Brexit : 1.000 emplois pourraient être rapatriés à Paris par les banques françaises

 |  | 776 mots
Lecture 4 min.
La Société Générale pourrait notamment rapatrier 300 à 400 personnes de Londres à son siège de La Défense.
La Société Générale pourrait notamment rapatrier 300 à 400 personnes de Londres à son siège de La Défense. (Crédits : © Gonzalo Fuentes / Reuters)
La Fédération bancaire française a indiqué au ministre de l'Economie Bruno Le Maire que près de 1.000 emplois pourraient être transférés de Londres vers la capitale par les grands groupes français. L'impact indirect pourrait être de 3.000 emplois supplémentaires.

[Article publié à 12h25 et mis à jour à 16h20]

À défaut des banques étrangères, ce sera les banques françaises qui rapatrieront des emplois de Londres vers Paris. Au lendemain de l'annonce officielle du choix de Francfort par Citigroup, après celui de Morgan Stanley, la Fédération bancaire française (FBF), présidée par le directeur général de Crédit Agricole SA, vient d'annoncer une bonne nouvelle pour la place de Paris.

« Les grands groupes bancaires français [...] ont confirmé au ministre [de l'Economie, Bruno Le Maire] qu'ils choisiront naturellement Paris dans ce cadre [le Brexit, Ndlr]. Ce sont près d'un millier d'emplois qui pourraient être concernés, dont l'effet d'entrainement est d'au moins trois emplois indirects pour un emploi direct », indique la FBF dans un communiqué.

Soit un potentiel de 3.000 emplois indirects en plus.

Cependant, le lobby bancaire déclare que  « le dimensionnement des équipes qui s'installeront à Paris dépendra aussi des décisions réglementaires sur les conditions d'exercice des activités financières dans l'Union européenne, de la réglementation des activités de marché et de la localisation des infrastructures de marché [notamment les chambres de compensation, Ndlr] qui sont des enjeux majeurs. » Et cette organisation membre du Medef ajoute à l'attention du ministre de l'Économie :

« La France doit aussi rassurer en matière de prévisibilité et de stabilité de sa politique fiscale. La trajectoire qui figurera dans les lois budgétaires de la rentrée sera donc essentielle, sur l'impôt sur les sociétés comme sur l'ensemble des prélèvements obligatoires. »

Autant que HSBC ?

Cette déclaration intervient à la suite d'une rencontre ce vendredi à Bercy entre Bruno Le Maire et le comité exécutif de la FBF qui réunit la fine fleur du secteur bancaire français : étaient présents Xavier Musca, le directeur général délégué du Crédit Agricole, Jean-Laurent Bonnafé le directeur général de BNP Paribas, Frédéric Oudéa celui de la Société Générale, François Pérol le président du directoire de BPCE, Pascal Durand le DG de la confédération nationale du Crédit Mutuel et Rémy Weber  le président du directoire de la Banque Postale, ainsi que la directrice générale du lobby bancaire, Marie-Anne Barbat Layani, et le gouverneur de la Banque de France, François Villeroy de Galhau Ce sont la Soc Gén, BNP Paribas et le Crédit Agricole qui sont concernés au premier chef par ces potentielles relocalisations du fait de leurs importantes activités de marchés.

A ce stade, seule la banque HSBC a officiellement choisi Paris comme base de repli et envisage de transférer environ 1.000 emplois en France, où elle possède une licence bancaire de plein exercice grâce à sa filiale, le CCF, racheté en 2000. Voire un peu moins en cas de soft Brexit. Mais donc autant que l'ensemble des banques françaises, qui vont devoir rapatrier une partie de leurs traders de l'autre côté du Channel. Ceci dit, les banques américaines qui ont évoqué des transferts vers Francfort ont parlé de quelques centaines d'emplois, environ 200 en général.

Relocalisation de l'Autorité bancaire

Le patron de la Société Générale, Frédéric Oudéa, avait déclaré il y a dix jours, lors du forum Paris Europlace, qu'il envisageait de transférer 300 à 400 personnes de sa division banque de financement et d'investissement (SG Corporate & Investment Banking), sur les 2.000 actuellement à Londres. La Soc Gén emploie au total au Royaume-Uni 4.000 personnes, notamment dans la banque privée (pour le marché britannique essentiellement). Elle a prévu de quitter son siège de Tower Hill, dans le quartier historique aux portes de la City, pour rejoindre en 2019 celui de Canary Wharf au 1 Bank Street, à côté des tours de JP Morgan et de Morgan Stanley. Et à deux pas de celle de l'Autorité bancaire européenne (ABE), dont la relocalisation sera âprement disputée entre plusieurs grandes villes européennes, dont Francfort et Paris.

La FBF fait valoir que les grands groupes bancaires français constituent « le cœur » de la place financière de Paris, dont le Premier ministre Édouard Philippe a récemment défendu l'attractivité devant des investisseurs, en dévoilant toute une série de mesures.

« Leurs activités de banque de financement et d'investissement (BFI) sont déjà massivement implantées à Paris et dans la région Ile-de-France, avec près de 41.000 salariés, comme leurs filiales de gestion d'actifs qui emploient plus de 16.000 salariés », plaide le lobby bancaire.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/07/2017 à 13:24 :
Que de fautes d'accord !!
Dès la 1ére ligne de Delphine : le sujet étant "les banques " le verbe se met au pluriel " ce seront et non ce sera " . Ensuite dans la citation : le sujet est " un millier " dont le verbe est au singulier et non au pluriel . N'avez vous pas un logiciel pour corriger ces HENAURMES fautes ??
a écrit le 22/07/2017 à 7:47 :
oui la justice , enfin ce que certain croit encore vient de condamne le societe general c'est a dire les clients
mais pas les dirigeants qui eux sont les vrais responsables
les clients eux n'on aucun droit sur les choix coupables des protagonistes
oui dans ce cas la justice est complice
a écrit le 21/07/2017 à 22:03 :
il suffit d'y croire (bis)
a écrit le 21/07/2017 à 21:38 :
Et pendant ce temps là La GB et les USA préparent la suite ensemble ..
a écrit le 21/07/2017 à 18:38 :
je gére les déclarations fiscales d'un ou deux expatriés francais en GB, qui travaillent dans la banque, pas trop de problème pour leur fin de carrière ils ont presque 60 ans, par contre les jeunes ne sont pas trop tentés pour aller a londres...un architecte francais résident fiscal a Londres vient de rentrer en france...il a conserver une petite structure sociale a Londre (enfait à l'ile de man) car en fait c'est trés trés compliqué de savoir
a écrit le 21/07/2017 à 15:48 :
Si ils sont rapatriés c'est parce que le groupe ne veut pas prendre en charge la perte de salaire à cause du brexit, c'est soit gagner moins et rester à Londres ou soit garder le salaire et revenir en France. C'est kif kif, avec la vie chère à Londres et les impôts en France.
a écrit le 21/07/2017 à 14:05 :
Un raptriement d'emplois n'est pas une création d'emplois. D'autre part, les employés rapatriés vont probablement créer des doublons à l'échelon local et donc des licenciements. En ce qui concerne les activités financières elles-mêmes, je ne crois pas que Paris soit à la hauteur du défi et si le Royaume-Uni devient un paradis fiscal, je crois même que toutes les institutions financières vont s'y ancrer solidement :-)
a écrit le 21/07/2017 à 13:09 :
... et les autres 100'000 emplois vont être réparti entre Dublin, Luxembourg et surtout Frankfurt.
Réponse de le 21/07/2017 à 16:28 :
L'attractivité de la France c'est comme la puissance économique de notre pays , la réalité sans filtre avec vos chiffres...
Réponse de le 21/07/2017 à 16:28 :
L'attractivité de la France c'est comme la puissance économique de notre pays , la réalité sans filtre avec vos chiffres...
a écrit le 21/07/2017 à 13:05 :
personne n'a envie de venir en france, pas plus les banques que les autres entreprises.....
ceux qui ont vote hollande n'ont qu'a creer des boites pas rentables eux memes, avec des bon salaires et des horaires alleges, ca reduira les inegalites dans le travail et la prise de risque
Réponse de le 21/07/2017 à 14:38 :
J'ai du mal à comprendre pourquoi vous restez en FRANCE ? Vous devriez être parti depuis longtemps. Comme cela, vous pourriez mieux apprécier les paradis à l'étranger. Mais surtout ne revenez pas : les cimetières sont remplis de gens se croyant indispensables.

En plus, vous trouverez à LONDRES les gens qu'on n'y trouvait pas durant la dernière guerre mondiale.(Se souvenir de de GAULLE répondant au patronat français au sujet du programme du Conseil national de la Résistance)
Cela ira très bien avec votre modeste pseudo.
Réponse de le 21/07/2017 à 16:13 :
C'est vrai ! Toute personne ayant une certaine culture générale, une éducation et un libre arbitre ne VEUT JAMAIS revenir en France pour lui et surtout ses enfants. Une fois l'expérience de l'étranger, Zurich, Londres, Genève, Amsterdam et même Milan, aucun français ne veut retourner dans un pays qui dispose de toutes les caractéristiques de pays sous développés ! Osez l'analyse rationnelle, médecine, justice, éducation, économie, travail, logements, écologie, politique ! Il n'y a que le franco-français qui n'y voit que l'excellence en lieu et place de la médiocrité et la corruption.

Bonne journée
Réponse de le 21/07/2017 à 21:01 :
mon cher mario, merci de vos compliments
vous ne savez ni d'ou j'ecris, ni ou je vis, ni ou j'ai vecu, ni ou je vivrai
je comprend votre desarroi; oh, c'est pas pour moi que vous gemissez, c'est pour vous, la nuance est de taille ( je ne peux pas vous en blamer, ce qui me fait rire c'est que les gens comme vous traitaient de front national toute personne aimant la france il n'y a pas si longtemps, votre retournement de veste est magistral!!!!! quand on perd son monopole de nuisance on devient hargneux)
pour de gaulle, je vous rappelle que churchill lui a hurle, suite a un acces d'arrogance bien francais ' de gaulle, vous n'etes pas la france'...... apres je veux bien discuter de tout
Réponse de le 21/07/2017 à 21:01 :
je voulais dire ' mon cher rene', vous aviez compris!
a écrit le 21/07/2017 à 12:34 :
Beaucoup de supputations et au final nous verrons que ces emplois étant en carton la finance ne fournira aucune embauche supplémentaire.

Classique, 3 ans de bourrage de crâne et 30 secondes de vérité.
Réponse de le 21/07/2017 à 14:05 :
S'il y a 2000 français 'banquiers' à Londres, 1000 peuvent très bien revenir, ils parlent déjà français, ça aide la migration. :-)
Réponse de le 21/07/2017 à 14:20 :
Non franchement c'est vachement bien l’Angleterre qu'ils y restent. Pitié même...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :