de la seule manière de d'obtenir un accès sans tarifs douaniers" au marché européen, ce qui est "très important pour notre secteur manufacturier", a poursuivi le responsable travailliste du Brexit.

Il a également estimé que sans union douanière, qui établit des droits de douane commun vis-à-vis des pays hors UE, il était impossible pour le Royaume-Uni de respecter son engagement de ne pas rétablir de frontière dure entre la province britannique d'Irlande du Nord et la République d'Irlande voisine après la sortie de l'UE.

Soutien aux conservateurs rebelles

Le principal parti d'opposition s'était prononcé durant l'été 2017 pour le maintien du Royaume-Uni dans le marché unique européen pendant une période transitoire après la sortie de l'UE prévue en mars 2019, tout en maintenant le flou sur sa position au-delà.

Dimanche, plus de 80 personnalités travaillistes - parlementaires, députés européens, élus locaux ou syndicalistes - ont appelé Jeremy Corbyn à s'engager aussi pour le maintien du pays dans le marché unique européen, qui permet la libre circulation des biens, des personnes, des capitaux et des services.

"C'est la seule façon pour nous de continuer à jouir des mêmes avantages économiques que nous procurent les accords actuels", ont-ils souligné dans un communiqué publié par The Observer. Concernant la conclusion de nouveaux accords commerciaux par le Royaume-Uni après le Brexit, Keir Starmer a estimé sur la BBC que travailler "conjointement avec l'UE" serait plus efficace.

"Nous voulons tous conclure des accords commerciaux ambitieux mais nous serions en meilleure position en le faisant avec l'UE", a-t-il dit, tout en soulignant que son pays devrait "avoir son mot à dire".

Keir Starmer a également indiqué que le Labour pourrait apporter son soutien à un amendement de députés rebelles conservateurs demandant le maintien d'une union douanière avec l'UE, dans le cadre du projet de loi sur le commerce en cours d'examen au Parlement. Ce soutien pourrait mettre à mal le gouvernement conservateur de la Première ministre Theresa May, qui ne dispose que d'une courte majorité au Parlement.

Le ministre eurosceptique du Commerce International, Liam Fox, a rétorqué sur la BBC que l'appartenance à une telle union empêcherait le pays de négocier ses propres accords commerciaux, ce qu'il souhaite faire dès la période de transition suivant le Brexit.

Theresa May précisera le vendredi 2 mars sa vision du partenariat post-Brexit du Royaume-Uni avec l'UE. Outre une sortie du marché unique et de l'union douanière, Londres souhaite mettre fin à la liberté de circulation des migrants et à la juridiction de la Cour européenne des droits de l'Homme, tout en voulant négocier un accord qui réduirait autant que possible les droits de douane et les démarches administratives.

(Avec AFP)

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 9
à écrit le 26/02/2018 à 9:08
Signaler
Le labour, le parti qui se dit défenseur des droits du peuple et veut le faire retourner au sein de cette UE décadente autant économiquement que socialement. On ne pourrait pas leur donner le mac et récupérer Thérésa May svp ? Vite un frexit.

à écrit le 26/02/2018 à 8:19
Signaler
Butter and butter money. That's the question.

à écrit le 25/02/2018 à 19:44
Signaler
Ce que le Labour n'ose pas dire parce qu'il a trop peu fait campagne contre le Brexit au référendum, c'est que le Brexit s'avère être un désastre total. Alors il cherche à se rattraper aux branches avec cette histoire d'union douanière, sans oser dir...

le 26/02/2018 à 16:11
Signaler
Ben ouais, on voit mal comment le Royaume-Uni pourrait accéder au marché unique à de meilleures conditions que la Norvège... Rapportée à sa population ou à son PIB, ça fait que le Royaume-Uni ne verra sa contribution au budget de l'UE ne baisser qu'à...

à écrit le 25/02/2018 à 17:40
Signaler
Le Brexit c'est de plus en plus du grand n'importe-quoi. Parce que si tel est le programme du labour pour le Brexit, la meilleure manière d'appliquer le programme est de poser sa candidature d’adhésion à l'UE.

à écrit le 25/02/2018 à 17:40
Signaler
Toujours autant le foutoir (de gueule?) en UK... le Labour dit maintenant: oui on fait brexit get-out mais juste après on revient get-in sans aucun changement. Or Union Douanière veut dire: respect des règles et normes UE, prééminence de la Cour...

à écrit le 25/02/2018 à 17:10
Signaler
bref, l'acces a tout, sans les contraintes, et sans cotiser........... he ben lucette !

à écrit le 25/02/2018 à 17:10
Signaler
Toujours autant le foutoir (de gueule?) en UK... le Labour dit maintenant: oui on fait brexit get-out mais juste après on revient get-in sans aucun changement. Or Union Douanière veut dire: respect des règles et normes UE, prééminence de la Cou...

à écrit le 25/02/2018 à 15:49
Signaler
Aucune chance qu'ils conservent les privilèges exorbitants qu'ils avaient arrachés à l'UE à force de chantage. S'il y a un nouvel accord il se fera sur la même base que les pays associés comme la Norvège, l'Islande et le Lichenstein via l'accord ...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.