Contrôle des frontières : l'Allemagne respecte Schengen, assure la Commission

La Commission européenne considère que l'Allemagne, qui fait face à un important afflux de migrants, est en droit de contrôler temporairement ses frontières. L'institution presse les membres de l'UE de trouver rapidement un accord pour répartir les nouveaux arrivants.

2 mn

Les  contrôles exceptionnels et temporaires aux frontières doivent être justifiés par une menace grave pour la sécurité ou des défaillances graves aux frontières extérieures, susceptibles de mettre en danger le fonctionnement global de l'espace Schengen, estime la Commission européenne.
Les contrôles exceptionnels et temporaires aux frontières doivent être justifiés par une "menace grave pour la sécurité" ou des "défaillances graves aux frontières extérieures, susceptibles de mettre en danger le fonctionnement global de l'espace Schengen", estime la Commission européenne. (Crédits : Reuters)

Berlin suit les règles. La décision de l'Allemagne de réintroduire provisoirement des contrôles à ses frontières pour faire face à l'afflux de migrants est compatible avec l'accord de Schengen, estime la Commission européenne. L'institution a rappelé qu'aux termes de l'accord de Schengen, qui a supprimé les contrôles aux frontières entre les pays signataires de la convention, la réintroduction temporaire de contrôles frontaliers entre les Etats membres est "une possibilité exceptionnelle explicitement prévue et régulée" en cas de situation de crise.

Ces contrôles, exceptionnels et temporaires, doivent être justifiés par une "menace grave pour la sécurité" ou des "défaillances graves aux frontières extérieures, susceptibles de mettre en danger le fonctionnement global de l'espace Schengen". Or, "la situation actuelle en Allemagne apparaît, de prime abord, comme une situation couverte par les règles" de Schengen, estime la Commission.

Toutefois, elle souligne "l'urgence" de parvenir à un plan européen de répartition des nouveaux arrivants, alors que les  ministres de l'Intérieur et de la Justice des 28 se réunissent ce lundi 14 septembre pour décider des quotas de réfugiés à accueillir par pays.

"Position commune franco-allemande"

Côté français, le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve a appelé dimanche, à l'issue d'un entretien avec son homologue allemand Thomas de Maiziere, "au respect scrupuleux par chacun des pays de l'Union européenne des règles de Schengen" .

"Ces règles prévoient notamment l'enregistrement par les pays de première entrée des migrants ayant franchi les frontières extérieures de l'Union européenne" et "c'est faute de leur respect que l'Allemagne a décidé d'établir temporairement des contrôles à ses frontières, sans procéder à leur fermeture", est-il écrit dans un communiqué.

L'entretien entre les deux ministres "a permis de conforter la position commune franco-allemande" en vue de la réunion lundi à Bruxelles , écrit Cazeneuve.

Sur la même question des réfugiés, François Hollande et Angela Merkel se sont aussi entretenus dimanche. Le président français et la chancelière allemande ont fait "une analyse commune de la situation", a-t-on précisé dans l'entourage de Hollande.

Le Premier ministre hongrois ravi de la décision de Berlin

Le Premier ministre hongrois Viktor Orban, en désaccord avec l'Union européenne sur la question de l'accueil des réfugiés, a quant à lui salué franchement le choix de l'Allemagne de réintroduire les contrôles aux frontières face à l'afflux de réfugiés. Il l'a jugée "nécessaire", dans une déclaration au quotidien allemand Bild.

(Avec AFP)

2 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 12
à écrit le 15/09/2015 à 8:18
Signaler
L europe des frontières plus d Europe plus des euros c'est la misère l Europe d avant c es pas les politiques de commandes ni aux de décider référendum Europe c est dépassée un chèque total un moratoire pou l Europe plus d immigration l Europe aux...

à écrit le 14/09/2015 à 16:10
Signaler
histoire résumée de la Syrie : Ottomane depuis 1516, le début de la renaissance de la Syrie moderne peut être datée des années 1832 à 1840, lors desquelles Mehemet Ali tenta de secouer le joug de l'Empire ottoman. En 1840 a lieu l'affaire de Da...

à écrit le 14/09/2015 à 14:13
Signaler
Que d'experts '' auto-proclames'' pour repondre aux problemes des migrants. Qui a raison et qui a tort???? Les pays occidentaux ( coloniaux) ont cree des pays avec les frontieres qui les arrangeaient. Pour preserver nos interets ( petrole, gaz, etc.....

le 14/09/2015 à 14:41
Signaler
Alain, nous sommes en quelle année? Nous ne sommes plus un pays colonisateur depuis bien longtemps... Et pis encore, la Syrie n'a jamais été abordée par aucun pays européen....Vous avez de sacrés pbs d'histoires et de géographie on dirait. Le Moyen-O...

à écrit le 14/09/2015 à 11:05
Signaler
Tiens c'est marrant, y'a quelques jours on faisait tout un ramdam sur la gentille allemagne qui accueille. Tandis que les vilains hongrois faisaient un mur pour limiter les afflux monstrueux étaient traités de racistes. Maintenant, on sait qui avait...

le 14/09/2015 à 12:54
Signaler
Eh oui!Angela a me..é!Une grosse bourde!Et présiflan a évidemment embrayé derrière elle,toujours autant de flair!

le 14/09/2015 à 17:51
Signaler
cela fait des annees que marine lepen dit qu'il faut retablir les controles a nos frontieres et bien on y est ,et pourtant dieu c'est si les partis politiques ont critiques cette annonce,Mme merkel a vite changé d'avis encore un coup de pub comme not...

à écrit le 14/09/2015 à 11:01
Signaler
Si l'on avait été ferme envers les migrants depuis plusieurs années le marché des passeurs se serait tari et il y aurait beaucoup moins de malheurs à déplorer .

à écrit le 14/09/2015 à 9:34
Signaler
Ce qui se passe en ce moment montre les limites de la construction européenne par mille feuilles que nous connaissons. Quand Sarkozy dit qu'il faut réformer Schengen, je suis d'accord avec lui mais sûrement pas supprimer la libre circulation. Le prob...

le 14/09/2015 à 14:12
Signaler
On a perdu trop de temps en ne parlant que de la dette grecque, alors que la Grèce était contrainte d'évacuer les réfugiés de Kos et de Lesbos par des ferries entiers.

à écrit le 14/09/2015 à 9:15
Signaler
Quelle manque d'anticipation de la part de l'Allemagne et des pays de l'est dans cette affaire ! Maintenant, c'est un peu tard... Il fallait intervenir militairement en Syrie et augmenter les moyens de Frontex, comme le préconisait la France.

à écrit le 14/09/2015 à 8:53
Signaler
Rétablir des contrôles est inefficace dans le cas présent c'est comme essayer d'attraper de l'eau avec ses mains.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.