Brexit : malgré l'impasse, la France espère toujours un "bon accord"

 |   |  364  mots
Nous sommes donc dans une impasse, a déclaré vendredi Theresa May, tout en sommant les Vingt-Sept de lui présenter une alternative à son propre plan, dit de Chequers, rejeté la veille lors du sommet informel de Salzbourg.
"Nous sommes donc dans une impasse", a déclaré vendredi Theresa May, tout en sommant les Vingt-Sept de lui présenter une alternative à son propre plan, dit "de Chequers", rejeté la veille lors du sommet informel de Salzbourg. (Crédits : Reuters)
Pour Theresa May, le rejet par l'UE jeudi de son plan dit "de Chequers" a conduit à une "'impasse". Le risque d'une sortie sèche des Britanniques de l'union devient un scénario de plus en plus probable. Paris croit encore à une solution satisfaisante pour les deux parties.

Un "bon accord" avec le Royaume-Uni sur le Brexit est encore possible, a jugé samedi la ministre française chargée des Affaires européennes, Nathalie Loiseau, au lendemain de la déclaration de Theresa May sur l'"impasse" des négociations. La France doit toutefois se préparer à l'hypothèse d'une sortie sèche du Royaume-Uni de l'Union européenne pour éviter, notamment, une paralysie des transports à partir de l'échéance du 29 mars à 23h00 GMT, a ajouté Nathalie Loiseau.

"Nous travaillons à un bon accord, c'est l'essentiel de notre énergie (...), il est possible et j'y crois et nous y croyons tous à 27", a-t-elle dit sur franceinfo. Mais "je ne peux pas exclure qu'on ne se mette pas d'accord à la fin".

Le nécessaire soutien du Parlement britannique

Il faut d'autant moins écarter ce scénario que Theresa May "a besoin du soutien de son Parlement" pour entériner un éventuel compromis entre le Royaume-Uni et les autres pays européens, a poursuivi la ministre des Affaires européennes. Or la Première ministre britannique doit faire face à la fronde d'une partie des parlementaires de son Parti conservateur.

"Imaginons qu'il n'y ait pas d'accord, ce que nous disons, c'est que nous devons nous y préparer", a encore déclaré Nathalie Loiseau. "L'idée qu'un Eurostar ne puisse pas arriver en gare du Nord ou qu'un avion britannique ne puisse pas se poser dans un aéroport français, c'est ce qu'on veut éviter, mais ça n'est pas spontané, ça se prépare."

Multitude de difficultés techniques

Le gouvernement travaille à un projet de loi d'habilitation pour anticiper la multitude de difficultés techniques qui découleraient d'un départ non négocié du Royaume-Uni. Nathalie Loiseau doit défendre le texte au Parlement en novembre. Les pourparlers achoppent pour l'instant sur la question de la frontière irlandaise et sur celle des futures relations entre le Royaume Uni et l'UE après le Brexit.

"Nous sommes donc dans une impasse", a déclaré vendredi Theresa May, tout en sommant les Vingt-Sept de lui présenter une alternative à son propre plan, dit "de Chequers", rejeté la veille lors du sommet informel de Salzbourg.

(Avec Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/09/2018 à 19:33 :
La France n'a pas respecté le référendum de 2005 en France alors une bonne révolution est totalement légitime en France en 2019
Réponse de le 25/09/2018 à 12:51 :
FAux, faux, archi faux.
La constitution européenne propsoée en 2005 n'a effectivement pas été mise en œuvre, le référendum a été accepté. Au delà, ce référendum ne touchait en rien à l'Euro, qui a lui été validé par le vote de 1993.
Faute de constitution Européenne ambitieuse, une constitution "technique" de mauvaise qualité a été mise en œuvre, sans perte de souverenaité, et qui ne nécessitait en rien un référendum.
a écrit le 24/09/2018 à 17:26 :
Oui ça on voit bien que ce sont pas les impasses qui leur font peur à nos lrem... -_-
a écrit le 24/09/2018 à 11:44 :
la GB doit assumer...on ne peux obtenir sous forme de chantage - travers bien britannique- des ceci et cela sans inconvénient...
dans un divorce, ce n ' est pas l' instigateur qui remporte la mise ou c ' est équilibré par des adaptations ou c 'est du dur
uk à vous de choisir..
a écrit le 24/09/2018 à 9:15 :
En négociation, il faut maintenir le suspens jusqu'à la dernière seconde, pour obtenir le maximum, on ne lâche que dans les derniers instants.
a écrit le 24/09/2018 à 8:06 :
Le R-U réalise seulement maintenant qu’il n’est plus une grande puissance. Il va devoir renégocier seul tous ses traités de libre échange avec le reste de la planète, et en position de faiblesse. Autrement dit, ils ne peuvent espérer au mieux que ce qu’ils ont déjà avec l’UE.

Bref, ils sont en train de commettre une folie et demanderont rapidement à revenir dans l’UE.
a écrit le 24/09/2018 à 0:08 :
Le brexit ne peut être que dur compte tenu de la véhémence des propos anti européens des Brits. Si notre union veut survivre il faut mettre un terme aux opt outs et ceux de l'Irlande aussi. La zone de voyage entre la Gb et l'Irlande est une insulte aux autres européens. Alors oui il une 🛂 frontière est une solution logique tout comme la fin des accords du touquet. Out, brexit means brexit.
a écrit le 23/09/2018 à 16:09 :
Une sortie sèche des Britanniques de l'union est le scénario de plus probable et en étant encore la solution la plus satisfaisante pour les deux parties. Sinon il n'y aura pas de fin et cet UE de Bruxelles explosera si elle ne se recentre pas sur du réel!
Réponse de le 24/09/2018 à 6:12 :
"Cette UE de Bruxelles explosera..." chouette, surtout qu'elle ne change rien, ça finira bien par arriver, à force de taper sur ses membres : Hongrie, Pologne, Italie, la Grèce...quel sera le prochain pays. Pas la France, vu notre cireur de pompe de président. Ras le bol de cette m...e, de Bruxelles et de tous ses représentants.
Réponse de le 24/09/2018 à 12:03 :
Hongrie, Pologne et Italie se satisfont très bien de l'UE du moment qu'elle ne leur imposent pas de prendre de migrants. Et d'ailleurs la différence entre ces pays et les autres c'est qu'ils sont simplement moins hypocrites sur cette question...
a écrit le 23/09/2018 à 16:08 :
L' exemple catastrophique de la Grèce, les mesures d'austérité, le démantèlement des services publics et du code du travail, imposés de force par Bruxelles via les GOPE, les guerres illégales contre les pays non alignés, l'Union Européenne est un gouffre financier et viole la souveraineté de nos votes : on a dit NON en 2005, mais nous sommes encore enchaînés en 2018..
A quand une reprise en mains de notre destinée ?
Frexit comme une urgence..
Réponse de le 24/09/2018 à 6:16 :
Hélas, pas avec Tartuffe 1er qui n'arrête pas de se gausser de son europhilie. On devrait le faire psychanalyser.
Réponse de le 24/09/2018 à 10:56 :
Les guerres illégales ne sont pas le fait de l'UE mais des grandes puissances (USA, et France dans une certaine mesure en Lybie, RUssie...)
LA grèce a préféré souffrir au sein de l'UE que de mourir tout seul.
L'UE n'est pas un gouffre financier, les dépenses de l'UE c'est 1% du PIB contre 57% pour le reste des dépenses publiques.
NOus ne sommes pas enchainés, personne n'a dit "'non" à l'Europe en 2005 mais non au projet de constution ambitieux.
Nous avons enfin d'avantage notre destin en main qu'en tant que pays isolé. Quel poid face aux USA et à la chine d'un pays isolé ?? Aucun. Les brit le comprennent un peu tard
Réponse de le 24/09/2018 à 15:16 :
Visiblement vous entrain de vous convaincre faute de convaincre les autres! Mais vous avez raison, vaut mieux être seul que mal accompagné!
a écrit le 23/09/2018 à 14:51 :
Les Britanniques sont coincés .La proposition de traiter les importations de manière differente suivant la destination est ridicule .Une usine à gaz et un risque de détournement de trafic .La position des 27 étaient connue bien avant le sommet de Vienne et M.Barnier a toujours été clair .La pensée magique ne dure qu'un temps!Vivement qu'on en finisse .Sortie sans concession de l'UE sur son organisation.les échanges seront soumis à déclarations en douane ,à taxation et contrôles aléatoires .Et fin du chantage !!
a écrit le 23/09/2018 à 12:51 :
Débattons plutôt de l' urgence des XIT.
Cette analyse a été publiée sur Facebook en septembre 2017 et a été mise à jour régulièrement. Cet article sera également mis à jour régulièrement en fonction de l’actualité.

Cet article a pour but de contrarier la manipulation de masses en montrant la façon insidieuse, grotesque et insultante, dont l’UE et ses subordonnés nationaux mentent effrontément aux citoyens otages. Ceci grâce à une presse complice. Ils présentent le Portugal comme « modèle ». Alors que le Portugal est assassiné. Et s’il est un modèle, c’est celui d’une nation entièrement massacrée par l’UE.
https://www.soverain.fr/portugal-lultime-arnaque-de-lue/
Réponse de le 24/09/2018 à 12:24 :
J'ai soigneusement lu le lien que vous indiquez.
Et bah, ça c'est de la propagande pour neuneu. Le plus drôle, c'est de faire croire que l'émigration portugaise date de l'UE. Et cette photo d'un clochard pour illustre les conditions de vie de la population. Risible, ridicule, affligeant. Il y avait déjà des immigrés portugais en France avant 1914, longtemps avant l'UE.
Sortez le Portugal de l'UE, et là, cela sera la vraie faillite.
a écrit le 23/09/2018 à 12:07 :
J'adore cette photo , sans trucage , nous voyons la petite vieille s'en aller devant un parterre d'hommes élégants et sur d'eux même , sans un regard pour la british .
Réponse de le 23/09/2018 à 17:18 :
Je vois plutôt une rangée d'hommes 'hostiles', qui témoignent de l'esprit de caste pour garder leurs privilèges et fermés face à la représentante Britannique. Rien de très positif en ce qui les concerne.
a écrit le 23/09/2018 à 11:00 :
Contrairement à l'apocalypse économique annoncée, l'Angleterre maîtrise son inflation et est sur une dynamique de forte augmentation des salaires : +4% d'augmentation du salaire minimum appliquée en avril 2017.

https://bfmbusiness.bfmtv.com/monde/londres-augmente-le-salaire-minimum-britannique-1062523.html

IPCH Grande-Bretagne le plus récent 2,519 % (taux d’inflation harmonisés)
https://fr.global-rates.com/statistiques-economiques/inflation/indice-des-prix-a-la-consommation/ipch/grande-bretagne.aspx


Situation de la France à titre de comparaison : courbe de l'inflation fortement croissante, augmentation timide des salaires, appui du gouvernement macronien, des partis LR-LREM-PS, d'extrême-gauche et du patronat pour l'immigration massive (avec la régularisation des illégaux) pour tirer les salaires à la baisse dans les secteurs du bâtiment, de la restauration et de l'hôtellerie.

https://france3-regions.francetvinfo.fr/occitanie/haute-garonne/toulouse/restauration-hotellerie-confrontees-penurie-main-oeuvre-veulent-recruter-migrants-1528948.html

IPCH France le plus récent 2,600 % (taux d’inflation harmonisés)
https://fr.global-rates.com/statistiques-economiques/inflation/indice-des-prix-a-la-consommation/ipch/france.aspx
Réponse de le 23/09/2018 à 12:14 :
Pour l'inflation en 2016 et 2017, la France est nettement en dessous du RU (d'après vos liens).
Et depuis juillet l'inflation a nettement accéléré au RU:
https://www.boursier.com/actualites/macroeconomie/acceleration-surprise-de-l-inflation-au-royaume-uni-775378.html
Et comme la livre vient de baisser ...
a écrit le 23/09/2018 à 10:40 :
L' UE en phase terminale est dans l' impasse et en appelle au papa américain par la bouche de l' excellent Verhofstad qui vient d' exhorter ler les USA à ..stopper Orban !

"On le savait, certes, mais il faut savoir gré au fédéraliste échevelé de le rappeler de manière quelque peu virile. On ne peut s’empêcher cependant de relever une petite bizarrerie dans l’appel du dirigeant belge : celui-ci ne manque jamais de plaider avec ferveur pour l’« unité de l’Europe » moyennant cet argument maintes fois martelé : celle-ci doit pouvoir décider de manière « indépendante » de sa politique et « faire contrepoids » dans le monde face aux Etats-Unis." Ruptures.
a écrit le 23/09/2018 à 10:04 :
Ca pétouille dur côté UE et s' il y avait contagion ?!
Réponse de le 23/09/2018 à 16:41 :
En tout cas la mise en quarantaine des british a l'air de les faire pétouiller encore plus.
a écrit le 23/09/2018 à 9:55 :
Theresa May promet une relance de l’investissement en Afrique après le Brexit, source BBC.

Le voyage de Theresa May en Afrique est motivé par le Brexit. Comme le Royaume-Uni va quitter l’Union européenne l’année prochaine, il doit renforcer ses accords commerciaux dans le monde entier. Les nouveaux investissements britanniques en Afrique devraient se concentrer sur les défis économiques et sécuritaires à long terme plutôt que sur la réduction de la pauvreté à court terme. Les liens historiques entre le Royaume-Uni et plusieurs pays africains vont donc faciliter les relations bilatérales.

https://www.upr.fr/actualite/notre-revue-de-presse-de-la-semaine-semaine-du-27-aout-au-2-septembre-2018/
Libéré des chaînes de l’UE, le Royaume-Uni va pouvoir développer sa propre diplomatie et nouer des accords commerciaux allant dans ses intérêts en tirant profit des relations historiques. Theresa May a notamment promis également promis un plan d’investissement de 4,4 milliards d’euros pour soutenir les économies africaines, centré sur la création d’emplois pour les jeunes.
Réponse de le 23/09/2018 à 12:26 :
Pour connaitre le sujet rien 'empêche un pays de l'Union de faire du business avec l'Afrique. Le R.U a toujours joué un rôle économique dans ses anciennes colonies, (de plus en plus faible dans le temps car le marché de l'Union était et est plus porteur, du moins sur le plan des affaires) comme la France avec un bémol pour notre pays allier systématiquement magouilles politico financières et business. Le R. U comme la France ont délaissé depuis environ trois décennies le continent africain, moins pour l'Afrique du Nord, dans lequel la Chine, les US mais aussi aujourd'hui la Russie, après le départ plus politique de l'ex URSS, ont mis bien plus qu'un pied. Les promesses pour l'Afrique sont depuis des décennies des mensonges et Mme May ou les futurs premiers ministres anglais n'auront jamais les moyens de la Chine ou des US pour investir en Afrique seule l'Union pourrait être dans le club mais son manque de vision du continent fait que le réveil sera tardif et dans ce cas il faudra "pédaler" pour contrer les autres pays implantés. L'avenir à contrario de la Chine, des US, de la Russie parier sur les nouvelles générations africaines de plus en plus compétentes les mettre dans le cœur du développement pour que l'UE et l'Afrique fassent que demain le continent sera la plus grande croissance de la planète avec un avantage immense, il est indépendant énergétiquement et en matières premières dont les terres rares. Le R.U jouera dans la cour pas dans la pièce principale. Prenez quelques billets d'avion puis revenez commenter. Le R.U n'est pas encore sorti de l'Union personne ne sait, hors l'UPR et son fantasme sur le Brexit, ce que sera le royaume dans 3 ou 4 ans s'il sort avec un Brexit dur ou sans accord, un Brexit mou n'est pas envisageable. Laissez le temps venir pour l'instant quelques signes de faiblesses mais rien de bien "méchant". A+ pour lire vos commentaires qui manquent bien souvent de réalité du terrain je ne parle pas des flutes de Champagne, déjà très anciennes, dans les ambassades de votre leader énarque qui n' a jamais rien prouvé hors fonction publique un beau parleur à défaut d'un homme de terrain et oui la haute fonction publique le malheur de notre pays.
Réponse de le 23/09/2018 à 18:25 :
encore de la méconnaissance, Vous devez progresser, le préalable est que l' UE est vassale des Etats-Unis qui lui dicte la marche à suivre, de
manière subreptice et depuis plus de 40 ans.

