Brexit : le ministre anglais des Finances défend une transition de trois ans

Le ministre britannique des Finances, Philip Hammond, a défendu vendredi sa vision d'une période de transition de trois ans entre la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne et la mise en place d'une nouvelle "relation de long terme".
Philip Hammond, ministre des Finances
Philip Hammond, ministre des Finances (Crédits : Reuters)

Les négociations du Brexit ont été entamées en juin sur trois questions clés : les droits futurs des citoyens européens installés au Royaume-Uni, le règlement financier du divorce, et la question de la frontière irlandaise.

Mais selon des sources diplomatiques européennes jeudi, elles pourraient bien prendre du retard faute de "clarté" du côté britannique, empêchant probablement le démarrage des discussions sur les futures relations commerciales prévu initialement en octobre.

Les Britanniques "ne souhaitent pas une rupture brutale du jour au lendemain. Il faut donc qu'il y ait une période pendant laquelle nous évoluerons progressivement de la situation actuelle à une nouvelle relation de long terme", a affirmé le ministre des Finances sur la radio BBC 4.

"Ce processus devra être terminé au moment des prochaines élections législatives (britanniques, ndlr) qui se tiendront en juin 2022. Cela représente donc une période maximale de trois ans" à partir de la concrétisation du Brexit, qui doit avoir lieu en mars 2019, a ajouté M. Hammond.

Au début de cette transition, les dispositions régissant les liens entre l'UE et le Royaume-Uni pourraient être "très similaires" à ce qu'elles sont actuellement. Elles devraient ensuite "progresser régulièrement" pour établir les normes de la relation future qui sera fondée sur "un nouveau traité".

Retour de l'enregistrement pour les citoyens de l'UE

Initialement, les biens pourront continuer à traverser la frontière entre l'UE et le Royaume-Uni "de manière comparable à ce qui se fait actuellement", espère le ministre. "Notre aspiration est de pouvoir continuer les échanges commerciaux".

Quant aux citoyens européens, ils "seront toujours autorisés" à se rendre outre-Manche mais devront "s'enregistrer auprès des autorités". "Ainsi nous saurons qui entre et qui quitte le territoire", a-t-il dit.

Les contrôles et d'éventuelles restrictions à l'immigration ne seront pas mises en place immédiatement après le Brexit, selon lui.

`"Ce n'est pas une question de choix politique mais une question matérielle, nous devons mettre en place de nombreuses infrastructures nouvelles", a-t-il prévenu.

La mise en place d'une telle période de transition n'a pas encore été débattue avec Bruxelles. Le ministre des Finances, qui défend une sortie en douceur de l'UE, estime qu'un traité ne pourra pas être conclu avant la date limite de mars 2019.

(avec l'AFP)

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 14
à écrit le 30/07/2017 à 16:10
Signaler
L' article 50 parle de deux ans , Barnier sera t' il d' accord pour une extension ?

à écrit le 29/07/2017 à 12:57
Signaler
Cela fait plus d'un an qu'ils ont voté pour le Brexit, et ils sont tellement empêtrés dans leurs disputes internes qu'ils sont incapables de commencer à négocier. Alors, au lieu de se mettre sérieusement au travail, ils se contentent de demander à re...

à écrit le 28/07/2017 à 17:56
Signaler
Le temps passe et chacun remarque que la mission devient impossible. Le Royaume-Uni voit sa consommation fléchir et c'est très mauvais. Si la situation empire, le peuple britannique fera entendre sa voix. Dans tous les cas, un avortement du Brexit de...

le 30/07/2017 à 21:56
Signaler
Le peuple a fait entendre sa voix en juin 2016. Il n'y a pas à revenir dessus. Raus und schnell !

à écrit le 28/07/2017 à 16:43
Signaler
Vu comment c'est compliqué, enchevêtré, peut-être dix ans, voire cent. :-) Continuer à commercer comme avant, sans entraves ni frais douaniers, ça serait merveilleux, garder ce qui est bon et jeter le reste. Finalement, ce que Cameron avait arraché ...

à écrit le 28/07/2017 à 16:36
Signaler
Bonjour à toutes et a tous, Philip Hammond est-il sur la même longueur d'onde que Theresa May ?... J'avais cru comprendre que "Brexit means Brexit" , non ?.... Curieux, ces volte-faces ; ça cache quelque chose.

le 30/07/2017 à 21:58
Signaler
But does Theresa May know what Brexit means actually ?

à écrit le 28/07/2017 à 15:44
Signaler
S il demande 3 ans ce n est pas sans raison . Ce qui serait bon pour eux pendant ce laps de temps est l explosion d une bulle financière , car maître de leur monnaie ils navigueraient plus facilement dans la tourmente occasionnée en se frottant les ...

à écrit le 28/07/2017 à 14:19
Signaler
C'est bien que l’Angleterre trace la route pour la sortie de l'UE, ensuite ce sera bien plus facile d'en sortir. Merci amis anglais.

le 28/07/2017 à 23:04
Signaler
amis anglais ? since when ?

le 30/07/2017 à 22:01
Signaler
Pour une fois je suis d'accord avec vous, c'est très bien que ce soit le Royaume-Uni que se fracasse sur la sortie de l'UE. Ca dissuadera tous les autres de s'y risquer.

le 31/07/2017 à 10:27
Signaler
" @citoyen blasé: avec des amis comme toi, sûr que les Anglais (majuscule) n'ont pas besoin d'ennemis. Pour info, l'assistance permanente n'existe pas dans les pays anglo-saxons. Ouf, on est certain que tu n'émigreras pas :-) Signaler un contenu abu...

le 31/07/2017 à 10:28
Signaler
"vivement que l'on ait aussi un "citoyen blasé exit" cela nous fera des vacances car tes commentaires aussi creux que sans intérêt sont ennuyeux à mourir " Pourquoi avoir changer de pseudo pour expulser vos ressentiments de la même façon ? So...

à écrit le 28/07/2017 à 14:11
Signaler
Toujours... le beurre et l'argent du beurre

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.