En Allemagne, les prix de l'énergie et de l'alimentation font grimper l'inflation de 1,8% en novembre

 |   |  418  mots
Les prix de l'énergie pour les ménages allemands, déjà parmi les plus élevés en Europe, ont particulièrement rebondi outre-Rhin (+3,7% sur un an), après avoir vu leur croissance décélérer à +1,2% en octobre.
Les prix de l'énergie pour les ménages allemands, déjà parmi les plus élevés en Europe, ont particulièrement rebondi outre-Rhin (+3,7% sur un an), après avoir vu leur croissance décélérer à +1,2% en octobre. (Crédits : Reuters)
L'office des statistiques allemand confirme une accélération de la hausse de l'indice des prix à la consommation par rapport à octobre. La BCE confirme son optimisme pour la croissance de la zone euro.

Destatis, l'office fédéral allemand des statistiques, maintient ce mercredi son estimation livrée fin novembre : l'inflation en Allemagne s'est bien élevée à 1,8% en novembre sur un an, accélérant légèrement par rapport à octobre. En cause, les prix dans l'énergie qui ont particulièrement rebondi outre-Rhin (+3,7% sur un an), après avoir vu leur croissance décélérer à +1,2% en octobre. L'Allemagne est en effet l'un des pays européens où les prix de l'électricité pour les ménages sont les plus élevés, et la situation devrait perdurer pour cause de financement de la transition énergétique.

En revanche, les prix des denrées alimentaires ont progressé moins vite sur un an en novembre (+3,2%) qu'en octobre (+4,3%) sur un an, réduisant leur influence sur l'évolution globale de l'inflation.

Le loyer, une dépense qui pèse toujours plus

Sans les prix de l'énergie et des produits d'alimentation, l'inflation n'aurait atteint "que" 1,5% en Allemagne en novembre.

Les prix des services ont augmenté quant à eux de 1,5% sur un an, en étant tirés par la hausse des loyers (+1,7%), un poste de dépense toujours plus important chez les ménages allemands, note Destatis.

La hausse de l'indice des prix à la consommation harmonisé (IPCH), utilisé comme référence par la BCE, a également été confirmée à 1,8% en octobre, après 1,5% en octobre, se rapprochant ainsi du seuil proche de 2% visé par la banque centrale sur le moyen terme.

La BCE a toutefois récemment prévenu s'attendre à une évolution en "V" de l'inflation dans les mois à venir. Elle prédit ainsi une inflation plus basse début 2018 à cause de l'impact négatif des variations des prix de l'énergie et des denrées alimentaires.

Zone euro : chiffres encourageants et risque de déflation écarté

L'institution gardienne de l'euro devrait réaffirmer, lors de sa prochaine réunion jeudi, via de nouvelles prévisions, son optimisme sur la croissance en zone euro mais éviter toute annonce suggérant un nouveau resserrement monétaire.

Comme l'économie en zone euro enchaîne des chiffres encourageants et que le risque de déflation a été écarté, l'institut monétaire avait décidé fin octobre dernier de réduire son imposant programme anti-crise.

Les rachats de dette publique et privée effectués au rythme de 60 milliards d'euros par mois, appelés "quantitative easing" (QE) et parvenant à échéance fin décembre 2017, vont être diminués à 30 milliards d'euros mensuels entre janvier et septembre 2018.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/12/2017 à 22:07 :
Ca va être difficile pour Mario de continuer a déverser des dizaines de milliards d’euros quand l’inflation va être a 3%
Réponse de le 15/12/2017 à 16:06 :
Ce qui est déterminant c'erst l'inflation moyenne dans la Zone Euro et non l’inflation à 3% dans un des pays de celle-ci, serait-ce même l'Allemagne..
Un peu plus riche et un peu mieux placé au centre de celle-ci, mais sinon comme les autres.
Il ne faut pas en avoir peur.
a écrit le 13/12/2017 à 15:49 :
l'inflation en allemagne est presque visible a l'oeil nu;notament avec la hausse de l'immobilier,des loyers,pratiquement palpable chaque mois a berlin.....objectif accompli pour les heros bien etoffes des banques centrales......lot de consolation;la baisse du pouvoir d"achat qui en decoule est ecolo benefique pour la planete,tout n'est donc pas si noir
a écrit le 13/12/2017 à 13:42 :
Mon kWh électrique net français a augmenté de 7,6% de 2016 à 2017 (0,1714 € réel/kWh à 0,1845 € réel/kWh : facture divisée par les kWh, donc toute surcharge comprise), c'est une tendance générale. [si ça continue comme ça, en 2021 la facture sera doublée vs 2013, à consommation fixe, polynôme du second degré, mais sur 5 points ça donne seulement une tendance, à confirmer en octobre 2018 (réception de ma facture annuelle)]
a écrit le 13/12/2017 à 12:42 :
J'en attrape froid au dos, quand je pense que j'ai souscrit au Bund allemand à un taux négatif! Alors que les bons du trésor italien rapportaient du 3%
Si en plus il y a inflation je me fais avoir comme un c..
Si on ne peut même plus faire confiance à l'Allemagne maintenant!
a écrit le 13/12/2017 à 11:08 :
Croissance soutenue artificiellement par l'offre, inflation qui ne se repose que sur l'augmentation du pétrole, difficile de comprendre quand on a un minimum de connaissance en économie comment on peut se réjouir de ces feux de paille.

L'Europe est en feu mais tout va bien.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :