En plein marasme économique, la production industrielle de l'Allemagne s'effondre

L'indice de la production industrielle allemande a reculé de 1,6% entre novembre et décembre et de 1,5% sur l'ensemble de l'année, selon l'Office de statistique allemand Destatis. Une contraction qui confirme les difficultés de l'économie d'outre-Rhin suite à la crise de l'énergie.
Le secteur automobile est l'un des seuls a avoir affiché une production en croissance (4%) en 2023.
Le secteur automobile est l'un des seuls a avoir affiché une production en croissance (4%) en 2023. (Crédits : ANGELIKA WARMUTH)

Encore une mauvaise nouvelle pour l'Allemagne. La production industrielle du pays a reculé de 1,6% sur un mois, en données corrigées des variations saisonnières et calendaires. Cette tendance intervient après une baisse de 0,2% en novembre, révisée par rapport aux données préliminaires, a indiqué mercredi l'Office de statistique allemand Destatis.

Le chiffre publié ce mercredi concrétise le septième mois de contraction d'affilée pour ce secteur essentiel pour la première économie européenne. Il ressort même pire qu'attendu par les analystes sondés par Factset. Ces derniers tablaient en effet sur un recul plus mesuré de 0,35%.

Chiffre plus important encore, sur l'ensemble de l'année passée, l'industrie allemande, qui représente 20% de la richesse produite dans le pays, a vu son activité se contracter de 1,5% par rapport à 2022, en restant en deçà des niveaux connus avant la pandémie de Covid-19, a ajouté Destatis.

Lire aussiAllemagne: nouveau recul des exportations en décembre, plus fort que prévu

En décembre, la production industrielle (industrie manufacturière hors énergie et construction) a diminué de 1,5% sur un mois, et en son sein les entreprises gourmandes en énergies ont produit 5,8% de moins. Le recul est de 5,2% pour les biens intermédiaires et de 0,9% pour les biens de consommation. Le secteur de l'énergie a en revanche enregistré une hausse significative (+4,1%), tout comme l'automobile (+4,0%).

Lire aussiAutomobile : en Allemagne, le grand retour de la voiture thermique

Une année plombée par l'inflation et la crise de l'énergie

Sur l'ensemble de l'année, les chiffres sont encore plus inquiétants. Les industries énergivores ont notamment baissé en 2023 (-10,2% sur un an), la chimie voyant en particulier sa production annuelle retomber à « son plus bas niveau depuis 1995 », note l'office. Depuis mai 2023, la production du secteur manufacturier « diminue ou stagne », relève Jens-Oliver Niklasch, économiste chez LBBW, l'activité étant handicapée par les taux d'intérêt élevés et la chute de la demande globale.

Et ces chiffres de production ne font que corroborer d'autres données témoignant des difficultés de l'Allemagne. L'économie outre-Rhin est notamment entrée en récession en 2023, avec une chute de 0,3% du produit intérieur brut (PIB), a indiqué mi-janvier Destatis. Ce recul attendu du PIB de la première économie européenne succède à une croissance de 1,8% en 2022, selon des données corrigées des variables de prix.

Le pays fait nettement moins bien que la moyenne de l'UE, qui a atteint 0,5% en 2023, avec des hausses marquées pour la France, l'Espagne ou l'Italie. La troisième économie mondiale est également à la traîne des autres grands pays industriels, comme les Etats-Unis ou le Royaume-Uni.

« L'évolution économique globale a marqué le pas dans un environnement toujours marqué par les crises, notamment la crise énergétique et les tensions géopolitiques », avait commenté en janvier Ruth Brand, la présidente de l'institut Destatis.

L'industrie allemande a été d'abord plombée tout au long de l'année par une demande intérieure atone, en raison de l'inflation et des hausses de taux d'intérêt de la Banque centrale européenne (BCE).

Sur l'ensemble de l'année 2023, l'inflation a progressé de 5,9% en Allemagne, après 6,9% en 2022, qui était la valeur la plus élevée depuis le choc pétrolier de 1973. De leur côté, les taux directeurs sont passés de 0% début 2022 à 4-4,75% aujourd'hui, renchérissant le coût de l'endettement. L'industrie a aussi été pénalisée par des exportations moins dynamiques, sur fond de tensions géopolitiques et de plus faibles demandes en produits allemands en Chine et aux Etats-Unis.