Voilà pourquoi elle ne fonctionnera jamais dans l( intérêt des peuples européens, pourquoi elle n' est pas réformable, pourquoi nous devons la quitter et pourquoi vous perdez votre temps à insinuer le contraire. Voulez-vous transformer la France en Grèce et en Portugal pour le bon plaisir du 1 %? Moi, non.
Voilà aussi pourquoi Asselineau a formé l' un des trois partis du Frexit l' UPR suivi de PRCF, Pardem et se trouve être est le seul homme politique indépendant qui porte la solution et parce qu' il dresse le constat et analyse des faits quand d' autres font du vent qui n' ont pas les leviers qui se trouvent à Bruxelles.
Sur l' UE irréformable, voyez donc,
https://www.youtube.com/watch?v=wUYHd8rnhj4
Alors oui l' intérêt de l' Angleterre se trouve incontestablement dans le Brexit.
Réponse de le 24/09/2018 à 12:07 :
Mouais... entre le Royaume-Uni, qui du fait du brexit va être réduit à l'état de nain économique, et l'Inde, en passe de devenir un géant économique, ça risque d'être sportif...
a écrit le 23/09/2018 à 2:22 :
Si Paris y croit encore, alors c'est foutu.
Réponse de le 23/09/2018 à 12:08 :
Bien vu de Corée !
pour le reste , pour avoir bossé 5 ans au RU , je suis revenu avec une certitude : never trust a brit . .
a écrit le 23/09/2018 à 0:16 :
Grâce au processus du Brexit voté par le Peuple Anglais lors d'un référendum réalisé selon des règles parfaitement démocratiques (n'en déplaise à certains médiatiques), les salaires augmentent en Angleterre car le pays attire moins d'étrangers plus corvéables, comme le sont certains français expatriés en Angleterre.

La règle élémentaire de l'offre et de la demande s'applique et donne raison au Peuple Anglais :
http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2018/08/16/20002-20180816ARTFIG00251-brexit-les-entreprises-forcees-d-augmenter-les-salaires-face-a-la-penurie-de-main-d-oeuvre.php

Il est sûr que beaucoup de patrons (pas tous heureusement) préfèrent toujours surcharger de travail leurs salariés et, en même temps, les sous-payer plutôt que voir baisser leur bénéfice.
Réponse de le 23/09/2018 à 9:09 :
En 2017 le pouvoir d'achat au RU a baissé . En 2018, le pouvoir d'achat a augmenté ...de mars à juin. Hélas la petite poussée d'inflation de juillet a mis fin à ce mouvement. Bref c'est bien beau les hausses de salaires si les prix augmentent encore plus vite.
Réponse de le 24/09/2018 à 12:09 :
La hausse des salaires au RU est loin de compenser l'inflation importée du fait de la dégringolade de la £. De fait les britanniques se paupérisent.
a écrit le 22/09/2018 à 22:07 :
Theresa May demande du respect de la part de l'union européenne ...
Le RU a voulu faire cavalier seul, genre je serais plus fort, je vais signer des accords commerciaux avec toute la planète, je serais le "global britain", le phare qui illumine le monde etc...
Mais voilà, dur retour à la réalité, le RU, moins de 1% de la population mondiale, semble tout à coup réaliser qu'elle n'est pas une grande puissance et qu'elle ne pourra compter ni sur les USA, ni sur la Chine ni sur l'UE pour obtenir des relations équilibrées.
D'ailleurs on peut être certain que les USA ont déjà préparé le texte du futur accord commercial avec le RU en cas de sortie de l'union douanière et qu'il sera à prendre ou à laisser.
Réponse de le 23/09/2018 à 1:04 :
vu la situation du monde Mme May a raison !!!
Réponse de le 23/09/2018 à 9:05 :
Hélas, les arguments que vous développez pour l'Angleterre sont aussi applicables à la France alors que nous sommes dirigés par ce club mondialisé. Chiche, si nous faisions un référendum en France?
Réponse de le 23/09/2018 à 13:49 :
@albert
Non, la France reste dans l'UE. Sinon "global britain" veut dire "Grande-Bretagne mondiale" , ce n'est pas comme ça qu'on sort du mondialisé.
Réponse de le 23/09/2018 à 19:05 :
@Albert Le référendum en France, mais vous n' y pensez pas m' enfin. La France redevenir une démocratie m' enfin.!
Réponse de le 24/09/2018 à 4:51 :
@ m' enfin
Tenir un référendum en france n'est pas un problème pour les digigeants français, puisqu'il suffit d'en ignorer le résultat. Un excellent exemple en est celui de 2005, rejeté par 55% de non, avec comme question:

"Approuvez-vous le projet de loi qui autorise la ratification du traité établissant une Constitution pour l'Europe ?"

Il a suffit de mettre peu ou prou le même contenu dans le traité de Lisbonne sans l'appeler "constitution", et hop, passez muscade!
Réponse de le 24/09/2018 à 12:10 :
@albert56
"Hélas, les arguments que vous développez pour l'Angleterre sont aussi applicables à la France " , oui, mais comme la France reste dans l'UE, c'est moins visible.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :