Covoiturage : risque d'amendes pour Blablacar et deux conducteurs

 |   |  238  mots
En Espagne, BlaBlacar compte plus de trois millions d'usagers, et n'a encore jamais été sanctionné dans un pays où elle opère.
En Espagne, BlaBlacar compte plus de trois millions d'usagers, et n'a encore jamais été sanctionné dans un pays où elle opère. (Crédits : DR)
Deux conducteurs utilisant BlaBlaCar et ce réseau de covoiturage en Espagne font l'objet d'une procédure administrative, qui les expose à des amendes, pour avoir effectué un "transport de passagers sans licence", une première mondiale, a annoncé lundi la compagnie.

Le gouvernement de la région de Madrid a décidé d'enclencher des procédures administratives à l'encontre de deux conducteurs Blablacar et de l'entreprise elle-même. Les deux chauffeurs proposaient des places de covoiturage via le site, ce qui est légal, mais selon la région, la participation demandée aux passagers était supérieure aux coûts du transports (essence et péage inclus).

Ces faits, découverts grâce à une inspection aléatoire, sont contestés par les deux chauffeurs, selon BlaBlacar. Ils risquent 4.001 euros d'amende pour "bénéfice illicite". Le site de covoiturage, quant à lui, pourrait écoper d'une amende de 8.803 euros pour avoir rendu possible la "prestation d'un service de transport sans licence".

Quels frais inclure ?

Derrière cette procédure, se pose la question de savoir les coûts qu'un utilisateur de BlaBlacar peut répercuter sur les passagers de son véhicule: pour la région de Madrid, ni l'assurance, ni l'amortissement d'un prêt ne peuvent en faire partie. La société assure que ses utilisateurs ont respecté "les normes de la plateforme et, par conséquent, la législation en vigueur".

En Espagne, BlaBlacar compte plus de trois millions d'usagers, et n'a encore jamais été sanctionné dans un pays où elle opère. Une source interne a confié à l'AFP que le site emploie des personnes "pour s'assurer qu'il n'y a pas de recherche de bénéfices".

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/10/2016 à 12:01 :
Réaction normale.
En France les taxis râlent sur les vtc qui vont disparaitre remettant dans le circuit black un bon nombre de gens.
Une fois fait ils feront de même avec blablacar. En Espagne les vtc sont déjà out. Ils ont juste un temps d'avance sur la France.
a écrit le 19/10/2016 à 11:07 :
J'ai été en présence dans un blabla car d'une passeuse qui amenait un gars d'irak à paris,
Bla Bla car permet beaucoup de passages de clandestins
a écrit le 18/10/2016 à 13:44 :
Sur certaines destinations, c'est un vrai business! exemple Paris Bruxelles où de nombreux mini bus font en permanence le trajet le weekend

Par ailleurs, il serait logique que le prix tienne compte du nombre de passagers, ce n'est pas le cas.
a écrit le 18/10/2016 à 10:16 :
Le covoiturage via internet est la forme moderne de l'autostop des années 70/80.
Avec autant de flou et de risques, un concept conçu à l'origine pour un monde "peace and love". En effet, il y des notes sur le site internet ...si on est crédule, ça le fait.
Ce n'est pas un progrès sociétal, loin de la.
Réponse de le 20/10/2016 à 22:04 :
Oui tu as raison, le monde est peuplé de zombies et de vampires prets à te manger, reste bien calfeutré chez toi, c''est trop la zone dehors, ya que des monstres cannibales...
a écrit le 18/10/2016 à 9:27 :
Espérons quand même que dans ce cas ils ont interdit à Uber d'exercer sur leur territoire...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :