Contre la flambée des prix de l'énergie, l'Autriche réclame un bouclier tarifaire européen pour l'électricité

Le chancelier autrichien, Karl Nehammer, a appelé l'Union européenne à « découpler le prix de l'électricité de celui du gaz » pour le faire baisser. Un dispositif qui n'est, selon lui, possible que dans un cadre européen et non uniquement national.
Le chancelier autrichien a appelé l'Union européenne à « découpler le prix de l'électricité de celui du gaz » pour le faire baisser.
Le chancelier autrichien a appelé l'Union européenne à « découpler le prix de l'électricité de celui du gaz » pour le faire baisser. (Crédits : LISI NIESNER)

« Il ne faut pas laisser chaque jour Poutine » décider à la place des Européens, a le chancelier autrichien, Karl Nehammer. Et le dirigeant allemand est bien décidé à réagir face à la flambée des prix du gaz et de l'électricité qui ont vécu une semaine folle avec de nouveaux records vendredi, présageant une explosion du coût de la vie l'hiver prochain. Le prix du gaz naturel européen a, ainsi, atteint 342,005 euros le MWh, à peine en dessous de son record historique en séance (345 euros le MWh) enregistré en mars après l'invasion russe de l'Ukraine. En cause notamment, le fait que la Russie ait brûlé du gaz naturel plutôt que de l'exporter. En outre, les suspensions d'approvisionnement russe à venir via Nord Stream 1, en raison d'une maintenance du gazoduc, selon une annonce du géant russe Gazprom, pèsent sur les tarifs et les Européens craignent que le gazoduc ne soit pas remis en service.

Lire aussiCrise de l'énergie: pourquoi le prix du gaz flambe de nouveau et pourquoi cela inquiète tant

« Nous devons arrêter cette folie qui sévit actuellement sur les marchés de l'énergie », a ainsi réclamé Karl Nehammer, ce dimanche dans un communiqué, appelant l'UE à « découpler le prix de l'électricité de celui du gaz » pour le faire baisser. Or, selon le chef conservateur du gouvernement, cela n'est possible que dans un cadre européen et non uniquement national

Convocation des ministres européens de l'Energie

Vendredi dernier, le Premier ministre Tchèque, Petr Fiala, a annoncé que son pays convoquerait une réunion d'urgence des ministres de l'Energie « afin de discuter de mesures d'urgence spécifiques pour faire face à la situation énergétique ». « Le sujet [du découplage] sera à l'ordre du jour », a assuré le chancelier autrichien, qui dit l'avoir évoqué en amont avec son homologue allemand Olaf Scholz et avec le Premier ministre Tchèque Petr Fiala.

« Dans une certaine mesure, le marché est devenu incontrôlable, la volatilité du marché ne répond plus aux bonnes nouvelles, alors que les mauvaises nouvelles s'accumulent et font grimper les prix », avait déclaré, quelques jours plus tôt le ministre tchèque de l'Industrie et du Commerce, Jozef Sikela. Et, selon lui, « c'est un problème de toute l'Europe et bien sûr, si vous avez le marché européen et un problème paneuropéen, la façon la plus simple de chercher une solution est au niveau paneuropéen ». Parmi les solutions possibles, il avait mentionné les plafonds de prix et la diversification des prix en fonction du type de production d'énergie.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 13
à écrit le 29/08/2022 à 11:41
Signaler
Tiens donc, les autrichiens sont européens que quand ça peut etre avantageux pour eux, quand c'est pour autre chose, ils n'ont pas d'argent !

à écrit le 29/08/2022 à 10:26
Signaler
"Or, selon le chef conservateur du gouvernement, cela n'est possible que dans un cadre européen et non uniquement national" Il devait le savoir,non ?

à écrit le 29/08/2022 à 10:24
Signaler
« Il ne faut pas laisser chaque jour Poutine » décider à la place des Européens, a le chancelier autrichien, Karl Nehammer. Faut savoir ce que vous voulez , l’Europe ne veut plus de gaz russe ,donc les russes le coupe, point.

à écrit le 29/08/2022 à 7:44
Signaler
Le regretté Jörg Haider doit se retourner dans sa tombe

à écrit le 29/08/2022 à 2:33
Signaler
La France n'a pas à donner des MILLIARDS D'EUROS pour aider les pays d'Europe à acheter du gaz ! La France en a marre d'être une vache à lait pour les autres pays européens. Vraiment, un moment faut arrêter ça.

à écrit le 28/08/2022 à 22:24
Signaler
C'est article est incompréhensible. Le chancelier autrichien serait "Allemand". Les problèmes européens se règlent à l'échelle paneuropéenne, bla bla bla. Qu'est-ce que c'est que charabia ?

à écrit le 28/08/2022 à 21:49
Signaler
Soyons sérieux: la France, quand ses réacteurs sont fonctionnels, à vocation à vendre son électricité à ses partenaires le plus cher possible!

à écrit le 28/08/2022 à 20:38
Signaler
La différence entre des Germains pragmatiques et des sales fachos d'extrême gauche français qui sous couvert d'impôts ont d'autres choses fascistes en tête..

à écrit le 28/08/2022 à 19:50
Signaler
" On ne peux pas laisser Poutine décider de tout en Europe " C'est nouveau ,je pensais que c'était Washington et MCKINSEY qui étaient aux commandes ?

à écrit le 28/08/2022 à 19:26
Signaler
Ils n'ont pas cru aux conséquences pourtant évidentes de leurs actes, donc ils cherchent maintenant des boucs émissaires pour leur faire assumer leurs responsabilités...

à écrit le 28/08/2022 à 19:03
Signaler
Bonjour, Personnellement, je crainds que l'Europe soit a la merci de sa politique énergétique non réaliste... La fermeture des centrales nucléaires aurait dû coïncider avec la mise en place de moyens de production énergétique renouvelables... Et no...

à écrit le 28/08/2022 à 18:16
Signaler
En France, et depuis longtemps, la fixation du prix du gaz a toujours été ''' une usine à gaz '''

à écrit le 28/08/2022 à 18:06
Signaler
Encore un bouclier. Ils se prennent pour des gaulois ?

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.