Mais surtout, les prix de l'énergie restent relativement élevés pour l'industrie face à ses concurrents internationaux. Certaines activités les plus énergivores, comme la chimie, peinent à retrouver leur niveau de production d'avant la guerre en Ukraine.

« L'année 2023 a été turbulente, avec une économie en mode crise permanente », résume Carsten Brzeski, analyste pour la banque ING.

Un gouvernement qui peine à réagir

Les conséquences de la récession commencent déjà à s'entrevoir. En difficultés, les entreprises recrutent moins, le chômage remonte en Allemagne et se rapproche désormais des 6%, en stagnant néanmoins depuis novembre autour de 5,8%.

Le gouvernement apparaît donc comme ayant un rôle central pour maintenir son économie à flot, sauf que les crises se succèdent. Pour rappel, la Cour constitutionnelle allemande a annulé mi-novembre le transfert de 60 milliards d'euros de crédits inutilisés provenant de la pandémie, dans une enveloppe dédiée à des investissements verts et un soutien à l'industrie.

Elle avait en effet estimé que le gouvernement d'Olaf Scholz avait enfreint les strictes règles budgétaires, en effectuant cette réaffectation des dépenses. Résultat, les budgets 2023 et 2024 devaient être revus. Cette décision a provoqué la zizanie entre les trois partis de la coalition du gouvernement allemand : les formations de gauche (sociaux-démocrates et écologistes), favorables à des dépenses publiques accrues, et le Parti libéral (FDP), partisan de la rigueur.

Vers une reprise en 2024?

De meilleurs jours pourraient cependant venir dans quelques mois pour la production allemande. La forte augmentation des nouvelles commandes au mois de décembre, tel que communiqué mardi, laisse espérer un renversement de tendance au cours de la nouvelle année. Une reprise de la production portée par une reprise domestique « ne devrait commencer que plus tard dans l'année », conclut le ministère de l'Economie dans un communiqué séparé.

Mais rien n'est certain, si le gouvernement allemand prévoit une reprise de la croissance à +1,3% l'an prochain quand le Fonds monétaire international (FMI) présage un rebond de 0,5%, l'Institut économique IW table, lui, sur une baisse du produit intérieur brut (PIB) de 0,5% en 2024

Si reprise il y a, donc, elle serait favorisée par un recul progressif de l'inflation - attendue à 2,6% en 2024, puis 2% en 2025, contre 6,1% en moyenne cette année - et un marché du travail robuste.

(Avec AFP)

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 8
à écrit le 09/02/2024 à 21:16
Signaler
Soyons réalistes, en matière d’industrie dans quel domaine la France championne en tout dépasse t’elle l’Allemagne ????

à écrit le 08/02/2024 à 19:13
Signaler
Je connais pas les chiffres mais la vie sur place, après 11 ans d'expatriation et un retour récent en France. Je peux dire que l'Allemagne fonctionne beaucoup mieux que la France, les services publics, l'éducation, tout est plus simple, rapide, effic...

à écrit le 08/02/2024 à 13:38
Signaler
Les politiciens au pouvoir avec les pseudo écolos sont les démolisseurs de notre économie avec en particulier le sabotage de notre système énergétique depuis une vingtaine d'années. Avec leurs choix purement dogmatiques ils ont aujourd'hui ce qu'ils...

à écrit le 08/02/2024 à 10:38
Signaler
Vos voitures sont trop chères et ne corresponde plus au mode de déplacement actuel

à écrit le 08/02/2024 à 3:58
Signaler
@Gonzague. Exactement les usa asphyxient lentement mais surement ce qui reste productif en europe, a savoir le secteur industriel allemand. Une fois tout cela rapatrie sur le sol americain, l'union europenne sera exangue. La fin de l'euro sera alor...

à écrit le 07/02/2024 à 23:12
Signaler
Ben oui ,il y avait le bon gaz Russe ,mais le maitre US a prévu le coup ,plus de gazoduc ,la lâcheté et la soumission débouchent toujours sur le châtiment

à écrit le 07/02/2024 à 14:16
Signaler
Aie Aie Aie Europe reviens aux fondamentaux ! La prospérité c'est d'abord l'énergie et les matières premières, puis seulement ensuite le cerveau.

à écrit le 07/02/2024 à 12:07
Signaler
Logique après nord stream ! il faut remercier son allié ! nous, nous ne le ferons pas du fait que l'électricité et les coups viennent du fait de fournir l'allemangne ! De plus il n'y a pas eu d'article sur le fait que les us ont fait un moratoire ...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.